Les salles égyptiennes du musée Guimet

Après le statut et les équipes du musée Guimet1, retour à cet établissement pour se pencher sur sa galerie égyptienne aujourd’hui disparue2 – les collections égyptologiques du musée ayant été échangées avec les pièces asiatiques du musée du Louvre en 1948.

L’Égypte ancienne comme chapitre de l’histoire des religions

À la suite d’un voyage en Égypte en 1865-1866, l’industriel lyonnais Émile Guimet commença une collection et décida de se consacrer à l’étude des religions anciennes et orientales3. Après quelques années, il entreprit de fonder à Lyon un centre d’étude d’histoire des religions, adossé à un musée qu’il fit édifier, et qui abritait aussi des activités d’enseignement, de traduction et d’édition. Pour toucher un public plus large, Guimet déménagea son musée à Paris et en fit don à l’État en échange du poste de directeur à vie (sans appointements) et du choix des candidatures à soumettre à l’administration pour son personnel. Organisé dans un bâtiment pratiquement identique à celui qui avait abrité ses collections à Lyon, le nouveau musée ouvrit au public en 1889.

Les salles égyptiennes se trouvaient au 2e étage, dans l’aile de gauche (sur la rue Boissière)
Le musée Guimet parisien, 1888 (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 1-EST-02801)

Quelles considérations présidaient à l’organisation de ces salles ? Son fondateur écrivait : « Les musées sont des œuvres d’enseignement […] On ne peut faire une galerie égyptienne rien qu’avec des statues. Il y faut les textes et les mobiliers funéraires. »4 Le musée se caractérisa en effet par une volonté pédagogique manifeste, notamment dans la contextualisation poussée des collections et des manières assez originales de les présenter. Le Petit guide illustré qui décrit ses salles annonce dès l’introduction une visée pédagogique et rationaliste :

Un musée des Religions devant être avant tout une collection d’idées, nous nous sommes surtout attaché à présenter un classement méthodique rigoureux, une démonstration claire. Prenant chaque peuple en particulier, nous avons classé ses religions d’après l’ordre chronologique de leur apparition, et en les subdivisant en leurs différentes sectes ou écoles, toutes les fois que la précision de nos renseignements nous l’a permis. Dans chacune de ces subdivisions nous avons groupé les diverses représentations d’une même divinité, de façon à bien faire ressortir les modifications que le temps ou le progrès des idées a apportées soit dans ses traits caractéristiques, sa forme et son attitude, soit dans ses attributs et son sens mythique. Chaque fois que cela a été possible, nous avons mis en relief dans nos vitrines les pièces les plus remarquables par leur rareté, leur antiquité, leur perfection artistique ou par leur matière.

Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890, p. vvi.

En dépit de ces principes rigoureux, la disposition des collections ne pouvait totalement faire abstraction des contingences matérielles de l’espace qui lui était alloué et du mobilier disponible. Il n’est pas non plus impossible qu’un certain sens de la mise en scène ait parfois joué.5

La place de l’Égypte ancienne dans ce dispositif ne semblait pas fondamentale, sinon pour les cultes isiaques diffusés dans l’Empire romain dont les traces matérielles trouvées en Gaule formaient un des noyaux de la collection initiale de Guimet. La galerie qui était réservée aux pièces égyptiennes clôturait le parcours et occupait la dernière section des Petits guides illustrés du musée.

Deux facteurs allaient cependant contribuer à renforcer la place des antiquités égyptiennes parmi les collections du musée : il s’agit d’une part de la présence d’égyptologue dans les cadres scientifiques de l’établissement, en la personne du bibliothécaire Henri Galliment6 puis surtout d’Alexandre Moret7, alors déjà directeur d’études adjoint à l’École pratique des hautes études (section des sciences historiques et philologiques) en archéologie égyptienne ; un autre élément déterminant fut le soutien accordé par Guimet à des campagnes de fouilles en Égypte et la présentation au musée de leur produit, qui allait également faire de l’égyptologie un champ notable des activités de cet établissement, même s’il ne fut jamais exclusif ni ne bénéficia d’aucun personnel attitré.

Les salles égyptiennes

Peu d’images sont connues des salles, égyptiennes ; cependant, le guide des salles fut très régulièrement édité8 et permet d’appréhender l’évolution du parcours. Les collections se déployaient dans une architecture neutre de vocabulaire classique, interprétée à l’ouverture comme pompéienne9. L’ouverture du musée provoqua un certaine enthousiasme dans la presse (« Dans le monument de la place d’Iéna, le visiteur marche vivant dans un rêve de divinités disparues »…10), mais les collections égyptiennes n’y furent pas notablement distinguées, sans doute éclipsées par les salles asiatiques, plus exotiques aux yeux du public déjà relativement familier de la culture égyptienne.

Le parcours occupait donc la galerie du deuxième étage de l’aile donnant sur la rue Boissière11. La première salle12 rassemblait des collections illustrant les pratiques et les croyances funéraires égyptiennes : des momies, des éléments de mobilier funéraire, et des reproduction de reliefs de mastaba, ainsi qu’une statue d’« Osiris, dieu des morts, le corps entouré de bandelettes comme une momie, tenant dans ses mains le fouet et le crochet ». La seconde salle était consacrée aux divinités13 ; la troisième aux « objets historiques »14 et la dernière au culte « égypto-romain »15 ; ces divisions n’étaient pas pour autant étanches, et la salle des objets historiques présentait des objets funéraires (des ouchebtis), tout comme la salle du culte égypto-romain contenait la reproduction d’une statue de l’Ancien Empire.

Ce parcours décrit en 1890 dans la première édition du Petit guide illustré ne connut pas de modification jusqu’en 1897 : deux vitrines présentant des objets issus des fouilles d’Antinoé, au financement desquelles participait le musée, furent alors intégrés aux deux dernières salles16. Ces ajouts ménageaient en quelque sorte une transition entre les monuments « historiques », assez divers de nature, et les pièces les plus récentes de la collection.

La cinquième édition du Petit guide illustré, en 1904, atteste de changements plus importants dans les salles égyptiennes : le mobilier exhumé à Antinoé entre 1896 et 1903, dont plusieurs momies sur lesquelles nous reviendront, était alors exposé au deuxième étage de la tour17, tandis que la galerie égyptienne comptait désormais cinq salles18 ; les deux premières salles restaient identiques, hormis l’arrivée dans la première de la statue du Cheikh el-Beled, auparavant à la fin du parcours ; la troisième salle contient une stèle et deux vitrines présentant des objets issus des fouilles d’Amélineau à Abydos. Quant aux deux dernières salles, elles sont consacrées à la religion isiaque ; il ne s’agit que de la reformulation du « culte égypto-romain » évoqué précédemment. Dans ce parcours, les récentes découvertes d’Abydos semblent avoir pris la place de celles d’Antinoé, qui pour leur part avait atteint un volume suffisant pour bénéficier de leur propre salle.

Une nouvelle configuration est attestée en 1910, avec six salles, dont la troisième était désormais totalement dévolue aux fouilles d’Abydos ; la quatrième salle comportait aussi des pièces abydéniennes et des monuments « historiques » issus de diverses époques ; enfin les cinquième et sixième salles sont consacrées à la religion isiaque : il semblerait donc que l’ancienne « troisième salle » ait été divisée en deux19 sans que l’entrée ni le fond de la galerie n’ait connu de bouleversement.

À travers ces évolutions, le parcours conserve donc la même progression : la première salle évoque les croyances et les pratiques funéraires ; ensuite sont présentées les images des divinités. Suivent des pièces plus « généralistes », qui illustrent l’histoire égyptienne ; on y fit suivre les récentes découvertes archéologiques. Le parcours se terminait sur le dernier stade de la religion égyptienne et sa diffusion dans l’Empire romain.

Les dispositifs auxiliaires à la visite

Les collections d’antiquités avaient au musée Guimet une prééminence moins marquée que dans d’autres musées, et constituaient un des éléments, parmi d’autres, de tout un riche système pédagogique. À Paris, le musée Guimet poursuivait ses activités d’édition, avec plusieurs collections20 et la Revue d’histoire des religions. Les conférences étaient également particulièrement développées, constituant un « catalogue parlé des collections du musée »21 ; elles se déclinaient parfois sous la forme de « visites-conférences » réalisées dans les salles.

De même, outre la bibliothèque ouverte aux chercheurs, le musée présentait dans les salles, parmi les collections, des illustrations, comme des relevés de décor de chapelle de mastaba22 récupérés du pavillon égyptien à l’exposition universelle de 1867, ou à partir de 1897 des photographies, illustrant notamment les sites de provenance des objets23 ou les momies royales24.

Le moulage du « lit d’Osiris » dans les salles du musée Guimet, 1906, carte postale N.D. n° 8125

Des moulages étaient aussi utilisés pour présenter certaines divinités ou phénomènes religieux, l’intérêt explicite de l’institution n’étant pas de présenter ses collections mais plutôt d’illustrer par leur truchement l’histoire des religions. On présenta ainsi dans les salles un moulage du « lit d’Osiris »26, découvert à Abydos par Émile Amélineau pendant ses fouilles, qui donnèrent lieu à l’aménagement d’une véritable « salle des fouilles d’Abydos » en 190627.

Une copie du cheikh el-Beled au musée Guimet (détail), 1909 (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, base Mémoire, image 68L04029)

Le musée présenta aussi dans ses salles des moulages de pièces célèbres, comme le Cheikh el-Beled28 dont Guimet avait vu l’original au musée de Boulaq pendant son premier voyage en Égypte, ou une tête attribuée à la reine Tiy29. Notons toutefois que si ces deux statues étaient des vestiges fameux de la sculpture égyptienne, leur rôle dans l’illustration de la religion égyptienne reste assez vague30.

Projet d’aménagement de la tour, Jules Chatron, v. 1879-188931

Les projets de dispositifs utilisés pour présenter de manière complète et attrayante les vestiges associés aux phénomènes religieux antiques ne s’arrêtaient pas là. Pendant de nombreuses années, on annonça ainsi l’aménagement d’un panorama au dernier étage de la tour d’angle du musée ; sa toile devait illustrer « divers temples de l’Inde, de l’Égypte, du Japon, etc. »32 Cette idée est présente dès le musée de Lyon, et se retrouve dans toutes les éditions du Petit guide illustré jusqu’en 189733 avant d’être abandonnée.

« Une petite nécropole » : un projet inabouti ?

D’autres dispositifs, que nous qualifierions même aujourd’hui d’« immersifs » furent envisagés : l’architecte Paul-Hippolyte Boussac avait réalisé la reproduction du tombeau de Nakht pendant une mission en Égypte ; il l’exposa au salon des Champs-Élysées en 1896 et le fit acquérir par le musée Guimet34 ; après avoir reproduit le tombeau de Sennéfer35 lors d’une nouvelle mission et l’avoir présenté à l’exposition universelle de 1900, il indiqua dans la demande de financement pour son acquisition « J’ai vu Monsieur Guimet, il connaît l’original de mon tombeau thébain et désirerait vivement avoir ma reconstitution dans son musée où il l’installerait dans les sous-sols avec mon premier relevé de manière à former une petite nécropole, il éclairerait le tout à la lumière électrique. »36 Le reste du dossier ne donne pas d’indication sur la suite des tractations, et c’est finalement la faculté de lettres de Lyon qui obtint ce second tombeau.

La livraison du premier tombeau au musée est certes attestée37 ; je n’en ai cependant pas trouvé mention dans la presse ni les éditions récurrentes du Petit guide du musée, alors même que l’équipe de Guimet s’entendait à mettre en valeur ses réalisations, par exemple au moyen de publications commémoratives répétées38. Sans autre élément, il convient de rester prudent devant les faits rapportés par Boussac ; j’en viens d’ailleurs à me demander si le premier tombeau fut jamais présenté au public.

Présentation des momies d’Antinoé

Arrêtons-nous enfin un instant sur l’une des manifestations les plus fameuses du musée : l’exposition du produit des fouilles d’Albert Gayet à Antinoé, et notamment des sépultures romaines et de leurs momies. Plusieurs années d’affilée, Gayet présenta ainsi le contenu de quelques tombes nouvellement ouvertes, en disposant autour des corps – toujours saisissants par leur état de conservation – le mobilier funéraire qui les accompagnait. En analysant ce matériel archéologique, il développait tout un récit autour de ces momies pour les caractériser de manière presque narrative, qui toucha bien évidemment l’imaginaire des contemporains. Les momies furent ensuite présentées au musée Guimet, dans la rotonde qui surmonte la bibliothèque, dans la même disposition efficace. Le souci de contextualisation des corps était louable ; le fouilleur se laissa néanmoins sans doute aller à quelques compromissions discutables avec le sensationnalisme39. Il n’en demeure pas moins qu’il sécurisa ainsi le financement pérenne de ses fouilles, qu’il mettait par ailleurs en valeur au moyen d’autres manifestations innovantes, comme la présentation sur modèles vivants de reproduction des vêtements retrouvés dans les tombes byzantines40.

Momies d’Antinoé : Leukyôné et la « dame byzantine », à l’étage de la rotonde du musée Guimet, 1909 (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN : base Mémoire, cote 284_62, photo n° 68L04036)

Il est difficile de dire, sans revenir dans le détail de la correspondance entre Gayet et l’équipe du musée, la part de l’un et des autres dans le dispositif choisi pour l’exposition. Elle fut cependant extrêmement appréciée du public, et y suscita un véritable engouement qui allait du goût du macabre à la ferveur41.


Au musée Guimet, fondé alors que l’histoire de l’Égypte ancienne était déjà jalonnée et que le public s’était familiarisé avec sa culture, l’organisation des salles ne connut guère de bouleversement au cours du quart de siècle qui s’étend entre leur installation parisienne et la Première Guerre mondiale. Dans une visée d’histoire de la culture égyptienne, des espaces réservés au monde funéraire et aux différentes divinités perdurèrent sur toute la période. Ces salles se caractérisaient surtout par l’intégration progressive de vestiges archéologiques récemment exhumés, qui aboutirent à la création d’un espace consacré aux fouilles d’Antinoé, puis de celles d’Abydos. Le musée Guimet semble aussi avoir entrepris de véritables expérimentations dans la présentation de ces collections, facilitées il est vrai par une grande autonomie et d’un cadre administratif moins contraignant que celui qui pesait sur les autres musées publics français. Bénéficiant d’un statut original, d’abord privé, puis rattaché à l’administration mais maintenu sous la direction scientifique totalement autonome de son fondateur, et dans la droite ligne du centre d’études lyonnais auquel il succéda, il fut un lieu d’enseignement et d’expérimentations de toutes sortes pour mettre à l’honneur l’étude des religions anciennes ou orientales, et les cultures qui les suivaient.

  1. Voir « Des institutions, des musées et des hommes : le musée Guimet de Paris », 18 août 2019. []
  2. Ce billet est issu de la deuxième partie de la communication « Exposer l’Égypte ancienne au Louvre et au musée Guimet au XIXe siècle » présentée au colloque Arts & vestiges: contextualisation, exposition, scénographie (octobre 2019, INHA) et publiée sous forme abrégée sur le carnet Contextualités. Réflexions et regards hybrides en novembre 2020. Je suis reconnaissant de l’aide qui m’a été apportée dans ces recherches à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine par MM. Gilles Désiré dit Gosset et Bruno Martin, et au musée national des arts asiatiques – Guimet par Mme Cristina Cramerotti. []
  3. Galliano, Geneviève (dir.), Un jour j’achetai une momie. Émile Guimet et l’Égypte antique, Lyon, Hazan, 2012 ; Lebée, Thomas, « Émile Guimet et la morsure du canard égyptien. Un curieux au musée de Boulaq », Les Cahiers de l’École du Louvre 5, 2014. []
  4. Bibliothèque du musée national des arts asiatiques – Guimet, archives, carton « musée Guimet », note dactylographiée de Guimet, 25 juin 1913. []
  5. Une Diane d’Éphèse occupait ainsi, dans la galerie égyptienne, une place d’honneur au-dessus de la balustrade qui dominait le premier étage du pavillon central, alors que sa présence était finalement saugrenue, puisque le guide lui-même précisait qu’il s’agissait d’une copie altérée du XVIIe ou XVIIIe siècle, sur laquelle figurait un tatou (Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890, p. 194). []
  6. Galliment (1865-1899), travailla au moins au musée entre 1894 et 1896). Il avait été formé en égyptologie et assyriologie par Eugène Révillout et Eugène Ledrain (Chaboseau A., « La première Université populaire », Le mouvement socialiste (4e année) 93, 24 mai 1902, p. 978-982, p. 980-982), vraisemblablement à l’École du Louvre, et de Gaston Maspero à l’École pratique des hautes études (Annuaire de l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques, 1899 [année scol. 1897-1898], p. 127 ; 1900 [année scol. 1898-1899] p. 121) ; il semble donc avoir été le premier égyptologue authentique du musée Guimet. []
  7. Moret (1868-1938), élève de Maspero, publia sous les auspices du musée Le rituel du culte divin journalier en Égypte (Annales du musée Guimet 14, Paris, Ernest Leroux, 1902) et Du caractère religieux de la royauté pharaonique (Annales du musée Guimet 15, Paris, Ernest Leroux, 1902) ; il rejoignit le musée en 1906 comme conservateur adjoint, et en devint conservateur en 1913, à la retraite de l’indianiste Léon-Joseph de Milloué. Il dirigea le musée après la mort de Guimet en 1918. []
  8. Il compta pas moins de six éditions entre 1890 et 1910 : Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890 ; 2e éd., 1894 ; 3e éd., 1897 ; 4e éd., 1899 ; 5e éd., 1904 ; 6e éd., 1910. []
  9. La Justice, 21 juin 1888 : « La décoration à peu près uniforme des salles et des galeries, d’un style sobre, a été empruntée aux souvenirs de Pompéi. » ; Le XIXe siècle, 3 avril 1888 : « le monument […] est la reproduction exacte d’une maison de Pompéi. » []
  10. La Cocarde, 11 juillet 1891. []
  11. Tout porte à croire que ce parcours est extrêmement semblable à celui qui avait été organisé au musée Guimet de Lyon, comme le laisse deviner des photographies qui m’ont obligeamment été transmises par M. Jérôme Ghesquière ; leur confrontation au guide lyonnais et aux éditions ultérieures du Petit guide illustré ne révèle pas de modification substantielle. []
  12. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890, p. 187. []
  13. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890, p. 194. []
  14. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890, p. 198. []
  15. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890, p. 202. []
  16. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 3e éd., 1897, p. 284285. []
  17. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 5e éd., 1904, p. 302306. []
  18. La délimitation des salles semble assez lâche, comme l’indique la note suivante, et en l’absence de plan annoté ou de vues précisément situées, je pense qu’il s’agit de subdivisions de la même galerie, sans annexion de nouvel espace. []
  19. À voir une carte postale de 1906 (Galliano Geneviève (dir.), Un jour j’achetai une momie. Émile Guimet et l’Égypte antique, Lyon, Hazan, 2012, p. 80, fig. 21), cette division aurait pu s’opérer simplement par l’ajout de vitrines transversales en travers de l’axe de la galerie. []
  20. Les Annales du musée Guimet se divisaient elles-mêmes en sous-collections : la Bibliothèque d’étude et la Bibliothèque de vulgarisation. []
  21. Archives nationales, F/21/4473, lettre de Miloué à Guimet, 7 novembre 1895. []
  22. « Douze grands tableaux destinés à faire connaître, d’après les monuments contemporains, l’état de la civilisation égyptienne il y a environ six mille ans (IVe et Ve dynasties), copies de peintures décoratives des tombeaux de Ti-Phtah-hotep et Khou-hotep-her à Saqqarah, exécutés sous la surveillance de Mariette-Bey. » » Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890, p. 190191. []
  23. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 3e éd., 1897, p. 285 (Antinoé). []
  24. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 3e éd., 1897, p. 286. []
  25. Galliano Geneviève (dir.), Un jour j’achetai une momie. Émile Guimet et l’Égypte antique, Lyon, Hazan, 2012, p. 80, fig. 21 ; on aperçoit au fond de l’image la tête de Chépénoupet transférée au Louvre au cours de cette même année (voir « ‘Vous n’aurez pas ma tête !’ Un échange entre le Louvre et le musée Guimet », 29 septembre 2019.). []
  26. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 6e éd., 1910, p. 217. []
  27. Bibliothèque du musée national des arts asiatiques – Guimet, archives, carton « musée Guimet », série de lettres recopiées, envoyées par Guimet à un destinataire non dénommé, entre 1905 et 1906, lors de la constitution de ces salles. []
  28. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890, p. 208. []
  29. Je n’ai pas été capable de retrouver la mention de ce moulage dans les éditions successives du Petit guide illustré, alors qu’il est bien attesté en 1909 (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, base Mémoire, image 68L04030) ; cela nous enjoint au moins à la prudence quant à l’exhaustivité des sources écrites, mêmes régulièrement mises à jour, sur l’état réel des salles de musées. []
  30. Archives nationales, F/21/4470 : « Dans l’intention du fondateur du Musée les salles Egyptiennes, grecques, romaines et gauloises ne doivent contenir que les pièces indispensables pour la comparaisons des divinités de l’Europe ancienne avec celles de l’orient. On a l’intention de demander aux musées de France et de l’Etranger des moulages des pièces caractéristiques par leurs attributs ou leur attitude les plus indispensable pour ces comparaisons » (épreuve de texte imprimé sans date ni destination explicite, postérieur au moins à 1889 qu’il évoque au passé ; il s’agit peut-être d’un projet pour la publication du Jubilé du musée Guimet ?). []
  31. Baptiste, Pierre et Cramerotti, Cristina, Enquêtes vagabondes. Le voyage illustré d’Émile Guimet, Paris, Gallimard, 2017, fig. 87 p. 41 et notice n° 111. []
  32. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 1re éd., 1890, p. viii. ; 3e éd., 1897, p. ix ; Le Constitutionnel, 7 août 1897. []
  33. Milloué (de) Léon-Joseph, Petit guide illustré au musée Guimet, Paris, Ernest Leroux, 3e éd., 1897, p. ix ; Le Constitutionnel, 7 août 1897. []
  34. Archives nationales, F/17/2942, lettre de Boussac à Xavier Charmes, 23 mai 1896, avec copie d’une lettre de Guimet à Boussac du 21 mai 1896) ; F/21/2125, dossier « Tombeau thébain » (1896). []
  35. Le nom est explicitement indiqué dans une lettre de Boussac au directeur de l’Enseignement supérieur Liard, de Louqsor le 19 février 1899 (Archives nationales, F/17/2942, dossier « Boussac, P.-Hippolyte »). []
  36. Archives nationales, F/17/2942, dossier « Boussac, P.-Hippolyte », lettre de Boussac à un directeur (Xavier Charmes, directeur du secrétariat et de la comptabilité du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, ou Liard, directeur de l’Enseignement supérieur ?), 6 octobre 1900. []
  37. Le « tombeau thébain » a été livré au musée Guimet le 12 août 1896 (Archives nationales, F/21/4472). Je n’ai pas trouvé trace de l’installation dans les documents comptables du musée pour ces années (Archives nationales, F/17/3848/3 et F/21/2125). []
  38. [Collectif], Le Jubilé du musée Guimet1re éd., Paris, Ernest Leroux, 1904 ; 2e éd., Lyon, A. Rey, 1909. []
  39. Il transcrivit par exemple une séance de spiritisme dans l’une de ses conférences, publiée par la suite, pour évoquer ce qu’avait pu être l’existence d’une défunte dont il étudiait la tombe (Gayet Albert, Fantômes d’Antinoë. Les sépultures de Leukyoné et Myrithis, Paris, société française d’éditions d’art, 1904, p. 5258 ; voir « Momies et manies », 31 août 2019), ou joua sur une ambiguïté très mollement dissipée dans la coïncidence de l’appellation d’une momie « Thaïs » trouvée à proximité d’une momie de religieux avec l’histoire à succès de la courtisane convertie Thaïs et de l’anachorète Sérapion (Gayet Albert, Antinoë et les sépultures de Thaïs et Sérapion, Paris, société française d’éditions d’art, 1902). Sur les fouilles d’Antinoé, leur exploitation et leur réception, voir Calament Florence, La révélation d’Antonioé par Albert Gayet. Histoire, archéologie, muséographie (Bibliothèque d’études coptes 18), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2005. []
  40. Ces événements débordent cependant du cadre du musée Guimet, où n’eurent lieu – à ma connaissance – que les expositions du produit des fouilles, accompagnées de conférences. []
  41. « On sait avec quel art de la mise en scène M. A. Gayet présente ses fragiles débris engainés de bandelettes qu’il arrache aux sables d’Antinoë.

    Chaque momie a sa personnalité bien tranchée, marquée par les objets qui l’entouraient dans la tombe. L’une est la Brocheuse et l’autre la Prêtresse ou la Magicienne, et celle-ci une dame byzantine. Aussi leur conquiert-il des curieux, des amis, voire même des dévots. La Dame byzantine est toujours entourée de fleurs. C’est une jeune actrice qui lui accorde une confiance superstitieuse et vient lui apporter un bouquet chaque fois qu’elle a obtenu quelque chose, par son intervention, s’imagine-t-elle. » Céli (de) Georges, « Figure d’hypogée », La Gazette de France, 1er juin 1913. []


Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés (École du Louvre) ; documentaliste scientifique au département des antiquités grecques, étrusques et romaines (musée du Louvre)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 février 2022

    […] Les salles égyptiennes du musée Guimet, par Thomas Lebée, sur le carnet Histoire de l’égyptologie en formation, Acteurs, pratiques et diffusion d’une nouvelle science orientaliste au XIXe siècle ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search