Le quotidien du Louvre dans les années 1900

Cette semaine encore, une jolie trouvaille dans le versement 20144775 qui rassemble les archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, à savoir l’article 20144775/5, décrit dans l’inventaire comme « rapports du département ». Il ne s’agit de rien de moins que de carnets tenus journellement par les responsables du département et qui contiennent une foule de détails sur les affaires courantes et l’activité du service. Je ne me suis encore intéressé qu’aux quatre premiers, qui s’échelonnent entre janvier 1868 et janvier 1920.

3e carnet (Boreux, 1913-1920), 3 janvier 1914 : la Joconde revient après son vol

Les carnets

Ces quatre premiers carnets correspondent à trois mains différentes, qu’il n’est pas difficile de rattacher à leurs auteurs en comparant les dates couvertes1 et les membres du département mentionnés à la troisième personne dans chacun des carnets. Le premier (janvier 1868 à juin 1908) est vraisemblablement tenu par Paul Pierret (conservateur adjoint sous Rougé, puis conservateur du département de 1873 à 1908), d’une écriture très élégante. On y trouve peu d’entrées, essentiellement à propos des acquisitions du musée.

Le second (octobre 1911-juin 1912) porte une écriture bien plus éprouvante à déchiffrer ; il semble avoir été l’œuvre de Georges Bénédite, conservateur du département de 1908 à 1926.

Les troisième (septembre 1911 à décembre 1912) et quatrième (janvier 1913 à janvier 1920) carnets sont en revanche remplis d’une écriture particulièrement lisible, et tenus avec une régularité et un souci du détail surprenant. Ceux-là sont certainement dus à Charles Boreux, alors conservateur adjoint.

C’est notamment par la diversité des thèmes abordés que ces carnets sont une mine d’or. Avec un ton toujours formel, mais qui reste personnel, ils évoquent avec une minutie déroutante l’emploi du temps des responsables du département : courriers échangés, discussions avec tel ou tel savant, autre service du musée, ou bien simple visiteur ; chaque lettre envoyée ou reçue à partir du 4 mars 1912 reçoit même une référence d’enregistrement, « LR » pour le courrier reçu et « LE » pour le courrier envoyé2. On y trouve aussi les incidents qui surviennent (assez régulièrement, par ailleurs – voir plus bas) avec les gardiens, et un certain nombre de commentaires sur les horaires d’ouverture des salles, leur surveillance, les aménagements qui y sont réalisés, les achats de mobilier, les travaux de restauration, de moulage, de reliure, les projets d’achats et de dépôts, les autorisation données aux chercheurs et leurs demandes d’informations, etc. En un mot, c’est la vie du département qui se raconte au fil des pages.

Morceaux choisis

Plutôt que de suivre la multitude d’affaires ou de synthétiser de manière plus circonstanciée les thèmes abordés, je ne résiste pas à la tentation de me contenter d’extraire quelques passages suggestifs de ces carnets qui donneront le ton et l’esprit de leur contenu. (Comme d’habitude, je m’efforce de reprendre l’orthographe et la ponctuation originale ; seule l’accentuation des capitales a été ajoutée.)

1er carnet (Pierret, 1868-1908)

[16 janvier 1868] « Répondu négativement à un M. Bruchet qui demandait à acheter les momies du Musée. »3

1er carnet (Pierret, 1868-1908), mai-juin 1908 : acquisition des groupes de Nebméroutef

Mai-juin 1908 : « M. Bénédite a présenté : le 11 Juin 30 Mai au Comité, et le 2 Juin au Conseil, 2 objets du plus haut intérêt rapportés par lui d’Égypte, et représentant, l’un en diorite et l’autre en albâtre, un scribe accroupi auprès d’un cynocéphale figurant le dieu Thot. Le vendeur en demande 50 000 F. Le comité et le conseil accordent 40 000 F. »


Groupe de Nebméroutef en albâtre égyptien (Louvre E 11153 (source : Wikimedia Commons).

2e carnet (Bénédite, 1911-1912)

Mercredi 18 octobre 1911 : « Vu le gardien de la salle Henri IV qui a cru devoir me signaler le dépérissement d’une stèle sur le pilier central. Cette stèle se délite depuis plus d’un an » ; jeudi 19 : « Donné ordre d’enlever la stèle détériorée de la salle Henri IV AF 96. »4

Vendredi 20 octobre : « Reçu circulaire du 20 oct. relative à photographes (sic).

Répondu que je serais partisan

1° d’interdire le musée aux photographes pendant les heures d’ouverture au public

2° de ne leur donner que des autorisations trimestrielles

3° de [illisible] au Louvre un monopole service photographique avec monopole pr les monuments inédits. […]

P-S à ma lettre au Directeur : je demande l’établissement d’une taxe sur les autorisations permanentes de photographier. »

Mardi 24 octobre : « Reçu M. Bisson de la Roque, élève de l’École du Louvre ; demande de consulter les [illisible]. Me parle de ses voyages de vacances, a été à Londres et à Oxford. A le projet de faire un voyage au Caire et de passer quelques mois à l’Institut archéologique comme membre titulaire. Je lui ai indiqué comme sujet de thèse pour l’École du Louvre La chaussure. »

Lundi 30 octobre : « Ce matin à 11 h, le gardien [« Pelisons » ?] de garde dans la salle des Colonnes me dit qu’il lui est difficile de surveiller le Campana (sic)5 si M. Boreux l’oblige à ne pas perdre de vue la vitrine des bijoux ; je l’autorise à exercer sa surveillance en marchand de façon à surveiller alternativement les deux enfilades de salles. »

Mardi 7 novembre : « Trop de flottement dans l’application des consignes. [« Heurt » pour « Heureusement » ?] la porte de la salle des Colonnes était verrouillée auj. grâce à Dieu, elle n’était fermée qu’à clef, mais pas l’ombre d’un gardien depuis la salle des 7 cheminées jusqu’à la salle funéraire : [« Dessoubray » ?], sur l’ordre de son chef, a quitté nos salles pour surveiller le passage de la salle funéraire aux Campana. »

Mardi 5 décembre : « Le mauvais temps c. à d. l’obscurité nous force à ajourner l’essai d’installation qui devait avoir lieu dans la salle des dieux.

M. Boreux me donne connaissance d’une lettre impertinente de M. Prisse d’Avesnes6. Il lui sera répondu. »

Mardi 12 décembre : « Fait mon 1er cours7 le matin. Public très nombreux. Difficile de se passer de projecteurs dans ces conditions. »

Jeudi 22 avril 1912 : « Reçu un visiteur demandant à voir une momie. Je l’ai accompagné moi-même dans la salle d’Alger. »

3e carnet (Boreux, 1911-1912)

2 février 1912 : “Reçu Laffont qui est arrivé à durcir à la stéarine les stèles mortes retirées de la galerie Henri IV et qui va pouvoir dès lors les mouler sans risquer de les voir s’effriter pendant l’opération.”8

Jeudi 15 février : “Boucher a collé, dans la galerie Henry IV, sur les neuf fausses stèles en bois remplaçant des originaux [illisible] par le temps, des cartels portant l’indication “Retiré pour cause de dégradation par l’action du temps”…”9

Mercredi 13 mars : “Vu Chassinat, qui était venu annoncer officiellement au Louvre qu’il avait donné sa démission de Directeur de l’École du Caire et qu’il était nommé Directeur honoraire. Il m’a dit qu’il n’avait pas voulu ébruiter plus tôt cette discussion, qui remonte en réalité au 1er Janvier, parce qu’il voulait laisser au Ministre de l’Instruction Publique toute sa liberté d’action. Il m’a prié d’en aviser M. Bénédite.”

Lundi 18 mars : “Reçu un mot du directeur au sujet de l’incident Collongues (LR n° 12) – J’ai convoqué Collongues : il avait tout simplement prétexté un travail que je lui aurais soi disant (sic) donné à faire, afin d’esquiver une corvée. Je lui ai fait les observations que méritait ce procédé et je lui ai dit que j’allais mettre le Directeur au courant.”

Mardi 19 mars “Reçu la visite de M. Léon Wolles, 72 Bd Richard Lenoir, qui venait voir des sarcophages contenant encore leur momie, et aussi des momies débarrassées de leurs bandelettes. Je lui ai fait voir les uns et les autres dans la galerie d’Alger.”

Mercredi 29 mai “Reçu la visite de Mr le Dr Lazare Belléli, venu me demander si le Louvre possédait des papyrus araméens provenant des fouilles d’Éléphantine. Je lui ai fait une réponse négative. Mr Belléli, qui paraît être d’un naturel très agité, est l’auteur d’un livre paru récemment à Londres, et dans lequel il prétend démontrer que les papyrus araméens des musées anglais et allemands sont faux. Mr Belléli est brouillé avec tous les araméologues auxquels je lui ai successivement proposé de s’adresser pour éclairer sa religion (Clermont Ganneau, abbé Chat etc.).”

Samedi 22 juin : “J’ai dû signaler au Directeur l’attitude inconvenante du gardien de la paix de service dans la galerie d’Alger, lequel m’avait répondu, lorsque je lui disais que j’étais conservateur au Louvre et que je pouvais, en conséquence, garder ma canne “Je ne suis pas forcé de vous croire” Cet incident aura sans doute pour conséquence que, sur la demande de M. Bénédite, on nous donnera une carte ou une médaille d’identité” ; lundi 24 : “Le Secrétariat nous a remis une Carte d’Identité nous permettant de circuler tous les jours dans les salles de tous les Musées nationaux (cf. Samedi 22).”

28 juin : “Reçu la visite du Dr L. Reutter. Pharmacien à Neuchâtel (Suisse : adresse à Paris : chez Mr le Professeur de Ribaucourt, 86 Bd de Port-Royal) Il désirerait quelques morceaux de linceuls souillés de sanies, afin d’analyser celles-ci. Il désirerait en outre faire un Cours Libre au Louvre, dans lequel il traiterait étudierait, au point de vue de leur composition chimique, des les divers ingrédients employés dans la momification ; il cherche enfin à quelle revue il pourrait donner un travail sur “la momie employée comme médicament au moyen âge” Je lui ai dit que je demanderais pour lui un rendez-vous à M. Bénédite10 et que je lui écrirais le jour où celui-ci pourrait le recevoir”

Mardi 16 juillet : “Fait les honneurs du Département au bey de Tunis.”

Lundi 18 novembre : “Passé au Musée de l’Armée, pour demander des renseignements sur un produit à polir nommé le [« Bamt » ?].” […] “Mr Bénédite m’a prié de rouvrir la galerie d’Alger au public, et de la vider, en conséquence, de tous les monuments qui ne sont pas des stèles. Les monuments devront être entreposés dans notre magasin de la Cour de l’En-Cas”

Jeudi 21 novembre : “À titre d’essai, la galerie Henry IV et l’Escalier ont été ouvert aujourd’hui à onze heures, en même temps que le reste du Musée Égyptien (Ils ne l’étaient jusqu’à présent qu’à midi et demie).”

4e carnet (Boreux, 1913-1920)

Lundi 3 février 1913 : “Le veilleur de nuit Pupille ayant traversé les Salles Égyptiennes du 1er étage avec une lampe à huile qui dégouttait, les parquets de la Salle des objets votifs, de la Salle de la Sculpture, de la salle des Bronzes et de la Salle du Chien sont complètement tachés. On dirait une piste tracée à l’huile par le gardien. On a nettoyé cette piste, mais assez mal, et on a encaustiqué par dessus, ce qui ne fait pour le moment que la souligner davantage.”

Samedi 15 mars : “Dans la nuit de vendredi à Samedi un certain nombre des objets de la vitrine des Ivoires (un étui à Kohôl et des styles – angle Nord Est de la vitrine) sont tombés. J’ai retrouvé quelques éclats, provenant de quelques uns d’entre eux que je n’ai pas identifiés, dans le bas de la vitrine, entre le pupitre et la glace. Le dégât a dû être causé soit par les hommes de la ronde de nuit, soit plutôt par les chiens policiers. J’ai prié en conséquence M. Roques de réprimer l’ardeur de ces derniers, au moins dans les salles du 1er étage.11

M. Gunn est venu collationner la stèle C 14 ; mais aucun gardien ne l’attendait à la porte Henry II. On l’a laissé avec beaucoup de difficultés monter jusqu’au couloir des Bureaux où il attendit, jusqu’à 10 heures 1/4 m’a-t-on dit, que M. Roques, prévenu de sa venue, lui envoyât le gardien [Eugel, Sugel, Lugel ?], lequel l’a conduit à la galerie d’Alger. J’ai téléphoné à M. Roques que je désirais à l’avenir que ce fût le gardien qui attendit au besoin, et non pas le savant. Mr Roques trouve au contraire que son rôle est d’envoyer un de n’envoyer le gardien une qu’une fois qu’il est prévenu que le savant attendu est là. Pour faire trancher cette question de principe, nous sommes convenus que M. Roques soumettra fera part de cet incident au Directeur”

Vendredi 9 mai : “Reçu de Mr Guimet, de passage à Paris, venu nous dire que les sarcophages que nous lui avions donnés l’année précédente pour son nouveau Musée de Lyon étaient en place et faisaient très bon effet. L’inauguration du musée de Lyon doit avoir lieu le 25 mai.”

Mercredi 14 mai : “Un gardien de nuit, en transportant maladroitement des lampes à réflecteur qui servent à éclairer le Musée Charles X, a répandu une traînée d’huile de l’huile sur les planchers de toutes nos salles 1er Étage. C’est – en moins grave, les taches étant moins grandes et moins continues – la répétition de l’accident déjà survenu le 3 février dernier.”

Quelques réflexions pour finir

L’examen de ces carnets a suscité plusieurs interrogations sur leur utilité première et la manière dont ils étaient rédigés.

Je pense pour commencer qu’ils ne forment pas tout à fait une véritable série. En effet, le carnet de Pierret est tenu sans régularité, et s’intéresse surtout aux acquisitions, à leur présentation aux instances délibératives du musées, etc. Il est d’ailleurs à moitié vierge.

Les trois suivants forment un groupe plus homogène, qui se répondent d’ailleurs : l’activité du département est décrite par Boreux au début de l’automne 1911 dans le troisième carnet, puis s’interrompt jusqu’à janvier 1912, tandis que Bénédite commence le second carnet à partir de la mi-octobre 1911 et le poursuit ensuite parallèlement à son collègue.

Dans ces trois-là, le souci de la sécurité est omniprésent, surtout dans les premières entrées, que Boreux consacre d’ailleurs à noter le résultat de ses rondes pour vérifier combien de gardiens sont affectées aux salles égyptiennes12. Le contenu s’étoffe progressivement et témoigne des échanges entretenus avec les savants et les marchands, de l’aménagement des salles et des relations avec les autres services du musée (la communication avec l’administration ne semble pas avoir été des plus fluides13).

Cela reste à confirmer, mais il semblerait plausible que la tenue d’un carnet journalier ait fait partie des mesures décidées après le vol de la Joconde (10 août 1911), qui occupait encore les esprits à l’automne14. Cette pratique semble dans un premier temps réservé au responsable du département, c’est-à-dire Boreux dans un premier temps, puisqu’il assure l’intérim de Bénédite quelques semaines à l’automne 1911. À partir de janvier 1912, les deux conservateurs tiennent parallèlement leur carnet. J’ignore à ce stade si c’est une directive de leur hiérarchie ou un choix de leur part de documenter plus précisément leur activité ; une recherche extrêmement superficielle de ma part ne m’a d’ailleurs pas permis de trouver des carnet équivalents dans les archives des autres départements.

On peut dès lors se demander pourquoi le carnet de Bénédite cesse après 1912 alors qu’il reste en fonction jusqu’en 1926. D’autres carnets similaires ont-il été éliminés ou déclassés avant leur versement aux anciennes archives des musées nationaux ? Il est toutefois possible que la tenue parallèle de deux carnets par le conservateur et le conservateur adjoint ait finalement été jugée redondante et que Bénédite ait laissé ce soin à Boreux.

Il est en tout cas assez fascinant de retrouver le déroulement d’une affaire, précisé jour après jours dans des entrées qui se répondent ; on y devine régulièrement la lourdeur bureaucratique de la gestion quotidienne du musée. Malgré leur richesse, ces carnets ne sont pas pour autant de chroniques exhaustives de la vie des salles : c’est en vain que j’y ai cherché mention de l’incident survenu à l’automne 1913 avec Michel de Crayencour.

Leur rédaction amène finalement à s’interroger. Elle fait preuve d’un formalisme attendu, dans le cadre d’un outil de gestion de l’activité administrative ; si la plupart des entrées sont brèves, elles sont aussi très précises, et l’on peut sans peine imaginer que le contenu des carnets formaient la première documentation des deux rapports mensuels que le département transmettait au directeur et dont la remise régulière est dûment consignée et référencée (s’agit-il là aussi d’une mesure prise après le vol de la Joconde?)15. On y trouve pourtant nombre d’indications qui n’ont pas de réelle valeur pour le service, malgré leur saveur aujourd’hui. Ainsi, Bénédite commente la fréquentation des salles16 ou bien, plus curieux encore, évoque son passage solitaire au musée le jour de Noël !17 Quant à Boreux, il mentionne au fil des affaires courantes ses péripéties avec l’équipe d’ouvriers venu troubler son bureau pour y installer une alarme, et égrène sur douze jours sa lassitude18. À moins que ces notations traduisent une volonté extrême de garder trace du moindre événement pour pouvoir a posteriori se justifier ou croiser les témoignages ?

Aide-mémoire pour la tenue du service, éventuellement destiné à justifier son activité et à faciliter le suivi des affaires courantes, c’est en tout cas un document fascinant dont la valeur est plus évidente encore lorsqu’il suit au jour le jour l’activité du département au cours d’une période dramatique à laquelle je consacrerai sûrement un prochain billet…19

4e carnet (Boreux, 1913-1920), 3 août 1914 : déclaration de guerre de l’Allemagne
  1. Pour la liste des responsables du département et leurs dates d’exercice, cf. Guichard, Sylvie, « Département des antiquités égyptiennes » dans Lintz, Yannick (dir.), Histoire du Louvre, t. 3 Dictionnaire thématique et culturel, Paris, 2016, p. 80-84, p. 84. []
  2. Lorsque les courriers sont dépourvus de cette référence, il est même précisé qu’il s’agit d’une “lettre non copiée au Copie de lettres”, p. ex. 3e carnet, les 25 et 28 septembre et 6 octobre 1912. []
  3. Le curieux courrier dont la réponse est évoquée ici a été conservé, il se trouve dans l’article 20144775/17 ; il proposait effectivement d’acquérir les momies endommagées du musée pour lesquelles il pourrait avoir une utilité, qu’il ne précise cependant pas. []
  4. Voir les extraits reproduits ici du 3e carnet, les 2 et 15 février 1912. []
  5. C’est-à-dire le [musée] Campana, l’enfilade sud à l’étage de l’aile sud de la Cour carrée, parallèle au musée Charles-X. Comme le montre l’extrait suivant, on utilisait aussi l’expression « les [salles] Campana ». []
  6. Il s’agit en l’occurrence du fils de l’archéologue, décédé depuis 1879, qui se trouvait en conflit avec le département au sujet de l’attribution à son père de moulage pris dans le mastaba de Ti. Cette affaire s’étend sur des mois. []
  7. C’est-à-dire son premier cours à l’École du Louvre pour l’année scolaire 1911-1912. []
  8. Voir les extraits reproduits ici du 2e carnet, le 18 octobre 1911, et du 3e carnet, le 15 février 1912. []
  9. Voir les extraits reproduits ici du 2e carnet, le 18 octobre 1911, et du 3e carnet, le 2 février 1912. []
  10. Il était alors souffrant. []
  11. Cf.Les chiens de garde du Louvre“, 25 juillet 2019. []
  12. Septembre 1911 : « Contrairement aux dispositions de la circulaire en date du 12 septembre, le Musée Égyptien est resté fermé toute la journée du Mercredi 13. J’ai dû donner une autorisation spéciale de visite pour le lendemain jeudi – jour où les salles étaient régulièrement fermées – à deux Américaines, miss Ruth Lynda Deyo et miss Winifred Christie [Ce sont deux pianistes ; Winifred Christie était en fait écossaise. Ruth Lynda Deyo finit par s’installer en Égypte.], qui ne disposaient que de 48 heures à Paris, et qui n’auraient pu en conséquence par suite de cette erreur des bureaux, visiter le Musée Égyptien. »

    « Le Samedi 16, entre 9 heures et 11 heures du matin, la garde du 11e secteur tout entier (Musée Campana et Salles Égyptiennes du 1er Étage) était assurée par un unique gardien, lequel avait d’autre part reçu la consigne de ne pas s’éloigner de la salle des Colonnes, parce que celle-ci commande la porte d’accès aux étages supérieurs. C’est dire que la surveillance, dans toute cette partie du Louvre, a été pendant deux heures, purement nominale et illusoire.

    Lundi 18, même observation.

    Mardi 19 – id –

    Mercredi 20 – id –

    Jeudi 21 – id –

    Vendredi 22 – id – J’ai attiré ce jour-là l’attention de Mr Pujalet sur ce défaut de surveillance, et demandé, pour nos salles du 1er Étage, outre le gardien chargé de les surveiller en dehors des jours d’ouverture, un second gardien qui circulerait le matin dans les salles autres que la salle des Colonnes et pourrait veiller en particulier à la sécurité de la salle où se trouve maintenant la vitrine des bijoux – M. Pujalet m’a promis d’étudier la question.

    Du Samedi 23 au Mercredi 27 même observation. J’ai attiré à nouveau l’attention de M. Pujalet sur cette situation le Mardi 26.” []

  13. 3e carnet (Boreux, 1911-1912), samedi 7 octobre 1911 : “les Bureaux, ayant pu disposer d’un personnel un peu plus nombreux, ont fait ouvrir dans l’après-midi le 11e secteur (lequel n’était ouvert jusque-là que le mercredi et le vendredi). La mesure ne peut être qu’approuvée : il est regrettable seulement que les Bureaux n’aient pas cru devoir nous avertir, d’une façon quelconque, qu’ils la prenaient. C’est tout à fait par hasard que j’ai été informé le matin par l’homme de garde.” ; 8 février 1912 : “Le musée Charles X a été ouvert aujourd’hui à onze heures. Il paraîtrait qu’à date d’aujourd’hui, les Salles Égyptiennes du 1er Étage seront ouvertes les Mercredi, Jeudi, Vendredi et Dimanche à onze heures (la galerie du Rez-de-Chaussée continuant à être ouverte tous les jours à midi et demi). D’autres gardiens assurent que les salles Charles X seront ouvertes tous les jours, sauf le lundi. Mais ce ne sont là que des on-dit, la Direction le Secrétariat n’ayant pas cru devoir nous informer de ces changement d’horaires, dont il serait cependant à souhaiter que nous fussions les premiers avertis.” []
  14. Bénédite mentionne ainsi avoir reçu une convocation du juge d’instruction de l’enquête autour du vol de la Joconde le vendredi 3 novembre 1911, et note avec une conscience égale s’y être rendu le samedi 4 novembre et avoir exposé son rôle dans cette affaire – sans pour autant rentrer dans le détail de sa déposition. []
  15. Ajout du 2 juin 2019 : ces rapports bimensuels sont conservés, classés par département (musées de Versailles et de Cluny compris), aux Archives nationales sous les cotes 20150044/36 (de 1911 à 1915) et 20150044/37 (de 1916 à 1935) ; ils débutent en 1911, ce qui confirme mon hypothèse que ce suivi redoublé des affaires fasse suite aux réformes motivées par le vol de la Joconde. []
  16. 2e carnet, mardi 8 novembre 1911 : « Le musée Charles X envahi par des pensionnats. Envoyé une note au directeur pour signaler l’insuffisance de surveillance. » []
  17. 2e carnet, « Lundi 25 déc. Noël. Venu un instant mettre de l’ordre dans ma correspondance et mes papiers. Aperçu la ronde, ou tout au moins un homme muni d’une lanterne à 3 h 1/2 [“au bout du” ?] couloir des bureaux. » Merci à l’œil affûté d’Isabelle Bretthauer pour avoir éclairci la lecture de cette entrée dont l’écriture m’a posé plus de difficultés encore que les autres. []
  18. 3e carnet, jeudi 21 mars 1912 : “Une équipe d’ouvrier a envahi mon bureau et a commencé à percer les murs pour faire passer les fils d’une sonnerie d’alarme destinée à qui doit aboutir à la salle des Bijoux égyptiens” ; vendredi 2 : “Les ouvriers sont toujours dans mon bureau” ; samedi 23 : “Les ouvriers continuent à travailler dans mon bureau” ; lundi 25 : “Le travail commencé dans mon bureau n’est toujours pas terminé” ; mardi 26 : “Le travail de mon bureau n’est toujours pas fini, mais les ouvriers ne sont même pas venus” ; mercredi 24 : “Les ouvriers n’ont pas paru dans mon bureau de toute la journée” ; jeudi 28 : “Les ouvriers ont recommencé à travailler dans mon bureau” ; vendredi 29 : “Les ouvriers sont toujours dans mon bureau” ; samedi 30 : “Les ouvriers n’ont pas encore terminé dans mon bureau” ; lundi 1er avril : “Les ouvriers ont enfin quitté mon bureau” ; jeudi 4 : “J’ai repris possession de mon cabinet.” []
  19. Ajouts du 9 et du 30 juin 2019 : « Le département égyptien du Louvre pendant la Première guerre mondiale » : 1re et 2e parties. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


3 réponses sur “Le quotidien du Louvre dans les années 1900”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.