« Vous n’aurez pas ma tête ! » Un échange entre le Louvre et le musée Guimet

Au détour d’un courrier au ton singulier retrouvé dans les archives, revenons sur les mésaventures d’une statue représentant la déesse Isis allaitant son fils Horus et inscrite au nom de la divine adoratrice Chépénoupet II. Cette statue est désormais conservée au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre sous les numéros d’inventaire E 7826 (corps) et E 20371 (buste).1

Statue d'Isis allaitant Horus
Isis allaitant Horus
XXVe dynastie, Médinet Habou (fouilles de John B. Greene, 1855) ; granit ; h. 1,46 m ; Louvre E 7826 & E 20371 (image : Wikimedia Commons)

Une proposition innocente ?

Continuer la lecture de « « Vous n’aurez pas ma tête ! » Un échange entre le Louvre et le musée Guimet »
  1. Étienne, Marc, notice n° 24, dans Galliano, Geneviève (dir.), Un jour j’achetai une momie. Émile Guimet et l’Égypte antique, Lyon, Hazan, 2012, p. 172. []

Les risques du terrain

Divers projets m’empêchent de prendre le temps de publier quoi que ce soit de plus construit en ce moment, mais j’ai trouvé samedi un épisode tellement saisissant que je ne résiste pas à le présenter tel quel.

Portrait d'Auguste Mariette
Portrait d’Auguste Mariette, 1862 (image : Gallica)
Crédit : Société de géographie/Bibliothèque nationale de France

Il s’agit d’une lettre contenue dans le dossier de personnel d’Auguste Mariette dans le fonds des musées nationaux1. Elle fut écrite pendant la fameuse mission en Égypte au cours de laquelle il mit au jour les souterrains du Sérapéum (1850-1853), et s’adresse à un destinataire non dénommé. Celui-ci appartient sans doute à l’administration des Beaux-Arts, puisque Mariette évoque avec lui la question de ses fonds et de la mission qu’il lui a confiée. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse du comte de Nieuwerkerke, directeur général des musées impériaux et intendant des Beaux-Arts de la maison de l’empereur, auquel Mariette a adressé des lettres conservées avec celle qui nous intéresse, mais il pourrait peut-être plus simplement s’agir d’Emmanuel de Rougé, conservateur du département égyptien depuis 1849, ou même Adrien de Longpérier, conservateur des antiques au Louvre qui avait auparavant supervisé l’installation par Mariette des grandes sculptures égyptiennes dans la galerie Henri-IV.

Continuer la lecture de « Les risques du terrain »
  1. Archives nationales, 20150497/118, dossier 145. []