Un ministre bredouille à l’inauguration du mastaba du Louvre – il y a 120 ans

L’inauguration du mastaba d’Akhethétep a donné lieu à un épisode embarrassant au musée du Louvre. Voici le récit rapporté par la presse :

Le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, à dix heures précises arrivait au Louvre devant la porte de l’escalier Henri II.

La cour carrée et l’entrée de l’escalier Henri II (Bibliothèque historique de la ville de Paris)

Autour de la porte, pas le moindre curieux et, sur un des panneaux, l’avis traditionnel : « Les musées sont fermés le lundi ». Personne pour recevoir le ministre.

M. Chaumié descendit de voiture et regarda autour de lui. Il sembla surpris de ne voir ni M. Henry Marcel, directeur des Beaux-Arts, ni M. Homolle, directeur des musées nationaux. Seul, un gardien était présent. Il s’avança. M. Chaumié se fit connaître. Il regarda le gardien avec surprise. Le gardien le regarda avec stupeur.

Il y eut une explication. Le ministre apprit au gardien qu’il venait pour inaugurer le Maztaba. Le Maztaba ? Le gardien ne sut que répondre. Il fit seulement remarquer que cette partie du Louvre ne contenait aucune salle nouvelle, propre à être inaugurée. Respectueusement et sa casquette à la main, il engagea le ministre à voir ailleurs et, finissant par se rappeler que, dans les environs du pavillon de Flore, il y avait du nouveau, il conseilla révérencieusement à M. Chaumié de chercher de ce côté le Maztaba.

Le pavillon des Sessions, au milieu (Bibliothèque historique de la ville de Paris)

Le ministre remonta en voiture. Une minute plus tard, il arrivait devant la grande porte de bronze du monument sis entre les guichets de la place du Carrousel et le pavillon de Flore. Un gardien en petite tenue lui ouvrit. Il jeta un regard étonné sur ce visiteur qui venait en voiture conduite par un cocher en livrée et cocarde au chapeau.

De nouveau, le ministre se fit connaître. Le gardien ouvrit des yeux ahuris et, ne comprenant rien, dit à M. Chaumié : « Mais il n’y a rien à inaugurer ici. Voyez vous-mêmes. » Le ministre entra. La salle était déserte, les ouvriers fêtant la saint-lundi. Contre les murs, ravalés de neuf, le ministre vit trois statues de personnages debout et quatre ou cinq de personnages assis ; il vit encore l’entrée d’une chambre funéraire surmontée du « protocole royal », le cartouche qui porte le prénom et le « nom d’Horus », ou « nom de bannière » du souverain défunt ; il vit aussi une vitrine vide dont les angles étaient protégés par des torchons de serpillière ; des galets destinés au transport des pièces lourdes, un escabeau, des sacs de plâtre, des fragments de stèles déposées sur les dalles ; il vit enfin, au centre, un vaste monument, la fameuse Maztaba elle-même, ou plutôt une reconstitution de la Maztaba dans laquelle ont été remis en place des panneaux peints originaux.

La salle du mastaba au pavillon des sessions, (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine fonds Beaux-Arts, fiches de la photo MNL E 1014, avril 1932)1

Le ministre dut avouer que la salle n’était pas inaugurable. Il fallait pourtant qu’il l’inaugurât, puisque aussi bien il n’était pas venu pour autre chose. Mais pouvait-il l’inaugurer tout seul ?

Prenant obligeamment la place du gardien, il chargea ce brave homme d’aller prévenir de sa présence le directeur des Musées nationaux, M. Homolle, et le chef du secrétariat desdits musées, M. Trawinski. Le gardien partit en courant. Il revint de même, très essoufflé, et apprit à M. Chaumié que le directeur et le chef du secrétariat n’étaient pas encore arrivés.

Que faire ? M. Chaumié remonta dans sa voiture, qui reprit le chemin de la rue de Grenelle. L’histoire ne fit pas encore s’il a trouvé la plaisanterie drôle.

Charles, Étienne, « Étrange aventure arrivée à un ministre », La liberté, 21 juin 1904.

Un autre article donne quelques détails tout aussi improbables à la seconde tentative :

M. Chaumié sourit, remonta en voiture et se rendit dans la partie du Louvre qui avoisine le ministère des colonies. Il redescendit de voiture, et s’adressa à un gardien qui ne le connaissait pas et qui de plus était sourd !! Il y eut naturellement un quiproquo. Le brave homme ne croyant pas avoir devant lui un ministre et n’entendant pas ce que M. Chaumié lui disait, pensa qu’il s’agissait d’un rendez-vous et répondit à son interlocuteur qu’il n’y avait personne. […] Nous croyons savoir que l’inauguration du Maztaba rapporté d’Égypte, qui devait avoir lieu ce matin, avait été remise à plus tard, et qu’on avait oublié de le faire savoir au ministre. Le métier a de ces inconvénients !

« Mésaventure de M. Chaumié au musée du Louvre », La patrie, 21 juin 1904 ; « Un ministre embarrassé », La presse, 21 juin 1904.

Cet épisode ne correspond évidemment pas à la toute récente inauguration de la salle du mastaba après ses derniers aménagements, mais à la première installation du monument au Louvre, en 1904. La chapelle du mastaba d’Akhethétep avait été acquise par le département égyptien du musée du Louvre en 19032. Elle fut présentée à partir de 1905 dans le pavillon de Sessions, où furent rassemblées tous les bas-reliefs et statues contemporains des salles du rez-de chaussée3.

Le pavillon des sessions, où fut présenté le mastaba de 1904 à 1932 (Wikimedia)

Des explications furent données par le conservateur du département égyptien Paul Pierret quelques jours plus tard4 ; il souligna les imprécisions des journalistes qui écrivaient « Maztaba » pour « mastaba » – mais l’on peut remarquer que l’introduction de ce mot par Mariette dans le vocabulaire égyptologique ne remontait qu’à un demi-siècle ; dans le même temps, les journalistes avaient par ailleurs spontanément conservé le genre féminin du mot arabe, qu’il perd ordinairement en français.

L’inauguration eut finalement lieu plusieurs mois plus tard, sans encombre semble-t-il, le 22 février 19055.

Le mastaba fut déplacé à son emplacement actuel, sous le pavillon des arts, suite à des travaux débutés en 19326, qui aboutirent à une présentation à la pointe de la technologie en 1934, avec les bas-reliefs protégés par des plaques de verre et éclairés par une lumière rasante électrique activée par des boutons sur lesquels pouvaient appuyer les visiteurs7.

Le pavillon des arts, à proximité de l’emplacement du mastaba depuis 1934 (Wikimedia)
« Les transformations et les embellissements du musée du Louvre », Excelsior, 3 février 1934.
  1. En dehors de quelques vues ponctuelles qui peuvent se trouver dans des services d’archives ou des bibliothèques spécialisées, les fonds iconographiques les plus complets pour documenter l’histoire des salles égyptiennes du Louvre sont conservés au département des antiquités égyptiennes lui-même et à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. []
  2. Archives nationales, 20144775/9. []
  3. Bénédite, Georges, « La nouvelle salle des antiquités égyptiennes et le mastaba d’Akhouthotep au musée du Louvre », Gazette des Beaux-Arts, p. 177192 ; Guichard, Sylvie, « Le département des antiquités égyptiennes », dans Brec-Bautier, Geneviève & Lintz, Yannick (dir.), Histoire du Louvre, t. 3, Louvre éditions, 2016, p. 80-84, p. 81. Le « Scribe accroupi » et la « tête Salt », cette dernière alors attribuée à l’Ancien Empire, se trouvaient dans le parcours de l’étage. []
  4. L’écho de Paris, 25 juin 1904. []
  5. Journal des débats politiques et littéraires, 22 février 1905. []
  6. Le Matin, 24 avril 1932. []
  7. Beaux-Arts, 12 janvier 1934 ; « Les transformations et les embellissements du musée du Louvre », Excelsior, 3 février 1934. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search