Où l’on trouve par hasard son auteur préféré

J’avais décidé de borner (pour le moment, en tout cas) à 1914 mon dépouillement des archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre conservées aux Archives nationales. L’article 20144775/2 « Administration » contient de nombreux dossiers qui jalonnent l’histoire du département sur des sujets très divers.1 L’un des dossiers de 1913 concerne un épisode banal de vitrine endommagée, semble-t-il par un visiteur, et au remboursement de ladite vitrine (pour 25 F). On y trouve un devis réalisé par le vitrier le 27 octobre 1913 et quelques courriers, jusqu’à la copie du reçu adressé au visiteur maladroit le 17 novembre. La vitrine concernée est celle d’un sarcophage (désigné par le numéro I 712). Rien de particulièrement étonnant. Sauf que… le visiteur en question est un certain « M. de Crayencour », qui indique une adresse à Bruxelles (24, rue d’Écosse).

Continuer la lecture de « Où l’on trouve par hasard son auteur préféré »
  1. Ils sont recensés en détail dans l’instrument de recherche consacré à ce versement. []

Remontrance à Champollion : “Marchons toujours administrativement, je vous prie”

Pour inaugurer cette série de découvertes curieuses dans les fonds d’archives, « à tout seigneur, tout honneur » selon la formule consacrée, une lettre adressée à Champollion le Jeune1 par son supérieur.

Portrait du comte de Forbin
Le comte de Forbin
Lithographie de Cogniet
Continuer la lecture de « Remontrance à Champollion : “Marchons toujours administrativement, je vous prie” »
  1. Le qualificatif “le Jeune”, longtemps resté en usage, permettait de le distinguer de son frère aîné, désigné pour sa part comme Champollion-Figeac (1778-1867), du nom de leur ville de naissance. Voir notamment Aufrère, Sydney, “Champollion, Jean François“, Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2008 et Barbier, Muriel, “Champollion-Figeac, Jacques-Joseph“, Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2009. []