Les lettres de Mariette (1) : une édition numérique

Ce billet est le premier de ce qui deviendra, je l’espère, une longue série. Il rend public un projet auquel je réfléchis depuis quelques temps et qui m’occupe sérieusement depuis cet hiver. Ses premiers résultats sont désormais accessibles en ligne

Étudier la correspondance ancienne

Les lettres sont une source de premier plan pour approcher le travail des égyptologues du XIXe siècle.1 Échangées avec des pairs ou des proches, elles peuvent révéler les réflexions qui occupaient alors leur rédacteur et n’ont pas nécessairement laissé d’autre trace, qu’elles aient été abandonnées ou transformées ; ces documents fourmillent aussi de détails d’intérêt inégal mais inestimables pour contextualiser finement les travaux des intéressés.

Ces matériaux offrent toujours des informations de choix, et font tout le charme des notices biographiques de la Bibliothèque égyptologique (dont deux volumes sont par ailleurs consacrés à l’édition de la correspondance de voyage de Champollion2) ou des travaux qui prennent la peine d’exploiter cette documentation particulière3. Mes enquêtes plus récentes m’ont régulièrement confronté à d’autres lettres, souvent anodines de prime abord, qui valent toujours de s’interroger sur leur parcours4.

Les échanges épistolaires offrent en effet une matière brute, antérieure aux publications définitive. C’est l’illusion de toucher du doigt le quotidien et la pensée spontanée des acteurs de ces échanges – illusion dont il faut pourtant se garder : chaque échange se place au sein d’une relation entre plusieurs personnes, chargée d’enjeux multiples qui en éliminent souvent la sincérité absolue. Mais on trouve cependant dans ces textes bien des doutes, retournements de situations et initiatives oubliées qui nous échapperaient autrement.

D’une idée au projet

Voulant poursuivre mes recherches sur le musée de Boulaq, j’ai décidé de rechercher toutes les lettres correspondant à la période de la carrière égyptienne de Mariette. Je suis rapidement arrivé à la conclusion que ces documents étaient dispersés dans de nombreuses institutions et qu’ils pourraient être utiles à d’autres que moi, qui n’auraient pas toujours le temps d’envisager cette documentation systématiquement. C’est ainsi qu’est progressivement venue l’idée de réaliser une édition numérique de ces lettres, afin de rendre leur texte accessible. Pour que ces archives soient pleinement exploitables, il fallait aussi que la méthode suivie pour leur transcription soit aussi transparente que possible, ainsi que les limites de ce travail. J’ai pu trouver de l’inspiration dans de nombreux projets d’édition numérique, notamment de correspondance5.

Revenir sur tous les détails de la méthode et de la technique serait indigeste et sans grand intérêt tant que le projet est encore en cours d’éclosion. Je m’en tiendrai à décrire ce qu’on peut attendre de cette édition aujourd’hui et ce que je vise à atteindre plus tard.

J’ai choisi de me concentrer sur la correspondance active ; en effet, tenter de traiter toutes les lettres également reçues par Mariette aurait été trop ambitieux encore, et risquait de faire perdre le fil de ses différents échanges ; il m’a aussi semblé plus utile de concentrer mon enquête sur les lettres qu’il avait écrites, puisque ce sont elles qui ont normalement été les plus dispersées et que leur réunion factice dans un recueil rendrait sa continuité à l’activité épistolaire de Mariette.

J’ai préféré ne pas fournir de photographies des lettres éditées ; même si cela aurait été appréciable pour évaluer la qualité de ma transcription et déchiffrer ce que je n’ai pas su lire, réaliser des vues de qualité suffisante de toutes les lettres dépassait mes compétences et aurait abouti à un ensemble trop lourd à gérer (sans prendre en compte les difficultés éventuelles de diffusion qui auraient pu surgir).

Tout le processus de traitement des textes reste, à vrai dire, plutôt artisanal, ou en tout cas largement expérimental6.

La question de la forme prise par les lettres pour leur diffusion s’est posée d’emblée. Il me fallait un outil permettant de surcharger le texte des informations que je voulais y associer : la mise en forme, la structure du texte, des annotations, un moyen d’identifier les termes indexés, … une simple transcription brute, obtenue par un traitement de texte, posait des problèmes de compatibilité dans le temps, et présentait de toute façon des contraintes certaines. Les langages XML sont un des grands standards actuels pour encoder une information ; le XML-TEI offre de grandes possibilités pour encoder un texte et lui associer de nombreuses données descriptives (notes éditoriales, description de la source, etc.). Le choix de ce procédé a été facilité par la pratique d’un autre langage XML en milieu professionnel (propre à la description archivistique : XML-EAD et EAC) et la découverte d’un logiciel libre capable de supporter des fichiers XML (Atom). Les spécificités présentées par la correspondance sont en outre prises en compte dans les développements techniques de la TEI7.

Une possibilité à laquelle j’ai renoncé était de réaliser un fichier unique par lettre ; cela aurait sans doute permis une version en ligne dynamique avec une conversion HTML et une page web pour chaque lettre, mais là aussi cela m’a semblé engendrer un traitement trop lourd. En revanche, dans le fichier XML, chaque lettre est encodée au sein d’un élément <TEI> autonome ; les différents documents peuvent donc être sélectionnés manuellement et manipulés séparément ou réarrangés.

Très vite, il m’est apparu que ce projet avait deux dimensions essentielles : d’une part, des choix de méthode dans l’appréhension des documents, leur classement et leur traitement ; d’autre part, des contingences techniques qui allaient déterminer ce que je pourrais produire, mais devaient aussi être anticipées dans la préparation du corpus et l’organisation du travail. Cependant, ces deux aspects étaient aussi complémentaires : les possibilités offertes par l’encodage des métadonnées en XML-TEI m’ont amené à prêter une attention particulière à certains détails que j’aurais peut-être négligés sans cela.

J’ai donc fait des essais pendant quelques mois8. L’ultime difficulté qui subsistait sur le plan opérationnel était l’hébergement et la « vitrine » de ce projet, le site internet qui le rendait accessible. Fort heureusement, j’ai découvert assez vite les possibilités offertes par Github et sa fonctionnalité « Pages », qui semble avoir remédié à cette difficulté.

Le résultat de ces cogitations est donc désormais accessible à l’adresse : https://thlebee.github.io/CoEg/ !

Le résultat s’apparente finalement à une édition physique très traditionnelle9, débarrassée cependant de toute contrainte de taille et agrémentée de liens hypertextes pour accompagner la navigation interne et pointer vers des lettres particulières ; c’est ainsi que j’ai pu réaliser les cartes et la chronologie animées :


Le projet en pratique

Une difficulté évidente est d’ordre paléographique ; l’écriture de Mariette, en effet, si elle n’est pas dénuée d’une certaine élégance lorsqu’on s’y est habitué, n’est pas la plus lisible qui soit : Maspero évoque « cette écriture tourmentée, hâtive, rapide, qui depuis me devint si familière »10, tandis que pour Horrack « l’écriture de M. Mariette ressemble à du démotique »11. J’en étais heureusement déjà assez familier, mais cette fréquentation approfondie m’a permis de me former l’œil avec profit, et les prochains déchiffrements seront plus aisés.

Le repérage et le traitement des lettres de Mariette nécessite de réfléchir à tous les dépôts possibles pour les lettres qu’ont reçues ses correspondants. Je me concentre pour l’instant sur les fonds parisiens, qui peuvent m’occuper un moment. La complémentarité des fonds d’archives et des collections fortuites rassemblées par diverses institutions devrait aboutir à une image plus riche encore que la documentation éclatée tels qu’ils se présentent aujourd’hui.

La collation systématique de chaque document, avec ses automatismes nécessaires mais fastidieux, comporte bien sûr des effets vertueux, et m’oblige à prêter une attention particulière au parcours des documents, à leur aspect, au type de papier utilisé, à la manière dont Mariette s’adresse à ses divers interlocuteurs, etc. Tous ces éléments rigoureusement consignés pourront peut-être, plus tard, préciser certaines attributions de date ou de destinataire encore conjecturales.

Au sein du texte des lettres, tous mes ajouts sont entre crochets, qui servent aussi à délimiter les zones d’incertitude de lecture. J’ai aussi préféré noter toute irrégularité de langue12 ; Mariette utilise ainsi quelques formes fautives de manière systématique (« bâteau », « Le Hâvre »). Il emploie aussi la forme « long-temps », qui avaient été abandonnées dans le dictionnaire de l’Académie française de 1835 – mais correspondent après tout à l’état de la langue au moment de sa scolarité. Il écrit aussi toujours « évènement » pour « événement » (toujours favorisé par l’Académie en 1835, et qui le restera d’ailleurs jusqu’en 1990). Enfin, j’ai trouvé une occurrence de « hazard », curieux archaïsme isolé (Mariette emploie d’habitude « hasard », conformément à l’orthographe déjà régulière à l’époque). J’ai préféré marquer chacune de ces formes d’un « [sic] », pensant qu’il valait mieux être redondant que de laisser un doute sur une éventuelle coquille.

Je tenais aussi à ce que le recueil comporte des index conséquents. J’ai exploité pour cela les ressources du langage XML-TEI tout en cherchant à garder des notices aussi simples que possibles pour faciliter leur conversion dans Latex. L’indexation étant une préoccupation récurrente des projets d’édition, il n’y avait pas là de difficulté majeure. L’index thématique sera sans doute amené à être remanié quand le corpus sera enrichi d’autres lettres, avec l’émergence de sujets que j’ai pu négliger ; d’autres pourront aussi être construits quand le besoin s’en fera sentir. J’ai aussi essayé de m’appuyer sur plusieurs sources d’autorité pour compléter ces entrées d’index, selon leur nature ; là aussi, la pratique évoluera peut-être13.

Une hésitation persistante entoure tout de même la manière de rendre explicite l’évocation d’une personne par son titre. J’ai pris le parti de renvoyer à sa notice individuelle ; ainsi, « le vice-roi d’Égypte » ne correspond pas à une entrée unique dans l’index, mais peut renvoyer aux entrées d’Abbas Ier ou de Saïd Pacha selon la date et le contexte de la mention. Pour que la continuité de certaines fonctions reste lisible, j’ai ajouté une liste de ces postes avec leurs titulaires successifs après l’index des contemporains.

Je ne suis pas persuadé que les index servent énormément comme outil d’orientation à l’époque de la recherche en plein texte. Ceci dit, ils demeurent précieux lorsque l’on découvre dans le texte un élément qui éveille sa curiosité ; leur élaboration est un autre exercice laborieux mais salutaire pour bien appréhender la documentation. Mon utilisation des liens pour associer le texte aux notices d’indexation aboutit à un texte piqueté d’astérisques, mais je n’ai pas trouvé de procédé qui gêne moins la lecture (et permettent de superposer plusieurs entrées lexicales, comme lorsque « le Pacha » doit renvoyer à la fois au glossaire et à l’index prosopographique).

Il reste quelques difficultés qui n’ont pas encore été résolues. Ainsi, je n’ai pas encore déterminé la meilleure manière d’encoder dans ce cadre des caractères hiéroglyphiques, même si plusieurs possibilités sont en cours d’expérimentation. Les choses se compliquent aussi assez vite avec les mise en forme originales, et notamment certains brouillons, à cause de la superposition de plusieurs strates de textes plus ou moins écrites les unes sur les autres :

Bibliothèque nationale de France ms. NAF 20179, f° 67, v° (agrandir)

Lettre du 14 septembre 1851, à Le Moyne (brouillon).

La 2e version du paragraphe central est écrite dans son interligne, et la 3e dans les blancs en fin de paragraphe (dans le désordre, évidemment).

Un premier ensemble de lettres : le dossier de carrière au Louvre

Le premier ensemble documentaire édité comprend vingt-quatre lettres issues du dossier de carrière de Mariette dans l’administration des musées nationaux14. Il illustre les différentes étapes de sa carrière au sein de ce service : entré au Louvre sur des fonds extraordinaire15 en 1849, Mariette part en mission en Égypte en 1850 ; sa bonne fortune et une certaine audace lui font découvrir à Saqqarah un site de première importance, le Sérapéum de Memphis, qu’il fouille jusqu’en 1853. Ses découvertes justifient le prolongement de sa mission, des réclamations de fonds, mais aussi des négociations avec l’administration égyptienne qui fait alors valoir que l’exportation d’antiquités est interdite sans autorisation du vice-roi. C’est aussi pendant cette période que sa situation administrative est régularisé et qu’il est officiellement nommé attaché à la conservation des antiquités égyptiennes16.

De retour à Paris après ces aventures, Mariette peut classer ses trouvailles et poursuivre son travail au Louvre, où il est nommé conservateur adjoint au département égyptien à partir du 15 février 1855. Il repart en mission, en 1857 en Italie17 puis à nouveau en Égypte en 1857, où il fut désigné par le vice-roi pour fonder un service de conservation des antiquités dont il assura la direction jusqu’à sa mort. Conséquence de son absence du Louvre, il est nommé conservateur adjoint honoraire par décision du 26 janvier 186118, mais il revient régulièrement en France, et reste en contact avec son ancien directeur, le comte de Nieuwerkerke, notamment lorsqu’il accompagna les collections présentées au pavillon égyptien à l’exposition universelle de 1867.

Les lettres de ce dossier s’adressent toutes à la hiérarchie de Mariette (après tout, elles ont été rassemblées par cette même hiérarchie dans son dossier de carrière), avec quelques lettres destinées à des ministres qui ont été rendue au Louvre ou copiées avant d’être transmises. Cela souligne le rôle stratégique du comte de Nieuwerkerke, directeur des musées nationaux, par le truchement duquel les requêtes de moyens ou d’appui diplomatique étaient transmises au gouvernement ; ce soutien réel explique la gratitude dont Mariette fit preuve par la suite et l’estime qu’il professait toujours au directeur du musée lorsque, retenu en Égypte, il dut se contenter au Louvre d’un poste honoraire19. Peut-être une correspondance plus personnelle a-t-elle d’ailleurs été conservée ailleurs. Je suis en revanche surpris de l’absence relative du vicomte de Rougé dans ses échanges, alors qu’il était à la tête du département égyptien ; mais là aussi, d’autres lettres clarifieront peut-être les choses.

Les lettres les plus saisissantes de ce premier échantillon sont sans doute celles qui évoquent les fouilles du Sérapéum, pendant la mission de 1850-1853. Il s’agit encore d’aperçus très éclatés (seize lettres en trois ans et demie), alors que le contexte archéologique et politique pouvait évoluer subitement. Il manque donc encore des jalons pour suivre les progrès du chantier et surtout de l’opposition croissante à l’administration égyptienne. Ces seules lettres pourraient donner l’impression désagréable d’un collecteur sans scrupule décidé à rafler tout ce qu’il pouvait du sol égyptien20 ; d’autres courriers permettront d’aboutir à une image plus juste de ces fouilles, qui ont par ailleurs déjà été décrites en détail par Mariette lui-même, ses contemporains et des publications plus récentes. Elles témoignent aussi du cheminement de ses hypothèses de datation du site, selon l’avancée de ses travaux et les vestiges progressivement mis au jour. On trouve enfin dans cet ensemble le récit de l’agression de Mariette qui m’avait frappé l’automne dernier21.

Cet échantillon, de proportion modeste, présente quelques situations intéressantes pour l’appréhension des documents, que je me suis efforcé d’indiquer clairement dans l’encodage XML et dans l’édition PDF ; il s’agissait d’ailleurs d’autant d’occasions d’éprouver les possibilités offertes par les outils que j’ai choisis :

  • des annotations postérieures sur les lettres qui éclairent la décision prise par son destinataire (« qu’il revienne au plus tôt »), simplement indiquées en note dans la notice descriptive de la lettre ;
  • le repérage de copies de la lettre dans d’autres fonds, également indiqués dans la notice descriptive ;
  • le repérage de brouillons de la lettre dans d’autres fonds, eux aussi indiqués dans la notice descriptive, avec la mention en note de toutes les variations qu’ils peuvent indiquer ;
  • des difficultés à déterminer le texte « original », avec deux lettres qui ne me sont pour l’heure connues que par des brouillons et des copies peu fiables (sur les noms propres notamment) réalisées a posteriori : tant que la lettre finale écrite par Mariette n’aura pas été repérée, les copies me serviront de texte de base ;
  • le destinataire de plusieurs lettres n’est pas explicite ; j’ai expliqué mon attribution à Nieuwerkerke dans la description de cet ensemble documentaire, dans l’introduction du recueil, et cette incertitude relative est rappelée dans le titre des lettres.

Un certains nombre de personnages et d’objets mentionnés par Mariette sont par ailleurs encore à identifier et attendront des investigations plus poussées.

Et maintenant ?

Plusieurs centaines de lettres de Mariette sont réparties entre différentes institutions. J’espère pouvoir en reproduire intégralement un maximum22.

Je compte donc poursuivre avec d’autres lettres issues de plusieurs institutions, et compléter petit à petit ce recueil. Chaque enrichissement du corpus s’accompagnera d’un billet similaire à celui-ci qui me permettra de commenter le contenu des lettres plus largement que dans l’introduction de l’édition numérique.

Il est fort possible, et souhaitable d’ailleurs, que le projet évolue dans ses méthodes et son exécution. Mon mode opératoire actuel n’est sûrement pas le plus efficace et la qualité des données pourra sûrement être améliorée. Toute suggestion sera la bienvenue à l’adresse correspondances.egyptologiques@laposte.net.

J’espère avoir l’occasion de mettre en lumière plusieurs lettre évoquant une même situation à différents interlocuteurs, afin de pouvoir apprécier dans quelle mesure l’information transmise par Mariette change selon la personne à laquelle il s’adresse, et selon quels facteurs (leur proximité ? la confiance ? l’intérêt du destinataire ?).

J’espère aussi pouvoir, au moyen de la collation systématique de ces documents, parvenir à mieux cerner les interlocuteurs de Mariette et finir par repérer d’autres lettres conservées dans des fonds qui n’ont pas encore été signalés.

Toute cette masse documentaire contribue, progressivement, à dessiner une carrière (et une vie) en pointillés, et finira peut-être par laisser une silhouette plus précise qu’elle ne l’était alors, ou tout au moins à en modifier l’éclairage et à révéler quelques zones laissées dans la pénombre.


Si vous saviez que de belles choses il y a encore à faire en Égypte !

Mariette, le 28 août 1853, à Nieuwerkerke
  1. Je ne résiste pas à citer une nouvelle fois Maspero, au sujet de l’acquisition par l’Institut de la correspondance de Chabas : « M. Chabas a vécu en effet à une époque où l’égyptologie élaborait sa doctrine par lettres privées plus encore peut-être que par ouvrage imprimés. La raison en était surtout la difficulté de se procurer des caractères hiéroglyphiques en province ou même à l’étranger […]. Toutes les questions égyptologiques du moment sont donc agitées dans ces lettres » Maspero, Gaston, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres (59e année) 3, 1915, p. 224-225. Voir « Le réseau épistolaire de François Chabas », 24 juin 2020. []
  2. Champollion le Jeune, Jean-François (Hertleben, Hermine, éd.), Lettres, t. 1 Lettres écrites d’Italie ; t. 2 Lettres et journaux écrits pendant le voyage d’Égypte (Bibliothèque égyptologique 30-31), Paris, Leroux, 1909. []
  3. J’y ai sans doute été sensibilisé par les biographies consacrées à Mariette et Maspero par Élisabeth David (Mariette Pacha. 1821-1881, Paris, Pygmalion, 1994 ; Gaston Maspero. 1846-1916. Le gentleman égyptologue, Paris, Pygmalion, 1999), et son recueil de lettres de Maspero à sa femme (Lettres d’Égypte. Correspondance avec Louise Maspero (1883-1914), Paris, Seuil, 2003) ; au cours de mes études, j’ai peu utilisé de documents d’époque, sinon un brouillon de lettre de Mariette (Bibliothèque nationale de France, ms. NAF 20177, fos 272-275), mais j’ai aussi pu voir l’intérêt des échanges de Mariette et de Charles Edmond dans le mémoire de Justine Noy, La participation égyptienne à l’Exposition universelle de 1867 à Paris, mémoire de recherche de l’École du Louvre, 2015. []
  4. « “Vous n’aurez pas ma tête !” un échange entre le Louvre et le musée Guimet », 29 septembre 2019. []
  5. Voir p. ex. les comptes rendus du Review Journal of the Institut for Dokumentologie und Editorik, et le guide méthodologique du consortium Cahier. []
  6. Cette expression est bien pratique pour excuser par avance toute maladresse ; je n’ai en tout cas pas la prétention d’être un grand informaticien, ni par formation ni par compétence pratique, malgré un certain goût pour la découverte de nouveaux outils et de leurs possibilités. []
  7. Voir Dumont, Stefan, « correspSearch – Connecting Scholarly Editions of Letters », Journal of the Text Encoding Initiative 10, 2016-2019 ; je dois cependant reconnaître que j’ai parfois adapté les recommandations syntaxiques, par exemple en remplaçant l’attribut @received par @sentTo pour indiquer le destinataire, dans la mesure où la réception effective de la lettre est rarement explicite ; en dehors de cette timide transgression, je me suis efforcé de me conformer aux recommandations ; je n’ai par contre pas réalisé de modèle personnalisé (« customisation »), et me suis contenté d’utiliser le modèle global TEI-all. []
  8. Si je me prenais au sérieux, je parlerais de processus itératif ; mais à vrai dire, ce « développement » a été beaucoup moins linéaire et maîtrisé qu’une approche théorique l’aurait envisagé, avec des allers et retours constants entre les multiples étapes de la transcription, de l’encodage et de l’indexation. []
  9. Tellement traditionnelle, d’ailleurs, que je n’ai pas résisté à pasticher sans vergogne la page de titre de la Bibliothèque égyptologique ; mais après tout, c’est un heureux patronage, et au risque d’être présomptueux, je peux considérer que mon projet partage les buts de cette collection en rendant accessible des sources méconnues de l’histoire de l’égyptologie. []
  10. Maspero, Gaston, Études de mythologie et d’archéologie égyptiennes, t. 3 (Bibliothèque égyptologique 7), Paris, Leroux, 1898, p. 2. []
  11. Lettre de Horrack à Chabas, 30 janvier 1866, normalement conservée à la bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2577 ; citée dans Horrack (de), Philippe Jacques [Maspero, Gaston & Virey, Philippe, éd.], Œuvres diverses (Bibliothèque égyptologique 17), Paris, Leroux, 1907, p. XXXVI. []
  12. Les formes sorties de l’usage actuel mais qui étaient alors correctes n’ont cependant pas été soulignées, comme par exemple l’emploi du tiret après « très » (« très-important ») ou la forme « ophthalmie » qui fut remplacée dans le dictionnaire par « ophtalmie » en 1878. []
  13. J’ai par exemple renoncé à utiliser les identifiants ISNI des individus, dans la mesure où tous ceux qui en possédaient avaient également une notice VIAF (qui indique la référence ISNI), tandis que certaines notices VIAF ne disposent pas d’équivalent ISNI. []
  14. Archives nationales, 20150497/118, dossier 145 : Mariette, Auguste. []
  15. Et un poste surnuméraire dont je n’ai pas pour l’instant trouvé trace dans les archives. Voir David, Élisabeth, Mariette Pacha. 1821-1881, Paris, Pygmalion, 1994 p. 32-33. []
  16. Ces fonctions débutent officiellement le 1er janvier 1852 (registre des états du personnel scientifique et administratif des musées nationaux : Archives nationales, 20150497/511 ; on trouve aussi un certificat à ce sujet dans son dossier personnel dans le fonds de la maison de l’empereur : Archives nationales, O/5/130). []
  17. Il avait effectué entre-temps une autre mission dans les musées égyptologiques européens. []
  18. Cette décision prit effet le 1er février 1861 (Archives nationales, 20150497/511). []
  19. Voir la lettre de Mariette à Nieuwerkerke du 20 décembre 1860. []
  20. Lui-même n’hésitait pas à évoquer sa propre « contrebande ». []
  21. Voir « Les risques du terrain », 18 septembre 2019. []
  22. Si les institutions affectataires de ces documents s’y refusent, je pourrai au moins intégrer les notices descriptives de ces lettres pour que la production des lettres reste intelligible dans sa continuité (telle que le permet le corpus en son état de conservation actuel). []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Kacper dit :

    I am very pleased to see such a great project !

  1. 30 juillet 2020

    […] Les Lettres de Mariette : une édition numérique, par Thomas Lebée, sur Histoire de l’Égyptologie en formation […]

  2. 9 août 2021

    […] Archives nationales, à la BnF ou ailleurs, voir la série de billets rédigés par Thomas Lebée: Les lettres de Mariette (1) : une édition numérique, (2) : les dossiers de mission, (3) : correspondance avec Ernest Desjardins, 1860-1873, (4) : […]

  3. 22 août 2021

    […] Fau. Les deux précédentes publications concernaient des fonds des Archives nationales : le dossier de carrière de Mariette dans l’administration des musées nationaux (20150497/118) et ses dossiers de mission (F/17/2988/1). […]

Répondre à Thomas Lebée Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search