Les lettres de Mariette (8) : « Mon cher Maspéro » [sic]

L’édition numérique des lettres écrites par Mariette contient désormais celles qu’avait réunies Gaston Maspero et se trouvent à la bibliothèque de l’Institut de France sous la cote ms. 40301. C’est une centaine de nouveaux documents qui viennent s’ajouter au corpus, couvrant la période 1859-1880. Quelques-uns avaient d’autres destinataires (notamment Daninos2) et ont été rassemblés dans un second temps par Maspero ; la plupart lui étaient cependant destinés, et nous permettent d’entrevoir les relations de ces deux figures majeures de l’égyptologie.

Mariette et Maspero

Mariette était déjà directeur du Service de conservation des antiquités de l’Égypte depuis pratiquement dix ans quand il fit la connaissance de Maspero, encore étudiant. Il remarqua cependant vite combien il était prometteur, et l’encouragea à poursuivre sa vocation avec des mots qui durent marquer le jeune homme, alors en exil volontaire en Amérique3 :

Je fais des vœux pour que vos projets réussissent et je désire surtout que vous n’abandonniez pas l’égyptologie. Vous avez tout ce qu’il faut pour y réussir, et je suis sûr que vous ne tromperez jamais les espérances fondées sur vous. Du courage donc, et revenez-nous bientôt en France.4

Très évidemment vous avez le feu sacré et vous êtes de ceux sur lesquels l’égyptologie peut compter. Marchez donc en avant. Pour moi je vous suis avec un véritable intérêt et je ne saurais trop vous encourager à persévérer dans la voie où vous vous êtes engagé.5

Mariette lui confia dès 1869 de petits services pour ses propres publications, difficile à suivre depuis l’Égypte6. Les débuts de leur collaboration sont mal connus, et ne furent d’ailleurs pas sans nuage : jamais tout-à-fait sûr de lui malgré son tempérament explosif, Mariette pouvait dans les moments d’amertume devenir susceptible, et s’était momentanément agacé d’indélicatesses supposées de Maspero7. Heureusement pour eux, la brouille semble s’être évanouie aussitôt et Maspero se révéla au fil des années, malgré toutes ses autres occupations, un héritier fidèle à la mémoire de Mariette8.

Portrait de Maspero par Reutlinger, 1883 (Wikimedia Commons)

Il n’est pas sans intérêt de sentir, au fil des lettres et des années, la familiarité qui s’établit entre ces deux hommes de générations, de caractères et de parcours bien différents. Pendant des années, ils furent en relation intermittente par l’intermédiaire de ces lettres, se croisant parfois à l’occasion des congés de Mariette en France, tout en s’informant l’un et l’autre de leurs travaux et en partageant leurs joies et leurs peines de famille.

Communiquez au sieur Georges l’amour de l’égyptologie. Ce sera une science bien plus belle encore, et bien plus passionnante, quand il aura 25 ans. Il profitera alors de la petite goutte de sueur que chacun de nous, selon notre tempérament, déposons dans le sillon. La métaphore laisse peut-être un peu à désirer comme grâce; mais le fait [est] que, quant à moi et en ce qui regarde le beau climat égyptien que j’habite, elle n’est que trop juste.9

S’ils échangeaient aussi leurs réflexions, les lettres conservées ne nous permettent malheureusement pas d’accéder à de véritables discussions scientifiques, contrairement aux lettres échangées avec Chabas10, mais cela tient peut-être à la divergence de leurs centres d’intérêt, Chabas partageant avec Mariette des sujets d’investigation sur la méthode de l’archéologie par exemple.

Le sujet principal de ces lettres reste toutefois la coordination des publications de Mariette, pour laquelle, comme nous l’avons vu, il avait proposé à Maspero de l’aider depuis Paris dès 1869. Ce n’est pas une lecture pleine de rebondissements ou d’épisodes mémorables, en dépit du style toujours imagé de Mariette ; mais ces échanges pratiques permettent d’entrevoir les coulisses de ses œuvres publiées, qui demeurent son principal héritage pour l’historiographie archéologique.

Publier

Faire paraître le produit de ses travaux resta en effet une préoccupation lancinante pour Mariette tout au long de sa carrière. Devant la difficulté de faire avancer ces projets depuis l’Égypte, il s’adjoignit successivement la collaboration de plusieurs proches, dont Maspero fut le plus efficace, capable de relire des épreuves d’hiéroglyphes (comme Devéria, disparu en 1871), et apte à démarcher les éditeurs parisiens ou à entrer en discussions avec les ministres pour obtenir des financements (comme Desjardins11, lui aussi bien introduit mais sans doute moins habile).

Je ne puis travailler à mes Monuments divers si vous ne m’aidez pas. C’est pourquoi je vous dirai, sans autre précaution oratoire, que, vous connaissant et connaissant votre complaisance, je compte sur vous.12

Les arrangements initiaux de Mariette avec l’industrieux Maspero ne sont pas connus, et il reste manifestement des lacunes dans la correspondance conservées, mais les lettres de l’Institut nous permettent de suivre semaine après semaines l’évolution des multiples projets éditoriaux de Mariette, depuis le choix des dessinateurs jusqu’aux conditions tarifaires et à la distribution des exemplaires offerts comme hommages de l’auteur. Tout le processus ne cessa d’évoluer et de s’adapter au fil des ouvrages successifs, sans que Mariette ne puisse trouver un mode opératoire tout à fait commode.

Que de soucis, grands Dieux, et qu’il est difficile de bien faire! Heureusement que vous voulez bien prendre votre part de ce lourd fardeau, ce dont je vous suis plus reconnaissant que nous ne pouvez le pensez.13

La tâche ne pouvait être que considérable, quand il fallait coordonner des dessinateurs et graveurs (Geslin, Goyer, Oury, Weidenbach), des imprimeurs (Lemercier, Mourès), parfois des relieurs (Lenègre) et des libraires-éditeurs (Maisonneuve, Vieweg, Hinrichs) dispersés entre la France, l’Égypte et l’Allemagne. Ajoutons que la relecture des épreuves occasionnait des échanges de courriers entre la France et l’Égypte, que la suite d’un ouvrage pouvait passer d’un éditeur à l’autre et qu’il fallait maintenir une certaine cohérence typographique, et enfin que Mariette lui-même n’était jamais à l’aise avec les questions d’intendance.

Comment, par exemple, voulez-vous que je sache la remise qu’il faut que je fasse à Mr V. sur chaque exemplaire vendu? Comment voulez-vous que je connaisse le prix coûtant de chaque livraison ? Ce que je désirerais est ceci : que l’ouvrage me coûte le moins possible, attendu que je le fais à mes frais. Maintenant que les recettes couvrent les dépenses, tant mieux; qu’au contraire il y ait plus de dépenses que de recettes, alors j’enverrai le surplus à Mr Vieweg.14

Mariette ne s’est jamais caché de la libéralité avec laquelle il gérait ses affaires, ce qui le maintenait dans une gêne constante. Il revenait donc à Maspero de manœuvrer dans ce paysage déroutant, de conseiller le bey et de courir les éditeurs pour négocier au nom de Mariette ou s’assurer que les accords étaient respectés.

Au-delà de ces considérations très pragmatiques, les lettres de Mariette à Maspero révèlent certaines de ses hésitations et des frustrations qu’il traversait dans ses entreprises éditoriales. Outre l’importance de ces échanges pour étudier la production de Mariette, il s’agit aussi, en inversant la focale, de témoignage d’un pan assez négligé de l’activité de Maspero, et notamment dans ses années formatrices. On ne passe sans doute pas impunément des années à comparer devis d’éditeurs et à orchestrer des publications archéologiques richement illustrées. Je pense que l’efficacité de Maspero dans la diffusion de ses travaux est liée à l’expertise qu’il avait acquise du système éditorial orientaliste.

La bibliographie de Maspero diffère de celle de Mariette à bien des égards ; il me semble aussi qu’il avait pris la mesure des limites offertes par les monographies monumentales comme vecteur de nouveaux matériaux égyptologiques (pour l’avoir expérimenté à travers ses multiples commissions et avoir assisté aux déconvenues de Mariette) ; au contraire, il semble s’être bien davantage tourné vers des publications périodiques et sérielles comme la Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde à partir de 1863, et le Recueil des travaux relatifs à la philologie et à l’archéologie égyptiennes et assyriennes, fondé en 1870 et publié régulièrement à partir de 1880. Ces titres permettaient de faire circuler rapidement des textes, des images et des idées. Maspero embrassait pleinement en cela l’émergence des revues spécialisées qui se concrétisait alors, après plusieurs initiatives éphémères ou isolées15. Mariette lui-même en avait d’ailleurs saisi l’intérêt, puisqu’il tenta à deux reprise de former une revue similaire à son usage personnel16.


Sur le plan technique, cette nouvelle version a été l’occasion de prendre en compte la nouvelle version du Thesaurus linguæ ægyptiæ pour l’indexation des termes égyptiens ; le recensement des lettres sur correspSearch, qui ne se mettait plus à jour automatiquement, a également été corrigé.

  1. On y trouve aussi les lettres envoyées en réponse par Maspero, retrouvée par lui dans les papiers de Mariette qu’il tria après sa mort. L’ensemble fut donnée par la veuve de Maspero à l’Institut. []
  2. Certaines de ces lettres, qui concernent la découverte du mastaba de Rahotep et Nofret à Meïdoum, ont été partiellement publiées en 1886 dans le Recueil des travaux sous la direction de Maspero ; c’est sans doute à cette occasion que Daninos les lui a transmises. []
  3. Élisabeth David, Gaston Maspero. 1846-1916. Le gentleman égyptologue, Paris, Pygmalion, 1999, p. 47. []
  4. 22 novembre 1867, d’Auteuil, à Maspero (Institut de France, ms. 4030, fo 403). []
  5. 18 juin 1870, du Caire, à Maspero (Institut de France, ms. 4030, fo 415). []
  6. « Je crois que je ferais bien de m’attacher le jeune Maspéro [sic] que je chargerais de tous ces détails. Je lui donnerais une centaine de francs par mois et de cette façon toutes les fois qu’il y aurait des textes hiéroglyphiques à revoir, des épreuves de papyrus à corriger, etc. etc., je pourrais compter sur lui. » 25 octobre 1869, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 70-71). []
  7. « J’ai bien voulu me l’associer, moyennant finances, mais uniquement pour corriger les épreuves et surveiller la mise en ordre de l’ouvrage. Maintenant que Maspéro [sic] s’en aille dire à tout le monde que c’est lui qui publie les Papyrus de Boulaq, c’est ce que je n’entends pas. […] La vérité est que j’ai appris la pauvreté de Mr Maspéro [sic], et que, par élan de cœur, j’ai cru trouver un moyen de l’aider en le chargeant de surveiller matériellement l’impression d’un ouvrage composé par moi. Maintenant si Mr Maspéro [sic] ne comprend pas cette position, tant pis pour lui, et ici encore je verrai à rompre. » 27 avril 1870, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 76-77). []
  8. Il acheva l’édition posthume du Sérapéum et des Mastabas de l’Ancien Empire ; il publia aussi une anthologie de ses publications dans la Bibliothèque égyptologique qu’il dirigeait – voir « La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française », 19 avril 2020. []
  9. 28 août 1874, de Pont-de-Briques, à Maspero (Institut de France, ms. 4030, fo 465. []
  10. « Les lettres de Mariette (5) : correspondance avec François Chabas », 31 octobre 2021. []
  11. Voir « Les lettres de Mariette (4) : correspondance avec Ernest Desjardins, suite et fin – campagnes d’opinion et déboires éditoriales », 14 juillet 2021. []
  12. Le 4 novembre 1872, de Boulaq, à Maspero (Institut de France ms. 4030, fo 427). []
  13. Le 31octobre 1875, de Boulaq, à Maspero (Institut de France ms. 4030, fo 497). []
  14. Le 5 janvier 1873, de Boulaq, à Maspero (Institut de France ms. 4030, fo 429). []
  15. Des Mélanges d’archéologie égyptienne et assyrienne furent publiés de 1872 à 1878 ; Chabas avait lui-même lancé sa propre revue L’égyptologie. Journal mensuel. []
  16. « J’ai pris la résolution de publier une sorte de journal de toutes ces fouilles. Le Musée futur aura bien son catalogue où les monuments découverts seront décrits. Mais tous les jours je découvre une foule de monuments qui, mutilés ou noyés dans des constructions, n’iront jamais au Musée et sont ainsi perdus pour la science. Je copierai ces monuments et je les publierai dans le Journal, où je consignerai aussi cette masse d’observations archéologiques que les fouilles me font faire chaque jour et qui se perdent, parce qu’elles ne sont publiées nulle part. » 1er février 1860, de Louqsor, à Chabas (Institut de France, ms. 2573, p. 272-273) ; « Sous le titre de Journal d’égyptologie, nous allons, Brugsch et moi, faire paraître au Caire un petit recueil mensuel autographié de notre main, dans le format du Dictionnaire hiéroglyphique de Brugsch. Nous ne voulons pas faire du Journal un recueil de dissertations suivies et longues; c’est plutôt une suite de nouvelles à la main que nous y donnerons. Placés comme nous le sommes, il nous passe tous les jours sous les yeux des monuments nouveaux que nous ferons connaître au fur et à mesure. » 18 mars 1870, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fo 79). []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas Lebée (23 juillet 2023). Les lettres de Mariette (8) : « Mon cher Maspéro » [sic]. Histoire de l'égyptologie en formation. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/phby


Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés (École du Louvre) ; documentaliste scientifique au département des antiquités grecques, étrusques et romaines (musée du Louvre)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search