Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (2)

Après avoir décrit les mesures d’urgences prises en août 19141, suite et fin de mes repérages sur la vie des galeries égyptiennes du Louvre pendant la grande Guerre : le quotidien du musée pendant le conflit.

Deux sources principales nous permettent d’entrevoir le déroulement des événements : le carnet tenu par Charles Boreux2, et les rapports réguliers transmis par le conservateur Georges Bénédite à son supérieur direct, le directeur des musées nationaux3. On trouve aussi des informations précieuses dans les dossiers qui concernent les évacuations des collections (et les projets inaboutis)4.

Le département s’installe dans la guerre

La guerre avait désormais commencé. C’était le début d’une vie au ralenti5, à l’arrière, dans des conditions de fonctionnement critiques (sur les 180 gardiens habituels, seuls 78 n’avaient pas été mobilisés6).

Dès septembre 1914, Boreux décrivait cette nouvelle phase dans son carnet :

Jeudi 3 à jeudi 24 septembre 1914 : “La vie du Département s’est trouvée suspendue à peu près complètement. Nous avions commencé à faire aménager une resserre contigüe à la salle du Chien7, dans laquel comptant la murer après y avoir entreposé une sélection d’objets pris dans les vitrines de nos salles du 1er Etage : mais le Ministre de l’Instruction publique et le sous-secrétaire d’Etat des Beaux Arts nous ayant défendu d’employer ce procédé (nous avons l’ordre, en cas d’invasion allemande, de présenter les objets qu’on pourrait nous demander : nous pouvons seulement mettre un certain nombre d’objets à l’abri du bombardement et, si on vient les demander, les présenter en expliquant pour quelle raisons nous les avons déplacés : mais nous ne devons pas dissimuler d’objet, tout au moins les dissimuler dans des conditions telles que nous ne puissions les présenter immédiatement) – Nous avons donc laissé nos vitrine dans l’état où elle se trouvaient après que nous en avions, pour les soustraire aux risques du bombardement, retiré un certain nombre d’objets que nous avions entreposés dans la resserre de la salle des Colonnes et dans celle de la salle des objets votifs.”

Cette initiative du personnel désavouée par le gouvernement, pour désamorcer tout risque de dérapage dans l’éventualité de l’investissement de Paris par les troupes allemandes, est également décrite par le rapport sur le déroulé du mois de septembre 1914 adressé par Bénédite au directeur : “Les dispositions que j’avais fait prendre en vue de cacher dans des abris maçonnés après coup les antiquités à soustraire à l’ennemi ont été suspendues, en conformité des ordres donnés par le sous-secrétaire d’Etat et depuis ce moment le département reste dans l’attente d’événements décisifs pour réorganiser les collections”8. L’évocation de cette initiative de dissimulation, inédite à ma connaissance, est particulièrement intéressante et complète bien l’anecdote rapportée par Pottier d’un ministre saluant le personnel du musée en l’enjoignant à ne pas opposer la moindre résistance9.

Après les alarmes d’août et les premières évacuations d’objets (limitées, nous l’avons vu, pour les antiquités égyptienne), puis les entreprises contrariées de septembre, les ouvriers et les marbriers restés disponibles furent employés à des travaux d’aménagement dans la salle du mastaba. Il semble cependant y avoir eu quelque relâchement dans les consignes de sécurité, comme nous l’apprend un nouveau rapport de Bénédite : “Parmi les mesures de protection contre l’éclatement des bombes des aviateurs allemands figure la fermeture permanente des volets des salles Charles X au 1er étage. Depuis plusieurs semaines il y a eu un peu de relâchement dans cette mesure. Le brigadier ou l’agent en surveillance dans la salle des Colonnes ouvre pour lire plus commodément son journal les volets de la grande baie. L’éclairage de cette salle par les impostes des trois fenêtres qui ne sont pas aveuglés est suffisamment (sic) et j’insiste pour que les volets de la baie centrale restent constamment fermés.”10

Dans les derniers mois de 1914, le travail se poursuivait donc, avec la préparation d’une salle de l’Ancien Empire à la place de l’ancienne salle du Mastaba, et les déplacements d’objets qui en découlaient. L’École du Louvre assurait toujours son enseignement11, et lorsque Bénédite était empêché par une crise de rhumatisme, Boreux assurait la marche du département12.

Collègues et visiteurs pendant la fermeture

Ces mois de travail à effectif réduit, dans un musée fermé, furent inévitablement ponctués de nouvelles du front, parfois tragique ; Boreux nota sobrement, le 17 février 1915 : “Mr Jean Maspero a été tué le 16 février à l’attaque de Vauquois.”

Carnet de Boreux, 17 février 1915 : annonce du décès de Jean Maspero. (Archives nationales 20144775/5, 3e carnet).

Jean Maspero

Image : Wikimedia Commons.

Fils de Gaston Maspero, Jean était devenu byzantiniste et travaillait régulièrement au Louvre sur les collections coptes. Boreux avait noté sur son carnet le vendredi 12 décembre 1913 “M. Jean Maspero est nommé attaché temporaire au Musée du Louvre, avec mission de faire le catalogue des objets provenant des fouilles Chassinat à Baouit. Il est entendu qu’il commencera son travail en janvier 1914.” L’information de son décès semble avoir circulé très vite, puisque c’est le 17 février qui a été retenu comme date de décès dans la fiche remplie par l’administration militaire pour transmission à l’état civil et sur sa fiche matricule (il est aussi possible que Boreux ait complété l’entrée du 17 février a posteriori).

Documentés par le carnet de Boreux, des épisodes moins douloureux continuent toutefois d’animer le quotidien hagard de l’institution, malgré la fermeture :

Vendredi 5 mars 1915 : “Le tambour de colonne méroïtique, choisi par M. Bénédite à Londres en juillet dernier (cf samedi 25 juillet 1914) et parmi les objets provenant des fouilles Garstang, et qui n’avait pu, à cause de ses dimensions, être compris dans les objets de même provenance envoyés au Louvre le 4 août dernier (cf à cette date) nous est parvenu aujourd’hui. C’est M. Garstang, venu en France pour prendre du service dans une infirmerie de la Croix Rouge Anglaise, qui l’a apporté avec lui. A cause du blocus de la Manche il M. Garstang est venu d’Angleterre par l’Atlantique et le détroit de Gibraltar, et c’est de Marseille que le tambour en question nous a été expédié en fin de compte.13

Mardi 16 mars 1915 : “Reçu la visite de M. Ganne 26 rue Pasquier venu en qualité d’ami de M. Terzy, “riche Egyptien (?)” demeurant 56 route de Croissy au Vesinet, nous transmettre une demande de celui-ci. M. Terzy, qui possède un Osiris acéphale “de grandes dimensions, en pierre” aurait été heureux que nous pussions lui céder une tête pour mettre dessus”. J’ai répondu à M. Ganne que nous étions le Musée et non pas le magasin du Louvre, et que nous ne nous chargions pas des réassortiments. Et comme il insistait, je lui ai donné le conseil de faire mouler son Osiris, et d’envoyer le moulage aux marchands du Caire, qui lui trouveront peut-être chaussure à son pied, en l’espèce tête à son torse.”

Vendredi 28 mai 1915 : “Reçu Melle Carof 13 rue Remilly à Versailles, adressée au Louvre par Monsieur Moret conservateur au Musée Guimet. Melle Carof, qui désirait prendre pour sujet d’un conte les amours d’Amenophis V et de la chanteuse d’Amon figurée sur la toile [espace laissé blanc] de notre Musee, souhaitait de voir cette toile auparavant. J’ai dû lui démontrer qu’Amenophis V n’avait jamais existé que dans l’imagination de Révillout.”

Outre ces sollicitations profanes, plusieurs savants s’accommodent de la situation pour poursuivre leurs études et rester en relation avec leurs collègues. Ainsi, le rapport de Bénédite du 16 janvier 1915 mentionne l’intention de “M. Jouguet, professeur à l’Université de Lille d’occuper ses loisirs forcés à Paris en venant travailler sur notre collection de papyrus grecs.”

Le musée réalise même quelques acquisitions, notamment une tête de jeune fille de la XVIIIe dynastie donnée par Joanny Peytel et une statuette féminine ramesside14.

Les entrées du carnet de Boreux s’interrompent alors pour un certain temps, puisqu’il fut lui-même mobilisé entre le 23 juin 1915 et le 11 janvier 191915. Bénédite en informe sa hiérarchie dans une note :

“J’ai l’honneur de vous informer que M. Boreux est appelé à partir d’aujourd’hui par l’autorité militaire pour être versé dans la 20eme section des secrétaires d’Etat Major. Le Département Egyptien est donc réduit, sous le rapport du personnel, à moi seul.”16

Outre les quelques visites qui marquèrent de loin en loin la vie du département, Bénédite indiquait de temps en temps les nouvelles qu’il recevait de Boreux dans ses rapports :

“Au cours du mois écoulé, je n’ai à signaler que la visite de M. Lacau, directeur général des Antiquités de l’Egypte venu le 25 août pour me consulter sur quelques détails d’organisation de mon département et d’autres sur la marche des services des Musées nationaux. Il a beaucoup apprécié le type de vitrine que nous avons adopté depuis quelques années et m’a manifesté le désir d’en prendre modèle pour la transformation du matériel du Musée du Caire.

M. Boreux me donne de temps à autre de ses nouvelles. Bien que versé dans le service armé, il ne me paraît pas avoir encore de situation militaire bien définie, son étant de santé intervenant à tout moment pour le faire exclure des exercices les plus fatigants. Il serait à souhaiter qu’il fut (sic) versé dans les auxiliaires et rétabli à Paris, c’est à dire à notre portée.”17

“J’ai reçu une lettre de M. Boreux m’informant de son passage dans la réserve de l’armée territoriale, mais sans aucun changement de garnison.”18

Le retour passager de Boreux, sans doute en permission, est mentionné dans le rapport du 16 janvier ; sans pouvoir reprendre son service au département, il fut tout de même mis à contribution, puisqu’il prépara les papyrus que devaient étudier Pierre Jouguet et l’helléniste Bernard Haussoulier, ainsi que son élève Germaine Rouillard. Bénédite ne s’arrêta d’ailleurs pas à manifester son souhait de pouvoir le rappeler “à portée”, puisque nous allons voir qu’il réclama formellement son retour pour l’aider dans les mesures d’urgences de 1918.

Voici donc la situation telle que l’exposa Bénédite dans un rapport adressé au directeur à la fin de l’année 191519 :

“L’année qui vient de s’écouler n’a pas été perdue pour le département des Antiquités Egyptiennes. Privé à la date du 23 juin 1915 de mon collaborateur M. Ch. Boreux, dont l’activité et le zèle et le vous sont connus, j’ai pu néanmoins faire face à moi seul à la marche des affaires habituelles simplifiées d’ailleurs par la cessation de nos relations avec le monde des marchands d’antiquité et les visiteurs des collections qui viennent jusqu’aux cabinets des conservateurs pour travailler.”

L’année suivante, ce furent les Britanniques Lord Carnarvon (février 1916) et Norman de Garis Davies (mai 1916) qui rendirent visite au département. En octobre, Bénédite évoqua également sa correspondance avec Georges Foucart :

“Rien à signaler au cours du mois écoulé, si ce n’est une lettre de M. G. Foucart, directeur de l’Institut archéologique du Caire me demandant de lui préciser la part d’intérêt que prend mon département au produit des fouilles d’Abou Roach entreposé au siège de cet institut au Caire. Je l’ai libéré de toute obligation avec nous pour lui permettre de faire la répartition qu’il projette entre les musées de municipalités et d’universités. La crème de cette trouvaille nous a déjà été attribuée et se trouve encore en caisses dans nos magasins, au Musée.”20

Les locaux et les collections

En ce qui concerne l’état des salles et des collections, si les carnets de Boreux donnent quelques indications, ce sont les rapports de Bénédite qui sont les plus complets et, même s’ils deviennent rares à partir de 1917, ils permettent de documenter la période de mobilisation de Boreux.

Préoccupations météorologiques

Pendant cette période, le climat est une préoccupation constante des rapports de Bénédite. Il s’inquiète ainsi du froid dans les bureaux en février 1915 : “J’ai appris que plusieurs de mes collègues se plaignaient du froid dans leurs cabinets. S’ils ont la même température que celle que j’obtiens de mes deux radiateurs ouverts, ils sont vraiment fondés à se plaindre. Depuis plusieurs jours j’arrive péniblement à 12 °. J’en constate 11 ° 1/2 à 4 heures moins le quart. Je tends mon casque comme Bélisaire pour avoir deux degrés de plus.”21

Cependant, c’est surtout la salubrité des salles du musées qui le préoccupent, au fil de ses rapports, ainsi que l’état matériel des collections :

1er mai 1915 : “L’élévation brusque de la température [“détermine” ?] en ce moment un grand déséquilibre entre l’air extérieur et l’air intérieur des galeries du Rez de Chaussée qui n’ont pas été chauffées cet hiver. Ces dernières se trouvent être transformées en véritables glacières. Je pense qu’il y aurait lieu, par mesure générale, de faire aérer tout le rez de chaussée. Ce serait un moyen simple et pratique de combattre l’humidité.”

4 mai 1916 : “Au cours d’une visite faite dans cette quinzaine de nos collections de bronze, j’ai constaté l’apparition de l’oxydation pulvérulente sur quelques statuettes que leur état antérieur prédisposait à cet état de dégradation. J’expérimente en ce moment le lavage à [mot rayé] la térébenthine et j’ai observé que les premiers effets de ce lavage étaient satisfaisants. Je poursuivrai l’expérience qui n’est pas encore concluante.

Les monuments en calcaire cachés dans les resserres mises à ma disposition n’ont pas souffert.”

17 mai 1916 : “Rien à signaler dans la quinzaine écoulée. L’aération de mon département se fait convenablement. Je pense qu’il serait bon d’en faire autant aux deux salles de l’Ecole du Louvre qui, non chauffées en ce moment, restent froide pendant que la température de l’atmosphère extérieure s’élève.

G. Bénédite

Je demande l’envoi d’une table et d’une chaise dans la salle du mastaba pour mon travail de catalogue que je vais pouvoir reprendre.”

2 août 1916 : “Le mois de juillet s’est écoulé sans le moindre fait digne d’être signalé. Je passe la plus grande partie de mes après-midi dans la salle du Mastaba occupé à mon catalogue et j’en profite, en ce moment, pour ouvrir à l’air chaud du dehors ce vaste local devenu une glaciaire. Par contre, j’ai constaté que l’aération qu’on avait pratiquée dans la salle Henri IV n’y fonctionne pas régulièrement chaque après-midi. Cela me paraît une erreur bonne à signaler au sous-chef de service.”

Cette préoccupation n’est pas seulement due à ses articulations sensibles, mais manifestement à une conscience aigüe des dangers pour les collections de toute variation climatique trop brusque ou d’une atmosphère malsaine. Il n’est d’ailleurs heureusement pas le seul à s’inquiéter à ce sujet ; on retrouve par exemple une préoccupation similaire dans le rapport adressé à la direction par Gaston Migeon, conservateur des objets d’arts : “J’estime qu’il est indispensable, aussitôt que reprendra le vent du Nord, et les gelées, d’ouvrir plusieurs matins toutes les fenêtres de ces salles [l’étage de la Cour carrée], d’installer de grands courants d’air pour assécher l’atmosphère et assainir. […] Il est de toute nécessité qu’on rallume les calorifères ne serait-ce que 2 ou 3 jours par semaine, surtout par temps humide.”22

Pendant ce temps, la réouverture partielle du musée a été décidée, à deux reprises, de mars 1916 à février 1917 et de mai 1917 à fin janvier 1918, mais seules les salles de sculpture médiévale et moderne étaient concernées23 ; il s’agissait des collections qui n’avaient pas pu être déplacées et qui, incidemment, avait la plus grande résonance “nationale”24.

En 1918, un autre soucis se présenta à nouveau au département : la crainte des bombardements.

1918 : nouvelles inquiétudes causées par les bombardements

Paris fut en effet frappée pendant l’hiver 1918, par avion puis par des pièces d’artillerie à longue portée. Avant même que les canons surnommé “grosses Bertha” par les Français n’entrassent en activité, le musée fut atteint par les ondes de choc consécutives à certains bombardement :

“L’explosion d’hier [15 mars 1918] a eu son retentissement jusque dans mon département. Trois carreaux en belle glace de près d’un centimètre d’épaisseur ont été brisés à la fenêtre la plus à l’Est de la salle contenant des objets funéraires, dénommés couramment dans le musée salle du Chien. L’embrasure de la fenêtre étant dégagée depuis le commencement de la guerre, les éclats sont tombés sur la table du gardien de nuit. J’ai donné l’ordre au s.-chef Champion de dégager toutes les autres embrasure de fenêtre, y compris les [“vitrines vitrées” ?] encore en place.

Je redoute que la mesure ordonnée par téléphone d’ouvrir toutes les fenêtre n’ait des conséquences pour les nombreuses vitrines de tous les départements munies de glaces plus délicates que celles qui sont en place dans le bâtiment.”25

Par précaution, l’administration du musée choisit alors d’exfiltrer de nouvelles pièces hors du palais, cette fois-ci au Panthéon, à Blois et à Fontainebleau vers la mi-mars26 ; en juin, on décida une nouvelle évacuation, aussi complète que possible (et qui comprenait les départements antiques)27.

C’est à ce moment que Bénédite écrivit une note reprenant les mesures essentielles à mener à ses yeux :

“Les mesures de protections prises dans mon département ne l’avaient été qu’en vue des dangers aériens et des risques de bombardement ordinaires. J’ai donc le devoir de vous dire que, si l’on prévoit l’occupation de Paris par l’ennemi, d’autres mesures s’imposent.

Le département égyptien contient un certain nombre de monuments d’une valeur bien supérieur aux tableaux et aux meubles qui constituent l’ensemble des pièces de collection transportées actuellement au château de Blois, valeur non seulement artistique mais vénale. Le scribe accroupi, le buste d’Aménophis IV, les bronzes Posno, les statuettes en bois de Toui, Piaï, Zaï, l’ensemble des objets de toilette (collection unique) la harpe, quelques albâtres, et quelques morceaux de sculpture célèbres devraient être emportés loin de Paris pour supprimer la tentation directe de leur enlèvement immédiat par ordre des autorités militaires et sans la moindre consultation des compétences scientifiques germanique, lesquelles mettraient peut-être quelque scrupule à nous dépouiller, étant donné le culte rendu en Allemagne à la mémoire de Champollion.28 Il y aurait donc lieu de prendre pour les monuments que je viens de mentionner certaines mesures.

à savoir

emballage spécial

transport en des locaux secs et bien aérés.

choix, autant que possible, d’une ville du midi à raison de la susceptibilité des objets en calcaire.

démobilisation provisoire de M. Boreux, attaché auprès du commandant des bureaux de recrutement de Chartres, pour m’assister dans l’exécution de ces mesures.

G. Bénédite

Je n’ai pas quitté mon poste depuis la déclaration de guerre ; je n’ai pris aucune espère ce congé, ni quitté Paris une seule nuit. Je crois que je suis fondé à réclamer une aide dans un moment aussi urgent et aussi difficile.”29

Il est notable que l’évacuation des objets soit demandée ici par Bénédite ; celle de septembre 1914 avait été imposée par le gouvernement à l’encontre des délibérations des conservateurs. La réclamation du retour de Boreux ne semble pas avoir eu de suite. Trois semaines plus tard, cependant, le rapport du 29 juin indique que la mise en caisse avait commencé. Les événements allaient néanmoins modifier le projet, à la nouvelle que des moisissures s’étaient développées dans une partie des caisses utilisée pour l’évacuation des collections à Toulouse. Aussi Bénédite suspendit-il l’opération ; il voulut procéder à un examen complet des caisses qui avait été préparées. Par chance pour nous, il eut donc à justifier de sa décision auprès de sa hiérarchie :

“Palais du Louvre, le 24 juillet 1918

A Monsieur le Directeur des Musées nationaux

Actuellement la situation des Antiquités du Département Egyptien pour lesquelles certaines mesures devaient être prises est la suivante :

Quatorze caisses étaient prêtes à partir le Dimanche 7 juillet. Elles contenaient les pièces mises en réserve et destinées à former l’envoi pour lequel 18 à 20 caisses avaient été prévues, à l’exception de la Stèle du Roi Serpent dont l’enlèvement avait été retardé et du buste d’Akhounaton que des scrupules inspirés par la fragilité de la matière m’ont fait retenir.

J’attendais l’avis d’avoir à livrer ces antiquités aux représentaient du Garde-Meuble National, quand j’ai été informé de l’incident du foin survenu à Toulouse. J’ai immédiatement prévenue la maison Chenue d’avoir à se mettre à ma disposition pour un réemballage. Je m’étais réservé de lui en fixer le moment. Les détails qui m’ont été rapportés relativement à l’emballage des objets de M. Migeon et qui incriminent autant le bois des caisses que le mélange de foin fraîchement coupé au foin sec, m’ont préservé de toute précipitation.

J’ai mis mon envoi en observation et je n’ai jusqu’à présent rien constaté qui ressemble à de la fermentation. La caisse du Scribe, en particulier, la seule qui m’ait été fournie par l’extérieur (toutes les autres étaient dans le département depuis plusieurs années) est presque à claire-voie et il ne s’en dégage aucune odeur suspecte. Il faut tenir évidemment compte de ce que ces caisses n’ont pas quitté le Louvre et ont évité de ce fait les grandes variations de température.

Cette attente a eu un autre avantage. La situation militaire s’est sensiblement modifiée et les craintes qui jusqu’à présent avaient dicté des mesures d’urgences n’existent plus. J’ai donc devant moi le temps nécessaire pour ne rien laisser au hasard et surtout pour exercer ma prévoyance dans un sens plus général c’est-à-dire en ne perdant pas de vue les risques qui tiennent à des causes autres que celles créées par les armées ennemies.

Au premier plan se place la perspective d’un nouvel hiver sans chauffage. L’expérience du dernier hiver a été concluante dans mon département. Un certain nombre de pierres sculptées ou gravées se sont couvertes d’efflorescences. J’ai dû à diverses reprises lutter contre ce salpétrage. Mais ce qui a le plus souffert, ce sont les bronzes et malheureusement les pièces principales de la collection. Les trois bronzes Posno, la statuette de Karomama et quelques unes des plus jolies statuettes de divinités ont été plus ou moins attaquées de cette oxydation galeuse qui est une véritable maladie du métal. Cet état de choses est très regrettable. A ce seul point de vue le départ de mes caisses dans le Midi peut encore être envisagé comme une mesure de prévoyance. Mais, j’insiste beaucoup sur ce point, la région Provençale et Languedocienne me paraît infiniment mieux indiquée que celle de Toulouse dont les isothermes d’hiver se rattachent au climat septentrional de la France et non à la Méditerranée. Les Antiquités de mon département qui sont pour une bonne part d’une nature délicate trouveront une plus complète sécurité dans un simple Musée Municipal offrant certaines garanties à prévoir, si ce musée est par exemple celui de Marseille (Boréllily), celui de Nîmes (Maison-Carrée, particulièrement abrité contre l’incendie) ou celui de Montpellier. On peut ajouter à cette petite liste Arles et Avignon.

Rien ne presse pour le moment. La question me paraît devoir être étudiée avec soin et je crois que si elle est résolue dans le sens que j’indique, une mesure très efficace aura été prise pour atténuer les inconvénients inhérents à l’hiver. Est-il utile d’ajouter qu’il n’est pas une municipalité qui ne se passe un point d’honneur d’abriter avec le plus grand son des pièces de collection appartenant à notre grand musée national ?

Le Conservateur des Antiquités Egyptienne

Georges BENEDITE”30

Les soupçons de contamination de ces collections permirent donc à Bénédite de suspendre l’opération et de prioriser tous les risques en présence ; celui de la prise de Paris et des bombardement diminuant, les aléas climatiques devenaient la principale menace. Le dossier contient un courrier qui nous apprend que cette suggestion avait été transmise deux jours plus tard par le directeur au sous-secrétariat d’État des Beaux-Arts, qui valida le projet après avoir consulté le préfet des Bouches-du-Rhône. À la fin du mois d’août, Bénédite pouvait s’en féliciter tout en soulignant auprès du directeur qu’il s’était assuré auprès de l’administration centrale que le caractère de non-urgence de la situation était admis. Cela lui laissait tout le temps nécessaire pour s’assurer de l’état sanitaire de ses caisses :

1er août 1918 : “Rien à signaler en dehors de mon intention de faire ouvrir cette semaine quelques caisses – et s’il y a lieu toutes – de mon envoi qui attend toujours et qui, jusqu’à présent, ne laisse passer aucune odeur suspecte.”

17 août 1918 : “Au cours de la quinzaine écoulée, les 14 caisses caisses (sic) d’antiquités égyptiennes préparées pour l’évacuation ont été ouvertes et visitées en ma présence par M. Chenue. L’examen du foin employé pour l’emballage a été très minutieux et n’a rien révélé d’anormal. L’intérieur des caisses avait conservé son état premier de siccité. J’ai tenu à ce que cette vérification fut (sic) complète pour le Scribe accroupi et, non seulement la matière d’emballage, mais le monument lui-même ont été l’objet d’un examen sévère. Le monument était parfaitement sec et sans la moindre trace de moiteur.

Les caisses ont été remises en état et reclouées et sersont prêtes à partir dès que les circonstances l’exigeront.”31

Les momies de bélier hors des vitrines sur le palier de l’escalier du Midi en 1918 (Agence de presse Meurisse, Gallica).

Sans doute pour le mieux, ces caisses ne devaient en fait jamais partir.

La fin du conflit

Le 15 janvier 1919, trois jours après la réouverture au public de quelques salles du département32 Boreux reprit son service au Louvre ainsi que la minutieuse tenue de son carnet ; voici le début de l’entrée du jour de son retour :

“Recommencé, à partir de cette date, à réinstaller le département (travail consistant surtout, au début, à déballer les caisses dans lesquelles M. Bénédite avait fait mettre en juin 1918, pour les expédier à Blois, les objets les plus précieux de notre collection égyptienne. Ces caisses, en réalité, n’avaient pas été expédiées en fin de compte, et n’avaient jamais quitté la salle des Colonnes). Préparé en même temps notre participation à une exposition, dans la salle La Caze33, des objets entrés au Louvre pendant la guerre par achats, dons ou legs. Cette exposition s’est ouverte le 10 février.”

La vie reprit son cours, et le musée rouvrit progressivement. Fin mars, ce furent de nouvelles salles égyptiennes34,  puis les derniers espaces encore fermés :

Lundi 14 avril 1919 “Nous avons rouvert (à l’occasion de l’inauguration de la salle Aronati-Visconti) tout notre musée Charles X – Il sera rendu au public à partir de demain 15 – Tout le Département Egyptien35 se trouve ainsi rouvert dans les mêmes conditions qu’avant la guerre (à l’exception de la salle du Mastaba36, encore fermée pour des raisons de manque de gardiennage).”

Et finalement, sept mois après l’armistice :

Carnet de Boreux, 28 juin 1919 : signature du traité de Versailles (Archives nationales, 20144775/5, 4e carnet).

Samedi 28 juin 1919 : “L’Allemagne a signé à Versailles le traité de paix à elle imposé par les Alliés.”

Boreux ne laissa manifestement pas l’émotion le priver du soin qu’il met à tenir son carnet et nota un renvoi à l’entrée du 3 août 1914, où il consignait la déclaration de guerre de l’Allemagne à la France, dotant cette même entrée d’un renvoi à celle du 28 juin 1919. Il se laisse cependant aller à signaler ces deux entrées historiques d’un soulignement au crayon bleu, et sa formulation explicite de la position inférieure de l’Allemagne laisse sans doute deviner sa satisfaction.


Les documents dispersés dans le fonds des archives des Musées nationaux permettent finalement de suivre assez finement le déroulé des opérations causées par la guerre.

Malgré les inquiétudes, le département n’eut pas à déplorer de pertes matérielles pendant la période, en dépit des mouvements imposés aux collections. L’attention portée par Bénédite au contrôle climatique des salles et de l’état sanitaire des collections est remarquable.

Les traces que nous avons repérées du déroulement des opérations mettent aussi en évidence le cloisonnement important des différents départements, malgré les consignes communes. Sans que la collaboration “transversale” soit impossible (notamment lors de la mise en caisse d’urgence d’août 1914), les collections restaient gérées séparément, et chaque département avait à mettre à l’abri ses pièces dans les locaux qui lui appartenaient, principalement avec ses ressources matérielles et humaines propres. Quant à la détermination des objets à mettre à l’abri en priorité, elle semble être restée à la discrétion des conservateurs de chaque département, après tout les mieux placés pour prendre cette décision.

Il semble toutefois que Bénédite ait pu bénéficier de bien plus de latitude dans sa gestion de la crise que ses collègues des départements modernes et contemporains. Le gouvernement n’intervint ainsi pas spécifiquement pour décider de la marche à suivre pour protéger les collections égyptiennes, contrairement notamment aux peintures. C’est vraisemblablement le caractère technique et spécialisé des départements antiques (égyptien et oriental) qui le leur épargnèrent, alors que le sous-secrétaire d’État pouvait écrire plus tard :  “Je connais bien le musée : aussi me fut-il assez facile d’établir en peu de temps une liste de 710 toiles que j’estimais devoir être mises en sécurité.”37.

Quoi qu’il en soit, les inquiétudes traversées par le musée pendant la guerre et les revirements de prises de décisions, les ordre d’évacuation donnés pour être contestés et annulés au dernier moment, imposèrent la nécessité d’un plan d’évacuation d’urgence plus rigoureux ; à la Seconde Guerre mondiale, les services l’avaient préparé, et une part importante des collections fut envoyée dans le Sud-Ouest. Mais c’est une autre histoire…

  1. Voir “Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1)“, 9 juin 2019. []
  2. Archives nationales, 20144775/5 []
  3. Archives nationales, 20150044/36-37 ; ces rapports sont censés être bihebdomadaires depuis le vol de la Joconde, mais leur régularité se fait très variable. En 1917 par exemple, on n’en compte que trois de conservés pour le département des antiquités égyptiennes. []
  4. Archives nationales, 20150044/31. []
  5. Je n’ai pas été en mesure de trouver la date exacte à partir de laquelle le musée a été fermé au public, mais elle peut vraisemblablement être fixée au 2 août, avec la mobilisation d’une partie importante du personnel. []
  6. Pottier, Edmond, Le musée du Louvre pendant la guerre 1914-1918, 1919, p. 9 []
  7. La première salle de l’enfilade Charles X depuis l’escalier du midi, à la jonction de l’aile sud de la Cour carrée et du pavillon du midi ; elle est aujourd’hui consacrée au début de l’époque ramesside. []
  8. Archives nationales, 20150044/36, rapport du 28 septembre 1914. []
  9. Cette anecdote a cependant un ton plus piteux, il est vrai : “Faites de votre mieux. J’espère que nous reviendrons bientôt. Inutile d’ailleurs de vous faire fusiller : vous n’êtes pas belligérants et vous devez vous incliner devant la force.” (Pottier, Edmond, op. cit., p. 10.) Mais ces paroles sont rapportées en 1919 et traduisent sans doute aussi la dépréciation des responsables politiques repliés dont les concitoyens ont pu se sentir abandonnés. []
  10. Archives nationales, 20150044/36, rapport du 15 octobre 1914. []
  11. Archives nationales, 20150044/36, rapport du 3 décembre 1914 : Bénédite réclame la rouverture de la porte Lefuel ; son rapport du 16 novembre 1915 évoque également l’impression des affiches d’annonce des cours, afin que les auditeurs puissent s’inscrire. []
  12. Archives nationales, 20150044/36, rapport du 19 décembre 1914. []
  13. Le rapport de Bénédite au directeur du 16 mars 1915 (Archives nationales, 20150044/36) évoque également cette affaire. []
  14. Maingon, Claire, Le musée invisible. Le Louvre et la Grande Guerre, Paris, 2016, p. 141. []
  15. Archives de Paris, D4 R1 797, matricule 838 Boreux, Charles : même s’il avait auparavant été réformé pour sa mauvaise vue, il semble avoir été affecté à la 20e section de secrétaires d’état-major (lui-même note dans le carnet “20e division SEM”, du 23 juin 1915 au 20 juillet 1915) ; puis au 102e régiment d’infanterie, sur le front de l’Est ; à partir du 16 octobre 1915, il n’est plus considéré dans l’armée active et en campagne (aucune blessure ni convalescence n’est mentionnée sur sa fiche matricule ; peut-il est-il réaffecté au secrétariat de l’état major ? il ne reprend en tout cas pas ses fonctions au Louvre) ; il est démobilisé le 11 janvier 1919. []
  16. Archives nationales, 20150044/36, note de Bénédite au directeur, 23 juin 1915. []
  17. Archives nationales, 20150044/36, rapport de Bénédite, 1er septembre 1915. []
  18. Archives nationales, 20150044/36, rapport de Bénédite, 15 octobre 1915. []
  19. Archives nationales, 20144775/2. []
  20. Archives nationales, 20150044/37, rapport de Bénédite, 5 octobre 1916. []
  21. Archives nationales, 20150044/36, rapport du 2 février 1915. []
  22. Archives nationales 20150044/30, dossier 4, rapport de décembre 1915. []
  23. Pottier, Edmond, op. cit., p. 11 et Barbier, Muriel et al., « Le Louvre durant la Première Guerre mondiale », dans Lintz, Yannick et Bresc-Bautier, Geneviève (dir.), Histoire du Louvre, t. 2, Paris, Louvre, 2016, p. 365-366. []
  24. Michel, André, “Réouverture des salles de sculpture française au musée du Louvre”, Journal des débats politiques et littéraires, 28 février 1916, p. 3. []
  25. Rapport de Bénédite, 16 mars 1918. []
  26. Pottier, Edmond, op. cit., p. 12-13. []
  27. Pottier, Edmond, op. cit., p. 14 et Barbier, Muriel et al., loc. cit. []
  28. Cette délicatesse prêtée par Bénédite à ses confrères allemands est remarquable dans le contexte de discrédit international qui frappait ceux-ci depuis le déclenchement du conflit ; voir Gady, Éric, “Le regard des égyptologues français sur leurs collègues allemands, de Champollion à Lacau“, Revue germanique internationale 16, 2012, p. 150-170. []
  29. Archives nationalles, 20150044/30, rapport du 6 juin 1918. []
  30. Archives nationales, 20150044/31, dossier 3, pochette “Marseille”. []
  31. Archives nationales 20150044/37, rapport de Bénédite au directeur. []
  32. Maingon, Claire, op. cit., p. 163 : les salles “des tombeaux égyptiens” (?). []
  33. Ancienne salle dite “des États”, c’est aujourd’hui la salle des bronzes. []
  34. Maingon, Claire, op. cit., p. 164 : les salles égyptiennes sont énumérées parmi plusieurs salles “totalement neuves”, malheureusement sans source détaillée ; il s’agirait vraisemblablement de la salle du Moyen Empire formée à partir des pièces d’Assiout déplacée de l’ancienne salle du Mastaba. []
  35. Une partie des salles du “Vieux Louvre”, c’est-à-dire de la Cour carrée, avait rouvert dès le 11 janvier : Pottier, Edmond, op. cit., p. 17 []
  36. Alors dans le pavillon des Sessions, au-delà des guichets. []
  37. Dalimier, Albert, “Le déménagement du Louvre”, Lectures pour tous, 15 octobre 1915, p. 141. Cette déclaration fut faite a posteriori, dans la presse, et n’exclut peut-être pas une certaine suffisance à décrire ainsi la familiarité entretenue par le politicien avec les grands maître ; il faudrait croiser ce témoignage avec les archives du département des peintures pour établir le rôle des conservateurs dans l’élaboration de cette liste. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


2 réponses sur “Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (2)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.