Les lettres de Mariette (7) : les débuts et le quotidien du service des antiquités

Le recueil numériques des lettres de Mariette s’est enrichi d’une collection considérable : les épaves des papiers conservés au sein même du service des antiquités. Rescapés (parfois bien endommagés) de la crue dramatique de 1878 qui avait inondé les bureaux du service1, ces documents ont été conservés, avec d’autres lettres quant à elles reçues par Mariette, au sein du service où ils ont finalement été intégrés dans la documentation de Pierre Lacau, 5e successeur de Mariette et directeur du service des antiquités de 1914 à 1936. Il légua ses archives à l’École pratique des hautes études, où elles sont conservées depuis 1964 par le centre Wladimir Golénischeff (laboratoire Aoroc)2.

Ce fonds est passionnant pour découvrir les premières années du service de conservation des antiquités de l’Égypte ; il a été étudié – sans doute en Égypte, avant les années 203 – par Georges Daressy qui a commencé à le classer et le transcrire. Son travail s’est interrompu avant son achèvement, aux lettres de l’année 1865. Plusieurs décennies plus tard, ce travail fut complété à l’École pratique des hautes études par Michelle Thirion4. Ce fonds a depuis été exploité ponctuellement5 ; il n’est certainement pas inconnu mais s’avère un ajout particulièrement précieux au corpus des lettres de Mariette.

En effet, il contient les premières réflexions de celui-ci sur ce qui n’était encore qu’un projet soumis au vice-roi d’Égypte par le truchement de Ferdinand de Lesseps pour fonder une administration chargée de protéger les antiquités du pays6. Les lettres qui suivent révèlent la réalité concrète de la mise en œuvre de ce projet et l’instauration très progressive d’un contrôle étatique sur l’archéologie, par un service centralisé reposant sur des ressources qu’il réclamait des provinces où il opérait. On y trouve ainsi les noms des premiers reïs, inconnus des sources publiées jusqu’ici.

j’ai nommé aux susdites fonctions dans la Province que vous êtes chargé d’inspecter :
à Myt-Rahyneh :
― Ibrahim Abou Hagazeh, 5 pi. par jour ;
à Sakkarah :
― Khamsaoui Abou Roubi, 5 pi. par jour;
― Aly Abou [sic] Safar7, 5 pi. par jour ;
― Roubi, Abou Khamsaoui, 4 pi. par jour;
aux Pyramides :
― Atouch Abou Faïd, 5 pi. par jour.8

C’est aussi une documentation capitale pour comprendre l’évolution de la composition du personnel du service, et de la poignée de fonctionnaires qui géraient avec Mariette le musée et la supervision des fouilles, dont les responsabilités ne se sont précisées que progressivement.

La plus récente lettre de Mariette au sein de ce dossier offre notamment un éclairage nouveau sur les conditions d’intégration d’Ahmad Kamal au service. Réputé « premier égyptologue égyptien »9, il fut réclamé nommément par Mariette pour remplacer le secrétaire du service, en reconnaissance explicite de ses connaissances scientifiques qui doublaient opportunément ses compétences administratives.

Dans ces circonstances, je demande à Votre Excellence de vouloir bien procéder au remplacement de Mohammed effendi, et de désigner pour ces fonctions Ahmed Kemal effendi, qui se présente pour les remplir. Ahmed Kemal effendi réunit toutes les qualités requises pour cet emploi. Il est ancien élève de l’Ecole d’Egyptologie dirigée au Caire par S. E. Brugsch-Bey. Il parle et écrit le turc, l’arabe, et le français. Sans parler de son aptitude à nous venir en aide dans les affaires administratives du Musée, il peut aussi nous rendre des services, par sa connaissance de l’archéologie égyptienne, au point de vue scientifique.10

Outre l’intérêt de leur contenu, ces lettres présentent une particularité au sein du corpus des lettres de Mariette : la plupart avaient été conservées par celui-ci, plutôt qu’envoyées à leurs destinataires. Il s’agit en effet souvent de brouillons, ou de minutes conservées par le service pour garder trace des affaires traitées. Trois d’entre elles portent enfin des annotations en arabe qui laissent supposer que ces documents ont pu être renvoyées avec une réponse sommaire de l’administration destinataire. Toute ma reconnaissance va à Mme Ghislaine Alleaume qui a transcrit et traduit ces annotations.

La lettre porte à la suite du texte de Mariette une traduction en arabe adressée au gouverneur d’Alexandrie, une note de ses services destinée au directeur du trafic et la réponse de cette dernière administration11.


Citer ce billet
Thomas Lebée (2022, 11 novembre). Les lettres de Mariette (7) : les débuts et le quotidien du service des antiquités. Histoire de l'égyptologie en formation. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/phbx

  1. « Sa propre maison avait été envahie, les livres, les manuscrits, les estampages qu’il y accumulait depuis des années avaient été inondés des semaines durant, et ils étaient presque réduits en paquets de pâte déchiquetée : lorsqu’il les vit, il en fut si désespéré qu’il précipita toutes ces épaves au Nil, sans même rechercher s’il ne s’en trouvait pas dans la masse qu’il aurait dû utiliser encore. » Gaston Maspero, « Mariette (1821-1881). Notice biographique », dans Auguste Mariette (Gaston Maspero, éd.), Œuvres diverses t. 1 (Bibliothèque égyptologique 18), Paris, Leroux, 1904, p. CCX. []
  2. Voir la présentation générale du fonds par Carole Jarsaillon, « Le fonds Pierre Lacau », Archives du Centre Wladimir Golenischeff (EPHE), 30 octobre 2022. []
  3. Daressy fut membre du service à partir de 1887 au Caire où les documents du directeur lui étaient accessibles. Il prit sa retraite en 1923 et revint en France où les documents ne sont parvenus qu’à la retraite de Lacau en 1936, deux ans avant la mort de Daressy et alors qu’il ne semblait plus travailler. Rien ne l’atteste à ma connaissance, mais il est possible que Daressy ait travaillé sur ces documents dans la période de suspension des travaux de fouilles de la Première Guerre mondiale. []
  4. Voir Romane Betbèze, « Le fonds Michelle Thirion », Archives du Centre Wladimir Golenischeff (EPHE), 2 mai 2022. []
  5. Par exemple Élisabeth David, « Un brouillon de Mariette : un projet pour un Service des Antiquités de l’Égypte international », Revue d’égyptologie 61, 2010, p. 209-223 ; Patrice Le Guilloux, « L’identité retrouvée du “père Gabet”, inspecteur des fouilles de Mariette », Revue d’égyptologie 72, 2022. []
  6. Voir Élisabeth David, « Un brouillon de Mariette : un projet pour un Service des Antiquités de l’Égypte international », Revue d’égyptologie 61, 2010, p. 209-223. []
  7. Ce reïs est dénommé ailleurs Aly Safar. []
  8. Le 18 décembre 1858, de Boulaq, à Bonnefoy (École pratique des hautes études, centre Wladimir Golénischeff (laboratoire Aoroc), fonds Lacau, boîte 44, document 39). []
  9. Il avait été brièvement précédé au sein du service dans les années 1860 par le copte Marc Kabis. []
  10. Le 25 février 1880, de Boulaq, au ministre égyptien des Travaux publics (École pratique des hautes études, centre Wladimir Golénischeff (laboratoire Aoroc), fonds Lacau, boîte 44, document 122). []
  11. Le 20 avril 1868, de Boulaq, au gouverneur d’Alexandrie : École pratique des hautes études, centre Wladimir Golénischeff (laboratoire Aoroc), fonds Lacau, boîte 45, n. p. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés (École du Louvre) ; documentaliste scientifique au département des antiquités grecques, étrusques et romaines (musée du Louvre)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 novembre 2022

    […] Pierre Lacau (1873-1963), contenant également des papiers d’Auguste Mariette (1821-1881) et des notes de Georges Daressy […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search