Les lettres de Mariette (5) : correspondance avec François Chabas

Un nouvel ensemble de lettre vient rejoindre le recueil de la correspondance de Mariette : celles de François Chabas, grâce à l’autorisation de la commission des bibliothèques et archives de l’Institut de France.

J’avais travaillé l’an dernier sur la correspondance de cet égyptologue atypique et méconnu1, à l’écart des milieux académiques et parisiens, qui fut cependant l’une des têtes de file du renouveau des études philologiques égyptiennes en France au milieu du XIXe siècle avec le vicomte de Rougé.

Les recueils épistolaires de Chabas

Ces lettres présentent la particularité d’avoir été soigneusement rassemblées et reliées par leur destinataire. Elles forment, parmi la correspondance reçue d’autres correspondant scientifiques, dix-sept volumes dont les seize premiers ont même été foliotés et indexés par Chabas, par destinataire et même par terme égyptien discuté !

Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2572, index hiéroglyphique par Chabas de sa propre correspondance (les références renvoient aux lettres, numérotées par ordre chronologique)

Les lettres y sont classées par ordre chronologique2 ; on trouve parfois même les lettres de réponse de Chabas, ou des minutes de leur contenu.

Ces documents exceptionnels révèlent comment Chabas travaillait au quotidien : sa correspondance elle-même constituait une source qu’il pouvait exploiter aussi efficacement que possible grâce à cette organisation.

Dans le cas de Mariette, il semble que toutes les lettres n’aient pas été conservées : on ne compte que six lettre de Chabas à Mariette contre vingt-et-une de Mariette à Chabas, avec des périodes au cours desquelles on pourrait attendre des lettres absentes. Difficile cependant de savoir si l’exclusion de ces lettres perdues est due à l’absence d’information utile (d’ordre scientifique ou personnel), qui aurait justifié leur conservation. Nous avons donc une chronologie lacunaire de leurs échanges, qui permet malgré tout de cerner leurs relations sur plusieurs décennies et l’essentiel de leur période d’activité scientifique.

Les relations entre Mariette et Chabas

Les deux hommes entrent en relation de manière assez anecdotique : en 1855, Mariette envoie à Chabas un tirage à part3 dont celui-ci le remercie (si une lettre accompagnait l’ouvrage, elle n’a pas été conservée) ; quelques années plus tard, Mariette répond avec déférence à Chabas pour lui expliquer le retard mis par la Société des antiquaires à publier un article de Birch.

La situation est plus intéressante en 1860, alors que Mariette se trouve à la tête du service des antiquités de l’Égypte, et cherche à se rendre utile à Chabas dont il estime beaucoup les travaux ; il lui promet de lui rendre visite à Chalon-sur-Saône dès qu’il le pourra (ce qui prendre, nous le verrons, un certain temps). Les années qui suivent restent sur cette ligne, avec quelques discussions autours des incertitudes chronologiques et dynastiques qui occupaient alors les discussions égyptologiques. Il s’agit de la courte période faste des débuts du service des antiquités, où Mariette pouvait utiliser des centaines d’ouvriers. La cordialité de ces échanges laisse deviner d’autres lettres qui n’ont pas été conservées.

Je ne consulte plus les Denkmaler [sic] depuis qu’ils sont reliés. Deux hommes sont nécessaires pour en poser un volume sur ma table.

Le 9 octobre 1862, de Paris, à Chabas ; bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2574, p. 767-770

De 1865 à 1870, les deux hommes se brouillèrent suite aux maladresses de Desjardins dans l’affaire des publications en Allemagne et sans autorisation de monuments découverts par les fouilles de Mariette. À leur réconciliation, ils reprennent aussitôt leurs échanges de publication et de renseignements ; Mariette s’exprime notamment sur la pomme de discorde, l’impossibilité dans laquelle il se trouvait de publier ses découvertes, perçue de l’extérieur comme un étouffement égoïste des découvertes :

Veuillez donc, cher Monsieur, me croire quand je vous dis que si, jusqu’à présent, j’ai eu l’air de garder pour moi ce que je trouvais, c’est que véritablement je n’ai pas pu faire autrement. Placé dans une situation très-fausse, j’ai dû avant tout songer à sauver les fouilles, ce qui était le point essentiel.

Le 23 juin 1870, du Caire, à Chabas ; bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2581, p. 321-324

Un autre aveu de contrariété d’une franchise désarmante, quelques années plus tard, faisait écho aux difficultés de Mariette pour maintenir l’activité du service dans une conjoncture critique. Malgré la réserve de circonstance, sa frustration est évidente :

En présence de tant de choses et de tant de belles choses à faire, je m’irrite de l’inaction à laquelle je suis condamné et parfois il me prend d’irrésistibles envies d’envoyer tout promener. Je voudrais explorer Thèbes à fond, explorer à fond le Fayoum, tout le Delta, l’Isthme de Suez, visiter la pioche en main et de kilomètre en kilomètre les deux rives du Nil.

Le 16 août 1873, de Pont-de-Briques, à Chabas ; bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2584, p. 527-530

Leurs échanges reprennent, ponctués d’offres de services et d’occasions manquées de se retrouver à Chalon4. Entre 1871 et 1872, ils échangent beaucoup sur la possibilité d’établir l’existence d’une Préhistoire égyptienne seulement à partir de l’existence de silex taillés ; en bons archéologues, tous deux s’accordent à la nécessité préalable de pouvoir dater ces silex eux-mêmes, dont la technique de réalisation présumée primitive n’est pas un critère suffisant :

pour que je me range à l’opinion de ceux qui disent que l’âge de pierre est trouvé en Égypte, il faut qu’on me montre un silex taillé auquel sa date est donnée géologiquement par les circonstances et sa découverte dans le sein d’un terrain géologique connu.

Le 30 août 1871, de Paris, à Chabas ; bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2582, p. 845-852

À deux reprises, on peut apprécier la sincérité de Mariette en comparant ses lettres écrites à Chabas et à Desjardins à quelques heures d’intervalles : une première fois le 23 février 1873, autour de la succession de Rougé (la lettre à Desjardins, ami très proche, est plus détaillée ; mais Mariette ne dissimule pas ses projets et son appréciation de la situation à Chabas), puis en 1874, quand Mariette évoque ses dernières prospections en région thébaine. La lettre à Desjardins du 28 avril 1874 évoque les travaux menés à Karnak ; celle du lendemain à Chabas reprend ce chantier plus rapidement, mais nous offre aussi ces curieuses interrogations sur l’origine de l’architecture du temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari :

A Deir-el-Bahari j’ai fait ce que j’ai pu pour compléter le plan de ce magnifique temple, et je suis arrivé à croire que, décidément, il y a là une influence étrangère dont il est difficile de se rendre compte, étant donné l’époque. Si, en effet, le temple de Deir-el-Bahari, avec ses terrasses étagées, ses plans inclinés bordés de lions, ses longues galeries à colonnes, ressemble à quelque chose, ce n’est pas à un temple égyptien, et j’ai vu autrefois des vues restituées de Persépolis qui, comme agencement général, serviraient tout aussi bien à une vue restituée de Deir-el-Bahari. Le temple a été construit pour perpétuer le souvenir d’une campagne pacifique ? Victorieuse de la Régente dans le pays de Poun et dans le To-Nuter. Si nous pouvions savoir ce qu’étaient Poun et To-Nuter sous la XVIIIe dynastie, et surtout ce que pouvait être l’architecture de ces contrées à cette époque éloignée, on serait tenté de croire que la Régente, ou avait vu pendant sa campagne un type d’édifice qui lui avait plu et qu’elle a voulu reproduire en Egypte, ou avait appliqué à un monument élevé au souvenir d’une campagne heureuse le style d’architecture propre aux peuples qu’elle s’était acquis pour alliés.

Le 29 avril 1874, du Caire, à Chabas ; bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2585, p. 321-324

Les dernières lettres de Mariette sont malheureusement souvent attristées et marquées par l’épreuve de ses deuils familiaux ou de son amertume grandissante vis-à-vis du peu de poids accordé au service des antiquités jusque dans l’exposition de ses travaux aux Expositions universelles5. Ses dernières années le voient surtout occupé par la publication de ses ouvrages en cours, comme en attestent ses lettres à Desjardins et Maspero ; s’il écrivait toujours autant à Chabas malgré des préoccupations différentes, ses lettres n’ont pas été conservées.

Archéologie et philologie

Comme dans le cas des lettres à Ernest Desjardins6, les extraits les plus instructifs ont déjà été exploités, notamment pour les riches notices biographiques de Mariette et de Chabas dans la Bibliothèque égyptologique7; cependant, avoir accès à l’intégralité des lettres conservées entre les deux hommes permet de mieux saisir leurs échanges et leurs relation.

Propulsé à la tête du service des antiquités de l’Égypte depuis 1858, Mariette se retrouva bien vite les mains liées par les difficultés budgétaires du pays ; entre les fouilles qu’ils pouvaient organiser, le musée de Boulaq et les exigences de son service auprès du vice-roi, il était tenu loin des débats académiques et devait organiser ses publications et ses demandes de subventions à la France à distance. De son côté, Chabas mena toute sa carrière en menant son commerce établi à Chalon-sur-Saône, ne venant à Paris qu’épisodiquement, avec pour seul voyage d’étude connu qu’une mission dans les musées du nord de l’Italie. Ce sont donc bien, quelques part, deux marginaux, chacun à sa manière, qui dialoguent au fil des lettres.

L’un et l’autre, d’ailleurs, eurent à un moment ou un autre de leur carrière le sentiment d’être mis au ban des cercles savants français, et se concentraient davantage sur leurs travaux que sur ce qui pouvait se dire à Paris. Tout au plus les voit-on attentifs à la succession du vicomte de Rougé au Louvre, au Collège de France et à l’Institut, d’autant plus que chacun pouvait alors représenter un concurrent pour l’autre ; mais ils en discutèrent ouvertement par écrit et l’affaire ne semble pas avoir créé de tension entre eux8. Tous deux échangeaient aussi des informations au sujet de la création d’une nouvelle revue (le futur Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l’archéologie égyptiennes et assyriennes), sensibles sans doute aux solutions qu’elle pourrait offrir à leurs difficultés respectives pour publier inscriptions et monuments9.

Le contenu scientifique des échanges des deux hommes se résume souvent des échanges mutuels de leurs publications respectives, essentiels dans les relations personnelles entre les savants, et cruciales pour eux deux qui avaient un accès épisodique aux bibliothèques les mieux fournies.

Il se retrouvaient cependant sur la question de la datation des silex taillés, qui intéressait évidemment Mariette, aux premières loges pour étudier les nouvelles découvertes ou les organiser lui-mêmes, tout comme Chabas, qui participait aux travaux de diverses sociétés savantes qui traitaient des vestiges protohistoriques.

Du reste, si Mariette multiplie les offres de services, Chabas n’avait pas particulièrement besoin de son concours, engagé qu’il était dans l’étude des textes dont il ne manquait pas. Les deux hommes, chacun de son côté, représentaient en effet deux aspects de l’archéologie complémentaires : le travail sur le terrain et la mise au jour de nouveaux matériaux, qui occupait Mariette, et l’étude en cabinet et l’analyse philologique sur laquelle se concentrait Chabas. Il est d’ailleurs frappant de voir que chacune des lettres écrites par Chabas à Mariette évoque la traduction d’un terme ou d’un autre repris dans les publications récentes (ce n’est pas pour rien que Chabas indexait sa correspondance par mot égyptien discuté), remarques auxquelles ne répond guère Mariette, qui avait une conscience peut-être excessive de ses insuffisances linguistiques et n’osait pas prendre position sur les questions philologiques :

Entraîné en effet par la vie active des fouilles, je ne suis plus et ne puis plus êtres un savant de cabinet. Ce n’est pas à cheval ou à dromadaire, alors qu’après douze heures de marche on n’a quelque fois que le sable du désert pour se coucher, qu’on peut méditer sur ces beaux problèmes que vous savez si bien élucider. Tout ce que je puis faire, à travers ces voyages sans fin qui me prennent chacune de mes journées, c’est de me tenir au courant de ce que d’autres font. Tout au plus, sur les monuments eux-mêmes, puis-je pousser mes études sur quelque partie moins ardue, l’histoire par exemple et la chronologie. Mais les recherches philologiques proprement dites, comme celles qui ont fait de vous un maître, me sont défendues. J’avais donc raison de dire que les ouvrages comme [rature] vos Mélanges m’attirent tout en me décourageant : je les regarde en effet un peu comme Moïse a regardé la Terre Promise.

Le 7 avril 1862, de Boulogne-sur-Mer, à Chabas ; bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2574, p. 661-664

  1. Voir « Le réseau épistolaire de François Chabas », 24 juin 2020. []
  2. La base Calames détaille les différents correspondants représentés dans chaque volume. []
  3. Manifestement la première partie des « Renseignements sur les soixante-quatre Apis trouvés dans les souterrains du Sérapéum », Bulletin archéologique de l’Athénæum français, 1855, p. 45, 53, 66, 85, 93. []
  4. C’est finalement en 1873 seulement que Chabas put recevoir Mariette chez lui à Chalon, après les tentatives ratées pour diverses raisons de 1860, 1862, 1871 et 1872. []
  5. Lettre du 18 mai 1877 (bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2588, p. 324-326), où Mariette évoque son expérience mitigée à l’exposition de 1867. []
  6. Voir « Les lettres de Mariette (3) : correspondance avec Ernest Desjardins, 1860-1873 », 11 février 2021 ; « Les lettres de Mariette (4) : correspondance avec Ernest Desjardins, suite et fin – campagnes d’opinion et déboires éditoriales », 22 août 2021. []
  7. Chabas, Frédéric et Virey, Philippe, « François-Joseph Chabas. Notice biographique », dans Chabas, François (Maspero, Gaston, éd.), Œuvres diverses 1 (Bibliothèque égyptologique 9), Paris, Leroux, 1899, p. I-CLII et Maspero, Gaston, « Auguste Mariette (1821-1881). Notice biographique », dans Mariette, Auguste (Maspero, Gaston, éd.), Œuvres diverses 1 (Bibliothèque égyptologique 18), Paris, Leroux, 1904, p. I-CCXXIV. []
  8. Voir la lettre de Mariette à Chabas du 23 février 1873 (bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2584, p. 182-185) et à Desjardins du même jour (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 88-90). Ce fut Maspero qui reçut la chaire de Rougé au Collège de France, comme simple « chargé de cours » de 1873 à 1874 en raison de sa jeunesse ; la position de conservateur au musée du Louvre resta vacante pendant quatre ans avant de revenir à Pierret, jusqu’alors conservateur adjoint. L’égyptologie ne fut pas représentée à l’Académie des inscriptions et belles-lettres avant l’élection de Mariette en 1878. []
  9. Lettres à Chabas de Paris du 3 juillet et du 15 septembre 1872 (bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2583, p. 443-446 ; ms. 2583, p. 619-622) ; Mariette ne semble d’ailleurs pas très bien informé des conditions d’impressions de la revue. Celle-ci est à nouveau évoquée suite à la disparition de Rougé, qui en était responsable, dans la lettre 23 février 1873 (bibliothèque de l’Institut de France, ms. 2584, p. 182-185). []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés (École du Louvre) ; documentaliste scientifique au département des antiquités grecques, étrusques et romaines (musée du Louvre)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search