Le réseau épistolaire de François Chabas

Ce billet développe la communication que j’ai réalisée dans le cadre de The Digital Orientalist Twitter Conference 20201, inspirée par l’opportune proposition d’utiliser les nouvelles technologies pour poursuivre la recherche malgré la fermeture des bibliothèques, en exploitant « à distance » les outils disponibles.
J’ai pensé qu’il serait de circonstance de s’intéresser à la correspondance de François Chabas, qui mena l’essentiel de sa carrière à l’écart du terrain, des bibliothèques, des musées et des cercles académiques. Il s’agit d’une expérience pratique : exploiter la description de la collection de lettres donnée par le catalogue de la bibliothèque de l’Institut de France (sur Calames) pour analyser le réseau de correspondance de Chabas.

Le reclus de Chalon

Continuer la lecture de « Le réseau épistolaire de François Chabas »
  1. « Analyzing the epistolary network of a self-isolated egyptologist: François Chabas », 20 juin 2020. []

La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1)

Pour reprendre le clavier après un interlude trop long, j’ai choisi d’aborder un nouveau thème : les pratiques éditoriales, par le prisme d’un projet précis, la collection de la Bibliothèque égyptologique qu’a dirigée Maspero de 1893 à son décès en 1916.

Cette première approche survole la collection : sa chronologie et les volumes qui la compose, les objectifs qui lui étaient fixés et son équipe, fort étroitement concentrée autour de la personne de Maspero.

Les publications

Tous les volumes publiés de cette collection ont été numérisés (bien que selon des standards inégaux), et peuvent être consultés en ligne1.

Continuer la lecture de « La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1) »
  1. La liste complète a été compilée sur le Forum électronique des égyptologues. []

Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris

Parce que le fonctionnement d’un établissement dépend de son organigramme et de son personnel, et que les carrières, même scientifiques, sont largement déterminées par le fonctionnement des institutions, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur la structure des établissements et leurs agents. Je me propose ici de commencer avec le musée Guimet parisien, de sa création jusqu’au terme de la Première Guerre mondiale.

Le musée Guimet aujourd’hui (image : Wikimedia Commons)

Le cadre administratif

Le statut de l’institution

Le musée Guimet est un cas original (en France tout au moins) d’institution culturelle et scientifique fondée sur une initiative privée et cédée dans un second temps à l’État. Il est issu de la création en 1879 par l’industriel et orientaliste Émile Guimet d’un véritable centre d’étude de l’histoire des religions à Lyon, autour d’un musée auquel il donna son nom. Cependant, le programme ambitieux de l’institution (musée, bibliothèque, école de langue et centre de publication) ne rencontra pas un public suffisant, et le fondateur décida de déménager sa fondation à Paris1.

Continuer la lecture de « Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris »
  1. Grimm, Thomas, « Le musée Guimet », Le Petit journal, 29 mars 1884 : « La science n’effraye plus personne aujourd’hui ; elle est la génératrice du progrès et de l’industrie. C’est précisément parce que son musée n’est pas suffisamment dans le grand mouvement de la civilisation que M. Guimet veut le transporter à Paris, la ville-étude, le terrain neutre, le centre universel. » []