Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1)

Comme annoncé lors d’un précédent billet1, les annotations minutieuses des carnets de Charles Boreux offrent une trop belle occasion de documenter la traversée par le département des antiquités égyptiennes de la tourmente de la Première Guerre mondiale pour que je n’essaie pas de les croiser avec d’autres documents pour en évaluer les apports2.

Cet épisode de l’histoire du Louvre a finalement assez peu retenu l’attention de la recherche, probablement éclipsé par l’évacuation massive des collections pendant la Seconde Guerre Mondiale, sans doute mieux documentée3.

La galerie d’Apollon (où sont présentées les collections modernes d’orfèvrerie) vidée et aux fenêtres obstruées, 1918 (Agence de presse Meurisse, Gallica).

En outre, et ce dès les événements, l’attention des récits de la vie du musée en ces temps troublés s’est focalisée sur le sort des collections de Beaux-Arts (et notamment des peintures), sans guère revenir sur les hasards encourus par les antiquités. Le carnet tenu par Charles Boreux pendant une partie de la guerre4 nous permet d’en apprendre plus sur la vie du département pendant cette crise.

La protection des collections dans l’urgence

Dernières mesures préventives

Alors que la perspective d’un conflit armé se précisait à la fin du mois de juillet 1914, le directeur des musées nationaux créa le 31 juillet une commission « composée de conservateurs, de militaires et de pompiers, pour étudier les mesures de protection à prendre »5. Dans le même temps, le carnet de Boreux indique pour cette date que des mesures avaient été prises pour la gestion du personnel, mesures relayées par une circulaire du directeur : « le Sous-secrétaire d’État6 me fait savoir que tous les congés en cours ou à venir sont supprimés, dans tout le personnel, à date d’aujourd’hui. Veuillez prévenir d’urgence ceux de vos collègues qui sont absents ».

Le 1er août, Boreux notait : « L’ordre de mobilisation ayant été signé aujourd’hui, le Directeur a convoqué d’urgence un Comité dans lequel il nous a demandé de mettre en lieu particulièrement sûr les objets de notre Département qui nous paraissent les plus importants. » C’est notamment le spectre des bombardements qui motivait cette décision, dont l’exécution fut décrite a posteriori par Edmond Pottier, conservateur des antiquités orientales au début du conflit7. Le lendemain, alors que l’ordre de mobilisation était annoncé dans le pays, Boreux précisa les mesures qu’il avait prises :

Dimanche 2 août 1914 : « Pour faire suite au Comité du 1er, et en exécution d’instructions de M. Bénédite8 (LR n° 252)9, j’ai entreposé aujourd’hui dans la réserve de la salle des Colonnes :

le scribe accroupi – la statue d’Akhounaton – le buste d’Akhounaton – la statue Tyskewig (sic) – les 3 bronzes Posno – les statuettes de Toui et de Tai

En outre j’ai fait fermer les volets des salles Charles X (à l’exception de ceux de la salle des sculptures, dans laquelle l’opération nécessitera l’enlèvement des stores actuellement accrochés aux fenêtres). »

Lundi 3 août 1914 : « J’ai fait enlever par Damidot, dans la salle des sculptures, les stores qui empêchaient de fermer les volets [pleins ?] des fenêtres.

Fait transporter dans la resserre de la salle des Colonnes la statuette de Piaii et la tête d’Amon E 4888. »

Le département se calfeutrait donc, et isolait dans une petite réserve préexistante, ménagée dans l’épaisseur des murs intérieurs de la salle des Colonnes, dans le pavillon des Arts, les pièces transportables les plus précieuses.

Les pièces spécialement mises à l’abri

Le choix opéré par Boreux s’est évidemment concentré sur certaines des pièces les plus précieuses de la collection.

Le scribe accroupi

(Louvre E 3023)

Image : Wikimedia Commons

« Statue d’Akhounaton »

Il s’agit vraisemblablement de cette statuette d’Akhénaton (Louvre N 831, ancienne collection Salt), la seule du département à être particulièrement notable à l’époque (le groupe Curtis ne fut légué qu’en 1938) .

Image : Wikimedia Commons

« Buste d’Akhounaton »

(Louvre E 11076)

Ce buste avait été publié par Bénédite huit ans plus tôt10.

Image : Wikimedia Commons

« La statue Tyskewig » (sic)

(Louvre E 10777)

Cette statue est issue de la vente de la collection Tyszkiewicz et fut achetée en 189811.

Image : Wikimedia Commons

Les « 3 bronzes Posno » : Horus

(Louvre E 7703)

La vente de la collection Posno eut lieu en 1883 ; le Louvre y acquit deux statuettes d’homme en bronze12. Le troisième bronze (Horus, ci-contre) fut acquis en 188413.

Image : Wikimedia Commons

Statuette « de Toui »

(Louvre E 10655)

Image : Wikimedia Commons

Statuette « de Tai » (?)

(Louvre N 2312)

Cette attribution n’est pas certaine ; on écrit aujourd’hui plutôt Tiy, mais de Champollion14 à Pierret15, son nom était transcrit sans discontinuer « Taïa » .

Seule la partie inférieure se trouvait alors au musée.16

Image : Wikimedia Commons

Comme nous l’avons vu, après cette première sélection mises à l’abri dès, Boreux complète son choix par deux autres statuettes :

Statuette « de Piaii »

(Louvre E 124)

Image : Wikimedia Commons

Quant à la « tête d’Amon E 4888 », je n’ai pas été en mesure de l’identifier : le numéro E 4888 correspond à une tête d’Osiris ptolémaïque en bois17 ; parmi les têtes d’Amon du département (notamment AF 2574, AF 13197 ou E 11100), aucune ne semble à première vue plus digne que les autres d’être mise en sûreté.

Les oubliés de la mise à l’abri

Il n’y a rien d’étonnant à ce que les pièces lourdes et encombrantes soient exclues de cette mesure de protection : elles sont difficiles à déplacer – alors que le matériel, comme les effectifs épargnés par la mobilisation, sont sollicités de toutes parts – et souvent au rez-de-chaussée, protégées par des voûtes que l’on pense suffisamment solides.

On s’étonne cependant de l’absence de mention des papyrus, des momies, ou bien des instruments de musiques, tous peu encombrants et fort fragiles, et plus encore de quelques objets notables présents dans les salles du musée Charles X et déjà occasionnellement mis en exergue par diverses publications.

Couteau du Gebel el-Arak

Ce couteau avait été acquis en février 1914 ; il devait d’ailleurs donner lieu à une publication par Bénédite en 191618.

Image : Wikimedia Commons

Groupes du scribe royal Nebméroutef

(Louvre E 11153 et E 11154)

Ces groupes avait été acquis en 190819 et publiés par Bénédite en 191120.

Image : Wikimedia Commons

Tête « Salt »

(Louvre N 2289)

Cette tête avait droit à une planche dans le guide du département de 1895, au même titre que le Scribe accroupi , Touy et l’Horus Posno21.

Image : Wikimedia Commons

Statuette de Karomama

(Louvre N 500)

La statue de la divine adoratrice Karomama, présente dans les collections depuis le voyage de Champollion en Égypte, semblait à la fin du siècle précédent pâtir du voisinage des bronzes Posno22 et n’être guère considérée parmi la collection des bronzes du Louvre malgré la richesse de ses incrustations. Peut-être était-ce toujours le cas en 1914 ?

Image : Wikimedia Commons

Le choix de Boreux (et de Bénédite, qui est sans doute à l’origine des consignes) n’a malheureusement pas de motivation explicite. Il concerne des pièces de choix, sans doute, mais demeure restrictif.

Quels peuvent être les critères qui ont porté à protéger un objet plutôt qu’un autre ?

Le moins subjectif, la fragilité matérielle, ne semble pas avoir été le critère déterminant, puisqu’on a porté dans la resserre de la salle des Colonnes plusieurs statuettes de pierre, dont la statue Tyszkiewicz, de basalte.

La valeur historique ne semble pas non plus avoir été le seul facteur, puisque plusieurs pièces auxquelles des publications avaient été consacrées dans les années précédentes furent ignorées.

Un dernier critère susceptible d’avoir désigné certains objets plutôt que d’autres serait leur emplacement dans les salles. Cela reste malaisé à vérifier, puisque le dernier état général des salles bien documenté avant 1914 remonte à la nouvelle édition de la Description sommaire de Pierret (1895) et qui avait déjà presque vingt ans ; on n’y trouve donc pas les acquisitions effectuées entretemps, et il est probable que plusieurs mouvements avaient eu lieu depuis la publication. Le département comptait d’ailleurs de nouvelles salles : la galerie d’Alger avait été organisée pour être ouverte au public en 1896 et une salle du mastaba avait été aménagée dans le pavillon des Sessions23 La majeure partie des objets mis à l’abri se trouvait de toute façon sans doute dans l’enfilade du musée Charles X (à part peut-être le Scribe accroupi qui a pu être présenté au rez-de-chaussée avec les découvertes du Sérapéum et la statuaire d’Ancien Empire.

Il n’est certes pas impossible que les choix aient été orientés par de simples préférences personnelles. Un dernier critère pourrait être que les objets protégés les premiers étaient ceux qui se trouvaient dans des vitrines isolées, dans le projet de vider plus tard les armoires sans perturber le classement des collections (comme l’indique le rapport de Bénédite cité plus bas), mais cette piste n’est pas complètement vérifiable faute de témoignage suffisamment détaillé sur l’organisation des salles en 1914.

Déclaration de guerre et début des évacuations

La troisième entrée du carnet de Boreux le lundi 3 août, ajoutée sans doute plus tard dans la journée, consigne la nouvelle qui ne faisait plus de doute : « L’Allemagne a déclaré aujourd’hui la guerre à la France ». Il souligne même cette dernière entrée au crayon bleu24.

Carnet de Boreux, 3 août 1914 : déclaration de guerre de l’Allemagne (Archives nationales, 20144775/5, 3e carnet).

Si l’on souligne parfois l’impréparation du musée, par opposition au plan d’évacuation d’urgence qui fut appliqué en 1939, la réaction contre la menace fut au moins immédiate25 et les rapports des responsables des collections prouvent qu’ils étaient conscients des risques courus par leurs collections en l’état comme des dangers que pourrait représenter une évacuation.

Au cours de la première quinzaine d’août, dans tous les département, le personnel qui n’avait pas été mobilisé tenta de mettre à l’abri tout ce qui pouvait l’être. Boreux nota ainsi dans son carnet, à la date du vendredi 7 août, que l’on préparait une caissette en bois pour les objets particulièrement précieux pour les entreposer dans le coffre-fort d’un M. [Galbrun ?] ; du samedi 9 au mercredi 12, la vitrine des bijoux était vidée, et son contenu dûment inventorié y fut déposé dans cette caissette. Elle fut mise au coffre-fort le jeudi 13 août.

Le lendemain, Bénédite adressait au directeur des musées nationaux son rapport bimensuel, reproduit ici dans son intégralité :

« Me trouvant en Angleterre dans la dernière semaine de juillet je n’ai pu vous envoyer mon avant-dernier rapport. Ma mission à Londres s’est bien passée. Grâce au concours de Mr Robert Mond et de Mr John Garstang j’ai pu obtenir au partage les deux meilleures pièces trouvées à Méroé, en dehors de la grande stèle Méroitique réservée au British Museum, qui d’ailleurs avait participé pour 300 £ au lieu de 100 £ comme le Louvre.

Je comptais me rendre à Oxford pour m’[mot raturé sur lequel a été écrit « entretenir »] avec Mr LL. Griffith de diverses affaires, mais les nouvelles de la tension européenne étaient telles que j’ai dû rentrer brusquement. J’apprenais d’ailleurs en arrivant qu’une lettre de rappel allait m’être expédiée.

Dans la dernière quinzaine de juillet, les marbriers, réduits à deux, avaient travaillé avec intermittence à la reconstitution de cette fameuse fausse-porte du tombeau de Méri qui ne peut jamais être achevée et qui restera à l’état de mythe dans l’histoire du département égyptien. Depuis la déclaration de guerre, les mesures de préservation que j’ai adoptées pour le département et qui sont encore en cours d’exécution sont les suivantes :

1° Evacuation complète de la vitrine des bijoux.

2° Enlèvement des sculptures les plus rares [devant ces deux premiers paragraphes est écrit « opérations terminées »]

3° Enlèvement des pièces capitales de toutes les séries qui ne pourra être exécutée qu’à la livraison de vingt-quatre tiroirs en classeurs à double compartiments dans lesquels ces objets seront répartis. Les classeurs seront superposés en pile dans les réduits aménagés dans l’épaisseur de la construction. Le Musée Charles X en possède plusieurs. Ce travail sera vraisemblablement certainement achevé le 20 août.

4° Fermeture des volets du Musée Charles X, lesquels sont en menuiserie très épaisse et forment de très suffisants pare-balles.

Ces mesures, matériellement, ne sont protectrices que contre le choc des projectiles et l’incendie partiel du palais du Louvre. L’embrasement total du Musée, non maîtrisé par le jeu des pompes, est une éventualité qui, même prévue, serait sans remède.

En tous cas les mesures prises dans mon Département, c’est à dire le classement des objets à sauver dans des tiroirs aisément transportables, permettraient en cas d’[aggravation ?] d’en faire au moyen d’une charrette à bras, d’en faire le transfert dans les caves en moins de vingt minutes.

Nous n’en sommes pas à ce sauve-qui-peut et les mesures provisoires à prendre doivent être de celles qui ne déterriorent (sic) pas les objets.

J’estime qu’il y aurait lieu de faire réunir dans les cours Lefuel et Visconti un certain nombre de charrettes à bras et de civières prêtes à toute éventualité. »26

Bénédite révèle ainsi que malgré les inquiétudes et les difficultés matérielles, il envisageait une mise à l’abri en bon ordre des collections du département ; seuls les bijoux et « les sculptures les plus rares » avaient été mis en sûreté dans les premiers jours de la crise, et dès qu’il serait en mesure de préserver le classement des collections, ce serait le tour des « pièces capitales de toutes les séries ». La sélection de ces « pièces capitales » et leur distinction avec les « sculptures les plus rares » n’est malheureusement toujours pas expliquée, mais l’on comprend bien que Bénédite envisageait de sortir de leurs meubles beaucoup d’objets et entendait garantir leur classement (sans doute pour faciliter leur contrôle et éviter toute perte pendant les manœuvres).

À la fin du mois, on envisagea d’évacuer une partie des collections dans le Sud-Ouest, à Pau ou à Toulouse. Le 24 août27, les conservateurs en furent informés et l’ordre leur fut donné d’organiser le départ d’une partie des collections, malgré leurs réserves, le 26 ou le 28 août28.

Suite à cette décision, le carnet de Boreux indique que la caissette des bijoux fut retirée du coffre le 2 septembre, dans l’intention de l’envoyer au château de Pau (il ratura et corrigea « à Toulouse »). Elle partageait une caisse (marquée ML C 1529) avec certains objets d’art de la galerie d’Apollon ; Jean-Joseph Marquet de Vasselot, conservateur des objets d’arts, avait dressé un procès-verbal de l’opération30.

Un mois plus tard, Boreux dressait d’ailleurs au propre un inventaire en double exemplaire des pièces déposées dans cette cassette scellée, daté du 7 octobre31 :

Le coffret fut donc déposée dans la caisse ML C 15, avec des collections dépendant de l’actuel département des objets d’art, dont cinq tapisseries médiévales, le casque de Charles IX, des ivoires et le ciboire de maître Alpais. Cette caisse fut chargée dans une voiture n° 51. Un rapport du directeur des musées nationaux au sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts conservé dans le même dossier et daté du 13 octobre mentionne à son tour que l’une des six voitures envoyées sur les voies ferrées contenait le Sacre de Napoléon, roulé et mis en caisse, les tapisseries de la cathédrale de Reims, deux caisses d’objets d’art (dont la Vierge de Jeanne d’Évreux, les insignes du sacre des rois de France, …) et la cassette de bijoux égyptiens.

Ce précieux chargement est alors entreposé dans la nef de l’église du couvent des Jacobins de Toulouse, sous la garde d’un conservateur et de l’administration militaire.

Les mots de passe quotidiens nécessaires au conservateur affecté à la surveillance des collections évacuées pour passer les sentinelles ( Archives nationales, 20150044/31 )

Le récit d’Edmond Pottier32 évoque la vie de cet étrange dépôt improvisé. Nos bijoux égyptiens n’eurent vraisemblablement pas à y subir trop de manipulation, dans leur coffret scellé, au contraire des objets en matériaux organiques dont l’état sanitaire fut inspecté. En août-septembre 1915 toutefois, les collections furent redistribuées dans les six voitures capitonnées qui les abritaient dans la nef, et la caisse ML C 15 fut déposée dans la voiture 153, en compagnie, notamment, du vase d’Aliénor, de l’aigle de Suger, de l’épée de Charlemagne, de la Vierge de la Sainte Chapelle, mais aussi de La Vierge au lapin, La Dentellière de Vermeer, ainsi que Jean-Baptiste et la Joconde de Léonard de Vinci. Au cours d’un dernier « récolement », son contenu fut réexaminée en septembre 1918 et rechargé le 10 octobre 1918.33

Les six wagons capitonnés contenant les collections évacuées sous bonne garde au couvent des Jacobins de Toulouse en 1914 (Archives nationales, 20150044/31 )

Cette manœuvre exceptionnelle, à la logistique complexe n’affecta finalement guère le département égyptien, malgré l’importance des bijoux qui furent envoyés à Toulouse. Je réserve à un prochain billet34 le quotidien du musée pendant la durée de la guerre…

  1. « Le quotidien du Louvre dans les années 1900 », 3 mars 2019. []
  2. La trouvaille impromptue des rapports bimensuels du département adressés au directeur (Archives nationales, 20150044/35-37) a ajouté une nouvelle masse de documents à dépouiller et me conduit à réserver la description du quotidien du département pendant la durée de la guerre à un autre billet qui complétera celui-ci. []
  3. Et pour cause, les hésitations de l’administration pendant la Grande Guerre ayant en partie motivé la planification ultérieure des procédures d’évacuation d’urgence qui furent mises en œuvre en 1939. []
  4. Archives nationales, 20144775/5, 4e carnet, que j’ai sommairement décrit dans le billet évoqué plus haut. []
  5. Barbier, Muriel et al., « Le Louvre durant la Première Guerre mondiale », dans Lintz, Yannick et Bresc-Bautier, Geneviève (dir.), Histoire du Louvre, t. 2, Paris, Louvre, 2016, p. 365-366. []
  6. Dalimier, sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique et des Beaux-Arts, chargé des Beaux-Arts. []
  7. Pottier, Edmond, Le musée du Louvre pendant la guerre 1914-1918, 1919, p. 4 []
  8. Conservateur du département, Bénédite se trouvait le mois précédent au Royaume-Uni ; son rapport de la mi-août, cité plus bas, semble indiquer qu’il était tout juste revenu au déclenchement de la guerre – voire encore en chemin. []
  9. Référence du numéro d’enregistrement du courrier à l’échelle du musée, pour « Louvre reçu », selon un système instauré en 1912 ; je n’ai pas connaissance de registre ni de minute de cette correspondance qui aurait été conservé. []
  10. Bénédite, Georges, « À propos d’un buste égyptien récemment acquis par le musée du Louvre », Monuments et mémoire de la fondation Eugène Piot 13, 1906, p. 5-26. []
  11. Archives nationales, 20144775/9. []
  12. Il s’agit des lots 468 et 524 (Archives nationales, 20144775/9), désormais inventoriés au Louvre sous les numéros E 7692 et E 7693, qui illustraient les pl. 11 et 16 de la nouvelle édition de la Description sommaire des salles du musée égyptien de Pierret en 1895. []
  13. Archives nationales, 20144775/9. []
  14. Champollion le Jeune, Jean-François, Notice descriptive des monuments égyptiens du musée Charles X, Paris, 1827, p. 58 (sous le n° D 39). []
  15. Pierret, Paul, Description sommaire des salles du musée égyptien, nouvelle édition, Paris, 1895, p. 75-76. []
  16. La partie supérieure a été acquise par la Société des amis du Louvre en 1962. []
  17. Merci à l’obligeance de M. Christophe Barbotin pour cette précision. []
  18. Bénédite, Georges, « Le couteau de Gebel el-ʿArak. Étude sur un nouvel objet préhistorique acquis par le musée du Louvre », Monuments et mémoires de la fondation Eugène Piot 22, 1916, p. 1-34. []
  19. Cf. « Le quotidien du Louvre dans les années 1900 », 3 mars 2019. []
  20. Bénédite, Georges, « Scribe et babouin. Au sujet de deux groupes de sculpture égyptienne exposés au musée du Louvre », Monuments et mémoires de la fondation Eugène Piot 19, 1911, p. 10-42. []
  21. Pierret, Paul, op. cit., ; respectivement pl. [12], [13], [14] et [15]. []
  22. Chassinat, Émile, « Une statuette de bronze de la reine Karomama (XXIIe dynastie). Musée du Louvre », Monuments et mémoires de la fondation Eugène Piot 4-1, 1897 , p. 15-26 (voir p. 18). []
  23. Lintz, Yannick et Bresc-Bautier, Geneviève (dir.), Histoire du Louvre, Paris, 2016, t. 2, « Un musée pour la République (1871-1918) », p. 291-273 ; t. 3, « Le département des antiquités égyptiennes », p. 80-84). []
  24. C’est sans doute cinq ans plus tard que Boreux a souligné cette entrée, alors qu’il venait de signaler la signature du traité de Versailles et de noter un renvoi à la date de la déclaration de guerre ; à ce renvoi à la page du 28 juin 1919 répondait irréprochablement un autre à celle du 3 août 1914. []
  25. Au musée Guimet par exemple, public depuis 1885, mais seulement rattaché aux musées nationaux en 1927, la mise à l’abri des collections n’intervint qu’à la fin du mois d’août, devant la menace des bombardements (archives conservées à la bibliothèque du musée Guimet, « Guimet, Émile », lettre du directeur Émile Guimet à Alexandre Moret du 31 août 1914 : « Les aéroplanes jettent des bombes dans Paris. Je voudrais mettre en sûreté quelques objets. »). []
  26. Archives nationales, 20150044/36, rapport de Bénédite au directeur des musées nationaux, 14 août 1914. []
  27. Barbier, Muriel et al., loc. cit. ; Pottier, Edmond, op. cit., p. 5. donne comme date le 25 août, mais ce ne peut être exact, puisque le comité des conservateurs officialisa son opposition au projet lors de la séance du 24 août (Archives nationales, 20150157/38 avec les procès-verbaux numérisés). []
  28. Le 26 est donné par Barbier, Muriel et al., loc. cit. ; le 28 par Pottier, Edmond, op. cit., p. 5. et Maingon, Claire, Le musée invisible. Le Louvre et la Grande Guerre, Paris, 2016, p. 48 []
  29. « Musée du Louvre, caisse 15 » sans doute. []
  30. Bénédite rapporte de même, dans son rapport du 28 septembre (Archives nationales, 20150044/36), que la caisse a été remise le 2 septembre à Migeon, conservateur du département des objets d’art, « pour être jointe à l’envoi de ce département à Toulouse. » []
  31. Archives nationales, 20150044/30, pochette 1, dossier « Envoi de 1914 » []
  32. Pottier, Edmond, op. cit. []
  33. Archives nationales, 20150044/30, pochette (1), dossier « État des voitures et des caisses ». []
  34. Ajout du 30 juin 2019 : “Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (2)“. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


2 réponses sur “Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.