Dessine-moi un musée : Boulaq

Cette semaine, quelques plans réalisés il y a quelques années déjà1, pour illustrer l’évolution de l’organisation du premier musée public d’égyptologie en Égypte : le musée de Boulaq !

Musée de Boulaq, la salle du Centre vers 1871 (du fond de la salle vers l’entrée du musée)

Source : Mariette, Auguste, Album du musée de Boulaq, Le Caire, Mourès et Cie, 1872, pl. 2 (sur Gallica).

Pourquoi s’intéresser aux plans ?

À partir du moment où l’on cherche à étudier le fonctionnement d’un musée, il est toujours instructif de s’intéresser au plan des salles, ou plutôt aux plans successifs, puisque la présentation des collections est nécessairement amenée à évoluer sur le long terme.

Une salle d’exposition est en définitive la mise en espace d’une collection. Elle obéit à des principes choisis par son organisateur : parfois esthétiques (présenter harmonieusement les objets, rechercher la symétrie ou les effets visuels), intellectuels (illustrer une progression ; rassembler les objets qui appartiennent aux mêmes catégories matérielles, c’est-à-dire constituer des typologies ; …) ou pratiques (le format des objets et les contraintes du local sont toujours des paramètres déterminants). C’est régulièrement de la conjonction de ces trois domaines qui préside à l’organisation des salles, outre la vie de l’institution : l’acquisition de nouveaux objets, les fluctuations budgétaires, le renouvellement des responsables, de la science et même du goût du public sont autant de facteurs qui jouent également dans l’évolution de l’aménagement d’un musée.

Le plan d’un musée, associé à la localisation des objets qui y sont exposés, permet donc d’étudier le projet muséographique qui y a été mis en œuvre. Cela est d’autant plus précieux lorsqu’il n’existe pas de mentions explicites des ambitions du parcours ; lorsqu’il y en a, il est toujours intéressant de les comparer à leur réalisation.

L’établissement de plans permet enfin de mieux identifier les images qui subsistent, pour repérer les lieux représentés et les objets qui y sont exposés. Croiser ces informations, repérer les mouvements d’objets ou les changements d’aménagement des salles permet progressivement de rétablir en pointillés une chronologie essentielle : l’histoire du parcours que l’institution organisait au visiteur et qui conditionnait sa visite. C’est donc un travail incontournable lorsque l’on s’intéresse au passé des musées.

Les sources

Les sources les plus utiles pour dresser un plan sont bien évidemment d’autres plans préexistants. On peut en trouver dans des fonds d’archives ou au hasard des publications. Les meilleurs gisements sont alors les guides de visite, ainsi que les guides touristiques (Isambert, Baedecker, Murray, …) qui se développent précisément dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ces deux sources ont les mêmes avantages : ils rassemblent des informations pratiques et précisément situées dans le temps. Le guide de visite peut en outre contenir une déclaration d’intention de l’organisateur des salles. Les guides touristiques, à rebours, peuvent formuler des réserves sur l’exposition. D’ailleurs, même en l’absence de plan, ils donnent des informations sur le contenu (et la désignation) des salles.

Dans le cas du musée de Boulaq, ces deux typologies peuvent être mises à contribution. Mariette a en effet édité une Notice assez complète dont les six éditions permettent de suivre les mouvements des objets et les agrandissements du musée de 1864 à 1876. Maspero, son successeur à la tête du musée, fit de même en 1883, et gratifia même son Guide d’un plan2. En outre, les guides Baedeker de 18783 et 18854, ainsi que le guide Murray de 18885, offrent chacun un plan des salles.

On trouve enfin des images qui peuvent être croisées avec ces plans successifs. Mariette a publié un album photographique en 1872 (ce sont les images les plus connues du musée)6 ; on trouve aussi des vues du musée de Boulaq dans les vieux fonds photographiques, et notamment (pour ceux que j’ai identifiés pour l’instant) au musée d’Orsay, au Collège de France, à la documentation du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre et à l’Institut national d’histoire de l’art. Il est à noter que ces photographies sont très régulièrement mal référencées. Les dates, lorsqu’elles sont indiquées, sont à prendre avec précaution, de même que les légendes ; l’attribution même au musée est régulièrement erronée au profit du musée de Giza (qui lui succéda, de 1889 à 1902) et au musée égyptien du Caire (qui succéda lui-même au palais de Giza à partir de 1902).

Les plans

Je ne prendrai pas en compte ici l’aménagement des jardins ni des dépendances du musée.

1863-1869/1874

Telles qu’il ouvre au public en 1863, le musée d’antiquités égyptiennes de Boulaq s’organise autour d’une salle centrale, précédée de deux vestibules et donnant accès à deux autres salles, à l’ouest et à l’est, cette dernière conduisant à la salle des bijoux.

1869/1874-1882

À l’occasion de l’inauguration du canal de Suez et des grandes célébrations qui l’ont accompagnée, deux nouvelles salles furent financées ; annoncées comme presque achevées dès 1869, leur ouverture n’est cependant pas attestée avant la Notice de Mariette de 1874. Pendant cette période, le musée eut à souffrir de plusieurs crues, qui provoquèrent la fermeture temporaire de la salle de l’Est (entre 1872 et 1874) et même la reconstruction complète du bâtiment, à l’identique, en 1879.

1883-1889

Un agrandissement considérable du musée eut lieu suite à la découverte de la cachette de Deir el-Bahari et à l’enrichissement des collections de plusieurs dizaines de momies royales qu’il convenait de présenter au public.

Musée de Boulaq, salle funéraire (1882-1889)

Source : Institut national d’histoire de l’art : photothèque archéologie Égypte II, 015, « archéologie Égypte : musées du Caire, Guizeh, Boulaq », n° 15.

Dessine-moi un musée

J’ai choisi de publier ces plans sous cette forme car ils résultent du croisement d’informations assez difficiles à trouver. J’espère qu’ils pourront être utiles à d’autres. Ils sont donc publiés sous licence libre (sous réserve d’attribution) Creative Commons BY 4.0 et j’en fournirai volontiers les équivalents vectoriels.

Ce billet inaugure d’ailleurs une série ; je compte en effet procéder de même, dès que j’en serai capable, avec d’autres musées (le Louvre, le musée Guimet, … et peut-être aussi les pavillons égyptiens des expositions universelles). Cela demandera évidement encore du temps,, mais je compte entre-temps entamer d’autre feuilletons sur l’enseignement de Maspero à l’École pratique des Hautes Études et sa pratique de la traduction…

  1. Dans le cadre de mon mémoire d’étude de muséologie à l’École du Louvre : Le musée des antiquités égyptiennes de Būlāq (1858-1889). Faire connaître et aimer l’Égypte ancienne au XIXe siècle, 2013. []
  2. Maspero, Gaston, Guide du visiteur au musée de Boulaq, Boulaq, Service de conservation des antiquités de l’Égypte, 1883 [n.p.]. []
  3. Baedeker, Karl, Egypt. Handbook for Travellers, t. 1 Lower Egypt, Leipzig, Karl Baedeker ; Londres, Dulau and Co., 1878, p. 293. []
  4. Baedeker, Karl, Egypt. Handbook for Travellers, t. 1 Lower Egypt, Leipzig, Karl Baedeker ; Londres, Dulau and Co., 1885, n.p. []
  5. Murray John, A Handbook for Travellers in Lower and Upper Egypt, 7e éd., Londres, 1888, p. 198. []
  6. Mariette, Auguste, Album du musée de Boulaq, Le Caire, Mourès et Cie, 1872. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.