Le musée de Boulaq dans les Bibliothèques d’Orient

Le portail Bibliothèques d’Orient, mis en valeur par un séminaire international organisé vendredi 22 mars 2019, rassemble une sélection de numérisations d’ouvrages et d’images issues des collections de la Bibliothèque nationale de France et de plusieurs grands établissements scientifiques du Moyen-Orient, rassemblées par thèmes et introduites par de brèves notices. Il m’offre un prétexte commode pour me livrer à ma monomanie chronique : compléter ma collection d’images du musée de Boulaq.

J’ai rapidement évoqué, il y a peu, l’intérêt que pouvait représenter le recensement de toutes l’iconographie subsistante des musées1. Deux nouvelles images sont apportées au dossier de cet établissement par un album photo numérisé, publié sur Gallica et intégré au portail Bibliothèques d’Orient.2

Il s’agit d’un album appartenant à la Société de géographie et déposé à la Bibliothèque nationale ; il rassemble des clichés non datés du célèbre atelier de photographie Abdullah frères. Outre quelques vues des objets exposés dans les salles de Boulaq, deux images sont plus utiles pour évoquer la disposition des lieux. Toutes deux sont datables entre 1886, année à partir de laquelle le studio Abdullah frères est actif au Caire3, et 1889, date à laquelle le musée de Boulaq fut fermé et transféré au palais de Giza.4 Nous allons voir que les détails que l’on peut relever sur les images concordent tout à fait avec ces bornes chronologiques.

Plan du musée de Boulaq à l’époque des prises de vue.

L’entrée du musée

Entrée du musée de Boulaq, 1886-1889 (disponible sur Gallica).
Crédit : Société de Géographie/BnF Cartes et plans

Cette première vue présente la façade du musée, prise dos au Nil avec la perspective des salles qui se développent à l’est du petit vestibule.
La corniche à gorge unique qui recouvre les différents corps de bâtiment n’est présente qu’à partir de la reconstruction de 1879 (consécutive aux dégâts de la crue de 1878).

Le déplacement du colosse porte-enseigne de Ramsès II d’Aboukir installé à la droite de l’entrée du petit vestibule, est par ailleurs très précisément datée, puisqu’il est mentionnée par Maspero dans une lettre envoyée à sa femme le 4 avril 18865, assortie d’un croquis de l’effet obtenu.

Cette date correspondrait en outre tout à fait à l’état d’usure de la peinture des murs (des triglyphes qui débordaient sous la frise sommitale sur certaines photos datables plus tôt ne sont plus visibles), quelques années déjà après la rénovation de 1879.

La salle funéraire


Salle funéraire du musée de Boulaq, 1886-1889 (disponible sur Gallica).
Crédit : Société de Géographie/BnF Cartes et plans

Cette seconde image a été prise dans la salle funéraire. Elle présente ici un dallage clair et des murs peints de couleur sombre au-dessus de bandes horizontales alternées6, décor caractéristique du musée reconstruit après 1878.

La salle qui s’ouvre à l’arrière-plan pourrait être la salle du centre, la salle historique de l’Est, ou bien la salle des momies royales construite en 1882. La position du pilier rend cette dernière hypothèse la plus probable, ce qui est confirmé par la présence d’un des deux grands cercueils de la cachette de Deir el-Bahari7 que l’on devine au fond, derrière l’entrée de la salle.
Il existe une autre vue de la salle vraisemblablement contemporaine, et exactement complémentaire à cette image : elle est conservée dans la photothèque de l’INHA.

Musée de Boulaq, salle funéraire (1882-1889)

Institut national d’histoire de l’art, Photothèque archéologie Égypte II, 15 :
« Archéologie Égypte : Musées du Caire, Guizeh, Boulaq », n° 15

Le cadrage quelque peu différent permet de mesurer l’ampleur de la pièce sur la gauche. Ces deux images gagnent à être rapprochées de deux autres vues :

  • une autre photo Abdullah frères (n° 513)8, prise vraisemblablement vers la salle des momies royales aussi, mais en englobant le pilier sud plutôt que son pendant du nord ; on devine l’angle d’une deuxième vitrine octogonale au premier plan.
Musée de Boulaq, salle funéraire, 1886-1889 (source inconnue).
  • une gravure publiée par Maspero en 1890 “d’après une photographie”9. Il s’agit cette fois-ci d’une vue vers le mur nord de la salle, dont le cadre contient les deux piliers.
Musée de Boulaq, salle funéraire, 1882-1889 (publiée par Maspero dans La nature, 1890).

Toutes ces vues assemblées permettent de comprendre la disposition des vitrines et des sarcophages autour de l’axe central de la pièce et des deux piliers.

Plan de la salle funéraire entre 1882 et 1889, avec l’angle de vue de la photo Abdullah frères n° 512

La photographie publiée sur Gallica, dirigée vers la salle funéraire, ne m’était connue que par une capture tronquée et de moins bonne qualité que j’avais repérée à l’aide d’interrogations hasardeuses saisies sur un moteur de recherche, et dépourvue des moindres références.10

Un dernier détail, discret, la rend précieuse, ainsi que sa sœur la n° 513 : le reflet qui apparaît sur le verre qui protège un papyrus, au-dessus de la porte de la salle des momies royales). Il permet de deviner une aire du plafond surélevée de manière à créer des ouvertures et un éclairage zénithal, comme on le voit sur les vues de la salle du centre, qui permettait davantage de recul.

Il est ainsi tout à fait appréciable de pouvoir disposer de ces documents, pour beaucoup librement réutilisables dans un cadre non lucratif, et exploitables en bonne définition ; il ne reste plus qu’à attendre avec impatience les futurs enrichissements du portail à d’autres collections.

  1. Dessine-moi un musée : Boulaq (14 mars 2019). []
  2. Il me semble qu’il ne s’y trouvait pas il y a encore quelques mois ; je ne l’avais en tout cas pas encore repéré. []
  3. Özendes, Engin, Osmanlı İmparatorluğu’unda Fotoğrafcılık (1839-1919). Photography in the Ottoman Empire (1839-1919), 2e éd., Istanbul, 1995, p. 135-148. []
  4. Grébaut, Eugène, « Le transfert du Musée de Boulaq à Guizeh », Bulletin de l’Institut égyptien (3e série) 1, 1890 (1891), p. 44-51. []
  5. Maspero, Gaston (David, Élisabeth, éd.), Gaston Maspero. Lettres d’Égypte. Correspondance avec Louise Maspero (1883-1914), Paris, Seuil, 2003, p. 208. []
  6. L’on verrait bien ces bandeaux crème et ocre, mais c’est probablement un effet de conditionnement causé par le sépia. []
  7. Brugsch, Emil ; Maspero, Gaston, La trouvaille de Deir el-Bahari, Le Caire, Mourès, 1881, pl. 3. []
  8. J’ai repéré cette image publiée sur Facebook sans référence précise ; j’ignore qui en possède les droits. []
  9. Maspero, Gaston, « Le musée de Boulaq et le musée de Gizéh », La nature 18-2, 1890, p. 199-202. []
  10. Elle se trouve sur le site Egiptoforo. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.