Les lettres de Mariette (4) : correspondance avec Ernest Desjardins, suite et fin – campagnes d’opinion et déboires éditoriales

La deuxième moitié1 des lettres de Mariette à son ami Desjardins viennent de rejoindre le recueil numérique de ses lettres. Ce nouvel ensemble permet d’entrevoir les préoccupations de l’égyptologue de manière homogène sur les deux dernières décennies de sa vie, de 1860 à 1880.

« Qu’est-ce que vous pensez du roi [Qui tire le diable par la queue], qui n’est pas dans Hérodote ? Je lui souhaite les richesses de Rhampsiniste. »2

Outre les joies et tristesses familiales, les problèmes de santé et des commentaires sur le climat de la cour du vice-roi d’Égypte, alors même que le pays connaît une prospérité et un développement sans précédent avant de plonger dans une crise budgétaire et diplomatique majeure, Mariette y entretient aussi son correspondant de ses travaux. On y trouve ainsi, années après années (et en dépit des périodes de vache maigre ou de la faveur changeante du vice-roi), des indications relativement régulières3 de ses entreprises.

Continuer la lecture de « Les lettres de Mariette (4) : correspondance avec Ernest Desjardins, suite et fin – campagnes d’opinion et déboires éditoriales »
  1. Voir, « Les lettres de Mariette (3) : correspondance avec Ernest Desjardins, 1860-1873 », 21 février 2021. []
  2. Lettre de Mariette, le 30 mars 1874, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 115-118, fo 118). []
  3. Malgré la quantité appréciable de lettres qu’il contient, le recueil composé par Desjardins lui-même des lettres qu’il avait reçues de Mariette et donné par ses descendants à la Bibliothèque nationale (où il est conservé sous la cote NAF 11669) n’est sans doute pas complet : il existe des périodes assez longues au cours desquelles Mariette était en Égypte et où il est difficile d’imaginer que les deux hommes n’ont pas correspondu ; certains articles publiés par Desjardins reprennent également des informations qu’il ne peut avoir obtenu que de Mariette et qui sont absentes de nos lettres. []

Le réseau épistolaire de François Chabas

Ce billet développe la communication que j’ai réalisée dans le cadre de The Digital Orientalist Twitter Conference 20201, inspirée par l’opportune proposition d’utiliser les nouvelles technologies pour poursuivre la recherche malgré la fermeture des bibliothèques, en exploitant « à distance » les outils disponibles.
J’ai pensé qu’il serait de circonstance de s’intéresser à la correspondance de François Chabas, qui mena l’essentiel de sa carrière à l’écart du terrain, des bibliothèques, des musées et des cercles académiques. Il s’agit d’une expérience pratique : exploiter la description de la collection de lettres donnée par le catalogue de la bibliothèque de l’Institut de France (sur Calames) pour analyser le réseau de correspondance de Chabas.

Le reclus de Chalon

Continuer la lecture de « Le réseau épistolaire de François Chabas »
  1. « Analyzing the epistolary network of a self-isolated egyptologist: François Chabas », 20 juin 2020. []

La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1)

Pour reprendre le clavier après un interlude trop long, j’ai choisi d’aborder un nouveau thème : les pratiques éditoriales, par le prisme d’un projet précis, la collection de la Bibliothèque égyptologique qu’a dirigée Maspero de 1893 à son décès en 1916.

Cette première approche survole la collection : sa chronologie et les volumes qui la compose, les objectifs qui lui étaient fixés et son équipe, fort étroitement concentrée autour de la personne de Maspero.

Les publications

Tous les volumes publiés de cette collection ont été numérisés (bien que selon des standards inégaux), et peuvent être consultés en ligne1.

Continuer la lecture de « La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1) »
  1. La liste complète a été compilée sur le Forum électronique des égyptologues. []

Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris

Parce que le fonctionnement d’un établissement dépend de son organigramme et de son personnel, et que les carrières, même scientifiques, sont largement déterminées par le fonctionnement des institutions, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur la structure des établissements et leurs agents. Je me propose ici de commencer avec le musée Guimet parisien, de sa création jusqu’au terme de la Première Guerre mondiale.

Le musée Guimet aujourd’hui (image : Wikimedia Commons)

Le cadre administratif

Le statut de l’institution

Le musée Guimet est un cas original (en France tout au moins) d’institution culturelle et scientifique fondée sur une initiative privée et cédée dans un second temps à l’État. Il est issu de la création en 1879 par l’industriel et orientaliste Émile Guimet d’un véritable centre d’étude de l’histoire des religions à Lyon, autour d’un musée auquel il donna son nom. Cependant, le programme ambitieux de l’institution (musée, bibliothèque, école de langue et centre de publication) ne rencontra pas un public suffisant, et le fondateur décida de déménager sa fondation à Paris1.

Continuer la lecture de « Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris »
  1. Grimm, Thomas, « Le musée Guimet », Le Petit journal, 29 mars 1884 : « La science n’effraye plus personne aujourd’hui ; elle est la génératrice du progrès et de l’industrie. C’est précisément parce que son musée n’est pas suffisamment dans le grand mouvement de la civilisation que M. Guimet veut le transporter à Paris, la ville-étude, le terrain neutre, le centre universel. » []

Transcrire l’égyptien ancien

L’« yod égyptologique » a été cette année intégré au standard Unicode1 ; il s’agissait du dernier symbole de translittération égyptologique qui y manquait et il pourra désormais être identifié par un code partagé par les polices de caractères informatiques. Cela me fournit le prétexte à revenir sur l’histoire de cet étrange alphabet servant à noter les sons de l’égyptien ancien.

L’alphabet de translittération qui fait aujourd’hui consensus : Gardiner, Alan Henderson, Egyptian Grammar: Being an Introduction to the Study of Hieroglyphs, 3e éd., Griffith Institute, Oxford, 1957, p. 27.

La translittération égyptologique utilisée dans les publications présente de nos jours un système étonnant, qui déroute autant par son ordre alphabétique que par le choix des caractères cabalistiques qui le composent.2

En effet, dès l’origine, la publication des inscriptions hiéroglyphique posait des difficultés. Pour éviter les coûts d’impression, ou tout simplement pouvoir commodément citer et commenter les termes égyptien au fil du texte, les égyptologues ont tout de suite adopté des systèmes de substitution. Il a néanmoins fallu attendre plusieurs décennies pour qu’un consensus se dégage.


N.B. Pour alléger la présentation, les citations hiéroglyphiques seront remplacées par la translittération (selon le système moderne) des signes, en italiques et entre crochets.

Les difficultés de la transcription hiéroglyphique

Absence d’autorités et pratiques individuelles

Continuer la lecture de « Transcrire l’égyptien ancien »
  1. Standard Unicode 12.0, 5 mars 2019 ; il a pour code A7BC (majuscule) et A7BD (minuscule) sous la dénomination « i glottal latin », dans le bloc « latin étendu D ». []
  2. Pour l’ordre alphabétique, cf. Schenkel, Wolfgang, « Erkundungen zur Reihenfolge der Zeichen im ägyptologischen Transkriptionsalphabet », CdÉ 63, 1988, p. 5-35 ; pour la phonologie élémentaire de l’égyptien ancien, cf. Peust, Carsten, Egyptian Phonology. An Introduction to the Phonology of a Dead Language (Monographien zur ägyptischen Sprache 2), Göttingen, Peust und Gutschmidt, 1999. []