Les chiens de garde du Louvre

On sait que pour protéger ses sous-sols des rongeurs, le musée de l’Ermitage entretient des chats qui étaient autrefois présents jusque dans les salles d’exposition. Je n’ai malheureusement pas trouvé trace d’une telle pratique au Louvre, mais des chiens de garde l’ont autrefois protégé des intrusions. C’est un détail qui n’intéresse pas directement l’histoire des collections égyptiennes, mais a pu avoir quelques répercussions sur les salles du département.

Statue de chien sur le palier du Midi, Louvre
Le « Chien d’Assiout » (Louvre E 11657) monte la garde au palier de l’escalier du Midi en 1934
(Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP ; fonds Beaux-Arts, MNL E 1177)

L’affaire qui nous intéresse est détaillée dans un dossier des Archives nationales1 et un certain nombre d’article de presse y font écho.

Rappelons brièvement le premier chien à avoir marqué l’histoire du musée du Louvre au XIXe siècle. D’abord anonyme2, il fut progressivement connu sous le nom de Médor3. Son maître avait péri lors des Trois Glorieuses et avait été enterré dans la fosse commune aménagée devant la colonnade du Louvre. Médor attira vite l’attention du voisinage : il ne quitta pas la tombe de son maître et devint une attraction du quartier.

Bien plus tard, dans les années 1900, l’image du musée du Louvre eut à souffrir dans de plusieurs scandales qui donnèrent lieu à des campagnes de presse virulente : présence de faux dans les collections (par exemple la fameuse tiare de Saïtapharnès), accusation de négligence et légèreté de la part des conservateurs et des gardiens, effractions et vols enfin, jusqu’à celui de la Joconde à l’été 1911 qui justifia une reprise en main radicale.

Suite à une tentative d’effraction dans la galerie d’Apollon, en janvier 1908, on émit l’idée d’adjoindre des chiens aux gardiens du musée4. Ce projet semble avoir rencontré une certaine hostilité au sein du personnel5, pour des raisons de propreté et d’alternance des agents auxquels les chiens auraient du mal à s’habituer. Théophile Homolle, directeur des musées nationaux s’en expliqua devant la presse en décrivant un dispositif double : « Nous avons au Louvre, a dit M. Homolle, deux sortes de galeries : au rez-de-chaussée, les salles dallées où sont placés les objets massifs de grandes dimensions, et au premier étage, les salles parquetées qui contiennent les collections les plus délicats. Dans les premières, nous mettre des chiens de forte encolure dont le rôle, au besoin, sera celui de défenseurs sérieux ; dans les secondes, nous aurons des « roquets », des fox-terriers, dont le flair est très développé et qui, par leurs aboiements, donneront l’alarme s’il se produit des tentatives criminelles. »6 Ces propos furent rapidement détournés : « Au rez-de-chaussée, où sont des objets lourds, on mettra des dogues à la puissante encolure. Ils feront leur niche dans les sarcophages et dormiront dans le lit des momies délicates. Un molosse rêvera, pendant le jour, sur la couche glacée où quelque suivante de Cléopâtre dormit son dernier sommeil, le seul qui puisse être qualifié d’innocent. L’administration des beaux-arts se fie aux gros chiens pour que personne ne vienne voler des pierres augustes qui figurent des Égyptiens hiératiques et des Assyriens barbus. S’il y a des amateurs pour ces colifichets, qui ne pèsent pas plus d’une tonne, nous leur donnons le conseil classique de prendre garde au chien. Cave canem ! Au premier étage – c’est le renseignement de M. Homolle – règneront de gentils roquets. Une idée artistique préside, en effet, à ces mesures de police. Avec leur poil frisé et sans doute leurs rubans, bref une tenue très Louis XVI, les roquets japperont aux Watteau d’un aboiement très connaisseur. Et ils voudront dire en leur langage de chiens : « Les hommes sont bien résolus à ne plus rien faire. Sur les berges de la Seine, ils se font remplacer par des chiens sauveteurs. Il y a des chiens policiers. Et nous voici chargés de remplacer ici les hommes distraits et dormeurs. »7.

Au même moment, Étienne Dujardin-Beaumetz, sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts envisageait un usage d’abord expérimental, plus réduit et pragmatique.8 L’imagination des journalistes s’en donnait cependant à cœur joie : « Et si les aboiements ne suffisent pas à attirer les gardiens, il est facile de dresser un roquet à se servir d’un appel électrique propre à ses aptitudes. La poire n’est pas son fait, mais on trouverait autre chose, ne fût-ce qu’un mollet électrique. »9 ; « La France ne possédait guère, jusqu’à présent, que huit cent mille fonctionnaires. C’est peu, évidemment, pour une république si haut perchée sur l’échelle de la civilisation. […] Envisagé en tant que fonctionnaire, le chien n’est pas seulement d’une fidélité à toute épreuve, – chose de plus en plus rare par le temps de syndicalisme qui court ; il est, en outre, essentiellement économique, ce qui n’est pas à dédaigner non plus. […] Il conviendra donc, ou bien de mettre nos tableaux sous verre et nos statues sous globe pour les préserver d’un arrosage intempestif, ou bien d’éduquer au préalable les roquets-fonctionnaires et de ne les titulariser qu’autant qu’ils seront devenus décents et continents. […] »10 Cet enthousiasme indique à la fois combien il était de bon ton de railler l’administration et le personnel des musées, et le caractère saugrenu que revêtait ce projet dans l’opinion.

Le dossier des Archives nationales comprend des documents témoignant néanmoins de la mise en œuvre de ce projet : dans l’optique d’acquérir deux chiens qui seraient lâchés la nuit dans la Cour carrée, les dépenses sont évaluées en février 1908 pour chaque animal : achat (150-200 F), niche (20 F), harnachement (laisse, collier, muselière, caparaçon : 20 F), nourriture et entretien (180 F par an), sans oublier « une petite indemnité pour les portiers à qui incomberaient les soins à donner aux animaux »11

Le sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts annonça ainsi en avril que la mesure suivait son cours et ne nécessitait plus que l’accord du Parlement : « les chiens deviennent gardiens du Louvre ; demain, ils seront fonctionnaires de la République. » Il démentit à cette occasion envisager l’idée, visiblement plus fantaisiste encore, d’employer des femmes pour surveiller les salles du musée…12 Quelques jours plus tard, l’administration recevait même la proposition, par un particulier, d’établir une structure de formation pour les chiens destinés aux musées (« J’ai la conviction qu’en dressant certaines races contre les voleurs de tableaux on obtiendrait un bon résultat »13) ; cette suggestion ne reçut pas de suite.

Un nouvel épisode semble avoir retenu l’attention de la presse en 1911, quelques semaines après le vol de la Joconde, alors que le directeur des services des recherches de la préfecture de police lui-même choisissait deux chiens pour accompagner les gardiens de nuit dans leur ronde14. C’est évidemment, là encore, en période de crise médiatique sur la surveillance des salles que le public s’interroge sur la sécurité du musée, et que les journaux s’y intéressent, précisément au moment où l’administration compte donner de la publicité à son action dans ce domaine.

Cette mesure ne fut pas sans incident, notamment dans les salles égyptiennes ; j’avais déjà cité Charles Boreux et son carnet à la date du samedi 15 mars 1913 : « Dans la nuit de vendredi à Samedi un certain nombre des objets de la vitrine des Ivoires (un étui à Kohôl et des styles – angle Nord Est de la vitrine) sont tombés. J’ai retrouvé quelques éclats, provenant de quelques uns d’entre eux que je n’ai pas identifiés, dans le bas de la vitrine, entre le pupitre et la glace. Le dégât a dû être causé soit par les hommes de la ronde de nuit, soit plutôt par les chiens policiers. »15

Les documents des Archives nationales témoignent de l’activité de cette brigade canine quelques années au moins, puisqu’en 1916 le directeur des musées nationaux proposait de comprendre les étrennes du personnel « l’homme qui donne, aux Halles, la viande pour les chiens de garde ».16. Le contrôleur des dépenses s’étonna de ce détail et demanda en outre pourquoi l’octroi gratuit de cette nourriture donnait lieu à des frais, à quoi il lui fut répondu : « M. Pujalet, quand il était Directeur des Musées, avait obtenu des Services de la Préfecture de Police qu’on traitât les chiens de garde du Louvre comme les animaux du Museum et que des déchets de viande fraîche leur fussent donnés gratuitement. Cette mesure bienveillante a été continuée depuis. Nos chiens de garde ne coûtent donc rien, comme nourriture carnée. Mais il faut l’accommoder, la préparer en pâtée. C’est Made Valentin, femme du gardien-portier de la Cour Visconti, où les chiens ont leurs niches, qui s’occupe de cette préparation, dans laquelle entrent du pain, des déchets de légumes, etc. et c’est la rémunération de ces soins et de sa peine qu’elle taxe, à raison de 55 c. par jour et par chien. La gratification donnée au découper des Halle, sous forme d’étrennes, est la récompense d’un travail de distribution qui se répète autant de fois qu’il y a de jours dans l’année ».17

  1. Archives nationales, F/21/4474, dossier 17 h « Emploi de chiens de garde ». []
  2. Le Figaro, 15 décembre 1830, « Le chien du Louvre », p. 2. []
  3. [Anonyme], Médor, ou le chien du Louvre, Paris, Gauthier, 1831. []
  4. Le journal, 18 janvier 1908, « Des voleurs au Louvre », p. 1 . []
  5. Le journal, 24 janvier 1908, « Les chiens au Louvre », p. 2. []
  6. L’Écho de Paris, 23 janvier 1908, « Des chiens de garde au musée du Louvre », p. 2. []
  7. Le Temps, 24 janvier 1908, « Chiens », p. 1. []
  8. Le Matin, 24 janvier 1908, « L’ « ami de l’homme » sera-t-il gardien de musée ? M. Dujardin-Beaumetz en parle », p. 1. []
  9. Le Gaulois, 25 janvier 1908, « Les chiens défenseurs de l’art », p. 1. []
  10. La Libre Parole, 25 janvier 1908, Boisandré (de), A., « Les chiens fonctionnaires », p. 1. []
  11. Archives nationales, F/21/4474, dossier 17 h, note du chef du bureau des théâtres, de la conservation des palais et du mobilier national pour le bureau des travaux d’art, musées et exposition, 29 février 1908. []
  12. « Un jour peut-être viendra où nous leur demanderons de tenir le vestiaire ou de s’occuper de la vente des catalogues. Mais une femme surveillante ! Jamais de la vie ! La voyez-vous faire la police dans les salle du Louvre ? La voyez-vous prêter main-forte au guet ? » Le Figaro, 24 avril 1908, p. 5, Valfori (de), René, « Les chiens gardiens du Louvre ». []
  13. Archives nationales, F/21/4474, dossier 17 h, lettre de M. Petitjean, 26 avril 1908. []
  14. Excelsior, 12 septembre 1911, p. 7 ; L’Intransigeant, 13 septembre 1911, Bailby, Léon, « Le coup des chiens », p. 1. []
  15. Archives nationales, 20144775/5, 4e carnet, samedi 15 mars 1913 ; cf.  « Le quotidien du Louvre dans les années 1900 », 3 mars 2019. []
  16. Archives nationales, F/21/4474, dossier 17 h, lettre du directeur des musées nationaux et de l’École du Louvre au sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts, 4 février 1916. []
  17. Archives nationales, F/21/4474, dossier 17 h, note du directeur des musées nationaux au contrôleur des dépenses, 3 mars 1916. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Une réponse sur “Les chiens de garde du Louvre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.