L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1)

Une figure domine l’égyptologie française de la fin des années 1870 à 1916 : Gaston Maspero. Il s’illustra à peu près dans tous les domaines, à la fois par ses publications (y compris de vulgarisation) et son enseignement, mais aussi par son activité muséale, archéologique et administrative en tant que directeur de la mission française au Caire puis du service des antiquités de l’Égypte. Pour mettre en perspective une telle activité, j’ai décidé de m’intéresser dans un premier temps à son activité d’enseignement, et plus précisément à ses cours à l’École pratique des hautes études, notamment grâce à l’exploitation méthodique de son Rapport annuel1.

La Sorbonne (photo de Jean-Marie Hulot, Flickr).

Ce sujet semble une belle opportunité pour tenter d’approcher les développements et la diffusion de la science égyptologique2, aussi bien que la constitution d’un réseau savant. Avant de plonger dans les archives, il y a déjà bien du grain à moudre à partir des simples rapports d’activité annuels publiés par l’École sur cette période, qui détaillent le fonctionnement de chaque chaire, les publications de l’institution et les distinctions de ses élèves. J’entreprendrai donc d’exploiter ces documents le plus finement possible, en relevant toutes les pistes intéressantes.

La méthode n’est guère orthodoxe ; il n’est pas non plus tout à fait satisfaisant de présenter ainsi un travail nécessairement inachevé. Mais je tiens à tenter cette expérience pour en mesurer les éventuels bienfaits : se restreindre dans un premier temps à cette source unique obligera à noter toutes les pistes intéressantes et à les ruminer davantage. Cela allongera le temps des recherches sur une plus longue durée, et permettra aussi de creuser d’autres sujets simultanément, en espérant qu’ils se fécondent mutuellement, tout en s’accordant à d’inévitables variations d’entrain.

Ce sera donc, j’espère, un exercice intéressant ; il s’agira bien de synthèses préliminaires et d’hypothèses que la suite des enquêtes infirmera le cas échéant. Premier épisode d’une série, donc ; je présenterai prochainement en détail cette publication si riche, avant de m’intéresser à l’organisation pratique des leçons et à leur programme. Je prévois d’aborder plus tard les sources exploitées en cours, et pour finir les élèves du maître.

Gaston Maspero (source : Wikimedia Commons)
  1. Numérisé sur Persée à partir de 1872. []
  2. L’enseignement égyptologique en France au XIXe siècle a fait l’objet d’un mémoire d’étude présenté à l’École du Louvre par Kimberley Harthoorn en 2014, dont j’ai connaissance depuis longtemps mais que je garderai à l’écart, tout au moins dans la première partie de cet exercice. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.