Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris

Parce que le fonctionnement d’un établissement dépend de son organigramme et de son personnel, et que les carrières, même scientifiques, sont largement déterminées par le fonctionnement des institutions, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur la structure des établissements et leurs agents. Je me propose ici de commencer avec le musée Guimet parisien, de sa création jusqu’au terme de la Première Guerre mondiale.

Le musée Guimet aujourd’hui (image : Wikimedia Commons)

Le cadre administratif

Le statut de l’institution

Le musée Guimet est un cas original (en France tout au moins) d’institution culturelle et scientifique fondée sur une initiative privée et cédée dans un second temps à l’État. Il est issu de la création en 1879 par l’industriel et orientaliste Émile Guimet d’un véritable centre d’étude de l’histoire des religions à Lyon, autour d’un musée auquel il donna son nom. Cependant, le programme ambitieux de l’institution (musée, bibliothèque, école de langue et centre de publication) ne rencontra pas un public suffisant, et le fondateur décida de déménager sa fondation à Paris1.

Continuer la lecture de « Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris »
  1. Grimm, Thomas, « Le musée Guimet », Le Petit journal, 29 mars 1884 : « La science n’effraye plus personne aujourd’hui ; elle est la génératrice du progrès et de l’industrie. C’est précisément parce que son musée n’est pas suffisamment dans le grand mouvement de la civilisation que M. Guimet veut le transporter à Paris, la ville-étude, le terrain neutre, le centre universel. » []

Transcrire l’égyptien ancien

L’« yod égyptologique » a été cette année intégré au standard Unicode1 ; il s’agissait du dernier symbole de translittération égyptologique qui y manquait et il pourra désormais être identifié par un code partagé par les polices de caractères informatiques. Cela me fournit le prétexte à revenir sur l’histoire de cet étrange alphabet servant à noter les sons de l’égyptien ancien.

L’alphabet de translittération qui fait aujourd’hui consensus : Gardiner, Alan Henderson, Egyptian Grammar: Being an Introduction to the Study of Hieroglyphs, 3e éd., Griffith Institute, Oxford, 1957, p. 27.

La translittération égyptologique utilisée dans les publications présente de nos jours un système étonnant, qui déroute autant par son ordre alphabétique que par le choix des caractères cabalistiques qui le composent.2

En effet, dès l’origine, la publication des inscriptions hiéroglyphique posait des difficultés. Pour éviter les coûts d’impression, ou tout simplement pouvoir commodément citer et commenter les termes égyptien au fil du texte, les égyptologues ont tout de suite adopté des systèmes de substitution. Il a néanmoins fallu attendre plusieurs décennies pour qu’un consensus se dégage.


N.B. Pour alléger la présentation, les citations hiéroglyphiques seront remplacées par la translittération (selon le système moderne) des signes, en italiques et entre crochets.

Les difficultés de la transcription hiéroglyphique

Absence d’autorités et pratiques individuelles

Continuer la lecture de « Transcrire l’égyptien ancien »
  1. Standard Unicode 12.0, 5 mars 2019 ; il a pour code A7BC (majuscule) et A7BD (minuscule) sous la dénomination « i glottal latin », dans le bloc « latin étendu D ». []
  2. Pour l’ordre alphabétique, cf. Schenkel, Wolfgang, « Erkundungen zur Reihenfolge der Zeichen im ägyptologischen Transkriptionsalphabet », CdÉ 63, 1988, p. 5-35 ; pour la phonologie élémentaire de l’égyptien ancien, cf. Peust, Carsten, Egyptian Phonology. An Introduction to the Phonology of a Dead Language (Monographien zur ägyptischen Sprache 2), Göttingen, Peust und Gutschmidt, 1999. []

Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (2)

Après avoir décrit les mesures d’urgences prises en août 19141, suite et fin de mes repérages sur la vie des galeries égyptiennes du Louvre pendant la grande Guerre : le quotidien du musée pendant le conflit.

Deux sources principales nous permettent d’entrevoir le déroulement des événements : le carnet tenu par Charles Boreux2, et les rapports réguliers transmis par le conservateur Georges Bénédite à son supérieur direct, le directeur des musées nationaux3. On trouve aussi des informations précieuses dans les dossiers qui concernent les évacuations des collections (et les projets inaboutis)4.

Le département s’installe dans la guerre

La guerre avait désormais commencé. C’était le début d’une vie au ralenti5, à l’arrière, dans des conditions de fonctionnement critiques (sur les 180 gardiens habituels, seuls 78 n’avaient pas été mobilisés6).

Continuer la lecture de « Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (2) »
  1. Voir “Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1)“, 9 juin 2019. []
  2. Archives nationales, 20144775/5 []
  3. Archives nationales, 20150044/36-37 ; ces rapports sont censés être bihebdomadaires depuis le vol de la Joconde, mais leur régularité se fait très variable. En 1917 par exemple, on n’en compte que trois de conservés pour le département des antiquités égyptiennes. []
  4. Archives nationales, 20150044/31. []
  5. Je n’ai pas été en mesure de trouver la date exacte à partir de laquelle le musée a été fermé au public, mais elle peut vraisemblablement être fixée au 2 août, avec la mobilisation d’une partie importante du personnel. []
  6. Pottier, Edmond, Le musée du Louvre pendant la guerre 1914-1918, 1919, p. 9 []

Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1)

Comme annoncé lors d’un précédent billet1, les annotations minutieuses des carnets de Charles Boreux offrent une trop belle occasion de documenter la traversée par le département des antiquités égyptiennes de la tourmente de la Première Guerre mondiale pour que je n’essaie pas de les croiser avec d’autres documents pour en évaluer les apports2.

Cet épisode de l’histoire du Louvre a finalement assez peu retenu l’attention de la recherche, probablement éclipsé par l’évacuation massive des collections pendant la Seconde Guerre Mondiale, sans doute mieux documentée3.

La galerie d’Apollon (où sont présentées les collections modernes d’orfèvrerie) vidée et aux fenêtres obstruées, 1918 (Agence de presse Meurisse, Gallica).

En outre, et ce dès les événements, l’attention des récits de la vie du musée en ces temps troublés s’est focalisée sur le sort des collections de Beaux-Arts (et notamment des peintures), sans guère revenir sur les hasards encourus par les antiquités. Le carnet tenu par Charles Boreux pendant une partie de la guerre4 nous permet d’en apprendre plus sur la vie du département pendant cette crise.

Continuer la lecture de « Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1) »
  1. « Le quotidien du Louvre dans les années 1900 », 3 mars 2019. []
  2. La trouvaille impromptue des rapports bimensuels du département adressés au directeur (Archives nationales, 20150044/35-37) a ajouté une nouvelle masse de documents à dépouiller et me conduit à réserver la description du quotidien du département pendant la durée de la guerre à un autre billet qui complétera celui-ci. []
  3. Et pour cause, les hésitations de l’administration pendant la Grande Guerre ayant en partie motivé la planification ultérieure des procédures d’évacuation d’urgence qui furent mises en œuvre en 1939. []
  4. Archives nationales, 20144775/5, 4e carnet, que j’ai sommairement décrit dans le billet évoqué plus haut. []

L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1)

Une figure domine l’égyptologie française de la fin des années 1870 à 1916 : Gaston Maspero. Il s’illustra à peu près dans tous les domaines, à la fois par ses publications (y compris de vulgarisation) et son enseignement, mais aussi par son activité muséale, archéologique et administrative en tant que directeur de la mission française au Caire puis du service des antiquités de l’Égypte. Pour mettre en perspective une telle activité, j’ai décidé de m’intéresser dans un premier temps à son activité d’enseignement, et plus précisément à ses cours à l’École pratique des hautes études, notamment grâce à l’exploitation méthodique de son Rapport annuel1.

La Sorbonne (photo de Jean-Marie Hulot, Flickr).

Ce sujet semble une belle opportunité pour tenter d’approcher les développements et la diffusion de la science égyptologique2, aussi bien que la constitution d’un réseau savant. Avant de plonger dans les archives, il y a déjà bien du grain à moudre à partir des simples rapports d’activité annuels publiés par l’École sur cette période, qui détaillent le fonctionnement de chaque chaire, les publications de l’institution et les distinctions de ses élèves. J’entreprendrai donc d’exploiter ces documents le plus finement possible, en relevant toutes les pistes intéressantes.

Continuer la lecture de « L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1) »
  1. Numérisé sur Persée à partir de 1872. []
  2. L’enseignement égyptologique en France au XIXe siècle a fait l’objet d’un mémoire d’étude présenté à l’École du Louvre par Kimberley Harthoorn en 2014, dont j’ai connaissance depuis longtemps mais que je garderai à l’écart, tout au moins dans la première partie de cet exercice. []

Dessine-moi un musée : Boulaq

Cette semaine, quelques plans réalisés il y a quelques années déjà1, pour illustrer l’évolution de l’organisation du premier musée public d’égyptologie en Égypte : le musée de Boulaq !

Musée de Boulaq, la salle du Centre vers 1871 (du fond de la salle vers l’entrée du musée)

Source : Mariette, Auguste, Album du musée de Boulaq, Le Caire, Mourès et Cie, 1872, pl. 2 (sur Gallica).
Continuer la lecture de « Dessine-moi un musée : Boulaq »
  1. Dans le cadre de mon mémoire d’étude de muséologie à l’École du Louvre : Le musée des antiquités égyptiennes de Būlāq (1858-1889). Faire connaître et aimer l’Égypte ancienne au XIXe siècle, 2013. []

Le quotidien du Louvre dans les années 1900

Cette semaine encore, une jolie trouvaille dans le versement 20144775 qui rassemble les archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, à savoir l’article 20144775/5, décrit dans l’inventaire comme « rapports du département ». Il ne s’agit de rien de moins que de carnets tenus journellement par les responsables du département et qui contiennent une foule de détails sur les affaires courantes et l’activité du service. Je ne me suis encore intéressé qu’aux quatre premiers, qui s’échelonnent entre janvier 1868 et janvier 1920.

3e carnet (Boreux, 1913-1920), 3 janvier 1914 : la Joconde revient après son vol

Les carnets

Ces quatre premiers carnets correspondent à trois mains différentes, qu’il n’est pas difficile de rattacher à leurs auteurs en comparant les dates couvertes1 et les membres du département mentionnés à la troisième personne dans chacun des carnets. Le premier (janvier 1868 à juin 1908) est vraisemblablement tenu par Paul Pierret (conservateur adjoint sous Rougé, puis conservateur du département de 1873 à 1908), d’une écriture très élégante. On y trouve peu d’entrées, essentiellement à propos des acquisitions du musée.

Continuer la lecture de « Le quotidien du Louvre dans les années 1900 »
  1. Pour la liste des responsables du département et leurs dates d’exercice, cf. Guichard, Sylvie, « Département des antiquités égyptiennes » dans Lintz, Yannick (dir.), Histoire du Louvre, t. 3 Dictionnaire thématique et culturel, Paris, 2016, p. 80-84, p. 84. []

Remontrance à Champollion : “Marchons toujours administrativement, je vous prie”

Pour inaugurer cette série de découvertes curieuses dans les fonds d’archives, « à tout seigneur, tout honneur » selon la formule consacrée, une lettre adressée à Champollion le Jeune1 par son supérieur.

Portrait du comte de Forbin
Le comte de Forbin
Lithographie de Cogniet
Continuer la lecture de « Remontrance à Champollion : “Marchons toujours administrativement, je vous prie” »
  1. Le qualificatif “le Jeune”, longtemps resté en usage, permettait de le distinguer de son frère aîné, désigné pour sa part comme Champollion-Figeac (1778-1867), du nom de leur ville de naissance. Voir notamment Aufrère, Sydney, “Champollion, Jean François“, Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2008 et Barbier, Muriel, “Champollion-Figeac, Jacques-Joseph“, Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2009. []