Les lettres de Mariette (6) : varia

L’édition numérique des lettres de Mariette se poursuit ; après sa correspondance à Chabas1, c’est une cinquantaine de nouvelles lettres qui rejoignent désormais ce recueil épistolaire. Il ne s’agit pas cette fois-ci d’une collection homogène, mais d’une vingtaine d’ensembles de documents issus de diverses cotes conservées aux Archives nationales, à l’Institut de France, à l’Institut national d’histoire de l’art et au musée du Louvre. Ils se répartissent sur l’ensemble de sa carrière et concernent aussi bien des communications familières que des courriers administratifs. C’est donc un accroissement fort hétéroclite, mais très enrichissant pour le corpus.

Mariette avant l’Égypte

Quatre de ces nouvelles lettres datent des années formatrices de Mariette, alors qu’il enseigne à Boulogne-sur-Mer et qu’il fait ses premières armes au Louvre. Ses échanges avec Maury documentent une relation encore bien mal cernée, même si ce dernier faisait partie de ses amis identifiés à cette époque.2 Ses contacts précoces avec Leleux ne semblent pas non plus avoir été commentés jusqu’ici.

Les études que j’ai entreprises ne me fatiguent pas, ne me rebutent pas; elles font au contraire le charme de ma vie. Mais ce qui me fatigue beaucoup, c’est l’isolement dans lequel je me trouve ici, c’est l’indifférence de chacun en présence des efforts que je tente, ce sont surtout les empêchements qui proviennent de ma famille et les moqueries continuelles des personnes qui m’approchent. Je suis presqu’obligé [sic] de travailler en cachette et de n’avouer à personne que je m’occupe d’archéologie égyptienne. Cela paraît ici une monstruosité dont un fou seul doit être capable.3

La découverte du Sérapéum

Plus intéressantes encore, dix nouvelles lettres datent des fouilles du Sérapéum (novembre 1850-fin 1854), issues de diverses anciennes séries des archives des musées nationaux, désormais aux Archives nationales. La plus marquante est certainement celle du 14 novembre 1851 adressée au ministre français de l’Intérieur, pour lui annoncer que Mariette avait pénétré pour la première fois dans les souterrains dont l’entrée venait à peine d’émerger des sables. Ce récit saisissant est un nouveau beau morceau de style de Mariette, très évocateur et efficace dans ses effets ; il est à ma connaissance inédit.

… la porte présentait en effet, à son sommet, une ouverture de quelques pouces par laquelle je résolus de pénétrer.

Vous dire l’émotion dont je fus saisi à cet instant suprême est impossible. Après une année et douze jours de travail; j’arrivais enfin à mon but. Ce but, je l’avais poursuivi à travers des empêchements de toute sorte [sic], à travers les maladies, les luttes que m’ont suscitées la jalousie des uns et la cupidité des autres. Privé d’argent depuis six mois, manquant de tout, vivant seul au milieu des morts dans un horrible désert, je n’avais jamais reculé, certain que la grandeur des résultats, serait, tôt ou tard, la récompense de mes fatigues. Maintenant qu’allais-je trouver derrière cette porte à peine entrouverte? Champollion qui m’avait enseigné à lire sur chaque pierre de temple le nom du bœuf divin de Memphis ne m’avait-il pas trompé, et devrais-je avoir assez foi dans sa méthode si souvent attaquée pour risquer, sur la lecture seule de quelques hiéroglyphes, une année entière de recherches pénibles et l’avenir de toute la mission qu’au moins d’août 1850 le gouvernement français m’avait confiée ? […]

Mais comment résister? Je me laissai donc aller à ma curiosité, et, la tête la première, je m’enfonçai dans l’ouverture.

Pendant cinq minutes environ, j’eus à ramper, le ventre sur le sable et le dos appuyé littéralement sur la voûte. J’avais une bougie d’une main et une boîte d’allumettes de l’autre et je n’avançais qu’en m’aidant des genoux et des coudes.

Enfin le conduit devint graduellement plus large et j’arrivai à un endroit où je pouvais me tenir debout.

Là je m’orientai un instant. A droite et à gauche je reconnus des chambres taillées dans le roc au milieu desquelles s’élèvent de gigantesques sarcophages, et je vis devant moi des galeries qui paraissaient s’enfoncer dans la montagne à des profondeurs inconnues.

Je m’avançai résolument. Jamais, Monsieur le Ministre, je n’oublierai le trouble dont j’étais saisi en parcourant ces couloirs, ces chambres, ces souterrains de mille sortes qui font de la tombe d’Apis toute une ville taillée dans le roc.4

Aug. Mariette, Choix de monuments et de dessins découverts ou exécutés pendant le déblaiement du Sérapéum de Memphis, Paris, 1856, pl. 5 (numérisé sur Heidi ; image : Wikimedia)

Le service des antiquités

Après une poignée de lettres datant du retour de Mariette en France (1854-1857), c’est évidemment de sa carrière égyptienne (1858-1881) que datent la majorité des lettres de cette addition. Les questions les plus diverses y sont soulevées : comme dans un certain nombre de lettres déjà présentes, selon qu’il s’adresse à une connaissance familière ou un interlocuteur officiel, Mariette y évoque surtout, avec plus ou moins de faconde ses réalisations et ses projets de fouilles et de publications.

Lettre de nomination de Kabis au sein du service de conservation des antiquités de l’Égypte5

On y trouve notamment quelques lettres à Marc Kabis, un membre éphèmère du service de conservation des antiquités de l’Égypte, engagé par Mariette en 1863 comme conservateur adjoint et inspecteur des fouilles, mais déjà absent des listes du personnel fin 1865 ; les quelques lettres qui lui ont été adressées évoquent certains moments de la vie du service encore embryonnaire, et notamment (sans détail hélas) son activité au Sérapéum quelques années après la mission que Mariette y avait menée personnellement. Une lettre en particulier nous livre une curieuse liste de courses qui révèle les préférences de la famille Mariette pour les conserves (viande anglaise et légumes français si possible) et les œuvres de Fennimore Cooper ! Cette lettre, qui comporte aussi deux lignes de la main d’Éléonore Mariette (les seules que je connaisse pour l’instant), mentionne l’interruption des fouilles à cause de l’épidémie de choléra de l’été 1865, qui allait emporter Madame Mariette quelques mois plus tard.

Deux lignes de la main d’Éléonore Mariette : « Vous m’obligeriez en m’envoyant 1 oke d’amidon et quelques morceaux de bleu pour le lingue »6

D’autres courriers sont adressés à des proches, comme son ami Théodule Devéria ou le librettiste Du Locle avec qui il avait partagé un voyage sur le Nil. Il partage ainsi avec Devéria rien de moins que ses souvenirs de l’état de la chambre souterraine contenant du mobilier funéraire au nom du prince Khâemouaset lors de sa découverte7. Même quand le contenu des lettres n’apporte guère de détails intéressants, elles regorgent souvent de détails savoureux (les ambitions découragées d’Arakal, l’accent de Gastinel)8 qui donnent chair à ces années de la vie de Mariette.

Il n’y a, en général, rien de plus négligé qu’une tombe égyptienne. Combien de fois, par exemple, m’est-il arrivé de ne pas trouver sur les vases funéraires les têtes correspondantes. Tout cela se faisait un peu à la hâte. Tantôt on n’écrivait même pas le nom du mort (ce qui devait embarrasser Osiris)…9

Complémentarité des fonds

L’augmentation considérable du nombre de fonds concernés permet désormais de faire sentir l’intérêt de rapprocher ces documents dispersés par leur histoire dans les institutions. C’est ainsi qu’une lettre envoyée à Desjardins n’a pas été conservée par ce dernier, mais vraisemblablement transmise par lui à Jourdain, auprès de qui il plaidait la cause de Mariette : elle est absente du recueil de lettres de Mariette constitué par Desjardins10, mais s’est retrouvée parmi des lettres à Jourdain qui ont été vendues comme autographes et ont fini par rejoindre la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art. La correspondance de Saulcy est également fragmentée et on trouve des lettres de Mariette à celui-ci aux Archives nationales et à l’Institut de France11.

Ce schéma ne prétend pas à la lisibilité ; mais on peut y voir qu’à travers cinq institutions, un nombre conséquent de destinataires peuvent être retrouvés, avec quelques trajectoires intéressantes
  1. Voir « Les lettres de Mariette (5) : correspondance avec François Chabas », 31 octobre 2021. []
  2. Gaston Maspero, « Auguste Mariette (1821-1881). Notice biographique », dans Auguste Mariette (Gaston Maspero, éd.), Œuvres diverses t. 1 (Bibliothèque égyptologique 18), Paris, Ernest Leroux, 1904, p. XIX. []
  3. Le 27 décembre 1848, de Boulogne-sur-Mer, à Leleux (INHA, BCMN ms. 530, fos 1-2). Les difficultés à apprendre l’égyptologie en autodidacte n’étaient certes pas minces loin de Paris, et la famille de Mariette, sa belle-famille notamment, ne semble pas avoir montré beaucoup d’égard pour ses entreprises à cette période ; mais l’emphase et le goût de l’image frappante ne lui ont jamais été étrangers. []
  4. Le 14 novembre 1851, du Sérapéum, au ministre de l’Intérieur (Archives nationales, 20144775/8). []
  5. Le 12 mars 1863, de Boulaq, à Kabis (Archives nationales, AB/XIX/4195, dossier 1, document 1). []
  6. Le 7 juillet 1865, du Sérapéum, à Kabis (Archives nationales, AB/XIX/4195, dossier 1, document 7). []
  7. Lettre du 31 mars 1867, d’Auteuil, à Devéria (Musée du Louvre, département des antiquités égyptiennes, BCMN ms. 245.2, n. p.). Voir Philippe Collombert, « La mort de Khâemouaset et l’énigme de sa tombe » dans Alain Charron et Christophe Barbotin (dir.), Savoir et pouvoir au temps des Ramsès. Khaêmouaset. Le prince-archéologue, Arles – Gand, 2016, p. 273-275. []
  8. Lettre du 26 août 1868, du Caire, à Du Locle (Archives nationales, AJ.13/1153, n. p.). []
  9. Lettre du 31 mars 1867, d’Auteuil, à Devéria (Musée du Louvre, département des antiquités égyptiennes, BCMN ms. 245.2, n. p.). []
  10. Bibliothèque nationale de France, NAF 11669. []
  11. Archives nationales, 344Mi ; Institut de France, ms. 2250-2298. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas Lebée (14 juillet 2022). Les lettres de Mariette (6) : varia. Histoire de l'égyptologie en formation. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/phbw


Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés (École du Louvre) ; documentaliste scientifique au département des antiquités grecques, étrusques et romaines (musée du Louvre)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search