Le musée de Boulaq dans les Bibliothèques d’Orient

Le portail Bibliothèques d’Orient, mis en valeur par un séminaire international organisé vendredi 22 mars 2019, rassemble une sélection de numérisations d’ouvrages et d’images issues des collections de la Bibliothèque nationale de France et de plusieurs grands établissements scientifiques du Moyen-Orient, rassemblées par thèmes et introduites par de brèves notices. Il m’offre un prétexte commode pour me livrer à ma monomanie chronique : compléter ma collection d’images du musée de Boulaq.

J’ai rapidement évoqué, il y a peu, l’intérêt que pouvait représenter le recensement de toutes l’iconographie subsistante des musées1. Deux nouvelles images sont apportées au dossier de cet établissement par un album photo numérisé, publié sur Gallica et intégré au portail Bibliothèques d’Orient.2

Il s’agit d’un album appartenant à la Société de géographie et déposé à la Bibliothèque nationale ; il rassemble des clichés non datés du célèbre atelier de photographie Abdullah frères. Outre quelques vues des objets exposés dans les salles de Boulaq, deux images sont plus utiles pour évoquer la disposition des lieux. Toutes deux sont datables entre 1886, année à partir de laquelle le studio Abdullah frères est actif au Caire3, et 1889, date à laquelle le musée de Boulaq fut fermé et transféré au palais de Giza.4 Nous allons voir que les détails que l’on peut relever sur les images concordent tout à fait avec ces bornes chronologiques.

Plan du musée de Boulaq à l’époque des prises de vue.
Continuer la lecture de « Le musée de Boulaq dans les Bibliothèques d’Orient »
  1. Dessine-moi un musée : Boulaq (14 mars 2019). []
  2. Il me semble qu’il ne s’y trouvait pas il y a encore quelques mois ; je ne l’avais en tout cas pas encore repéré. []
  3. Özendes, Engin, Osmanlı İmparatorluğu’unda Fotoğrafcılık (1839-1919). Photography in the Ottoman Empire (1839-1919), 2e éd., Istanbul, 1995, p. 135-148. []
  4. Grébaut, Eugène, « Le transfert du Musée de Boulaq à Guizeh », Bulletin de l’Institut égyptien (3e série) 1, 1890 (1891), p. 44-51. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn

L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1)

Une figure domine l’égyptologie française de la fin des années 1870 à 1916 : Gaston Maspero. Il s’illustra à peu près dans tous les domaines, à la fois par ses publications (y compris de vulgarisation) et son enseignement, mais aussi par son activité muséale, archéologique et administrative en tant que directeur de la mission française au Caire puis du service des antiquités de l’Égypte. Pour mettre en perspective une telle activité, j’ai décidé de m’intéresser dans un premier temps à son activité d’enseignement, et plus précisément à ses cours à l’École pratique des hautes études, notamment grâce à l’exploitation méthodique de son Rapport annuel1.

La Sorbonne (photo de Jean-Marie Hulot, Flickr).

Ce sujet semble une belle opportunité pour tenter d’approcher les développements et la diffusion de la science égyptologique2, aussi bien que la constitution d’un réseau savant. Avant de plonger dans les archives, il y a déjà bien du grain à moudre à partir des simples rapports d’activité annuels publiés par l’École sur cette période, qui détaillent le fonctionnement de chaque chaire, les publications de l’institution et les distinctions de ses élèves. J’entreprendrai donc d’exploiter ces documents le plus finement possible, en relevant toutes les pistes intéressantes.

Continuer la lecture de « L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1) »
  1. Numérisé sur Persée à partir de 1872. []
  2. L’enseignement égyptologique en France au XIXe siècle a fait l’objet d’un mémoire d’étude présenté à l’École du Louvre par Kimberley Harthoorn en 2014, dont j’ai connaissance depuis longtemps mais que je garderai à l’écart, tout au moins dans la première partie de cet exercice. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn

Dessine-moi un musée : Boulaq

Cette semaine, quelques plans réalisés il y a quelques années déjà1, pour illustrer l’évolution de l’organisation du premier musée public d’égyptologie en Égypte : le musée de Boulaq !

Musée de Boulaq, la salle du Centre vers 1871 (du fond de la salle vers l’entrée du musée)

Source : Mariette, Auguste, Album du musée de Boulaq, Le Caire, Mourès et Cie, 1872, pl. 2 (sur Gallica).
Continuer la lecture de « Dessine-moi un musée : Boulaq »
  1. Dans le cadre de mon mémoire d’étude de muséologie à l’École du Louvre : Le musée des antiquités égyptiennes de Būlāq (1858-1889). Faire connaître et aimer l’Égypte ancienne au XIXe siècle, 2013. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn

Le quotidien du Louvre dans les années 1900

Cette semaine encore, une jolie trouvaille dans le versement 20144775 qui rassemble les archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, à savoir l’article 20144775/5, décrit dans l’inventaire comme « rapports du département ». Il ne s’agit de rien de moins que de carnets tenus journellement par les responsables du département et qui contiennent une foule de détails sur les affaires courantes et l’activité du service. Je ne me suis encore intéressé qu’aux quatre premiers, qui s’échelonnent entre janvier 1868 et janvier 1920.

3e carnet (Boreux, 1913-1920), 3 janvier 1914 : la Joconde revient après son vol

Les carnets

Ces quatre premiers carnets correspondent à trois mains différentes, qu’il n’est pas difficile de rattacher à leurs auteurs en comparant les dates couvertes1 et les membres du département mentionnés à la troisième personne dans chacun des carnets. Le premier (janvier 1868 à juin 1908) est vraisemblablement tenu par Paul Pierret (conservateur adjoint sous Rougé, puis conservateur du département de 1873 à 1908), d’une écriture très élégante. On y trouve peu d’entrées, essentiellement à propos des acquisitions du musée.

Continuer la lecture de « Le quotidien du Louvre dans les années 1900 »
  1. Pour la liste des responsables du département et leurs dates d’exercice, cf. Guichard, Sylvie, « Département des antiquités égyptiennes » dans Lintz, Yannick (dir.), Histoire du Louvre, t. 3 Dictionnaire thématique et culturel, Paris, 2016, p. 80-84, p. 84. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn

Où l’on trouve par hasard son auteur préféré

J’avais décidé de borner (pour le moment, en tout cas) à 1914 mon dépouillement des archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre conservées aux Archives nationales. L’article 20144775/2 « Administration » contient de nombreux dossiers qui jalonnent l’histoire du département sur des sujets très divers.1 L’un des dossiers de 1913 concerne un épisode banal de vitrine endommagée, semble-t-il par un visiteur, et au remboursement de ladite vitrine (pour 25 F). On y trouve un devis réalisé par le vitrier le 27 octobre 1913 et quelques courriers, jusqu’à la copie du reçu adressé au visiteur maladroit le 17 novembre. La vitrine concernée est celle d’un sarcophage (désigné par le numéro I 712). Rien de particulièrement étonnant. Sauf que… le visiteur en question est un certain « M. de Crayencour », qui indique une adresse à Bruxelles (24, rue d’Écosse).

Continuer la lecture de « Où l’on trouve par hasard son auteur préféré »
  1. Ils sont recensés en détail dans l’instrument de recherche consacré à ce versement. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn

Remontrance à Champollion : “Marchons toujours administrativement, je vous prie”

Pour inaugurer cette série de découvertes curieuses dans les fonds d’archives, « à tout seigneur, tout honneur » selon la formule consacrée, une lettre adressée à Champollion le Jeune1 par son supérieur.

Portrait du comte de Forbin
Le comte de Forbin
Lithographie de Cogniet
Continuer la lecture de « Remontrance à Champollion : “Marchons toujours administrativement, je vous prie” »
  1. Le qualificatif “le Jeune”, longtemps resté en usage, permettait de le distinguer de son frère aîné, désigné pour sa part comme Champollion-Figeac (1778-1867), du nom de leur ville de naissance. Voir notamment Aufrère, Sydney, “Champollion, Jean François“, Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2008 et Barbier, Muriel, “Champollion-Figeac, Jacques-Joseph“, Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2009. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn

Liminaire

Invocation à Dieu (bismillāh) dans un cadre égyptisant, frontispice de la grammaire égyptienne d’Ahmad Kamal, 18851.

Ce message inaugural fait suite à l’acceptation du “projet éditorial” que constitue le texte de présentation de ce carnet de recherche, et pour laquelle je remercie le comité d’hypotheses.org.

Continuer la lecture de « Liminaire »
  1. Ahmad Kamal, Grammaire de la langue égyptienne, Le Caire, 1885, p. 1 ; ce livre en arabe mal référencé, et semble-t-il inconnu des catalogues de bibliothèques, se trouve sous la cote USUEL GRAM KAM à la bibliothèque d’égyptologie du Collège de France. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn

Histoire de l’égyptologie en formation

Ce carnet est un outil d’accompagnement de recherches menées sur l’histoire de l’égyptologie. Il se concentrera principalement sur les égyptologues français de la seconde moitié du XIXe siècle, mais je ne compte certainement pas me priver de la possibilité de traiter leurs collègues étrangers, ni d’autres périodes.

Il permettra de rendre disponible des données collectées lors de mes dépouillements d’archives et d’ouvrages, et de dresser des synthèses préalables à des travaux plus larges destinés à publication. Je compte notamment l’alimenter par des billets prosopographiques recensant les activités documentées de divers acteurs de l’égyptologie (savants, enseignants, fonctionnaires, amateurs, …).
Ce carnet sera aussi une plate-forme d’expérimentation de mise en forme de ces données : cartographie, édition de texte, etc.
Il sera enfin l’occasion de noter quelques curiosités rencontrées au détour des archives.

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn