Les lettres de Mariette (4) : correspondance avec Ernest Desjardins, suite et fin – campagnes d’opinion et déboires éditoriales

La deuxième moitié1 des lettres de Mariette à son ami Desjardins viennent de rejoindre le recueil numérique de ses lettres. Ce nouvel ensemble permet d’entrevoir les préoccupations de l’égyptologue de manière homogène sur les deux dernières décennies de sa vie, de 1860 à 1880.

« Qu’est-ce que vous pensez du roi [Qui tire le diable par la queue], qui n’est pas dans Hérodote ? Je lui souhaite les richesses de Rhampsiniste. »2

Outre les joies et tristesses familiales, les problèmes de santé et des commentaires sur le climat de la cour du vice-roi d’Égypte, alors même que le pays connaît une prospérité et un développement sans précédent avant de plonger dans une crise budgétaire et diplomatique majeure, Mariette y entretient aussi son correspondant de ses travaux. On y trouve ainsi, années après années (et en dépit des périodes de vache maigre ou de la faveur changeante du vice-roi), des indications relativement régulières3 de ses entreprises.

On y repère notamment deux thèmes récurrents, stratégiques pour de Mariette : la mise en valeur des découvertes auprès de publics variés en France, par le truchement de Desjardins, souvent pour toucher la cour d’Égypte par ricochet ; et toutes les étapes du travail de publication de ses travaux, que Desjardins lui serve d’intermédiaire ou que Mariette le tienne simplement informé de ses démarches.

Le relevé détaillé de ces échanges peut s’avérer fastidieux, mais permet de repérer, à différents moments de la carrière de Mariette, quels ont été ses projets et les mésaventures qu’il a souvent rencontrées dans leur exécution, afin de mettre en perspective le bilan de ses réalisations avec un contexte changeant et des visées parfois trop ambitieuses ou optimistes. Cette synthèse permet également d’ébaucher un récit plus détaillé des entreprises de l’égyptologue dans le choix de ses collaborateurs, de ses interlocuteurs et de ses tribunes.

Faire connaître les travaux de Mariette

Mariette avait pu apprécier, pendant ses fouilles au Sérapéum (1850-1854), l’efficacité des campagnes d’opinion dans les cercles savants et par voie de presse pour obtenir un soutien politique (c’est-à-dire essentiellement financier) et diplomatique. Devenu fonctionnaire égyptien en 1858, il allait parfois devoir s’appuyer sur l’influence du gouvernement français pour faire valoir ses services devant la faveur des vice-rois d’Égypte, sujette à des caprices redoutables, mais aussi contrainte par les difficultés budgétaires croissantes du pays dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Il était aussi important pour Mariette, qui fut longtemps sans envisager de terminer sa carrière en Égypte, de ne pas se faire oublier de ses collègues français, et de se montrer scientifiquement à la hauteurs des prérogatives inédites qui lui étaient accordées par sa position dans l’administration égyptienne. Desjardins, bien introduit à la cour impériale grâce à la protection de Mme Cornu (qu’il partageait avec Mariette), enseignant à l’École normale supérieure, actifs dans les grands quotidiens parisiens, élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1875, lui était utile sur ces deux tableaux, et servait volontiers les intérêts de son ami.

Desjardins à la manœuvre

Mariette était entré en relation avec Desjardins suite à un article que ce dernier lui avait spontanément consacré dans Le Moniteur universel en 18604. Nous l’avons vu, il avait toutes les raisons d’être sensible à la démarche de Desjardins.


Portrait d’Ernest Desjardins (image : Gallica)
Crédit : Société de géographie/Bibliothèque nationale de France

Celui-ci ne s’arrêta pas à cet article ; il se faisait le relais des informations que lui communiquaient Mariette dans la presse dans des articles signés ou non5, et il donna au moins une conférence à Paris sur les fouilles du Sérapéum6. Il devint un canal de communication appréciable pour Mariette, qui souffrait de son isolement des cercles égyptologiques, causé par son éloignement géographique puis par l’incompréhension de ses pairs vis-à-vis des difficultés qu’il avait à publier le produit de ses fouilles.

Le zèle de Desjardins était cependant une arme à double tranchant : Mariette l’ayant sollicité pour contrer la publication non autorisée à Berlin d’une inscription qu’il avait découverte7, l’excès de ses attaques contre les Prussiens8 déclencha de graves tensions entre les savants français et prussiens et à la cour d’Égypte9 ; le même incident se produisit plus tard vis-à-vis d’Heinrich Brugsch10 ; aussi Mariette prenait-il parfois le soin de préciser que ce qu’il écrivait à son ami était pour lui seul11.

Desjardins fut par ailleurs consulté et mis à contribution pour les démarches de Mariette auprès de la Société de géographie12, mais c’est surtout l’Académie des inscriptions et belles-lettres qui concentrait l’attention de Mariette et qui revient le plus fréquemment dans leurs échanges.

L’Institut

L’Académie des inscriptions et belles-lettres était, par ses attributions, l’intercesseur naturel des savants qui savaient s’y faire valoir vis-à-vis des autorités ; c’était aussi un lieu de rencontres régulières des grandes orientalistes et antiquisants parisiens. Desjardins fut régulièrement mis à contributions pour travailler la savante compagnie ; lui-même devait être admis en son sein en 1875, et y être rejoint par Mariette en 187813.

Une tribune par procuration

L’Institut était le lieu idéal pour donner de la publicité aux travaux de Mariette, même indirectement : ils pouvaient y être présentés aux membres, puis relayés par la presse généraliste et édités plus formellement dans les Comptes rendus des séances.

L’Institut avait été un des leviers mis en branle pour faire aboutir la demande de mission de Mariette en 185014. Mariette y disposait, au début de sa carrière en tout cas, de soutiens bien disposés à son égard, avec notamment le vicomte Emmanuel de Rougé, égyptologue et conservateur au musée du Louvre, qui lui servit plusieurs fois d’intermédiaire pour lire ses lettres aux séances15.

La bibliothèque de l’Institut de France, 1835 (Wikimedia)

Avec le refroidissement progressif de ses relations avec Rougé, cependant, sa position se fit plus incertaine. En juillet 1863, les travaux de Mariette furent désignés comme éligibles pour recevoir un prix de l’Académie, bel hommage symbolique assorti d’une récompense pécuniaire substantielle. Il lui manqua cependant le soutien de Rougé16, et on lui préféra en définitive les découvertes de l’assyriologue Jules Oppert17, mais notre égyptologue fut tout de même désigné correspondant de l’Académie quelques mois plus tard18.

Desjardins semble dès lors avoir été l’intermédiaire privilégié de Mariette vis-à-vis de l’Institut : c’est à lui qu’était adressée la lettre qui fut lue en 1865, pour donner de la publicité à la découverte de la liste royale d’Abydos qui avait été publiée sans autorisation ni mention de Mariette en Prusse19. Les fâcheuses suites produites par le manque de retenue de Desjardins dans la presse ont été mentionnées plus haut.

L’actualité de l’Institut est absente des lettres à Desjardins conservées pour quelques années par la suite. Le prix biennal qui lui avait échappé en 1863 finit par lui revenir dix ans plus tard20. Le 11 juillet de la même année, Mariette faisait présenter par Longpérier à l’Académie l’Album du musée de Boulaq21. En janvier 1876, c’est Desjardins, désormais membre de l’Institut, qui présentait à l’Académie des inscriptions les mémoires de Mariette sur les fouilles de Karnak et les listes géographiques de Thoutmosis III22 ; le 13 avril 1877, il fit de même avec la monographie Deir el-Bahari23.

Il fut à nouveau le truchement de son ami pour ses communications de 1879 et 1880. En mai 1879, Mariette lui envoyait en effet une lettre sur quelques stèles d’Abydos qu’il avait écrite pour qu’elle soit lue à l’Académie24, et se proposait même de la faire imprimer, si elle était jugée en valoir la peine. Il lut pour lui également la fin du mémoire que Mariette avait préparé sur les fouilles à entreprendre en Égypte25 ; quelques semaines plus tard, il put lire une lettre de Mariette remerciant l’Académie pour son soutien et l’intervention du gouvernement français qu’elle avait provoquée26. En avril 1880, Mariette espérait toujours récolter en tournée de quoi rédiger quelques « rubriques » que Desjardins pourra communiquer pour lui à l’Institut27.

Pendant presque une vingtaine d’années, Desjardins avait donc été un soutien actif de Mariette à l’Institut, plus proche de lui que le vicomte de Rougé, le seul égyptologue à y siéger jusqu’à sa disparition fin 1872, et qui s’était progressivement détaché de Mariette dans les années 1860.

Mariette entre dans l’arène

Avant de s’établir en Égypte, Mariette avait rendu compte de ses travaux en personne au cours des séances des 19 et 26 août 185928. Au cours des années qui suivirent, il assistait aux séances quand il en avait la possibilité, et y participait à l’occasion29.

En 1873, après la mort de Rougé, alors qu’un siège d’égyptologue semblait à prendre sous la Coupole, Mariette fut consulté sur ses intentions, et délibéra qu’il valait mieux pour lui rester en Égypte et laisser « le drapeau de l’égyptologie » en France à Chabas et Maspero30.

Les lettres des années suivantes continuent de nous révéler les coulisses des menées de Mariette à l’Institut. En 1874, il y lit le récit de sa découverte des listes géographiques de Karnak31 ; la séance aboutit à des félicitations et par un vote unanime qui chargeait le secrétaire perpétuel d’écrire au vice-roi d’Égypte pour le féliciter de cette découverte. Il fut proposé à Mariette d’imprimer sa communication, mais – échaudé par ses déboires avec Dendérah et Karnak ? – il s’inquiétait du temps que cela représenterait32, et le fit finalement paraître l’année suivante sous les auspices du vice-roi33.

Plusieurs mois de 1879 sont plus tard employés à une nouvelle communication, que Mariette désigne d’emblée comme un « un long mémoire » pour l’Académie34 Le texte est longuement remanié : la première version est soumise à Desjardins en septembre 187935 ; il est destiné à être lu lors de deux séances de trois quarts d’heure chacune36. Mariette fait sa lecture au cours des séances des 1037 et 17 octobre 187938 ; Desjardins en lut sans doute une forme abrégée lors de la séance publique annuelle du 21 novembre 187939, alors que Mariette était déjà reparti en Égypte.

Dans les mois qui suivirent, les deux amis échangèrent au sujet de l’impression de ce mémoire sur les fouilles ; Mariette envisageait, s’il ne devait pas être intégré au Comptes rendus, de le faire publier à part par Mourrès40 ; Desjardins semble avoir répondu qu’il valait mieux présenter quelque chose de nouveau41.

Les lettres des dernières années de Mariette évoquent aussi des projets qui ne furent pas réalisés. Il annonçait ainsi dès octobre 1879 commencer un travail destiné à l’Académie sur Horapollon42, plus précisément sur l’hiéroglyphe du chien, mais qu’une communication sur les Hyksos intéresserait peut-être davantage l’Institut43. C’est peut-être l’un de ces sujets qui correspond au mémoire qu’il évoque en août 1880 en prévoyant de demander à Desjardins de le lire pour lui à l’Institut.44

Un cercle d’influence

Ce n’était évidemment pas que la reconnaissance académique qui motivait Mariette dans ses démarches. Donner de la visibilité à ses travaux et les rappeler à l’esprit de tous ceux qui pouvaient être intéressés aux développements de l’égyptologie et de la présence française en Égypte était un enjeu majeur pour lui. Après la disparition du vicomte de Rougé en 1872, il ne semble plus avoir compté d’opposants particuliers, alors qu’il était lui-même soutenu par Desjardins et Maspero qui étaient de plus en plus reconnus. Cette considération bien établie et non plus menacée allait lui être précieuse alors que la crise budgétaire égyptienne allait priver le vice-roi de ses ressources pour soutenir son service des antiquités.

Mariette décrit explicitement sa tactique en septembre 1873 : désireux de sensibiliser le vice-roi à ses fouilles pour en assurer le financement et le soutien politique, il cherchait à obtenir une recommandation appuyée de l’Institut (dont il réalise cependant qu’il pèserait peu aux yeux d’Ismaïl Pacha) ou d’un ministère, voire du président de Mac-Mahon45. L’année suivante, le récit de sa découverte des listes géographiques aboutit à un vote unanime qui charge le secrétaire perpétuel d’écrire au vice-roi d’Égypte pour le féliciter de cette découverte46. Unanime, le vote n’était pas nécessairement spontané.

La même manœuvre se répéta en 1879, avec le long mémoire que lut Mariette sur « les fouilles à entreprendre en Égypte» : cette lecture avait pour but d’encourager Waddington, académicien lui aussi et alors président du Conseil, de plaider pour les fouilles auprès de Blignières, contrôleur des Finances au gouvernement égyptien47. L’opération, de longue haleine puisque Mariette la préparait depuis juin et que son texte fut lu en octobre et en novembre, obtint tout le succès souhaité, et de retour en Égypte, il pouvait se féliciter de toutes les facilités qu’il rencontrait désormais dans ses travaux48.

Il n’en demeure pas moins que certains épisodes des activités de Mariette à l’Institut sont absents des lettres à Desjardins conservées à la Bibliothèque nationale de France, à commencer par son élection en 1878 – tout comme, d’ailleurs, celle de son correspondant en 1875. Il est difficile d’imaginer que les deux amis ne se soient pas arrêtés sur ces consécrations de leurs carrières respectives, mais il est à craindre qu’ils en aient discuté de vive voix pendant des vacances françaises de Mariette, ou que les lettres correspondantes n’aient pas été conservées pour une raison quelconque.

Il ne faudrait pas pour autant se figurer, au terme de cette longue liste détaillée des manœuvres de Mariette à l’Institut, qu’il avait l’esprit fixé sur ce qui s’y disait. Il s’agit certes assurément pour lui d’une reconnaissance importante, à titre personnel, également dans l’éventuelle perspective d’une retraite en France, et surtout dans ce qu’elle pouvait représenter pour le vice-roi d’Égypte ou tout au moins ceux qui pouvaient l’influencer et l’encourager à soutenir activement le service de conservation des antiquités de l’Égypte. Mais l’activité de Mariette à l’Académie est loin d’être systématique ou constante : s’il est régulièrement actif de 1859 à 1866, il ne semble pas être officiellement intervenu, en personne ou par procuration, dans les séances entre 1867 et 1872, période pendant laquelle il n’évoque pas non plus l’institution avec Desjardins. L’hostilité de Rougé, croissante dans les années 1860, suffit-elle à expliquer cette absence d’implication jusqu’à la disparition du vicomte ? Mariette était de toute façon occupé sur d’autres fronts (avec notamment l’Exposition universelle de 1867, les festivités d’inauguration du canal de Suez en 1869 et la gestion quotidienne du service des antiquités et du musée de Boulaq), mais cette retraite de la scène académique est notable. Même apparente inactivité en 1875 et 1878, cette fois-ci peut-être due à des lacunes de la correspondance conservée, alors que les deux compères sont tour à tour élu au sein de la compagnie.

Plus généralement, Mariette ne semble pas avoir cherché à « communiquer » dans les cercles savants à la moindre occasion. On peut même s’étonner de l’absence de communications formelles à plusieurs étapes de ses travaux, comme l’ouverture du musée de Boulaq, ou certaines trouvailles de ses fouilles, même à leurs débuts (le mobilier funéraire de la reine Iâhhotep, le site de Tanis, les statues de Rahotep et Nofret par exemple). Sans doute concevait-il difficilement d’exposer une découverte sans avoir déjà résolu toutes les questions qu’elles soulevaient et être en mesure de présenter un exposé complet et instructif. Les mêmes réticences se retrouvent dans ses projets de publication. Ces événements marquants qui auraient pu le pousser à s’adresser à ses pairs européens pour leur faire connaître ses travaux datent également du début de sa carrière, dans une phase assez prospère, où le soutien politique et financier du vice-roi semblait, sans avoir jamais été très assuré, moins compromis qu’à partir des années 1870.

Sur le plan scientifique, Mariette explique d’ailleurs lui-même son attitude en avril 1876, à l’occasion d’une communication de Chabas devant l’Académie sur laquelle Desjardins le consultait49 : jugeant le terrain trop peu sûr, il préférait éviter le sujet épineux du calendrier, mais n’excluait pas de prendre part au débat s’il mettait la main sur des éléments susceptibles d’éclairer la question. Il annonçait d’ores et déjà qu’il ferait alors connaître sa position à Desjardins, pour qu’il l’ébruite, selon le procédé que nous avons rencontré à plusieurs reprises. Notons tout de même que Mariette semblait bien réticent à l’idée de soumettre lui-même directement ses thèses à ses pairs.

D’autres affaires suscitaient bien des échanges entre les deux savants, au premier plan desquelles les publications de Mariette.

Les publications successives de Mariette

Mariette passa sa vie à tenter de publier ses découvertes, avec plus ou moins de succès. D’importantes difficultés matérielles et financières se sont en effet dressées devant lui, alors qu’il était pris par d’autres travaux ; lui-même bouleversa aussi régulièrement ses plans de publications, sans qu’il soit toujours clair de déterminer s’il s’agissait d’une indécision dommageable à l’aboutissement de son entreprise ou d’hésitations à trouver la formule la plus à même d’être mise en œuvre dans les meilleures conditions face aux hésitations des financeurs publics, des imprimeurs et des éditeurs chargés de la distribution.

Les lettres qu’il écrivit à d’autres correspondants, et notamment à Maspero, devraient compléter ces détails ponctuels.

Du début à la fin : publier le Sérapéum (1855-1881)

Les lettres des dossiers de missions de Mariette50 nous avaient permis de suivre ses premières tentatives, alors qu’il cherchait à publier ses fouilles du Sérapéum : en août 1855, appuyé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il expose son projet au ministère de l’Instruction publique en déplorant les exigences des éditeurs qu’il a consultés (Gide et Baudry)51 ; en février puis en décembre 1856, il proposa successivement deux plans pour l’ouvrage, et la manière dont il envisageait son financement étalé sur cinq ans cofinancé par le ministère d’État et celui de l’Instruction publique52. Mariette avait d’ailleurs publié dix premières planches à part, avec Gide et Baudry, au cours de cette année53 ; il s’agissait peut-être d’une tentative pour sonder le marché, lever des fonds ou attirer la curiosité des autorités scientifiques (Mariette n’en fit cependant pas état dans ses demandes de financements publics). Cette solution semble avoir été mise en œuvre pour un ouvrage rassemblant neuf livraisons de quatre planches et une livraison de texte, qui semblent s’être étalées de 1857 à 1866, publiée par Gide sous les auspices du ministre d’État54.

La publication complète du Sérapéum fut tout au long de sa carrière une tâche dont Mariette ne put jamais se départir : il indiquait y travailler en juillet 186255 et en mars 186356, recherchant toujours des détails sur la chronologie des fouilles à travers les sources parisiennes en avril 186357. D’autres publications que nous avons vu l’occupèrent dans les années qui suivirent.

Il mentionna à nouveau le projet en avril 1876 : au terme d’un hiver assez productif, il indique qu’il avait écrit deux cents pages sur trois cents pour le Sérapéum, et cherchait un éditeur, pressentant un succès58.

Ce hiatus de treize ans n’est pas négligeable. Malgré les difficultés à la bonne marche du service causées par la crise budgétaire, nous verrons que Mariette avait encore à cette date quelques monographies à publier ; il ne s’agissait pas de revenir au Sérapéum dont il avait les matériaux en réserve depuis bien longtemps par dépit, ou pour attendre une meilleure conjoncture. L’angoisse de terminer cet ouvrage avant que sa santé ne se détériore trop, récurrente dans ses lettres de 1880, commençait peut-être déjà à se faire sentir à ce moment.

En juillet 1876, Mariette travaillait en tout cas aux plans qui devaient accompagner l’ouvrage, puis envoie le manuscrit à Desjardins59. En août 1876, Desjardins avait de son côté contacté Hachette pour le Sérapéum60 ; Mariette le rencontra lui-même sans pour autant être tout à fait satisfait61. En septembre, il reconnaît, avec Hachette, que l’ouvrage ne peut attendre qu’un succès médiocre, mais Maspero le convainc qu’il peut en faire une publication savante, plus ambitieuse qu’un récit anecdotique. Il envisage donc une nouvelle formule, Maspero étant chargée des inscriptions démotiques62. En octobre 1879, Mariette cherche de nouveaux détails à Paris autour des dates de vote de crédit pour ses fouilles63. En avril 1880, il indique travailler à « mettre le Sérapéum en état »64 ; la publication l’occupe toujours en octobre 188065.

« J’ai essayé de travailler un peu au « Sérapéum ». Mais j’ai dû y renoncer. C’est pourtant là celle de toutes mes dettes que je tiens le plus à payer. Il est terriblement bête que [rature] depuis trente ans le Sérapéum soit là et n’ait pas encore été montré au public. Plus tard on m’en fera un reproche, très-mérité. J’ai commencé ma carrière par le Sérapéum ; je m’estimerais très heureux si c’est par le Sérapéum que je pourrais la finir. Malheureusement je crains d’avoir attendu un peu tard. »66

C’est finalement son successeur Maspero qui publia les matériaux du Sérapéum à titre posthume67.

Publier les fouilles au fil de l’eau

L’un des objectifs de Mariette fut bien évidemment de diffuser ses fouilles. Il s’agissait pour lui de rendre disponible pour la science les matériaux qu’il mettait régulièrement au jour, tout comme d’attirer par de bons résultats l’intérêt et les financements du vice-roi – ainsi que du gouvernement français à partir des années 1870, quand les dettes contractées par le khédive permirent à ses créanciers européens de mettre le gouvernement égyptien sous tutelle britannique et française.

Mariette évoque ainsi à Desjardins, dès juillet 1862, qu’il prépare la publication de ses grandes fouilles68, sans préciser lesquelles. En mars 1863, désireux de ne pas se faire oublier par l’Institut, il fait activer les premières publications de ses Fouilles, une série de planches préparées par Devéria, assorties de textes brefs par Mariette et distribuées à Paris par Gide (Devéria servant d’intermédiaire) en quelques livraisons de 10 planches, selon la même formule que celle qu’il avait adoptée pour le Sérapéum finalement. Mariette continue d’évoquer l’entreprise à Desjardins en juin 186369, mais cherche désormais à se séparer de Gide.

Un deuxième projet se dessine en janvier 1865 : Mariette prépare une Description des fouilles avec Devéria auprès de lui, qui compterait plus de cent planches70. En octobre de la même année, le travail continue sur les planches, en espérant une publication l’été suivant71.

La question du financement des ouvrages semble avoir été abordée entre Ismaïl Pacha et Napoléon III pendant l’Exposition universelle de 1867 : le vice-roi avait financé un quart de l’ouvrage, le reste étant vraisemblablement à la charge de la France, mais l’empereur aurait décidé que la publication soit imprimée sous les auspices du vice-roi, qui avait patronné les fouilles correspondantes72.

En mars 1867, l’ouvrage semble sous presse, sans éditeur, imprimé par Goyer et distribué par Franck et Vieweg73. En janvier 1868, Mariette envoie à Vieweg un projet de prospectus pour un prochain volume des Fouilles dont Desjardins recueillerait les épreuves74 ; en mars, ce second volume semble en bonne voie et contiendrait des découvertes d’Assouan, Éléphantine et Dendérah75 ; mais en mai, Mariette s’inquiète du silence de Vieweg, puis finit par suspendre l’opération76 ; pour ses publications futures, il a choisi de procéder par monographies successives, comme nous allons le voir. Des tensions subsistent avec Vieweg en février 186977. Des deux volumes envisagés, aucun ne semble finalement avoir été commercialisé et Mariette reprit tous ses ouvrages en mai 1869 ; il comptait en reprendre les planches pour former de nouveaux livres consacrés au Gebel Barkal, à Abydos, aux papyrus du musée de Boulaq et à Tanis78.

Dendérah (1868-1874)

En octobre 1868, Mariette évoque un autre projet : publier le temple de Dendérah, avant d’autres monographies79. En décembre 1868, il précise compter sur une souscription du ministère de l’Instruction publique80. En février 1869, les matériaux rassemblés depuis quatre ans pour Dendérah sont prêt, et Mariette envisage un ouvrage de 300 pages, avec un budget serré qui l’oblige à traiter lui-même avec le graveur et ne recourir à un éditeur que pour la distribution81 ; il se met alors en quête d’un substitut à Vieweg82.

En mai 1869, le vice-roi a miraculeusement proposé de financer huit volumes : Mariette peut donc se passer de la souscription de Duruy qu’il réserve à un prochain volume consacré à Edfou, pour l’année suivante, et échafaude déjà quatre volumes pour Dendérah83. En janvier 1870, pourtant, le vice-roi se dédit et Mariette pense recourir à une subvention du ministère Duruy84.

Dendérah au XIXe siècle (Wikimedia)

En mars 1870, Dendérah semblait avancer malgré tout : le graveur Weidenbach avait fini un volume sur quatre et le texte était presque prêt, mais les lenteurs d’impression à Paris désespéraient Mariette, qui préféra finalement imprimer le texte en Égypte pour l’envoyer à Weidenbach et le faire relier à Berlin85.

En avril, le premier volume était achevé, le second presque fini et les deux autres en cours ; Mariette imprimait le texte à Alexandrie, pour l’expédier en Allemagne à Weidenbach, chargé de la réalisation des planches et de la reliure, avant de le transmettre à Vieweg pour la distribution à Paris86. Il comptait terminer les deux derniers volumes en France à l’été 187087. La guerre et le siège de Paris vinrent perturber ces plans.

Le projet revient dans la correspondance en juin 1873 : Mariette avait envoyé à Vieweg le manuscrit complet de Dendérah, mentionnant qu’il lui avait coûté six ou sept ans de travail88 ; il espérait que l’impression commence aussitôt. En août, Mariette travaillait cependant toujours aux dessins et au texte de Dendérah89, mais il s’agissait sans doute de corriger les épreuves ; en novembre, en effet, revenu en Égypte, il se plaignait de ne pas avoir reçu une caisse contenant ses papiers, nécessaire à corriger des épreuves. Ayant reçu un type hiéroglyphique d’Allemagne90, il souhaitait pouvoir imprimer rapidement91. En décembre 1873 cependant, l’impression était en train et Mariette écrivait à Mourès pour lui faire envoyer un exemplaire du texte à Desjardins92. En mars 1874, il annonçait que Dendérah était enfin sous presse à Alexandrie93 ; Mariette voulut d’ailleurs à cette occasion le dédicacer à Brugsch pour manifester la bonne entente qui régnait avec lui malgré un article maladroit de Desjardins publié à ce moment94. Le volume parut finalement en 1875, distribué à Paris par Franck et au Caire par Mourès95.

Abydos (1869 ; 1880)

Le temple d’Abydos, déjà présent dans les vagues projets de fouille de Mariette en 185096, eut droit à deux ouvrages successifs. Mariette fouille le site régulièrement97, et y trouve une liste royale98, mais ne mentionne un projet de monographie qu’en mai 186999, pour employer des planches destinées à la publication abandonné des Fouilles. En octobre, il projette de lancer la publication d’Abydos (c’est-à-dire en commencer la publicité), qui semble déjà en être à l’assemblage des cahiers100.

Un deuxième tome suivit, prêt à être imprimé en 1876101 ; c’est finalement l’Imprimerie nationale qui le publia.

Celle-ci fut aussi chargée d’une deuxième publication, le Catalogue général des fouilles d’Abydos, qui parut en même temps. Il est mentionné brièvement au détour d’une lettre, quand en septembre 1880, pour signaler l’achèvement de son impression à la pleine satisfaction de Mariette102.

Le Gebel Barkal (1869-1870, monographie abandonnée)

Mariette voulut aussi consacrer un ouvrage à ses découvertes nubiennes : les stèles qui avaient été découvertes au Gebel Barkal avait donné lieu à des articles de Rougé et de Mariette lui-même. Il les avait intégrées aux planches de la publication abandonnée de ses Fouilles. En octobre 1869 cependant, il semblait préparer une monographie qui y serait consacrée103. Ce sujet n’est plus abordé dans les lettres à Desjardins avant avril 1870, alors que Mariette s’impatiente du silence du lithographe Goyer qu’il avait chargé quelques mois plus tôt de cet ouvrage.

Il n’y a pas de mention plus récente de ce volume, qui ne semble pas avoir été finalisé104 ; les planches et le texte ont sans doute été remployés dans les Monuments divers recueillis en Égypte et en Nubie que Mariette publia avec Maspero quelques années plus tard105.

Les papyrus du musée de Boulaq (1869-1872, 1876)

Mariette fit aussi publier les papyrus égyptien du musée. Dès octobre 1869, les planches étaient en préparation chez Goyer tandis que Mariette préparait le texte de deux volumes106.

« Le jeune Maspero » participait à cette publication, et en avril 1870, Mariette recevait de France des échos contrariants sur la manière dont il présentait l’entreprise. Il écrivait à ce moment avoir repris les papyrus à l’illustrateur Goyer, et pratiquement terminé le premier volume107, qu’il prévoyait de finir en France en juin 1870108. Après quelques retards sans doute dus aux désordres de la guerre de 1870 et du siège de Paris, les deux tomes parurent en effet en 1871 et 1872109, avec chacun une dizaine de pages de texte et plus d’une quarantaine de planches.

Un troisième tome suivit en 1876 : en avril, Mariette préparait le texte tandis que les illustrations étaient confiées à Vieweg110.

Karnak (1873-1875)

Mariette voulait aussi publier le plus grand sanctuaire de Haute-Égypte, Karnak. En décembre 1873, il cherchait à en obtenir de beaux plans111. En mars 1874, suite à des dégagements qu’il avait dirigés sur le site, il découvrit les listes géographiques de Thoutmosis III et réalisa un plan avec les différentes structures colorées selon leur époque de construction112. Il n’envisageait même pas de demander au vice-roi de financer son ouvrage, et faisait chercher à Paris un éditeur113. Les détails de l’exécution de ce projet ne sont pas évoqués dans les lettres conservées de Desjardins, mais la monographie fut publiée en 1875 à Leipzig par Heinrichs, sous les auspices du vice-roi d’Égypte.

Karnak au XIXe siècle (Wikimedia)

Deir el-Bahari (1876-1877)

Pour faire suite à Karnak, Mariette publia le temple de Deir el-Bahari, à nouveau sous format monographique. Dès décembre 1873, il en cherchait un beau plan, comme de Karnak114. Il écrit préparer le texte du volume en avril 1876, alors que les planches sont en train d’être gravées par Weidenbach à Leipzig115 ; quelques mois plus tard, en août, l’impression avance, mais Mariette n’est pas satisfait des gravures116. L’ouvrage paraît finalement courant 1877117.

Deir el Bahari au XIXe siècle (Wikimedia)

Les mastabas (1879-1889)

Mariette voulut, à la fin de sa carrière, consacrer une publications aux tombes privées de l’Ancien Empire, les « mastabas » (c’est d’ailleurs lui qui popularisa cette appellation). Il adressa au gouvernement français une demande de mission en novembre 1879 pour financer les travaux et l’impressin de l’ouvrage. Dans ces lettres à Desjardins, il indiqua en avril 1880 qu’il photographiait des mastabas à Saqqarah, et prévoyait une future campagne de fouille l’année suivante118 ; il devait disparaître avant ce terme. C’est finalement Maspero publia l’ouvrage à titre posthume en 1889119.

… et le reste ?

Malgré ces occurrences régulières, un certain nombre de publications ne sont pas mentionnés en détail dans les lettres envoyées par Mariette à Desjardins.

C’est par exemple le cas de la Notice du musée de Boulaq qui est pratiquement absentes des lettres jusqu’ici, en dépit de ses multiples rééditions (six éditions en douze ans120) qui s’accompagnaient de remaniements importants dans la structure des ouvrages, même si les notices des objets déjà décrits étaient conservées sans changement d’une édition à l’autre. Peu de détails également sur la publication des Aperçu de l’histoire d’Égypte (1864), Aperçu de l’histoire ancienne de l’Égypte pour l’intelligence des monuments exposés dans le temple du parc égyptien (1867), La galerie de l’Égypte ancienne à l’exposition rétrospective du Trocadéro. Description sommaire (1878),Voyage de la Haute-Égypte (1878), Itinéraire de la Haute-Égypte (1880), ni des Monuments divers recueillis en Égypte et en Nubie entrepris avec Maspero à partir de 1872 et qui se produisit jusqu’en 1889, après la disparition de Mariette.

Certaines de ces publications ont sans doute été organisées avant même que les deux hommes ne deviennent proches ; pour d’autres, la participation de Mariette peut n’avoir été que légère121. Pour le reste enfin, d’autres interlocuteurs pouvaient intervenir, comme Devéria, Rochemonteix, et plus tard Maspero. Les lettres qui restent à intégrer à notre corpus compléteront peut-être ces zones d’ombres, au moins partiellement, et permettront de dresser un bilan plus significatif sur ces questions.

L’histoire des publications de Mariette reste donc encore à creuser. Il est cependant déjà possible de relever des facteurs déterminants dans la conduite de ses projets au long cours et à l’issue parfois malheureuse. La question des financements, pour commencer, reste toujours délicate. Une autre complication, génératrice en outre de frais supplémentaires, est l’organisation du travail, et notamment la réalisation des illustrations et leur impression, qui nécessite de recourir, après des dessinateurs sur place, à des graveurs et lithographes européens, de leur faire parvenir des modèles et vérifier qu’ils les copient fidèlement, puis transmettre leur travail à l’imprimeur puis au libraire, lourde tâche éventuellement assurée par un éditeur lorsque les moyens le permettent. Encore faut-il que celui-ci soit fiable, et il reste préférable de garder un œil sur la marche des opérations.

Casse-tête logistique quand Mariette et ses interlocuteurs se trouvent tantôt en Égypte, tantôt en France, tantôt en Allemagne ! Desjardins fut précieux à Mariette à cet égard, et fut rejoint dans ce rôle par Maspero. Les lettres que celui-ci reçut de Mariette122, ajoutées dans le futur au recueil123, complèteront heureusement celles de Desjardins.

  1. Voir, « Les lettres de Mariette (3) : correspondance avec Ernest Desjardins, 1860-1873 », 21 février 2021. []
  2. Lettre de Mariette, le 30 mars 1874, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 115-118, fo 118). []
  3. Malgré la quantité appréciable de lettres qu’il contient, le recueil composé par Desjardins lui-même des lettres qu’il avait reçues de Mariette et donné par ses descendants à la Bibliothèque nationale (où il est conservé sous la cote NAF 11669) n’est sans doute pas complet : il existe des périodes assez longues au cours desquelles Mariette était en Égypte et où il est difficile d’imaginer que les deux hommes n’ont pas correspondu ; certains articles publiés par Desjardins reprennent également des informations qu’il ne peut avoir obtenu que de Mariette et qui sont absentes de nos lettres. []
  4. « L’ancienne Égypte. La science française depuis Champollion. M. Auguste Mariette », Le Moniteur universel, 2 juillet 1860, p. 3-4 et 3 juillet 1860 p. 3 ; elle est évoquée par la lettre du 12 août 1860 (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 2-3). []
  5. On lui doit p. ex. : « Dernière campagne de fouilles de M. Auguste Mariette en Égypte. 1860-1861 », Le Moniteur universel, 7 septembre 1861, p. 1-2 et 8 septembre 1861, p. 1-2, où il reprend des éléments de la première lettre de Mariette et sans doute d’autres qui n’ont pas été conservées ; un extrait de la lettre du 3 mars 1863, de Boulaq (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 9-10) publié dans le Moniteur universel du 28 mars 1863, p. 4 ; « Découverte de 76 rois pharaons et de 130 noms géographiques du temple de Sésostris par Auguste Mariette », Le Moniteur universel, 25 janvier 1865, p. 2 (avec un extrait de la lettre du 7 janvier 1865) ; « La science française en Égypte », La République française, 18 août 1873, p. 3 ; « Les découvertes de l’égyptologie française, les missions et les travaux de M. Mariette », Revue des deux mondes, 15 mars 1875, p. 298-341. []
  6. Lettre du 7 janvier 1865, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 22-24). []
  7. Lettre du 7 janvier 1865, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 22-24). []
  8. « Découverte de 76 rois pharaons et de 130 noms géographiques du temple de Sésostris par Auguste Mariette », Le Moniteur universel, 25 janvier 1865, p. 2. []
  9. Maspero, Gaston, « Mariette (1821-1881). Notice biographique » dans Mariette, Auguste, Œuvres diverses,t. 1 (Bibliothèque égyptologique 18), Paris, Ernest Leroux, 1904, p. I-CCXXIV, p. CXLVI-CXLVIII ; Gady, Éric, « Le regard des égyptologues français sur leurs collègues allemands, de Champollion à Lacau », Revue germanique internationale 16, 2012, p. 155-170, § 6. []
  10. Lettre du 17 août 1874, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 120-122). []
  11. Lettre du 29 octobre 1868, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 53-55, fo 55 ro) : « je crois que ce qu’il y a de mieux à faire, c’est de nous taire absolument. Je regarderais même comme un danger que le Vice-Roi sût que je vous en ai parlé » ; lettre du 6 décembre 1869, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 72-73, fo 73 vo) : « Je vous supplie, mon cher ami, de garder ces détails absolument pour vous et de n’en rien laisser transpirer. » ; lettre du 30 mars 1874, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 115-118, fo 117 vo) : « rendez-moi le service de ne rien imprimer de cette lettre, qui est trop décousue » ;  lettre du 21 octobre 1879, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 159-161, fo 159 vo) : « Tout cela, pour vous. » ; lettre du 13 avril 1880, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 175-177, fo 177 ro) : « Gardez pour vous les détails insignifiants qui précèdent. » []
  12. Lettres à Desjardins du 12 juillet 1875, de Boulogne-sur-Mer (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 125-126) ; du 30 avril 1876, de Boulogne-sur-Mer (fos 127-130) ; du 16 septembre 1876, de Pont-de-Briques (fos 139-140). []
  13. Journal officiel de la République française, 15 mai 1878 p. 5239. []
  14. Lettre du 6 juillet 1850, de Paris, au ministre de l’Instruction publique (Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette », n. p.). []
  15. Les 18 janvier 1861 (Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 5, 1861, p. 18-23) ; 21 mars 1862 (Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 6, 1862, p. 44-49) ; 8 mai 1863 (Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 7, 1863, p. 119-126) ; 17 mars 1865 (Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 9, 1865, p. 74-75). Une lettre de Mariette au président de l’Académie Brunet de Presle – sur invitation de Lesseps, pour évoquer une stèle exhumée sur le terrain de la compagnie du canal de Suez – fut aussi lue le 24 août 1866 (Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 10, 1866, p. 284-290). []
  16. Lettre du 3 mars 1863, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 9-10). []
  17. Le Constitutionnel, 8 juillet 1863. []
  18. Le 11 novembre (Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 7, 1863, p. vi) ou le 18 décembre (Journal des débats politiques et littéraires, 20 décembre 1863) ? []
  19. Séance du 20 janvier 1865 : Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 9, 1865, p. 11-12 : il s’agissait d’un extrait de la lettre du 7 janvier 1865, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 22-24). []
  20. Le choix de Mariette par l’Académie des inscriptions et belles-lettres fut annoncé le 27 juin 1873 (Journal officiel de la République française, 3 juillet 1873) et confirmé en séance plénière de l’Institut le 26 octobre (Journal officiel de la République française, 26 octobre 1873). []
  21. Journal officiel de la République française, 15 juillet 1873. []
  22. Journal des débats politiques et littéraires, 25 janvier 1876. []
  23. Journal des débats politiques et littéraires, 16 avril 1877. []
  24. Lettre du 2 mai 1879, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 143-144) ; Desjardins la lut au cours de la séance du 23 mai 1879 : Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 23-2, 1879, p. 121-131 ; Journal des débats politiques et littéraires, 29 mai 1879. []
  25. Lettre du 27 décembre 1879, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 170-172). []
  26. Journal officiel de la République française, 13 janvier 1880. []
  27. Lettre du 13 avril 1880, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 175-177). []
  28. La presse, 1er septembre 1859. []
  29. Il présente ainsi un petit monument du musée de Boulaq au cours des séances du 4 (La revue politique et littéraire, 17 août 1872.) et 12 juillet 1872 (Journal des débats politiques et littéraires, 14 juillet 1872.) ; le 19 juillet 1872, il y partageait la photographie d’un monument romain (Le Temps, 24 juillet 1872.) ; le 26 juillet 1872, il déposait en personne sur le bureau de l’Académie le premier volume des Papyrus égyptiens du musée Boulaq (Journal officiel de la République française, 1er août 1872, p. 5290). []
  30. Lettre du 23 février 1873, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 88-90). Aucun des deux ne fut d’ailleurs élu à l’Institut en 1873 ; le jeune Maspero fut désigné pour la chaire d’égyptologie au Collège de France mais ne rejoignit l’Académie des inscriptions qu’en 1883. []
  31. Journal des débat politiques et littéraires, 10 août 1874 ; le sujet est à nouveau abordé en séance le 14 août : Journal officiel de la République française, 18 août 1874. []
  32. Lettre du 15 août 1874, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 123-124). []
  33. Mariette, Auguste, Les listes géographiques des pylônes de Karnak, Leipzig, 1875, J. C. Hinrichs : c’est également à Leipzig et sous les auspices du vice-roi que la monographie consacrée au temple même de Karnak fut publiée en 1875 également. []
  34. Lettre du 20 juin 1879, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 150-151). []
  35. Lettre du 21 septembre 1879, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 153-154). []
  36. Lettre du 1er octobre 1879, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 155-156). []
  37. Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 23-4, 1879, p. 258-259 ; Journal des débats politiques et littéraires, 14 octobre 1879. []
  38. Journal officiel de la République française, 22 octobre 1879. []
  39. Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 23-4, 1879, p. 162  ; Journal des débats politiques et littéraires, 22 novembre 1879 ; les retranchements étaient évoqués dans la lettre du 12 novembre 1879, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fo 168). []
  40. Lettre du 14 janvier 1880, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 173-174). []
  41. Lettre du 31 mai 1880, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 178-179). Le texte de la communication de la séance du 21 novembre fut tout de même intégré aux Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1879, 23-4, p. 427-473. []
  42. Lettre du 1er octobre 1879, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 155-156). []
  43. Lettre du 31 mai 1880, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 178-179). []
  44. Lettre du 11 août 1880, de La Bourboule, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 180-181). []
  45. Lettre du 23 septembre 1873, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 109-110). []
  46. Journal des débat politiques et littéraires, 10 août 1874 (séance du 7 août 1874). []
  47. Lettre du 1er octobre 1879, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 155-156). []
  48. Lettre du 27 décembre 1879, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 170-172) : « je n’ai trouvé dans le Gouvernement [égyptien] que de la bonne volonté, et j’ai vu que la démarche de l’Académie avait fait son effet. » []
  49. Lettre du 30 avril 1876, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 127-130). []
  50. « Les lettres de Mariette (3) : correspondance avec Ernest Desjardins, 1860-1873 », 11 février 2021. []
  51. Lettre du 6 août 1855 au ministre de l’Instruction publique (Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette », n. p.). []
  52. Lettres du 11 février et du 31 décembre 1856 au ministre de l’Instruction publique (Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette », n. p.). []
  53. Mariette, Auguste, Choix de monuments et de dessins découverts ou exécutés pendant le déblaiement du Sérapéum de Memphis, Paris, Gide et J. Baudry, 1856. []
  54. Le Sérapéum de Memphis, Paris, Gide, 1857-1866. []
  55. Lettre du 18 juillet 1862, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 5-6). []
  56. Lettre du 3 mars 1863, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 9-10). []
  57. Lettre du 3 avril 1863, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 11-12). []
  58. Lettre du 30 avril 1876, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 127-130). []
  59. Lettres du 5 et du 19 juillet 1876, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 132-135). []
  60. Lettre du 2 août 1876, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fo 136). []
  61. Lettre du 29 août 1876, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 137-138). []
  62. Lettre du 16 septembre 1876, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 139-140). []
  63. Lettre du 12 octobre 1879, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fo 158) ; l’absence de mention de ce projet depuis 1876 peut s’expliquer par l’implication de Maspero, qui se substituerait désormais à Desjardins pour toutes les démarches parisiennes. []
  64. Lettre du 13 avril 1880, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 175-177). []
  65. Lettre du 18 octobre 1880, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 183-184). []
  66. Lettre du 18 octobre 1880, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos183-184). []
  67. Mariette, Auguste (Maspero, Gaston, éd.),Le Sérapéum de Memphis. Atlas, Paris, F. Vieweg, 1882. []
  68. Lettre du 18 juillet 1862, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fo 5-6). []
  69. Lettre du 16 juin 1863, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 13-14). []
  70. Lettre du 7 janvier 1865, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 22-24). []
  71. Lettre du 27 octobre 1865, du Caire, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fo 26). []
  72. Lettre de 1871, sans lieu, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 82-83), à propos de Dendérah : après la chute de l’Empire, Mariette s’assurait que le ministère français de l’Instruction publique n’avait pas oublié ces circonstances et n’en prît pas ombrage quand l’ouvrage parut finalement – il comptait sans doute garder de bonnes relations avec un éventuel pourvoyeur de fonds pour ses autres projets. []
  73. Lettre du 11 mars 1867, de Paris, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 30-31). []
  74. Lettre du 4 janvier 1868, du Caire, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 43-44). []
  75. Lettre du 7 mars 1868, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 47-50). []
  76. Lettres des 8 et 18 mai 1868, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 45-46). []
  77. Lettre du 3 février 1869, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 65-66). []
  78. Lettre du 10 mai 1869, de Saqqarah, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 67-68). []
  79. Lettre du 29 octobre 1868, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 53-55). []
  80. Lettre du 17 décembre 1868, d’Edfou, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 56-57). []
  81. Lettre du 2 février 1869, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 63-64). []
  82. Lettre du 3 février 1869, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 65-66). []
  83. Lettre du 10 mai 1869, de Saqqarah, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 67-68). []
  84. Lettre du 18 janvier 1870, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 74-75). []
  85. Lettre du 18 mars 1870, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 78-80). []
  86. Lettre du 27 avril 1870, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 76-77). []
  87. Lettre du 21 juin 1870, du Caire, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fo 81). []
  88. Lettre du 22 juin 1873, de Vienne, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 94-95). []
  89. Lettre du 6 août 1873, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 100-101). []
  90. La fonte de Theinhardt : voir Smitskamp, Rijk, « Typographia hieroglyphica », Quaerendo 9-4, 1979 p. 309-336, § 7.1-7.4.2, p. 322-324. []
  91. Lettre du 16 novembre 1873, du Caire, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 111-112). []
  92. Lettre du 21 décembre 1873, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 113-114). []
  93. Lettre du 30 mars 1874, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 115-118). []
  94. Lettre du 17 août 1874, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 120-122). []
  95. Dendérah. Description générale du grand temple de cette ville, Paris, A. Franck – Le Caire, Mourès, 1875 [en ligne]. []
  96. Lettre du 20 mai 1850, de Paris, à Desjardins (Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette », n. p.). []
  97. Lettres à Desjardins, du 3 mars 1863, de Boulaq (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 43-44), et du 4 mai 1868, du Caire (fos 43-44). []
  98. Lettre du 7 janvier mai 1865, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 22-24). []
  99. Lettre du 10 mai 1869, de Saqqarah, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 67-68). []
  100. Lettre du 25 octobre 1869, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 70-71). []
  101. Lettres à Desjardins du 30 avril 1876, de Boulogne-sur-Mer et du 5 juillet 1876, de Pont-de-Briques (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 127-130 et 132-133). []
  102. Lettre du 28 septembre 1880, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fo 182). []
  103. Lettre du 25 octobre 1869, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 70-71). []
  104. Lettre du 27 avril 1870, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 76-77). []
  105. Mariette, Auguste, Monuments divers recueillis en Égypte et en Nubie, Paris, A. Franck, 1872, pl. 1-13. []
  106. Lettre du 25 octobre 1869, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 70-71). []
  107. Lettre du 27 avril 1870, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 76-77). []
  108. Lettre du 21 juin 1870, du Caire, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fo 81). []
  109. Les papyrus égyptiens du musée de Boulaq, t. 1 et 2, Paris, A. Franck, 1871-1872 [en ligne]. []
  110. Lettre du 30 avril 1876, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 127-130). []
  111. Lettre du 21 décembre 1873, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 113-114). []
  112. Lettre du 30 mars 1874, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 115-118). []
  113. Lettre du 30 mars 1874, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 115-118). []
  114. Lettre du 21 décembre 1873, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 113-114). []
  115. Lettre du 30 avril 1876, de Boulogne-sur-Mer, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 127-130). []
  116. Lettre du 29 août 1876, de Pont-de-Briques, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 137-138). []
  117. Deir el-Bahari, Leipzig, J. C. Hinrichs, 1877 [en ligne]. []
  118. Lettre du 13 avril 1880, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 175-177). []
  119. Mariette, Auguste (Maspero, Gaston, éd.), Les mastabas de l’Ancien Empire, Paris, F. Vieweg, 1889. []
  120. Notice des principaux monuments exposés dans les galerie provisoires du musée d’antiquités égyptiennes de S. A. le vice-roi à Boulaq, 1re éd., Alexandrie, Mourès, Rey et compagnie, 1864 ; 2e éd. Alexandrie, Mourès, Rey et compagnie, 1868 ; 3e éd., Paris, A. Franck, 1869 ; 4e éd., Alexandrie – Le Caire, Mourès et compagnie, 1872 ; 5e éd., Le Caire, A. Mourès, 1874 ; 6e éd., Le Caire, A. Mourès, 1876. []
  121. C’est le cas de l’Album du musée de Boulaq (voir lettre du 29 août 1879, de Pont-de-Briques, à Desjardins : Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 137-138 « cet ouvrage est, comme l’Album du Musée du Boulaq auquel il fait suite, une spéculation privée de MM. Mourès et Béchard du Caire. Ces Messieurs ont fait exécuter un certain nombre de photographies et m’ont demandé de leur rédiger un petit bout de texte. Tout est là. »). []
  122. Elles sont conservées à la bibliothèque de l’Institut de France sous la cote ms. 4030 ; on y trouve aussi des lettres de Maspero à Mariette, complétées par d’autres conservées à la Bibliothèque nationale de France (NAF 11669 et NAF 20179). []
  123. Il ne s’agira sans doute pas de la prochaine addition. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search