Les lettres de Mariette : une édition numérique (1)

Ce billet est le premier de ce qui deviendra, je l’espère, une longue série. Il rend public un projet auquel je réfléchis depuis quelques temps et qui m’occupe sérieusement depuis cet hiver. Ses premiers résultats sont désormais accessibles en ligne

Étudier la correspondance ancienne

Les lettres sont une source de premier plan pour approcher le travail des égyptologues du XIXe siècle.1 Échangées avec des pairs ou des proches, elles peuvent révéler les réflexions qui occupaient alors leur rédacteur et n’ont pas nécessairement laissé d’autre trace, qu’elles aient été abandonnées ou transformées ; ces documents fourmillent aussi de détails d’intérêt inégal mais inestimables pour contextualiser finement les travaux des intéressés.

Continuer la lecture de « Les lettres de Mariette : une édition numérique (1) »
  1. Je ne résiste pas à citer une nouvelle fois Maspero, au sujet de l’acquisition par l’Institut de la correspondance de Chabas : « M. Chabas a vécu en effet à une époque où l’égyptologie élaborait sa doctrine par lettres privées plus encore peut-être que par ouvrage imprimés. La raison en était surtout la difficulté de se procurer des caractères hiéroglyphiques en province ou même à l’étranger […]. Toutes les questions égyptologiques du moment sont donc agitées dans ces lettres » Maspero, Gaston, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres (59e année) 3, 1915, p. 224-225. Voir « Le réseau épistolaire de François Chabas », 24 juin 2020. []

Le réseau épistolaire de François Chabas

Ce billet développe la communication que j’ai réalisée dans le cadre de The Digital Orientalist Twitter Conference 20201, inspirée par l’opportune proposition d’utiliser les nouvelles technologies pour poursuivre la recherche malgré la fermeture des bibliothèques, en exploitant « à distance » les outils disponibles.
J’ai pensé qu’il serait de circonstance de s’intéresser à la correspondance de François Chabas, qui mena l’essentiel de sa carrière à l’écart du terrain, des bibliothèques, des musées et des cercles académiques. Il s’agit d’une expérience pratique : exploiter la description de la collection de lettres donnée par le catalogue de la bibliothèque de l’Institut de France (sur Calames) pour analyser le réseau de correspondance de Chabas.

Le reclus de Chalon

Continuer la lecture de « Le réseau épistolaire de François Chabas »
  1. « Analyzing the epistolary network of a self-isolated egyptologist: François Chabas », 20 juin 2020. []

La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1)

Pour reprendre le clavier après un interlude trop long, j’ai choisi d’aborder un nouveau thème : les pratiques éditoriales, par le prisme d’un projet précis, la collection de la Bibliothèque égyptologique qu’a dirigée Maspero de 1893 à son décès en 1916.

Cette première approche survole la collection : sa chronologie et les volumes qui la compose, les objectifs qui lui étaient fixés et son équipe, fort étroitement concentrée autour de la personne de Maspero.

Les publications

Tous les volumes publiés de cette collection ont été numérisés (bien que selon des standards inégaux), et peuvent être consultés en ligne1.

Continuer la lecture de « La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1) »
  1. La liste complète a été compilée sur le Forum électronique des égyptologues. []

Les risques du terrain

Divers projets m’empêchent de prendre le temps de publier quoi que ce soit de plus construit en ce moment, mais j’ai trouvé samedi un épisode tellement saisissant que je ne résiste pas à le présenter tel quel.

Portrait d'Auguste Mariette
Portrait d’Auguste Mariette, 1862 (image : Gallica)
Crédit : Société de géographie/Bibliothèque nationale de France

Il s’agit d’une lettre contenue dans le dossier de personnel d’Auguste Mariette dans le fonds des musées nationaux1. Elle fut écrite pendant la fameuse mission en Égypte au cours de laquelle il mit au jour les souterrains du Sérapéum (1850-1853), et s’adresse à un destinataire non dénommé. Celui-ci appartient sans doute à l’administration des Beaux-Arts, puisque Mariette évoque avec lui la question de ses fonds et de la mission qu’il lui a confiée. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse du comte de Nieuwerkerke, directeur général des musées impériaux et intendant des Beaux-Arts de la maison de l’empereur, auquel Mariette a adressé des lettres conservées avec celle qui nous intéresse, mais il pourrait peut-être plus simplement s’agir d’Emmanuel de Rougé, conservateur du département égyptien depuis 1849, ou même Adrien de Longpérier, conservateur des antiques au Louvre qui avait auparavant supervisé l’installation par Mariette des grandes sculptures égyptiennes dans la galerie Henri-IV.

Continuer la lecture de « Les risques du terrain »
  1. Archives nationales, 20150497/118, dossier 145. []

Transcrire l’égyptien ancien

L’« yod égyptologique » a été cette année intégré au standard Unicode1 ; il s’agissait du dernier symbole de translittération égyptologique qui y manquait et il pourra désormais être identifié par un code partagé par les polices de caractères informatiques. Cela me fournit le prétexte à revenir sur l’histoire de cet étrange alphabet servant à noter les sons de l’égyptien ancien.

L’alphabet de translittération qui fait aujourd’hui consensus : Gardiner, Alan Henderson, Egyptian Grammar: Being an Introduction to the Study of Hieroglyphs, 3e éd., Griffith Institute, Oxford, 1957, p. 27.

La translittération égyptologique utilisée dans les publications présente de nos jours un système étonnant, qui déroute autant par son ordre alphabétique que par le choix des caractères cabalistiques qui le composent.2

En effet, dès l’origine, la publication des inscriptions hiéroglyphique posait des difficultés. Pour éviter les coûts d’impression, ou tout simplement pouvoir commodément citer et commenter les termes égyptien au fil du texte, les égyptologues ont tout de suite adopté des systèmes de substitution. Il a néanmoins fallu attendre plusieurs décennies pour qu’un consensus se dégage.


N.B. Pour alléger la présentation, les citations hiéroglyphiques seront remplacées par la translittération (selon le système moderne) des signes, en italiques et entre crochets.

Les difficultés de la transcription hiéroglyphique

Absence d’autorités et pratiques individuelles

Continuer la lecture de « Transcrire l’égyptien ancien »
  1. Standard Unicode 12.0, 5 mars 2019 ; il a pour code A7BC (majuscule) et A7BD (minuscule) sous la dénomination « i glottal latin », dans le bloc « latin étendu D ». []
  2. Pour l’ordre alphabétique, cf. Schenkel, Wolfgang, « Erkundungen zur Reihenfolge der Zeichen im ägyptologischen Transkriptionsalphabet », CdÉ 63, 1988, p. 5-35 ; pour la phonologie élémentaire de l’égyptien ancien, cf. Peust, Carsten, Egyptian Phonology. An Introduction to the Phonology of a Dead Language (Monographien zur ägyptischen Sprache 2), Göttingen, Peust und Gutschmidt, 1999. []

Dessine-moi un musée : Boulaq

Cette semaine, quelques plans réalisés il y a quelques années déjà1, pour illustrer l’évolution de l’organisation du premier musée public d’égyptologie en Égypte : le musée de Boulaq !

Musée de Boulaq, la salle du Centre vers 1871 (du fond de la salle vers l’entrée du musée)

Source : Mariette, Auguste, Album du musée de Boulaq, Le Caire, Mourès et Cie, 1872, pl. 2 (sur Gallica).
Continuer la lecture de « Dessine-moi un musée : Boulaq »
  1. Dans le cadre de mon mémoire d’étude de muséologie à l’École du Louvre : Le musée des antiquités égyptiennes de Būlāq (1858-1889). Faire connaître et aimer l’Égypte ancienne au XIXe siècle, 2013. []