La bibliographie égyptologique de Mariette

Les travaux publiés de Mariette forment une part considérable de son œuvre d’égyptologue. Cependant, il n’est pas simple d’aboutir à une vue d’ensemble de ce corpus disparate, pourtant essentiel pour analyser son activité.

Maspero lui-même le rappelait au moment de présenter à l’Institut le premier volume de son anthologie égyptologique consacré à son prédécesseur1 :

Mariette ne s’est jamais inquiété beaucoup de la destinée de ses écrits : il les écrivait comme ils lui venaient, sans grand souci de composition, en vue d’un effet à obtenir immédiatement, et quand l’effet qu’il en attendait avait été produit, il ne songeait plus à eux et parfois même oubliait de les achever, passant à d’autres sujets de valeur plus présente. La plupart d’entre eux n’ont été publiés que par extraits ou en analyse dans les comptes rendus de Sociétés savantes : le manuscrit original en est perdu et le texte authentique n’en peut être être rétabli pour le moment.2

À force de suivre les préoccupations de Mariette au au fil de ses lettres, j’aurais tendance à ne pas suivre Maspero qui semble lui attribuer une forme de désinvolture ; si Mariette était certainement moins méthodique que son pieux successeur, il eut aussi continuellement à improviser et à se dépêtrer dans un environnement incertain et même instable, en ce qui regardait sa propre situation matérielle, les collaborateurs qui purent lui apporter leur concours et les moyens qu’il réussit à obtenir des gouvernements égyptien et français et d’éditeurs européens. Au demeurant, les possibilités offertes par les imprimeurs et les éditeurs orientalistes étaient encore relativement peu développées une génération avant Maspero3.

Force est cependant de constater qu’il est malaisé d’aboutir à une vision rétrospective des travaux de Mariette. Il m’a donc semblé opportun de rassembler dans un document synthétique les informations nécessaires pour les retrouver.

Délimiter la « bibliographie égyptologique »

J’ai fait le choix d’ignorer les textes qui débordent du champs égyptologique, comme ce que Mariette a écrit en tant que journaliste dans sa jeunesse, ou même le livret d’Aïda, qui n’est pas un texte scientifique, en dépit de son importance dans la carrière de Mariette et la représentation de l’antiquité égyptienne. Les rééditions posthumes de textes déjà publiés, identiques aux précédentes éditions et a fortiori sans intervention de l’auteur n’ont pas non plus été recensées.

En revanche, il m’a semblé intéressant de signaler autant que possible les textes publiés pour la première fois après la mort de Mariette, qu’il s’agisse de textes destinés à la publication ou de correspondance publiée4. Pour compléter cette image de la production de Mariette, j’ai évoqué en annexe les inédits rencontrés dans les archives, les projets éditoriaux qui n’ont pas abouti, ainsi que les publications dont je n’ai pas trouvé de trace dans les bibliothèques et dont je ne suis pas en mesure d’attester l’existence pour l’instant.

Une fois ces critères définis, il n’est pas toujours commode de décrire les textes à retenir. En effet, avant d’atteindre les rayons des bibliothèques, certains eurent des parcours complexes qui n’en facilitent pas le catalogage. Des articles eurent droit à un tirage à part réalisé une autre année, d’autres parurent dans deux revues tandis que des publications par livraisons se sont étalées sur des années. Par ailleurs, certaines communications présentées devant des sociétés savantes furent seulement consignées en style indirect dans les publications des séances ; sans précision sur l’implication de Mariette dans la mise au point du texte, il n’est pas possible de les mettre sur le même plan que des publications dont il a assuré la présentation finale, mais il n’en demeure pas moins que ces comptes rendus marquent l’avancée de ses travaux et leur présentation à ses pairs.

En ce qui concerne la modélisation de l’information, j’ai choisi d’utiliser le volume physique comme unité, quitte à alourdir l’ensemble par des informations redondantes et des renvois entre plusieurs tome. De même, j’ai privilégié le titre et la date qui figurent dans l’ouvrage plutôt que les propriétés qui lui ont été attribuées à posteriori ; quand une information ne figure pas explicitement sur le document, elle a été indiquée entre crochet.

Sources et précédentes compilations

La première étape pour bâtir cette bibliographie était de compiler les listes déjà établies :

  • Arthur Rhoné « Auguste Mariette. Esquisse de sa vie et de ses travaux en Égypte. Catalogue des ouvrages d’Auguste Mariette dressé sous sa direction en mai 1879 », Gazette des beaux-arts 24, 1881, p. 260-265 ;
  • Henri Wallon, « Notice sur la vie et les travaux de François-Auguste-Ferdinand Mariette-Pacha. Catalogue des ouvrages d’Auguste Mariette », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 27, 1883, p. 579-584 (reproduit dans les Mémoires de l’Institut national de France 33/1, 1888, p. 396-400) ;
  • Élisabeth David, Mariette Pacha. 1821-1881, Paris, Pygmalion – Gérard Watelet, 1994, « Écrits de Mariette », p. 284-290 ;
  • Amandine Marshall, Auguste Mariette, Bibliothèque des introuvables, 2010, p. 206-209 ;
  • Élisabeth David, Dictionnaire critique des historiens de l’art, « Mariette, Auguste », 2016;
  • fichier préparatoire à la « Bibliography of Auguste Mariette Pacha », publiée par l’Egyptologists’ Electronic Forum5.

Cette première collation put être comparée aux catalogues de grandes bibliothèques et certains portails documentaires de référence6. Elle a également été complétée par les références systématiques des publications numérisées disponibles en ligne7.

Les fichiers produits

Les informations rassemblées ont été mises en forme sous plusieurs formats différents :

La structure adoptée permettra le cas échéant d’intégrer d’autres références pour compléter cette liste, à laquelle toutes les contributions seront les bienvenues.

Analyse

Au niveau du détail des notices élémentaires, cette recension a d’abord permis de corrige quelques coquilles qui subsistaient dans les bibliographies antérieures et les catalogues de bibliothèques.

J’en ai écarté les références à des publications inexistantes ou sans implication avérée de Mariette8 ; à l’inverse, quelques textes semblaient avoir jusqu’ici échappé à l’attention de l’historiographie9.

Le relevé systématique des informations de publication m’a aussi permis de relever quelques tirages multiples mystérieux : ainsi le volume de texte de Dendérah. Description générale du grand temple de cette ville semble avoir été tiré deux fois à cinq ans d’intervalle, en 1875 et 1880. De même, l’Itinéraire des invités aux fêtes d’inauguration du Canal de Suez, publié sans nom d’auteur en 1869 fut tiré au Caire et à Paris.

De manière plus large, cette collation aide à comprendre succession des projets de publication de Mariette et la séquence de leurs éditions successives, qui n’est pas toujours explicite10. Il n’est par ailleurs pas sans intérêt de comparer les publications successivement avortées des fouilles du Sérapéum11 et des sites de Haute-Égypte12. Les index de l’édition numérique des lettres de Mariette bénéficieront de ces clarifications.

Pectoral au nom de Ramsès II (Louvre E 79). Description des fouilles exécutées en Égypte. 1re série des fouilles. 1850-1854, t. 1, Gide, Paris, 1863, 1re série, pl. 26 ; cette planche avait été publiée une première fois dans Le Sérapéum de Memphis, Gide, Paris, 1857, 3e partie, pl. 9.

Une telle synthèse permet en outre de constater l’évolution de l’activité scientifique et de la pratique éditoriale de Mariette : ses choix ont varié au fil des ans alors que ses priorités changeaient, à mesure que ses travaux aboutissaient et que les éditeurs lui proposaient des possibilités nouvelles.

En premier lieu, les sujets abordés dans ses travaux dessinent une tendance assez nette. Ses publications précoces s’attaquent à des domaines variés et touchent à l’histoire et à la religion, mais après des rebuffades dans ce dernier domaine13, ses interventions se cantonneront presque exclusivement à ses travaux menés sur le terrain et les collections du musée du Caire14, avec quelques publications de circonstances réclamées par le vice-roi d’Égypte15.

En ce qui concerne les modalités de publications, Mariette commença par de simples communications ; sa tentative de publier les résultats des fouilles au Sérapéum avec des illustrations16 furent anéantis par la faillite de son éditeur17, et il ne put réenvisager de publier des monographies avant huit ans18 et sa nomination à la tête du service de conservation des antiquités de l’Égypte. Les années 1860 marquent assurément l’âge d’or de ses travaux archéologiques et de ses projets éditoriaux, avant la crise des finances publiques égyptiennes. Par la suite, la publication des monographies de ses fouilles, parfois étalées sur bien des années, occupa l’essentiel de son activité.

Les simples communications, tout au long de sa carrière, furent proposées de manière privilégiée à l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; on les retrouve ainsi surtout dans les Comptes rendus de ses séances, parfois également (y compris en doublon) à la Revue archéologique. Le choix de l’Institut est naturel ; c’était un moyen pour Mariette de rester présent dans les milieux savants parisiens depuis l’ Égypte. On aurait aussi pu s’attendre à ce qu’il soit plus actif auprès de la société des antiquaires de France, dont il était membre depuis 1856, mais peut-être ses travaux « orientalistes » sortaient-ils des intérêts de ce cercle. Il me semble aussi intéressant de noter l’émergence encore timide de revues spécialisées où l’égyptologie pouvait trouver sa place dans les années 1870, à travers les Mélanges d’archéologie égyptienne et assyrienne (1872-1878)19.

En termes logistiques, c’est surtout en Europe que les travaux monographiques de Mariette furent imprimés. Seuls quelques titres furent publiés à Alexandrie ou au Caire, destinés surtout aux voyageurs20, tandis que les publications savantes étaient systématiquement publiées à Paris ou à Leipzig où se trouvaient des graveurs ou des typographes à même de les illustrer21.

La part importante des textes publiés à titre posthume est également à souligner, grâce à la piété successorale de Maspero et à la reconnaissance ultérieure de l’importance de Mariette dans la constitution de l’archéologie égyptienne.

Accessibilité des sources

Le relevé des numérisations en ligne permet aussi de mesurer l’ampleur des travaux menés par les bibliothèques pour rendre leurs fonds accessibles. Il est à ce titre réconfortant de constater que seule une minorité de titres ne sont pas directement accessibles en ligne à l’heure actuelle, sous leur forme originale ou leur réédition dans la Bibliothèque égyptologique22.

La numérisation massive des manuscrits engagée depuis plusieurs années permet même d’accéder aux brouillons de deux travaux inédits de 1849 signalés dès 188123, les fiches préparatoires d’une bibliographie copte et « Sur le côté gauche de la salle des ancêtres de Thoutmosis III, et en particulier sur les deux dernières lignes de cette partie du monument », conservés tous deux à la Bibliothèque nationale de France, NAF 20177, respectivement aux fos 316-596 et 598-671.

Un jeu de données sur Zenodo

Sur le plan technique, cette recension a été l’occasion d’expérimenter la plateforme Zenodo pour archiver et partager des jeux de données. Articulé à HAL, cet outil permet d’obtenir un identifiant numérique unique (DOI). Ces fonctionnalités seront prochainement implémentées pour l’édition numérique des lettres de Mariette.

Ce petit projet a été l’occasion de commencer à examiner l’insertion de ces travaux dans l’écosystème sémantique, en ce qui regarde leur signalement mais aussi leur accessibilité. Inversement, cela a aussi été l’occasion de contacter les responsables de catalogues de bibliothèques de références et de portails documentaires24 afin de les interroger quand leurs données présentaient des anomalies, réconcilier des informations contradictoires et signaler des coquilles occasionnelles et obtenir des données consolidées sur lesquelles pourra s’appuyer la recherche ultérieure.

  1. Auguste Mariette (éd. Gaston Maspero), Œuvres diverses, t. 1 (Bibliothèque égyptologique 18), E. Leroux, Paris, 1904 ; voir « La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1) », 19 avril 2020. []
  2. Gaston Maspero, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 48, 1904,p. 550-551. []
  3. J’ai présenté ma première analyse sur ces questions dans une communication intitulée « Editing Egyptological Works in the time of Mariette » présentée à la Xth European Conference of Egyptologists (Varsovie, 12-16 juin 2023) [à paraître]. []
  4. Je ne pouvais pas ignorer ces riches matériaux qui m’occupent tant ; toutefois, l’utilisation régulière du format épistolaire par Mariette pour communiquer officiellement ses découvertes au monde savant et la préoccupation de Maspero, Capart et d’autres à diffuser ces documents me confortent dans l’idée qu’il ne s’agit pas d’une simple obsession de ma part. []
  5. Tous mes remerciements vont à A. K. Eima pour m’avoir obligeamment transmis cette synthèse alors en cours d’élaboration. []
  6. Notamment Archive.org, les catalogues de la Bibliothèque nationale de France, de la bibliothèque universitaire de Heidelberg, des bibliothèques universitaires d’Oxford (SOLO), du Collège de France, de l’Institut français d’archéologie orientale, de l’Institut national d’histoire de l’art, des musées nationaux, la Online Egyptological Bibliography, Persée et le Sudoc. []
  7. Sur Archive.org, la bibliothèque numérique du Münchener Digitalisierungszentrum, la bibliothèque universitaire de Heidelberg, Jstore (pour des publications en accès libre), Gallica, GoogleBooks et Persée. []
  8. Ainsi, depuis la bibliographie publiée par Rhoné en 1881, Mariette se voyait erronément attribuer une communication de Desjardins sur ses travaux à Karnak (Ernest Desjardins « Considérations sur une suite de travaux de M. Mariette, relatifs à la topographie de Karnak, aux textes qui y ont été récemment découverts et à l’explication des fameuses listes géographiques de Thoutmès III », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 20, 1876, p. 21-25. []
  9. C’est le cas d’une lettre de Mariette sur ses fouilles publiée par Lepsius dans les Monatsberichte der königlich preußischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1860, p. 119-121 ; les traductions arabes de l’Aperçu de l’histoire d’Égypte et de la Notice du musée de Boulaq sont aussi inégalement décrites dans les catalogues et malaisées à repérer en dépit de leur intérêt considérable (voir Donald Malcolm Reid, Whose Pharaohs? Archaeology, Museums, and Egyptian National Identity from Napoleon to World War I, University of California Press, 2003, p. 106, 108-109). []
  10. Ainsi, l’Itinéraire de la Haute-Égypte (1872) à ne pas confondre avec le Voyage de la Haute-Égypte, fut publié une première fois, sous un autre titre, sans nom d’auteur en 1869, et sa traduction anglaise The Monuments of Upper Egypt (1877) en fut considérée comme la deuxième édition. []
  11. La première publication en 1857 disparut en raison de la faillite de son éditeur Gide ; le contenu en fut repris dans la Description des fouilles exécutées en Égypte de 1863. []
  12. Les planches des Fouilles exécutées en Égypte, en Nubie et au Soudan (1867) se retrouvant pour partie dans les Monuments divers recueillis en Égypte et en Nubie (1872-1889) et les monographies consacrées à Abydos (1869, 1880). []
  13. Gaston Maspero, « Mariette (1821-1881). Notice biographique », dans Auguste Mariette (éd. Gaston Maspero), Œuvres diverses 1 (Bibliothèque égyptologique 18), Paris, E. Leroux, 1904, p. LXX. []
  14. Quelques exceptions dans des domaines connexes sont cependant à signaler : « [Sur le blé de momie] », Bulletin de l’Institut égyptien 5, 1861, p. 84-86 ; « [Les populations du lac Menzaleh et les races qui peuplent l’Égypte] », Bulletin de l’Institut égyptien 9, 1864, p. 103-106 ; « Notes sur l’utilité des allitérations pour le déchiffrement des hiéroglyphes », Revue archéologique (2e série) 15, 1867, p. 290-296 (rare incursion en philologie, domaine où Mariette manquait d’assurance et, par conséquent, d’expérience) ; « Les Bashmourites et les Biahmites », Mélanges d’archéologie égyptienne et assyrienne 1, 1872, p. 91-93. []
  15. Notamment les multiples éditions de l’Aperçu de l’histoire d’Égypte depuis les temps les plus reculés jusqu’à la conquête musulmane (6 éditions distinctes entre 1864 et 1874) ; Description du parc égyptien, Paris, Dentu, 1867 ; Itinéraire des invités aux fêtes d’inauguration du Canal de Suez, Le Caire, s. n., 1869 ; La galerie de l’Égypte ancienne à l’exposition rétrospective du Trocadéro. Description sommaire, Paris, s. n., 1878. []
  16. Choix de monuments et de dessins découverts ou exécutés pendant les déblaiements du Sérapéum de Memphis, Gide – J. Baudry, Paris, 1856 ; Le Sérapéum de Memphis, Gide, Paris, 1857. []
  17. Arthur Rhoné, « Auguste Mariette. Esquisse de sa vie et de ses travaux en Égypte. Catalogue des ouvrages d’Auguste Mariette dressé sous sa direction en mai 1879 », Gazette des beaux-arts 24, 1881, p. 216-262. []
  18. Description des fouilles exécutées en Égypte. 1re série des fouilles. 1850-1854, t. 1, Gide, Paris, 1863. []
  19. « [Sur une inscription grecque découverte dans les ruines du temple de Ptah à Memphis (observations sur un article de E. Miller)] », Mélanges d’archéologie égyptienne et assyrienne 1, 1872, p. 51-56 ; « Les Bashmourites et les Biahmites », Mélanges d’archéologie égyptienne et assyrienne 1, 1872, p. 91-93. []
  20. L’Aperçu de l’histoire d’Égypte, la Notice du musée de Boulaq, l’Album du musée de Boulaq, l’Itinéraire et le Voyage dans la Haute-Égypte et leurs éditions successives. []
  21. Le patronage de ses ouvrages, en revanche, est plus délicat à établir, puisque le gouvernement français offrit au vice-roi d’Égypte de faire les frais de la publication de fouilles, jusqu’à ce que la chute de Second Empire compromît ces engagements ; par la suite Mariette obtint des financements sporadiques de la République française. []
  22. Sur 106 titres listés dans la bibliographie, seuls 7 ne sont pas disponibles en ligne, dont 6 déjà dans le domaine public : Description des fouilles exécutées en Égypte. 1re série des fouilles. 1850-1854, t. 1, Gide, Paris, 1863 ; Fouilles exécutées en Égypte, en Nubie et au Soudan d’après les ordres de Son Altesse le vice-roi d’Égypte, t. 2 Gebel-Barkal – Abydos. Texte et Planches, Paris, A. Franck, 1867 ; Plan du grand temple de Karnak, s. l., s. n., 1875 ; Les papyrus égyptiens du musée de Boulaq, t. 3 Papyrus nos 21 et 22, Paris, F. Vieweg, 1876 ; (éd. Giuseppe Botti), « Mariette Pacha. Deux lettres à Mr. le Comte Alex. Max. Zogheb », Rivista Egiziana 6/8, 1894, p. 181-183. []
  23. Arthur Rhoné, « Auguste Mariette. Esquisse de sa vie et de ses travaux en Égypte. Catalogue des ouvrages d’Auguste Mariette dressé sous sa direction en mai 1879 », Gazette des beaux-arts 24, 1881, p. 216-262. []
  24. Tous mes remerciements vont à Cristina Cramerotti (bibliothèque du musée Guimet), Vanessa Desclaux (Bibliothèque nationale de France), Béatrice Perreaut-Dubois (musée du Louvre, département des antiquités égyptiennes), Donatella Salerno (bibliothèque de l’Institut de France) et Hélène Virenque (Bibliothèque nationale de France). []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas Lebée (1 juillet 2024). La bibliographie égyptologique de Mariette. Histoire de l'égyptologie en formation. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wsn


Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés (École du Louvre) ; documentaliste scientifique au département des antiquités grecques, étrusques et romaines (musée du Louvre)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search