Transcrire l’égyptien ancien

L’« yod égyptologique » a été cette année intégré au standard Unicode1 ; il s’agissait du dernier symbole de translittération égyptologique qui y manquait et il pourra désormais être identifié par un code partagé par les polices de caractères informatiques. Cela me fournit le prétexte à revenir sur l’histoire de cet étrange alphabet servant à noter les sons de l’égyptien ancien.

L’alphabet de translittération qui fait aujourd’hui consensus : Gardiner, Alan Henderson, Egyptian Grammar: Being an Introduction to the Study of Hieroglyphs, 3e éd., Griffith Institute, Oxford, 1957, p. 27.

La translittération égyptologique utilisée dans les publications présente de nos jours un système étonnant, qui déroute autant par son ordre alphabétique que par le choix des caractères cabalistiques qui le composent.2

En effet, dès l’origine, la publication des inscriptions hiéroglyphique posait des difficultés. Pour éviter les coûts d’impression, ou tout simplement pouvoir commodément citer et commenter les termes égyptien au fil du texte, les égyptologues ont tout de suite adopté des systèmes de substitution. Il a néanmoins fallu attendre plusieurs décennies pour qu’un consensus se dégage.


N.B. Pour alléger la présentation, les citations hiéroglyphiques seront remplacées par la translittération (selon le système moderne) des signes, en italiques et entre crochets.

Les difficultés de la transcription hiéroglyphique

Absence d’autorités et pratiques individuelles

L’élaboration de standards de publication dépend largement de l’existence de textes de référence. Dans le domaine linguistique, ce sont les grammaires et les dictionnaires qui donnent le ton. Les principes de l’écriture hiéroglyphique n’avaient été exposés par Champollion qu’en 1822 dans la fameuse Lettre à M. Dacier3. Champollion n’en était encore qu’aux prémices de ses travaux sur la langue égyptienne ; il mourut avant de pouvoir publier sa Grammaire4, qui parut à titre posthume par les soins de son frère aîné, Champollion-Figeac, en 1836. Il fallut encore plusieurs décennies pour qu’une quantité suffisante d’inscription fussent publiées et traduites et qu’on envisageât la rédaction de lexiques. Chaque savant qui étudiait la langue égyptienne devait alors se créer son propre répertoire qu’il enrichissait au fil de ses recherches et dépouillements5.

Ces méthodes individuelles et artisanales, si elles permettaient à chacun d’améliorer son système selon ses besoins et ses propres habitudes, n’aidaient évidemment pas à l’adoption de normes communes à la communauté égyptologique. Il existait d’autres complications liées aux écritures égyptiennes elles-mêmes.

Des systèmes graphiques équivoques

L’établissement d’un système de translittération dépendait avant tout de l’identification de chacun des phonèmes de la langue égyptienne, qui a évidemment varié dans l’histoire de l’égyptologie, et notamment au début de ses développements, au cours du XIXe siècle.

Par ailleurs, étant donné que la phonologie égyptienne a bien évidemment changé au cours des siècles, il n’était pas facile d’attribuer une valeur à un signe alors que sa prononciation s’est confondue ou différenciée avec d’autres à des moments variables ; les distinctions phonologiques qui pouvaient être établies à partir de certains texte n’avaient pas forcément lieu d’être à une autres époques. Le timbre des voyelles (ou semi-voyelles) s’est révélé particulièrement flottant, et les longues hésitations qui ont conduit à l’adoption de signes particuliers (aleph, ʿayn et yod qualifiés d’« égyptologiques », dont il sera question ici) témoignent de l’incertitude des linguistes.

D’autre part, le système hiéroglyphique permettait d’écrire un mot de manière plus ou moins ramassée, ou bien d’ajouter des signes redondant ; l’ordre des signes ne correspond en outre pas toujours à l’articulation du mot, à cause de facteurs culturels (l’antéposition honorifique) ou esthétiques (le regroupement des signes en cadrats). Il n’est donc pas toujours aisé de déterminer la structure d’un mot, à moins de bénéficier de suffisamment d’occurrences pour être certain que sa graphie n’est pas perturbée par un changement ponctuel. Un article de Chabas, détaillant les avantages et les inconvénients de la transcription, décrit ces ambiguïtés :

« Cependant il y a lieu de remarque que, pour les égyptologues exercés, cette transcription est inutile puis qu’ils [sic] ont le texte sous les yeux, sauf dans le cas où il s’agit de signes nouveaux ou de valeurs nouvelles pour des signes connus ; mais ces cas spéciaux méritent et réclament des explications séparées et des justifications pour lesquelles la simple transcription est insuffisante.

À l’égard des personnes étrangères à la science ou des débuta[nts], la transcription est commode comme un exercice continu de lecture ; elle habitue à lire couramment les hiéroglyphes usuels, mais ce n’est pas là toutefois qu’il convient de faire ses premières armes, si l’on ne veut pas se créer des idées très fausses sur une foule de points essentiels.

Il faut d’abord tomber d’accord sur un point fondamental : Transcrira-t-on servilement les lettres qu’on trouve figurées, ou bien représentera-t-on avec leurs éléments naturels les mots égyptiens qu’on reconnaît dans des formes abrégées ou surchargées ? Par exemple, et puisque Klaproth nous a mis sur la voie de cette citation, quand on rencontre [nsw.t], et avec le sens roi, transcrira-t-on ⲥⲟⲩ, ⲥⲟⲩⲧ, ⲥⲟⲩⲧⲛ, ou bien ⲥⲟⲩⲧⲛ dans les trois cas indistinctement ? »6

Chabas prend ici un cas d’espère, pour lequel il propose trois variantes de transcription en copte. Le choix même de l’alphabet à privilégier faisait d’ailleurs débat.

Quel alphabet ?

En effet, si le besoin d’un système de substitution aux hiéroglyphes se faisait sentir à tous, encore fallait-il convenir de l’alphabet à utiliser pour simplifier les inscriptions égyptiennes … et les candidats ne manquaient pas.

L’alphabet grec fut le premier à être mis à contribution. Cette solution n’était pas incohérente, puisque les premières études sur la langue égyptienne s’appuyaient surtout sur des formes hellénisées des noms égyptiens (les noms royaux transmis par Hérodote, Strabon et indirectement Manéthon), puis des textes grecs comme le décret de la pierre de Rosette. Outre les publications de Champollion et Young7 qui exploitaient les inscriptions grecques8, ce fut notamment le choix de Henry Salt9, consul britannique en Égypte au début du XIXe siècle. L’utilisation du grec resta cependant marginale et limitée au début du siècle.

L’autre solution qui fut suivie à l’aube de l’égyptologie était l’utilisation de l’alphabet copte. Depuis les recherches de Claude Fabri de Peiresc (1580-1637)10 qui avait émis l’idée que la langue copte, toujours en usage parmi les chrétiens d’Égypte, descendait directement de la langue égyptienne antique, cette hypothèse s’était largement répandue parmi les savants européens, notamment grâce à sa reprise dans les travaux d’Athanase Kircher (1601/1602-1680), luxueusement édités et très largement diffusés par la Compagnie de Jésus. L’hypothèse de cette langue-passerelle servit considérablement Champollion et c’est à son alphabet qu’il eut recours au moment de discuter du lexique égyptien11. Ses disciples commencèrent par suivre son exemple, par exemple comme Wilkinson12 et Chabas13. Voici la justification de ce dernier :

« En un mot, je considère comme absolument irréalisable le problème qui aurait pour objet de satisfaire à l’une ou à l’autre de ces conditions :

1° Représenter approximativement, en lettres européennes, l’écriture hiéroglyphique ;

2° Représenter d’une manière certaine, en lettres européennes, les sons de la langue égyptienne.

C’est ce dernier problème que s’étaient posé les créateurs du copte, et, beaucoup mieux que nous, ils étaient en position de le résoudre ; leur solution a été l’alphabet qu’ils nous ont transmis. Ce que nous avons de mieux à faire, c’est de les imiter. Mais comme, d’une part, la transcription de l’alphabet copte exige encore l’emploi de signes diacritiques ; que, d’un autre côté, l’étude de la langue copte est pour tous une condition indispensable à l’étude de l’égyptien antique, je conclus nettement que le système le plus naturel consiste à appliquer l’alphabet copte à la transcription des hiéroglyphes toutes les fois qu’il s’agira de représenter alphabétiquement les mots de la langue égyptienne dans des dissertations philologiques ; lorsqu’on voudra, au contraire, figurer en lettre européennes certains mots égyptiens, tels que les noms d’individus, de peuples, de villes, ou même quelques mots-types, il conviendra de se servir des lettres de la langue dans laquelle on écrit, en les employant pour leur valeur ordinaire, de manière à rendre le plus distinctement possible la prononciation telle qu’on la conçoit. »14

Il insistait quelques lignes plus loin sur la nécessité pour les égyptologues de maîtriser la langue copte :

« Au surplus, les ouvrages pourvus de citations textuelles, de transcriptions et d’analyses s’adressent exclusivement aux égyptologues ou aux savants qui ambitionnent ce titre ; les uns et les autres doivent bien se persuader que l’étude un peu complète du copte leur est absolument indispensable ; plus ils avanceront dans la connaissance de cette langue et dans celle de l’ancien égyptien, mieux ils apercevront les analogies intimes qui rattachent la langue dérivée à son type antique, et il leur arrivera ce qui m’arrive à moi-même, à savoir : qu’en lisant un texte copte, on se le représente instinctivement en hiéroglyphes, de même qu’en lisant un texte égyptien bien compris, on le rapproche, presque malgré soi, de la forme qu’il aurait en copte. »15

Chabas prenait donc position pour un système exigeant, basé sur la connaissance du copte, pour les travaux de spécialistes ; tout en admettant volontiers la nécessité de transcriptions approximatives pour les textes moins spécialisés, ou dont l’objet n’était pas nécessairement l’étude textuelle. Ces justifications permettent d’évoquer l’importance du bagage linguistique des auteurs, comme celui qu’ils supposent à leurs lecteurs.16

Les alphabets que nous venons de décrire n’étaient cependant pas utilisés comme des systèmes de translittération à strictement parler : les grammaires ne les présentaient pas comme un équivalent aux graphies hiéroglyphiques ; tout au plus s’agissait-il d’une évocation phonétique. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que les savants ont cherché à préciser davantage la valeur des signes et leur transcription. Le problème n’était auparavant pas aussi présent : le besoin de classification des signes et des mots était moins évident, avant la publication de suffisamment d’inscriptions et la parution d’ouvrages synthétiques pouvant embrasser suffisamment de textes ou de contextes syntaxiques et graphiques.

Le Standard Alphabet de Lepsius : de l’alphabet universel à la phonologie des langues mortes

Un système alternatif conçu pour l’efficacité

Dans les années 1850 et 1860, un autre système fut mis au point, basé sur l’alphabet latin. Conçu par le Prussien Karl Richard Lepsius, qui avait commencé sa carrière comme linguiste avant de se spécialiser en égyptologie, il avait une ambition plus large que la transcription de la langue égyptienne. Il s’agissait en fait d’un système universel destiné à permettre la latinisation de toutes les langues humaines. Ce travail répondait à une demande de la Church Missionary Society, afin de permettre la notation rationnelle de langues qui ne connaissaient jusqu’alors pas l’écriture, afin d’aider les missionnaires envoyés notamment en Asie et en Afrique à décrire, enseigner et apprendre les langues indigènes, sans pour autant avoir recours à des symboles trop exotiques et difficilement accessibles aux imprimeries. Un tel système avait donc explicitement, dans les vues de la Society, des motivations évangélisatrices, civilisatrices et scientifiques.

Karl Richard Lepsius (source : Wikimedia Commons).

La proposition de Lepsius fut diffusée à travers une première brochure, imprimée en 185417 et 185518, contenant une dissertation phonologique sur la distinction des sons et des articulations, et la justification des symboles choisis pour les représenter, ainsi qu’une annexe pratique qui fournissait, pour une cinquantaine de langues africaines, asiatiques, américaines et océaniennes, une application directe de ce système et une proposition d’« alphabet » utilisable. Une seconde édition considérablement augmentée parut en 1863 (en anglais uniquement cette fois-ci)19 pour préciser certaines considérations phonologiques, et surtout étendre de manière impressionnante les applications du système en fournissant des alphabets de transcription pour cent dix-huit langues. Lepsius y intégra par exemple les langues à clic, tout comme plusieurs langues mortes. L’égyptien ancien bénéficiait d’une application du système dès la brochure de 1854 ; les sources sur l’étude de la phonologie de cette langue étaient les publications de Lepsius lui-même20.

Proposition initiale de Lepsius pour l’égyptien ancien, en 1854 : Lepsius, Karl Richard, Das allgemeine linguistische Alphabet. Grundsätze der Übertragung fremder Schriftsysteme und bisher noch ungeschriebener Sprachen in europäische Buchstaben, Berlin, Wilhelm Hertz, 1854, p. 53.

L’alphabet de Lepsius comportait pour la transcription de l’égyptien une vingtaine de phonèmes :

– certains étaient des sons déjà identifiés grâce à la transcription grecque ou copte et furent conservés par les systèmes ultérieurs : h, p, b, m, n, s, r ;

– il proposa, outre des voyelles muettes à rétablir, trois voyelles explicites notées a, i et u, avec des nuances éventuelles notées au moyen de diacritiques21 ;

– pour correspondre à [], rendu par ϧ en copte et identifié au ch allemand, il se rabattit sur le χ grec plutôt que d’avoir recours au h enrichi d’un diacritique, puisque ce caractère était déjà affecté à trop d’usages22 ;

– en ce qui concerne le bassin [š], qu’il associe au sch allemand et au ch français, il choisit d’utiliser un s doté d’un signe diacritique ; il s’agissait, au choix d’une brève « ˘ », semi-circulaire, ou d’un accent circonflexe inversé, le caron « ˇ »23. La seconde édition privilégia l’usage du caron24, aboutissant au š qui est encore en usage aujourd’hui ;

– sous t il rassembla quatre signes qui notent des sons dans lesquels on distingue aujourd’hui autant de nuances : [t], [], [d] et [] ;

– en outre, il utilise k comme base pour les unilitères [k], [g] et [q] ; de même, h pour [h] et [] ;

Proposition de Lepsius en 1855 : Lepsius, Karl Richard, Standard Alphabet for Reducing Unwritten Languages and Foreign Graphic Systems to a Uniforme Orthography in European Letters, Londres, Seeleys, 1855, p. 61.

Mentionnons deux autres symboles utilisés par Lepsius dans son Standard Alphabet, mais pas pour l’égyptien ancien, qui devaient cependant être utilisés en égyptologie par la suite. Il sont aujourd’hui utilisés en égyptien pour deux sons propres aux langues sémitiques, aleph et ʿayn.

Estimant semblables les sons notés par le caractère arabe alif ا, la lettre hébraïque aleph א et l’esprit doux grec « ᾿ », Lepsius choisit ce dernier symbole pour le noter.

En outre, considérant que la lettre arabe ʿayn ع note un son voisin mais plus marqué, il utilisait pour la transcrire un double esprit doux grec : « ꜣ »25.

Remarquons cependant que Lepsius n’escomptait pas les utiliser pour transcrire la langue égyptienne ancienne : « The sign seems to have expressed originally long ā, which not seldom passed into o […] To the same sign we find in Hebrew ע often corresponding, and this letter might then also indicate rather the lengthening of the preceding vowel, not the consonantal sound , which seems to have been always unknown, as well as the sound of א ᾿, in the Egyptian language. »26

La force de ce système était sa simplicité et son accessibilité par rapport au recours aux caractères coptes, mais aussi la rigueur sur laquelle il était construit. Lepsius avait choisi de respecter plusieurs principes afin que son Standard Alphabet fût aussi rationnel et pragmatique que possible : il s’agissait notamment de rendre un son unique par un caractère unique, d’utiliser les caractères latins et signes de ponctuation européens (en recourant de manière ponctuelle à quelques lettres grecques), ou de garder une certaine cohérence dans le choix des symboles. Ce système rencontra un véritable succès ; même ceux qui privilégiaient l’usage du copte, comme Chabas, reconnaissaient sa valeur :

« Lorsqu’il s’agit simplement de représenter en lettres modernes des mots égyptiens qu’on cite textuellement, le mode de transcription n’a qu’un intérêt très secondaire. Le copte me paraît encore devoir être préféré, par les motifs que j’énumère dans les chapitre d’introduction de mon travail sur le Papyrus Anastasi I27. Ce coté [sic] de la discussion ne m’occupera pas ici. Si l’on veut se servir du copte, il n’y a pas un grand inconvénient à cela, pourvu cependant qu’on n’accepte pas d’articulations étrangères à la langue égyptienne. Je crois que, sous ce rapport, le système proposé par M. Lepsius dans son ouvrage intitulé Standard alphabet peut-être [sic]28 adopté sans inconvénients. »29

Enfin, le système de Lepsius intégrait la proposition de distinguer deux consonnes de timbre similaire, mais ayant tendance à être suivies de voyelles particulières (subjoined or inherent vowel), par un point souscrit30 – distinction reprise et transformée en différence d’intensité par les publications ultérieures31, notamment pour h et . Cette possibilité offrait sans doute une certaine subtilité dans la translittération, mais fut reproché au système de Lepsius.

Proposition de Lepsius en 1863 : Lepsius, Karl Richard, Standard Alphabet for reducing Unwritten Languages and Foreign Graphic Systems to a Uniforme Orthography in European Letters, 2e éd., Londres, Williams & Norgate – Berlin, Wilhelm Hertz, 1863, p. 198-199.

Le Standard Alphabet en débat

Ce sont en effet ces distinctions qui constituaient les principales réserves de Chabas vis-à-vis du Standard Alphabet :

« Le système proposé par M. Lepsius présente au moins un grand mérite de simplicité. Toutefois je ne puis admettre les différences qu’il établit entre [h] et [], entre [n] et [nw], entre [ḫꜣ] et [], entre [šꜣ] et [š]32, et je crois que l’introduction de nombreuses lettres ponctuées de signes diacritiques variés est une complication qui gêne plus qu’elle ne sert. Si l’on croit préciser par ce moyen la véritable nuance de la prononciation, on se trompe assurément ; et s’il s’agit uniquement de signaler au lecteur le signe spécial transcrit, on ne saurait y réussir, à moins de multiplier sans mesure les points diacritiques, car le nombre de signes phonétiques égyptiens est très-grand, surtout si l’on tient compte des syllabiques si abondants dans l’écriture. »33

Voici d’ailleurs comment, en réponse, Lepsius défendait son système auprès de Chabas :

« En reprenant entre les mains votre savante étude sur le nom de Thèbes34, et en relisant l’appendice sur la transcription des signes phonétiques, je fus frappé d’un passage, p. 41, où vous proposez de retourner à la manière de Champollion, et de transcrire les sons par des lettres coptes. Comme vous faites espérer à la fois que vous publierez bientôt un travail spécial sur la question alphabétique, j’ai cru devoir vous exprimer mes sérieux doutes qu’une telle proposition trouverait un assentiment général chez les égyptologues. M’étant occupé depuis bien des années de la transcription des langues étrangères en lettres latines, je crois avoir gagné une certaine expérience sur ce qui a quelque chance d’être accepté ou non du public ou des savants qui doivent s’en servir. L’objection la plus importante sera toujours le mélange et la confusion inextricable des mots vraiment coptes et des mots semblant coptes. Vous ne connaissez pas les difficultés que cette transcription de Champollion a causées à ses premiers disciples. Vous croyez pouvoir y remédier par l’emploi d’une double écriture copte. Mais les imprimeries rares qui ont des types coptes n’en auront jamais deux espèces ; elles auront au plus des lettres plus grandes, et plus petites pour les notes, dont on ne pourra pas se servir dans la même ligne. Aussi les types coptes de nos imprimeries ont ordinairement quelque chose de lourd et de peu gracieux. Un autre point que vous ne devez pas perdre de vue, c’est le principe d’écrire tout son simple par une lettre simple. C’est un abus aussi grave que général, qu’on écrit kh pour [], ch ou sch pour [šꜣ], dj pour ϫ ou ϭ ; de sorte qu’on ne peut pas distinguer [rḫ] et [rkḥ], reχ et rekh. Vous voyez qu’on a déjà assez généralement introduit dans les livres linguistiques χ pour ϧ et š pour ϣ. Je crois qu’aussi pour les hiéroglyphes il faudrait s’y tenir. Je vois que M. de Rougé se sert quelques fois de l’x dans cet embarras ; mais on ne veut pas de l’x ; il fait de la confusion et déplaît. Il est vrai que les imprimeries n’ont pas le χ et le š ; mais j’ai toujours trouvé qu’aucun imprimeur ne fait la moindre difficulté de les faire tailler et fondre tout exprès ; c’est la dépense de quelques francs. Il importe aussi de se servir pour tout mot étranger transcrit de lettres cursives ; c’est un grand soulagement pour les yeux de pouvoir distinguer de suite les mots étrangers du texte courant… »35 ; « Je vois […] que vos vues sur la transcription des hiéroglyphes sont arrêtées ; je n’y reviens donc plus, d’autant moins que même le but que vous suivez est en partie différent du mien. Pour moi, la recherche sur la valeur la plus exacte des lettres forme le premier chapitre de la grammaire, et si je pouvais définir un son hiéroglyphique n’existant plus dans le copte, je n’hésiterais pas à le représenter aussi exactement que possible. »36

D’autres correspondants de Chabas appuyaient aussi le Prussien pour la commodité matérielle de son système :

« Abstraction faite que cela plaît ou non à M. Lepsius, il est manifeste que l’adoption d’un système uniforme de transcription sera une excellente chose… Vous avez dit vous-même qu’il est impossible de remplacer les hiéroglyphes par n’importe quel système de transcription ; celui par les lettres coptes peut être excellent, et les objections faites par M. Lepsius peuvent probablement être écartées, mais les difficultés matérielles sont évidentes… Je me joins à M. Lepsius pour vous prier d’adopter das allgemeine Alphabet. En même temps, on devrait tomber d’accord sur l’ordre alphabétique à suivre ; cela faciliterait les recherches dans les glossaires, et poserait une base pour le classement des noms propres, géographiques, etc. Si quelqu’un voulait se moquer des glossaires égyptiens, il n’aurait qu’à faire une énumération des différents ordres alphabétiques adoptés par M. Brugsch seul ; il ne serait pas difficile de compléter la douzaine. Cette question me semble tout aussi importante que l’autre… »37

Lepsius a ainsi posé les bases de la translittération hiéroglyphique en caractères latins. Dès la première application de son système à la langue égyptienne, il fixa la plupart des caractères encore en usage aujourd’hui et détermina les principes qui devaient rester employés au cours des révisions de ce système, et notamment l’utilisation du point souscrit pour préciser la valeur ou la nature d’un signe (selon des modalités qui ont cependant changé). D’ailleurs, les seules modifications substantielles qui allaient affecter le Standard Alphabet appliqué à l’égyptien devaient intervenir dans la notation des voyelles, mais en reprenant, en dehors du cas du signe yod, des symboles élaborés par Lepsius pour d’autres usages : ꜣ et ꜥ.

Affiner le Standard Alphabet

Les têtes de file de l’égyptologie allemande perfectionnèrent le Standard Alphabet à deux reprises. Tout d’abord, en 1866, trois ans après la publication revue et augmentée de son système, Lepsius consacra un article à ce sujet dans la Zeitschrift38, en réponse à un article de Rougé39 publié dans le même numéro, tout comme un texte de Chabas40 à propos de cette question. Il s’agissait surtout de défendre l’utilisation d’un alphabet latin au profit du copte, en arguant principalement du risque de confusion entre des formes coptes attestées et d’autres reconstituées artificiellement pour transcrire des vocables égyptiens antiques. Lepsius mentionne également la clarté, sinon l’élégance de la composition, auxquelles nuirait l’utilisation de caractères coptes.41 Il introduit dans cet article le pour noter un son qui est aujourd’hui transcrit 42.

À la demande de Lepsius lui-même, ce système fut appuyé par une résolution du congrès international des orientalistes de 187443, tout en reconnaissant les points d’application qui restaient discutables ou malcommodes, mais en préconisant de se ranger à la force de l’usage.

Les savants du second congrès international des orientalistes autour de la pierre de Rosette ; Illustrated London News, 26 septembre 1874 (source : Wikimedia Commons).

C’est ensuite Adolf Erman qui semble avoir repris le flambeau. Il applique les recommandations du congrès dans ses travaux, avec quelques améliorations : il introduit ainsi dans sa Neuägyptische Grammatik44 les signes d et g que l’usage a conservé jusqu’à nos jours pour les deux unilitères correspondant.

Le système est à nouveau perfectionné en 1889, dans un article d’Erman qui part du constat de l’échec des préconisations du Congrès des orientalistes de 187445. Ce texte n’a pas de prétention normative, mais propose des conventions pour les rédacteurs de la Zeitshcrift ; il se présente comme un expédient pratique, et évacue la question inépuisable de l’exactitude des valeurs phonétiques attribuées aux signes. Dans le même esprit pragmatique, il mentionne des aménagements pertinents selon l’époque du texte étudié, lorsque certaines distinctions phonétiques n’ont plus lieu d’être, et conseille d’adapter le système de transcription selon la visée de la publication : latinisation rudimentaire pour la vulgarisation et les textes historiques, tandis que le système complexe hérité du Standard Alphabet serait à réserver aux dissertations philologiques.. Il est remarquables que plusieurs modifications des règles de Lepsius soient explicitement justifiées par le consensus des sémitisants d’autres domaines ; c’est le cas du remplacement de χ et q par et pour les unilitères [] et [q] et de l’adoption de pour []46. Le signe utilisé pour ʿayn semble cependant de plus grande taille qu’un esprit rude, ce qui a influencé son apparence ultérieure.

Partant de la démonstration par Brugsch que la relation de [t] à [] et de [d] à [] était identique, et alors que ces signes étaient jusqu’alors transcrits t (indifféremment pour les deux premiers signes), et , Erman les dotes de symboles qu’ils ont conservés jusqu’à nos jours en les notant respectivement par t, , d et afin de ne pas multiplier les signes diacritiques. Enfin, le signe est présenté comme une solution commode pour pallier à l’incertitude de la valeur de [].

Adolf Erman (source : Wikimedia Commons).

Ces mêmes préconisations furent exposées par Erman sept ans plus tard dans un article beaucoup plus développé47 qui détaillait les arguments philologiques établissant la valeur de différents signes et leur évolution à travers le temps. Il présentait l’esprit doux « ᾿ » comme alternative possible à l’aleph « », selon l’exemple des sémitisants, pour éviter d’employer un signe trop déroutant48 et j de préférence au yod composé d’une hampe de i et d’un esprit doux49.

L’existence de systèmes hérités du Standard Alphabet mais différents ne manquait évidemment pas de créer de difficultés. Les chercheurs devaient s’approprier tous ces systèmes au hasard des habitudes de chaque éditeur d’inscriptions. On trouve d’ailleurs dans les documents d’archives plusieurs listes récapitulatives qui permettaient de comparer les systèmes50. La résolution du congrès international des orientalistes de 187451 ne suffit pas à établir le système supportés par les Allemands ; dix-huit ans plus tard, il semblait nécessaire que Gratien-Michel Ollivier-Beauregard publiât à cet effet un tableau comparatif et appelât, une nouvelle fois, à l’adoption d’un système unifié52.

Tableau présentant les équivalences des systèmes de translittération successifs : Ollivier-Beauregard, Gratien-Michel, « De l’articulation des mots égyptiens, à propos de la question d’un alphabet conventionnel de transcription », dans [Collectif], Actes du huitième congrès international des orientalistes, 4e partie, Leyde, E. J. Brill, 1892, p. 165-177, n.p.

Les perfectionnements du Standard Alphabet ne mirent pas fin aux résistances53, mais le système finit par progressivement s’imposer54. Avec la généralisation de l’informatique, si la translittération traditionnelle demeure identique dans ses conventions, sa traduction typographique s’accommoda, sans guère en souffrir d’ailleurs, des astuces de composition des maisons d’édition ou des logiciels de mise en page. C’est ainsi qu’en l’absence de fontes (ou de polices numériques) spéciales comme celles qu’utilisent les revues et les collections spécialisées, le ʿayn est la plupart du temps indiqué par une apostrophe inversée « ‘ », parfois par un « c » en exposant « c » ; l’yod peut être noté par un simple « i » ou bien un « j ». L’aleph est le caractère qui connaît le plus de variation, avec parfois une apostrophe ou un esprit doux « », le chiffre « 3 », voire un point-virgule « ; », tandis que le clavier virtuel fourni par l’Institut français d’archéologie orientale lui-même55 propose le yogh « ȝ », caractère moyen-anglais et vieux-scots, afin d’imiter l’aleph hérité de Lepsius.


Bilan : trois étranges caractères bien pratiques

Le développement du système de translittération égyptologique, qui s’est essentiellement concentré dans la seconde moitié du XIXe siècle, fut le fruit d’initiatives assez inattendues : le premier système rationnel fut développé pour fournir aux missionnaires protestant de quoi noter toutes les langues de la terre, ambition que Lepsius étendit même aux langues anciennes. Plusieurs tentatives échouèrent par la suite à recueillir un consensus formel à un système normatif, jusqu’aux conseils donnés aux rédacteurs de la Zeitschrift par Erman en 1889. Ce sont les savants allemands qui mirent ainsi au point le système qui connut le plus grand succès, bâti sur des bases linguistiques solides qui dépassaient l’égyptologie, et enrichi d’emprunt aux habitudes des sémitisants.

Le perfectionnement du Standard Alphabet de Lespsius, fondé sur les avancées de la philologie et des considérations pratiques, finit par s’imposer comme l’expédient le plus abouti – succès auquel contribua évidemment aussi l’absence d’alternative, une fois l’utilisation du copte définitivement abandonnée. C’est dans ce cadre que furent conçus les trois caractères dits « égyptologiques » encore en usage de nos jours et désormais pleinement intégrés au standard Unicode.

L’« aleph égyptologique » est composé de la superposition de deux esprits doux grecs ; ce symbole fut conçu par Lepsius pour noter le ʿayn ع arabe. Il fut appliqué à l’égyptien par Erman en 1889 pour noter [] ; cette voyelle au timbre difficilement identifiable était parfaitement représentée par un caractère nouveau et sans association phonétique claire.

Le « ꜥ », qualifié d’« ʿayn égyptologique » par le consortium Unicode, fut utilisé pour la première fois par Erman dans son article de 1889 ; il s’inspire explicitement de l’usage adopté plus tôt par les sémitisants, que Lepsius avait suivi pour d’autres langues que l’égyptien. C’est à l’origine un esprit rude, sensiblement agrandi toutefois, sans justification explicite.

Quant à l’« yod égyptologique », il fut aussi introduit par Erman en 1889, comme un signe ambivalent, destiné à représenter les valeurs changeantes du yod à travers le temps, en associant à la hampe d’un i un esprit doux, associé à la voyelle [].

Malgré la prédominance des vues allemandes dans l’élaboration de ce système, c’est un outil original, conçu pour la commodité de la discussion philologique et des publication, qui a encouragé des débats à l’échelle européenne pour finalement aboutir à cette étrange création encore utilisée de nos jours.

  1. Standard Unicode 12.0, 5 mars 2019 ; il a pour code A7BC (majuscule) et A7BD (minuscule) sous la dénomination « i glottal latin », dans le bloc « latin étendu D ». []
  2. Pour l’ordre alphabétique, cf. Schenkel, Wolfgang, « Erkundungen zur Reihenfolge der Zeichen im ägyptologischen Transkriptionsalphabet », CdÉ 63, 1988, p. 5-35 ; pour la phonologie élémentaire de l’égyptien ancien, cf. Peust, Carsten, Egyptian Phonology. An Introduction to the Phonology of a Dead Language (Monographien zur ägyptischen Sprache 2), Göttingen, Peust und Gutschmidt, 1999. []
  3. Champollion (le Jeune), Jean-François, Lettre à M. Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, relative à l’alphabet des hiéroglyphes phonétiques employés par les Égyptiens pour inscrire sur leurs monuments les titres, les noms et les surnoms des souverains grecs et romains, Paris, Firmin Didot Père et Fils, 1822. []
  4. Champollion (le Jeune), Jean-François [Champollion-Figeac, Jacques-Joseph (éd.)], Grammaire égyptienne, ou Principes généraux de l’écriture sacrée égyptienne appliquée à la représentation de la langue parlée, Paris, Firmin-Didot frères, 1836. []
  5. Le fichier de Théodule Devéria est ainsi conservé au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre ; celui de Lepsius était ainsi ironiquement décrit :

    « Son Dictionnaire est arrangé d’une manière très incommode. C’est une petite armoire pourvue de nombreux tiroirs ; chaque tiroir subdivisé dans une vingtaine de compartiments ; ces derniers sont classés, non pas d’après l’ordre alphabétique, mais d’après les signes idéographiques. Ce sont ces petits compartiments qui contiennent des cartes de 10 centimètres de long sur 7 de large, sur lesquelles sont notés les groupes hiéroglyphiques et l’endroit où on les trouve. Cette armoire est placée à une certaine distance du bureau du professeur, de manière qu’il doit être continuellement sur les jambes s’il veut faire usage de son Dictionnaire. Pour s’y retrouver, il a une grande table qui contient une liste de tous les signes et qui indique le compartiment où se trouvent les fiches-cartes correspondantes. Je m’abstiens de tout commentaire sur ce système. » (Horrack (de), Philippe-Jacques [Maspero, Gaston (éd.)], Œuvres diverses (BiÉgy 17), Paris, Ernest Leroux, 1907, p. XXX (lettre de Horrack à Chabas, 16 janvier 1865). []

  6. Chabas, François, « Quelques observations sur l’écriture et sur la langue de l’ancienne Égypte », ZÄS 4, 1866, p. 42-48, p. 45. []
  7. P. ex. Young, Thomas, An Account of Some Recent Discoveries in Hieroglyphical Literatures, and Egyptian Antiquities, Londres, John Murray, 1823, passim. []
  8. Tous deux utilisaient cependant volontiers le copte pour évoquer les mots égyptiens ; il est encore délicat de parler véritablement de transcription ou de translittération. []
  9. P. ex. Salt, Henry, Essay on Dr. Young’s and M. Champollion’s Phonetic System of Hieroglyphics, Londres, A.J. Valpy, 1827, p. 61. []
  10. Bresson, Agnès, « Peiresc et les études coptes : prolégomènes au déchiffrement des hiéroglyphes », XVIIe siècle 158 (40e année, no 1) Hiéroglyphes, langages chiffrés, sens mystérieux au XVIIe siècle, 1988, p. 41-50. []
  11. Champollion (le Jeune), Jean-François, Lettre à M. Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, relative à l’alphabet des hiéroglyphes phonétiques employés par les Égyptiens pour inscrire sur leurs monuments les titres, les noms et les surnoms des souverains grecs et romains, Paris, Firmin Didot Père et Fils, 1822 ; idem, Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens, Paris, Treuttel et Würtz, 1824. []
  12. Wilkinson, John Gardner, Materia Hieroglyphica, Malte, 1828, passim. []
  13. Chabas, François [Maspero, Gaston (éd.)], Œuvres diverses, t. 1 (BiÉgy 9), Paris, Ernest Leroux, 1889, p. LIII. []
  14. Chabas, François, Voyage d’un Égyptien en Syrie, en Palestine, en Phénicie, &c. au XIVme siècle avant notre ère, Chalon-sur-Saône, J. Dejussieu – Paris, Maisonneuve & Cie, 1866, p. 4-5. []
  15. Ibid., p. 5. []
  16. Avec les avancées de la linguistique égyptienne et sa constitution en discipline autonome et institutionnalisée au cours du XIXe siècle, le copte cessa cependant d’être un passage obligé pour accéder aux textes, et son usage dans les discussions de philologie égyptienne se raréfia jusqu’à tomber en relative désuétude. []
  17. Lepsius, Karl Richard, Das allgemeine linguistische Alphabet. Grundsätze der Übertragung fremder Schriftsysteme und bisher noch ungeschriebener Sprachen in europäische Buchstaben, Berlin, Wilhelm Hertz, 1854. []
  18. Idem, Das allgemeine linguistische Alphabet. Grundsätze der Übertragung fremder Schriftsysteme und bisher noch ungeschriebener Sprachen in europäische Buchstaben, Berlin, Wilhelm Hertz, 1855 ; en anglais : Standard Alphabet for Reducing Unwritten Languages and Foreign Graphic Systems to a Uniforme Orthography in European Letters, Londres, Seeleys, 1855. []
  19. Idem, Standard Alphabet for reducing Unwritten Languages and Foreign Graphic Systems to a Uniforme Orthography in European Letters, 2e éd., Londres, Williams & Norgate – Berlin, Hertz, 1863. []
  20. Idem, Das allgemeine linguistische Alphabet. Grundsätze der Übertragung fremder Schriftsysteme und bisher noch ungeschriebener Sprachen in europäische Buchstaben, Berlin, Wilhelm Hertz, 1854, p. 53. []
  21. P. ex. le vautour percnoptère [], le roseau yod et [] correspondaient à a, les deux derniers signes pouvant être respectivement identifiés par l’utilisation éventuelle de ȧ et ā. []
  22. Ibid., p. 30. []
  23. Ibid., p. 30-31. []
  24. Idem, Standard Alphabet for reducing Unwritten Languages and Foreign Graphic Systems to a Uniforme Orthography in European Letters, 2e éd., Londres, Williams & Norgate – Berlin, Wilhelm Hertz, 1863, p. 12. []
  25. Idem, Das allgemeine linguistische Alphabet. Grundsätze der Übertragung fremder Schriftsysteme und bisher noch ungeschriebener Sprachen in europäische Buchstaben, Berlin, Wilhelm Hertz, 1854, p. 35 : « die Verdopllung des Hakens », lit. « le doublement du crochet ». Au paragraphe précédent, Lepsius utilisait le mot Haken, « crochet », pour désigner le signe de l’esprit doux grec ; la traduction anglaise de 1855, p. 39, donne l’expression latine utilisée par les hellénistes anglophones pour l’esprit doux, « spiritus lenis ». []
  26. Idem, Standard Alphabet for reducing Unwritten Languages and Foreign Graphic Systems to a Uniforme Orthography in European Letters, 2e éd., Londres, Williams & Norgate – Berlin, Hertz, 1863, p. 196. Le symbole est aujourd’hui utilisé par les égyptologues avec une valeur bien différente, tandis que l’équivalence entre l’hiéroglyphe et la lettre hébraïque ע est toujours reconnue. []
  27. Chabas, François, Voyage d’un Égyptien en Syrie, en Palestine, en Phénicie, &c. au XIVme siècle avant notre ère, Chalon-sur-Saône, J. Dejussieu – Paris, Maisonneuve & Cie, 1866, p. 1-18. []
  28. Le nombre conséquent d’erreurs de ce texte s’explique par une relecture approximative de l’article en français, cf. Horrack (de), Philippe-Jacques [Maspero, Gaston (éd.)], op. cit., p. XLVII-XLVIII : « Le numéro du Zeitschrift de janvier m’est parvenu il y a deux jours ; mon petit article est assez correctement reproduit, sauf deux grosses fautes d’orthographe. Je crois que ce sont les demoiselles de M. Lepsius qui corrigent les épreuves en langues française et anglaise. Elles sont évidemment plus fortes sur la langue française, car les articles de M. Goodwin, insérés dans le même numéro, sont criblés de fautes… Il faut néanmoins savoir gré à M. Lepsius de ce qu’il accepte des articles en langue étrangères ; que ferait la Revue archéologique ou le Journal asiatique, si on lui envoyait un article en anglais ou en allemand ? » (lettre de Horrack à Chabas, 17 février 1868, à propos d’un autre numéro). []
  29. Chabas, François, « Quelques observations sur l’écriture et sur la langue de l’ancienne Égypte », ZÄS 4, 1866, p. 42-48, p. 45. []
  30. « If, now, any one wishes to denote in the transcription this system of vocalisation, which might be compared with similar facts in the Old Persian and Old Slovenian languages and which was more in use at certain times than at others, he ought to chose one and the same diacritical sign, as, for instance, a point underneath, so as to distinguish from the others those consonantal characters which unite preferably with u or i, and at the same time to signalize their frequent change in later pronunciation through the influence of these vowels. » (Lepsius, Karl Richard, op. cit., p. 198-199). []
  31. Rougé (de), Emmanuel, « Note sur la transcription des hiéroglyphes à M. Lepsius », ZÄS 4, 1866, p. 69-73 et Lepsius, Karl Richard, « Über die Umschrift der Hieroglyphen », ZÄS 4, 1866, p. 73-81. []
  32. Entre les deux premiers signes, on voit désormais une différence d’intensité du son ; hormis ce cas, les distinctions consonantiques opérées par Lepsius et contestées par Chabas n’ont pas été conservées par les usages égyptologiques. []
  33. Chabas, François, Voyage d’un Égyptien en Syrie, en Palestine, en Phénicie, &c. au XIVme siècle avant notre ère, Chalon-sur-Saône, J. Dejussieu – Paris, Maisonneuve & Cie, 1866, p. 4. []
  34. Chabas, François, Recherches sur le nom égyptien de Thèbes avec quelques observations sur l’alphabet sémitico-égyptien et sur les singularités orthographiques, Chalon-sur-Saône, Dejussieux, 1863. []
  35. Chabas, François [Maspero, Gaston (éd.)], Œuvres diverses, t. 1 (BiÉgy 9), Paris, Ernest Leroux, 1889, p. LIII-LIV (lettre de Lepsius à Chabas, 10 janvier 1864). []
  36. Chabas, François [Maspero, Gaston (éd.)], op. cit., p. LIV-LV (lettre de Lepsius à Chabas, 23 janvier 1864). []
  37. Horrack (de), Philippe-Jacques [Maspero, Gaston, éd.], op. cit., p. XLII-XLIII (lettre de Horack à Chabas, 29 décembre 1866). []
  38. Lepsius, Karl Richard, « Über die Umschrift der Hieroglyphen », ZÄS 4, 1866, p. 73-81. []
  39. Rougé (de), Emmanuel, « Note sur la transcription des hiéroglyphes à M. Lepsius », ZÄS 4, 1866, p. 69-73 ; il reprend d’ailleurs la plupart des principes de Lepsius. []
  40. Chabas, François, « Quelques observations sur l’écriture et sur la langue de l’ancienne Égypte », ZÄS 4, 1866, p. 42-48, p. 45. []
  41. Lepsius, Karl Richard, op. cit., p. 75 : « End­lich ist es doch auch nicht zu verkennen, daß die koptische Schrift schwerfällig und we­nigstens eben so unbequem erscheint wie unsre Kapitälchen, und auch in diesem Punkte unsrer einfachen lateinischen Kursivschrift nachsteht. » : « Il est enfin indéniable que le copte semble disgrâcieux et au moins aussi rebutant que nos petites capitales, et qu’il est aussi inférieur sous cet aspect à nos simples italiques latines. » []
  42. Ibid, p. 79 ; il s’agit d’un t suivi d’un accent aigu (« t, with acute accent to the right » : [Anonyme], « Protocol of the Separate Meeting of Egyptologists of the Hamitic Section.–Saturday, Sept. 19, 1874 », dans Douglas, Robert K. (dir.), op. cit., p. 440). []
  43. Ibid. []
  44. Erman, Adolf, Neuägyptische Grammatik, Leipzig, Wilhelm Engelmann, 1880. []
  45. Erman, Adolf, « Zur Umschreibung der Hieroglyphen », ZÄS 27, 1889, p. 1-4. []
  46. Erman, Adolf, op. cit., p. 3 ; pour ʿayn, on peut notamment noter les attestations suivantes : Bickell, Gustav, Grundriß der hebräischen Grammatik, Leipzig, F.A. Brockhaus, 1869, p. ex. p. 9, § 13 ; Palmer, Edward Henry, Grammar of the Arabic Language, Londres, W.H. Allen & Co., 1874, p. ex. p. 2. []
  47. Erman, Adolf, « Die Umschreibung des Ägyptischen », ZÄS 34, 1896, p. 51-62. []
  48. Ibid., p. 60 ; cette proposition ne fut pratiquement pas suivie. []
  49. Ibid., p. 60 []
  50. P. ex. les listes manuscrites d’Auguste Mariette (Bibliothèque nationale de France, ms. NAF 20177, fo 878 « Transcription adoptée généralement en 1867 », associant les systèmes explicitement attribués à Rougé, Lespsius et Chabas à un autre sans attribution et incomplet), ou encore les annotations manuscrites de l’exemplaire du Manuel de la langue égyptienne de Victor Loret (Paris, Ernest Leroux, 1889) de la bibliothèque égyptologique du Collège de France (cote USUEL GRAMM LOR, p. 4) qui reprennent le système contemporain de la Zeitschrift (Erman, Adolf, « Zur Umschreibung der Hieroglyphen », ZÄS 27, 1889, p. 1-4. []
  51. [Anonyme], « Protocol of the Separate Meeting of Egyptologists of the Hamitic Section.–Saturday, Sept. 19, 1874 », dans Douglas, Robert K. (dir.), Transactions of the Second Session of the International Congress of Orientalists, Londres, Trübner & Cie, 1876, p. 439-443. []
  52. Ollivier-Beauregard, Gratien-Michel, « De l’articulation des mots égyptiens, à propos de la question d’un alphabet conventionnel de transcription », dans [Collectif], Actes du huitième congrès international des orientalistes, 4e partie, Leyde, E. J. Brill, 1892, p. 165-177. []
  53. Le système est qualifié par Foucard de « misérable et pédantesque agnosticisme équivalent à un aveu d’impuissance » en 1918, dans un contexte marqué par la germanophobie (lettre de Foucart au ministère de l’Instruction publique, 1er septembre 1918, Archives nationales, F/17/13604 ; cité par Gady, Éric, « Le regard des égyptologues français sur leurs collègues allemands, de Champollion à Lacau », Revue germanique internationale 16, 2012, p. 155-170, n. 80. []
  54. Il existe cependant des propositions récentes pour l’amender, cf. Schneider Thomas, « Etymologische Methode, die Historizität der Phoneme und das ägyptologische Transkriptionsalphabet », LingAeg 11, 2003, p. 187-199. []
  55. Clavier « Translittération IFAO » : https://www.ifao.egnet.net/publications/outils/polices/#download. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.