Où l’on trouve par hasard son auteur préféré

J’avais décidé de borner (pour le moment, en tout cas) à 1914 mon dépouillement des archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre conservées aux Archives nationales. L’article 20144775/2 « Administration » contient de nombreux dossiers qui jalonnent l’histoire du département sur des sujets très divers.1 L’un des dossiers de 1913 concerne un épisode banal de vitrine endommagée, semble-t-il par un visiteur, et au remboursement de ladite vitrine (pour 25 F). On y trouve un devis réalisé par le vitrier le 27 octobre 1913 et quelques courriers, jusqu’à la copie du reçu adressé au visiteur maladroit le 17 novembre. La vitrine concernée est celle d’un sarcophage (désigné par le numéro I 712). Rien de particulièrement étonnant. Sauf que… le visiteur en question est un certain « M. de Crayencour », qui indique une adresse à Bruxelles (24, rue d’Écosse).

Lettre de M. de Crayencour au musée du Louvre, novembre 1913

Rue Anatole de la Forge 7

Paris

Monsieur,

J’ai bien reçu la lettre qui me réclame vingt cinq francs – pour bris d’une glace au dépt Egyptien – j’ai donné mon nom et adresse, non pas pour que le remplacement soit fait à mes frais – mais parce que l’on me l’a demandé, me disant que c’était une pure formalité – je ne suis pas persuadé du tout que cette glace ne fut pas fendue avant ma visite, mais je préfère satisfaire quoi qu’il en soit aux exigences de l’administration.

M. de Crayencour

Cet homme, qui règle la facture avec une mauvaise grâce sensible, n’est vraisemblablement nul autre que Michel René Charles Jean de Crayencour (1853-1929), dont la fille Marguerite prit pour nom de plume l’anagramme imparfait de son nom de famille : Yourcenar !

Il est bien dommage qu’aucune description de l’incident ne se trouve dans les rapports quotidiens rédigés par les surveillants, selon une pratique mise en place après le vol de la Joconde en 19112. Il n’en est pas fait mention non plus dans le carnet tenu quotidiennement par l’adjoint du conservateur du département3, qui nous apprend tout de même que les salles du musée Charles-X étaient alors en travaux et sans doute fermées. La vitrine sinistrée se trouvait donc probablement dans la salle des colonnes (à l’étage du pavillon des Arts, dans l’aile sud de la cour Carrée) ou dans la galerie Henri-IV (partie méridionale de l’aile est de la cour Carrée).4

La vie de Michel de Crayencour5 fut décrite par sa fille dans les deux derniers volumes de sa trilogie généalogique Le Labyrinthe du Monde, Archives du Nord et Quoi ? l’éternité. Il y apparaît comme une personnalité originale, un aventurier et un homme du monde dans les années 1900, « en perpétuelle rupture de ban »6, ce qui correspond bien à cette mésaventure et au ton de sa réponse.

L’adresse bruxelloise est peut-être celle d’une demeure de la famille maternelle de Marguerite7 ; celle de Paris, en revanche, correspond effectivement à une résidence fréquentée par le père et la fille entre 1912 et 1914 dans le 17e arrondissement, avant qu’ils n’emménagent dans l’ancienne avenue d’Antin (aujourd’hui avenue Franklin-D.-Roosevelt) – ils quittèrent la capitale au déclenchement de la guerre8.

Est-il interdit d’imaginer la petite Marguerite, alors âgée de dix ans, accompagnant son père dans les salles égyptiennes ce jour-là ?

Marguerite Yourcenar (photo Bernhard De Grendel, 1982)
  1. Ils sont recensés en détail dans l’instrument de recherche consacré à ce versement. []
  2. Archives nationales, 20144794/22 : aucun incident de ce type n’est signalé dans les salles égyptiennes au cours du mois d’octobre 1913. Le principal souci des surveillants est alors causé par les visiteurs qui fument en cachette. []
  3. Archives nationales, 20144775/5 ; le carnet qui couvre cette période était minutieusement tenu (je suspecte que ce soit par Charles Boreux) ; hélas, son auteur était absent entre le 16 octobre et le 3 novembre, et ne mentionne pas l’incident plus tôt ; un billet décrira davantage ce document précieux la semaine prochaine. []
  4. Ajout du 2 juin 2019 : j’ai depuis ce billet trouvé les rapports bimensuels adressés par chaque département au directeur des musées nationaux entre 1911 et 1935 (Archives nationales, 20150044/35-36) et le rapport du 5 novembre 1913 mentionne bien cet incident : “Le 21 [octobre 1913], un visiteur a cassé involontairement une des glaces de la vitrine du sarcophage du roi Antef. Le gardien a fait le nécessaire, c’est-à-dire pris le nom et l’adresse du visiteur et nous avons été avisé.” Le cercueil en question (Louvre E 3020) se trouvait en 1895 dans la salle des colonnes (Rougé (de), Emmanuel & Pierret, Paul, Description sommaire des salles du musée égyptien, nlle éd., Paris, 1895, p. 155). []
  5. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse plutôt du fils homonyme de celui-ci (demi-frère de Marguerite), mais cela reste hautement improbable étant donné qu’il ne s’entendait guère avec son père et était « marié et établi en Belgique en 1911 » : Marguerite Yourcenar, Essais et mémoires, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard, 1991, p. 11333 (Le Labyrinthe du Monde, t. 2 Archives du Nord). []
  6. Marguerite Yourcenar, Essais et mémoires, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, Paris, Gallimard, 1991, p. 953 (Le Labyrinthe du Monde, t. 2 Archives du Nord). []
  7. Centre international de documentation Marguerite-Yourcenar, « Proches. La famille ». []
  8. Josyane Savigneau, Marguerite Yourcenar. L’invention d’une vie, Paris, Gallimard, 1990, p. 53. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Une réponse sur “Où l’on trouve par hasard son auteur préféré”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.