Momies et manies

Momies d’Antinoé : Leukyôné et la « dame byzantine », à l’étage de la rotonde du musée Guimet, 1909 (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN : base Mémoire, cote 284_62, photo n° 68L04036)

Le XIXe siècle ne nous décevra jamais en matière d’originalité. Voici quelques anecdotes dénichées récemment qui tournent autour des bizarreries que pouvaient provoquer l’exposition habilement mise en scène des momies égyptiennes d’Antinoé au musée Guimet :

Le culte des momies

Le premier de ces épisode se trouve dans la presse, et mentionne la ferveur qu’éveillent les collections du musée :

« Par ces temps déjà caniculaires, je vous signale le musée Guimet comme l’un des endroits les plus frais de Paris.1 Il n’y vient jamais personne. Un humoriste ajouterait que tous ces bibelots funèbres qui forment la macabre et charmante exposition vous font un peu froid dans le dos.

Continuer la lecture de « Momies et manies »
  1. Cette précision n’a pas perdu de sa pertinence. []

Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris

Parce que le fonctionnement d’un établissement dépend de son organigramme et de son personnel, et que les carrières, même scientifiques, sont largement déterminées par le fonctionnement des institutions, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur la structure des établissements et leurs agents. Je me propose ici de commencer avec le musée Guimet parisien, de sa création jusqu’au terme de la Première Guerre mondiale.

Le musée Guimet aujourd’hui (image : Wikimedia Commons)

Le cadre administratif

Le statut de l’institution

Le musée Guimet est un cas original (en France tout au moins) d’institution culturelle et scientifique fondée sur une initiative privée et cédée dans un second temps à l’État. Il est issu de la création en 1879 par l’industriel et orientaliste Émile Guimet d’un véritable centre d’étude de l’histoire des religions à Lyon, autour d’un musée auquel il donna son nom. Cependant, le programme ambitieux de l’institution (musée, bibliothèque, école de langue et centre de publication) ne rencontra pas un public suffisant, et le fondateur décida de déménager sa fondation à Paris1.

Continuer la lecture de « Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris »
  1. Grimm, Thomas, « Le musée Guimet », Le Petit journal, 29 mars 1884 : « La science n’effraye plus personne aujourd’hui ; elle est la génératrice du progrès et de l’industrie. C’est précisément parce que son musée n’est pas suffisamment dans le grand mouvement de la civilisation que M. Guimet veut le transporter à Paris, la ville-étude, le terrain neutre, le centre universel. » []