Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris

Parce que le fonctionnement d’un établissement dépend de son organigramme et de son personnel, et que les carrières, même scientifiques, sont largement déterminées par le fonctionnement des institutions, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur la structure des établissements et leurs agents. Je me propose ici de commencer avec le musée Guimet parisien, de sa création jusqu’au terme de la Première Guerre mondiale.

Le musée Guimet aujourd’hui (image : Wikimedia Commons)

Le cadre administratif

Le statut de l’institution

Le musée Guimet est un cas original (en France tout au moins) d’institution culturelle et scientifique fondée sur une initiative privée et cédée dans un second temps à l’État. Il est issu de la création en 1879 par l’industriel et orientaliste Émile Guimet d’un véritable centre d’étude de l’histoire des religions à Lyon, autour d’un musée auquel il donna son nom. Cependant, le programme ambitieux de l’institution (musée, bibliothèque, école de langue et centre de publication) ne rencontra pas un public suffisant, et le fondateur décida de déménager sa fondation à Paris1.

L’opération se réalisa en plusieurs étapes : Guimet négocia tout d’abord une convention avec l’État lui cédant la propriété de son musée et s’engageant à construire à Paris un nouveau bâtiment (1885), en échange de quoi l’État promit des crédits2 ; une loi approuva cette convention quelques jours plus tard3. Les modalités de l’implantation foncière du futur musée furent fixées par une convention entre l’État et la ville de Paris4. Le 15 juin 1888, les collections étaient réceptionnées5 et le musée fut inauguré en novembre 18896.

Dès que l’État en reçut le contrôle, le musée Guimet releva de la tutelle de l’administration de l’Instruction publique. Il passa sous celle de l’administration des Beaux-Arts à partir de 19147, et l’institution devint un musée national en 19278.

Le personnel du musée

L’accord entre l’État et Émile Guimet et plusieurs décrets successifs fixèrent l’organisation du musée et les modalités d’embauche de son personnel. Dès le 30 novembre 1885, les employés du musée lyonnais qui allait accompagner les collections à Paris était nommés par le ministère9. L’équipe ainsi constituée se composait alors du directeur, d’un conservateur, d’un attaché destiné au secrétariat et de l’équipe des gardiens (le gardien-chef assurant la fonction de « distributeur » à la bibliothèque). À partir de 1888 au moins, il y eut un conservateur adjoint10. Cette organisation légèrement accrue fut pérennisée par le décret du 28 mars 1899 : outre l’équipe de surveillance, on comptait donc un directeur (à vie sans traitement), un conservateur bibliothécaire, un conservateur adjoint agent comptable, un aide bibliothécaire et la possibilité d’éventuels auxiliaires temporaires ; cet organigramme fut confirmé, avec l’ajout d’un commis au secrétariat, par les décrets du 22 décembre 1911 et du 28 décembre 190511.

Les accords passés par Guimet prévoyaient que c’était à lui qu’il reviendrait de proposer de nouveaux agents, que l’État nommerait au musée. Il conservait ainsi l’initiative et le contrôle de son équipe, malgré la validation qui restait entre les mains de l’administration12.

En 1913, alors que l’équipe changeait suite à la retraite du conservateur Milloué et des promotions qui en découlèrent, Guimet proposa de modifier cette organisation, afin d’intervertir entre le conservateur et le conservateur adjoint leur responsabilités respectives d’agent comptable et d’adjoint bibliothécaire13 ; il envisageait aussi de supprimer l’emploi de secrétaire («  qui avait été imaginé pour utiliser les services du sinologoque, M. Hubert qui est parti en Chine ») et de supprimer celui d’aide-bibliothécaire (« titre qui avait été donné à M. Meunier-Rivière afin de pouvoir augmenter ses appointements, mais en réalité il continuait à être commis aux écritures »), la manœuvre permettant de se séparer honorablement de l’aide-bibliothécaire Dupont, un agent avec lequel les relations étaient difficiles par suppression de son poste14. Il semble que cette combinaison n’ait pas connu de suite, au moins en ce qui concerne les attributions du conservateur et de son adjoint.

Pendant la guerre, une partie importante du personnel fut mobilisée ; quatre gardiens (tous blessés en 1915) et un gardien stagiaire, le conservateur adjoint Hackin (blessé lui aussi à cette date) et l’aide-bibliothécaire Dupont, ce qui conduisit le conservateur, Moret, à demander que les attributions d’agent comptable de son adjoint mobilisé lui fussent transférées en son absence15.

Enfin, le décret du 5 octobre 1917 maintint la composition de l’équipe scientifique et administrative, hormis le poste de commis au secrétariat (vacant depuis 1913) qui fut supprimé16.

Les agents

Revenons brièvement sur chacun des cadres scientifiques du musée et leur carrière, en détaillant sommairement leurs travaux qui intéressent l’égyptologie réalisés dans le cadre du musée Guimet, notamment les publications et conférences. Pour eux comme pour les collaborateurs extérieurs du musée détaillés ensuite, j’ai essayé de croiser à la fois les indications trouvées dans les archives, dans la presse de l’époque et dans les publications rétrospectives du musées ; ces sources d’informations ne se recoupent que partiellement, aussi est-il possible qu’il y ait eu des confusions ou des lacunes. Sans surprise, l’impression générale qui se dégage de cette synthèse est que l’Égypte ancienne occupe irrégulièrement la programmation scientifique, notablement lorsque des égyptologues (Henri Galiment puis Alexandre Moret) font partie du personnel, ou à l’occasion de découvertes particulières auxquelles participe le musée (notamment les fouilles d’Antinoé).

Émile Guimet (1836-1918)

Émile Guimet (image : Wikimedia Commons)

Jusqu’à sa mort en 1918, Guimet occupait le poste unique de directeur à vie sans traitement.

Il donna une conférence à la Sorbonne17 ou à la mairie du 16e arrondissement18 sur « Les dernières découvertes archéologiques en Égypte » et « L’Égypte ancienne »19 (1895), puis aux mairies des 4e et 9e arrondissements20 ou au musée21 sur « L’Égypte ancienne » (1896), puis au musée sur « Le culte isiaque romain en Égypte »22 et « Les colonies de l’ancienne Égypte »23 (1899) ; « Portraits d’Antinoë » (1911) ; « Symboles égypto-grecs » (1913)24.

Il écrivit aussi des articles sur des sujets variés, comme « Étoffes antiques trouvées dans les tombes d’Antinoé (Égypte) »25 (1899) ; « Observations sur la fabrication des vases égyptiens de l’époque préhistorique »26 (1909) ; Les portraits d’Antinoé au musée Guimet27 (1912) ; « Les âmes égyptiennes »28 (1913).

Léon-Joseph de Milloué (1842-après 1913)

Milloué était directeur du musée Guimet lyonnais ; il fut nommé le 30 novembre 1885 (avec effet rétroactif à partir du 1er janvier 1885) conservateur du musée, bibliothécaire et directeur des Annales du musée Guimet. Officier d’académie, il était né à Colmar le 30 juin 1842 et avait opté pour la nationalité française le 27 juillet 187229. Il travaillait surtout sur les religions indiennes. Il prit sa retraite en 191330.

Henri Galiment (1865-1899)

Attaché au musée depuis au moins 189431, bibliothécaire adjoint à la fin des années 1890, son parcours est assez peu documenté. Sa disparition précoce32 empêcha sa bibliographie de se développer. Il était cependant investi dans les mouvements socialistes, conférencier de la Société d’anthropologie et professeur à l’Université nouvelle de Bruxelles (à partir de l’automne 1897) ; il avait été formé en égyptologie et assyriologie par Révillout et Ledrain33, vraisemblablement à l’École du Louvre, ainsi qu’à l’École pratique des hautes études où il suivit les cours de Maspero de 1897 à 189934. Il semble donc avoir été le premier égyptologue authentique du musée Guimet.

Il participa à l’élaboration du programme des conférences35. Lui-même en donna une au musée sur « La civilisation de l’Égypte d’après les monuments et les textes » suivie quelques jours plus tard d’une visite de la galerie égyptienne36 (1894), visite reconduite en 189537 ; il conduisit l’année suivante une « conférence-promenade dans la galerie des religions de l’Orient classique sur la peinture funéraire dans l’Égypte ancienne »38, et des conférence sur « Le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens »39 et « La sculpture religieuse dans les civilisations de l’Égypte, de la Babylonie et de l’Assyrie »40, ainsi qu’un cycle de conférences sur l’iconographe mythologique de l’Assyrie, de l’Égypte et de l’Orient classique, avec notamment des séances sur « Les contes populaires de l’Égypte ancienne » et « Attitudes hiératiques et symboles dans la religion égyptienne »41.

Alexandre Moret (1868-1938)

Alexandre Moret (image: Wikimedia Commons)

Moret rejoignit le musée en 1906. Il était alors directeur d’études adjoint à l’École pratique des hautes études (section des sciences historiques et philologiques) en archéologie égyptienne. Il fut nommé conservateur adjoint, puis devint conservateur en 1913 à la retraite de Milloué.

Avant même d’y être employé, Moret publia sous les auspices du musée Le rituel du culte divin journalier en Égypte42 et Du caractère religieux de la royauté pharaonique43 (1902) ; il donna aussi plusieurs conférences portant sur l’Égypte : « Les rites du culte divin en Égypte »44 (1903) ; « Le rôle divin du pharaon en Égypte » (1904, à la mairie du 16e arrondissement)45 ; « La magie dans l’Égypte ancienne »46 (1905) ; « Le jugement des morts dans l’Égypte ancienne »47 et « La sépulture d’un haut fonctionnaire memphite de la Ve dynastie »48 (1907) ; « Le jugement des âmes hors d’Égypte »49 (1908) ; « La révolution religieuse d’Aménophis IV »50 et « Une visite aux temples égyptiens »51 (1909) ; « Mystères égyptiens »52 et « Le grand temple de Déir-el-Bahari »53 (1911) ; « Le roi dans l’Égypte primitive »54 (1912) ; « Les temples funéraires des Pharaons de l’Ancien Empire »55 (1913) ; enfin « Conception des Égyptiens sur la vie des statues dans les tombeaux et les temples » (1914)56.

(Gaspard) Joseph Hackin (1886-1941)

Hackin fut d’abord secrétaire particulier de Guimet. En 1913, Guimet proposa qu’il devînt conservateur adjoint pour remplacer Moret, devenu lui-même conservateur à la retraite de Milloué57.

C’était le moment où l’on discutait du passage du musée de la tutelle de l’Instruction publique à celle des Beaux-Arts. Une note anonyme et manifestement malveillante parvint alors au chef de cabinet du sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts (mai 1913) lui indiquait que la proposition de rattachement du musée à son administration était un moyen d’obtenir la création58 d’un poste de conservateur adjoint (refusée par la direction de l’enseignement supérieur depuis alors quatre mois) pour le secrétaire particulier d’Émile Guimet, Joseph Hackin, « allemand d’origine, naturalisé depuis quelques mois à peine59, après s’être soustrait à toute obligation militaire, nomination qui serait un affront pour tout le personnel français du Musée et, à ce titre, ne manquerait pas de soulever de très vives protestations »60. Le transfert de tutelle put cependant avoir lieu, et Hackin – qui était en fait né Luxembourgeois – fut nommé conservateur adjoint en 1914 ; il fut blessé trois fois pendant la Première Guerre mondiale et périt après avoir rejoint la France libre lors du torpillage de son bateau en 194161.

Indianiste, il donna néanmoins une conférence au musée sur les « Peintures thébaines »62 (1913).

Intervenants et partenaires égyptologues du musée

Outre le personnel titulaire, le musée avait ponctuellement recours aux compétences d’autres savants. C’est ainsi que le fils d’Urbain Bouriant, Pierre (né en 1884), fut employé pendant deux mois au catalogue de la collection égyptienne du musée par autorisation ministérielle du 31 juillet 1905 (Moret n’avait pas encore rejoint le musée, qui ne comptait alors aucun égyptologue depuis le décès de Galiment).

Mais c’est notamment la promotions des fouilles récentes et l’organisation de conférences gratuites (régulièrement agrémentées de projection) qui faisait graviter autour du musée Guimet bon nombre des figures de l’égyptologie française (et au-delà).

Ainsi, Albert Gayet (1856-1916), bien que ne relevant pas du personnel du musée, et était un partenaire régulier ; en correspondance avec Émile Guimet dès 189563, il obtint du musée le financement partiel de ses fouilles à Antinoé, le début de leur publication64 en 1897 et l’exposition des trouvailles de ses campagnes, en 189865, 190066, 190167, 190268, 190369, puis 190770 et 190871. S’ajoutaient aux expositions des conférence sur les fouilles et leurs découvertes, notamment textiles, en 189772, 1899 sur « L’histoire du costume de la femme en Égypte », avec présentation des costumes sur des modèles vivants73, 190174, 190375, 190676, et sur « Le destin, la divination en Égypte et l’oracle d’Antinoüs » en 190777.

Le Petit Journal, 10 janvier 1904, p. 16 (image : Gallica)

Émile Amélineau (1850-1915) fut également un égyptologue très présent dans l’activité du musée ; il y publia Essai sur le gnosticisme égyptien78 (1887) ; Les moines égyptiens79 et Monuments pour servir à l’histoire de l’Égypte chrétienne, au IVe siècle. Histoire de Saint-Pakhôme et de ses communautés80 (1889) ; Monuments pour servir à l’histoire de l’Égypte chrétienne. Histoire des monastères de la Basse-Égypte81 et Résumé de l’histoire d’Égypte82 (1894) et Histoire de la sépulture et des funérailles dans l’ancienne Égypte, t. 1 et 283 (1896). Il donna des conférences au musée sur « Le tombeau en Égypte »84 (1895) et « Les nouvelles fouilles d’Abydos et leur résultat » (1903) ; il exposa enfin le produit de ses fouilles abydéniennes en 190785.

Le musée publiait aussi plusieurs collections86, et fut le lieu d’un certain nombre de conférences égyptologiques87. Parmi les autres intervenants occasionnels, on compte88 :

– François Chabas (1817-1882), égyptologue indépendant, qui publia « De l’usage des bâtons de main chez les anciens Égyptiens et les Hébreux »89 (1880) ; « Notice sur une table à libations de la collection de M. Émile Guimet »90 (1882) ;

Eugène Lefébure (1838-1908), membre de la mission française du Caire et enseignant Lyon, Paris puis Alger, qui publia « Les races connues des Égyptiens » (1880)91  ; « Le puits de Déir-el-Bahari ; notice sur les dernières découvertes faites en Égypte »92 (1882) ; Les hypogées royaux de Thèbes, t. 1 Le tombeau de Séthi Ier93 (1886) ; « Un des procédés du démiurge égyptien »94 (1887) ; Les hypogées royaux de Thèbes, t. 2 Notice des hypogées95 (1889) ;

– Édouard Naville (1844-1926), professeur d’égyptologie à l’université de Genève et fouilleur pour le compte de l’Egypt Exploration Fund, qui publia « Ostracon égyptien du Musée Guimet »96 (1880), L’aile nord du pylône d’Aménophis III à Karnak97 (1902), et présenta lors d’une conférence « Les temples de Deir el-Bahari » (1906) ;

– Jens Lieblein (1827-1911), professeur à l’université d’Oslo, qui publia « Les quatre races dans le ciel inférieur des Égyptiens »98 (1887) ;

– Alfred Wiedemann (1856-1936), égyptologue de l’université prussienne de Bonn, qui publia « Maa, déesse de la vérité ; son rôle dans le panthéon égyptien »99 (1887) ;

– Paul Pierret (1836-1916), conservateur du département égyptien du Louvre, qui donna des conférences sur « Le culte de la vérité dans l’ancienne Égypte »100 (1902) et « Les interprétations de la religion égyptienne »101 (1906) ;

– Victor Loret (1859-1946), alors maître de conférence à la faculté de lettres de Lyon, qui publia « La tombe d’un ancien Égyptien »102 (1887) et donna une conférence au musée sur « L’Égypte au temps du totémisme »103 (1905)  ;

– Eugène Révillout (1843-1913), démotisant et conservateur adjoint du département égyptien du Louvre, qui donna une conférence sur l’« Opinions philosophiques d’une dame du IIe siècle »104 (1909) ;

– Georges Bénédite (1857-1926), conservateur du département égyptien du Louvre, qui traita dans une conférence « De l’idéographie dans la sculpture égyptienne »105 (1910) ;

– Seymour de Ricci (1881-1942), qui donna des conférences le 27 janvier 1910 sur « Les dernières fouilles en Égypte »106 (1910) et le 19 janvier 1911 sur « Les contes populaires égyptiens et la littérature hébraïque » (1911) ;

– Jean Capart (1877-1947), conservateur adjoint aux musées royaux d’art de d’histoire de Bruxelles, qui évoqua lors d’une conférence « Un grand temple égyptien. Le temple de Séti Ier à Abydos » (1911).

Notons enfin la candidature malheureuse de Louis Delaporte (1842-1925) en 1913 pour le poste de conservateur adjoint, en remplacement de Moret, lui-même nommé conservateur. Delaporte, ancien explorateur d’Angkor et alors conservateur bénévole du musée khmer du Trocadéro107, postulait en tant que licencié ès sciences mathématiques, diplômé de syriaque à l’École pratique des hautes études et « breveté de l’École du Louvre » en copte, ayant déjà remplacé le titulaire du cours d’épigraphie sémitique au Collège de France à l’hiver 1910-1911108 ; comme nous l’avons vu plus haut, c’est Hackin qui obtint le poste.


Un mot des archives

Les archives du musée Guimet sont réparties en plusieurs lieux. Une partie se trouve sous les cotes 20144795/35 à 38 des Archives nationales. La correspondance de létablissement et plusieurs dossiers thématiques se trouvent en revanche toujours au musée, où ils peuvent être consultés sur rendez-vous à la bibliothèque.

On trouve également aux Archives nationales les dossiers de la gestion du musée par sa tutelle dans les sous-séries de l’Instruction publique (F/17/3848/1 à 3) et des Beaux-Arts (F/21/4470 à 4473).

Lensemble, fort riche, reste toutefois assez irrégulièrement constitué et lacunaire109, peut-être en raison de lautonomie dont a bénéficié létablissement jusquà son rattachement à ladministration des musées nationaux en 1927.

  1. Grimm, Thomas, « Le musée Guimet », Le Petit journal, 29 mars 1884 : « La science n’effraye plus personne aujourd’hui ; elle est la génératrice du progrès et de l’industrie. C’est précisément parce que son musée n’est pas suffisamment dans le grand mouvement de la civilisation que M. Guimet veut le transporter à Paris, la ville-étude, le terrain neutre, le centre universel. » []
  2. Archives nationales, 20144795/35 : convention entre M. Guimet et l’État, 22 juillet 1885 ; archives conservées au musée Guimet : traité de cession du musée Guimet à l’État. []
  3. Archives nationales, 20144795/35 : loi approuvant la convention entre l’État et M. Guimet en vue du transport à Paris et de la cession à l’État du musée Guimet de Lyon, 7 août 1885 ; la convention et la loi furent publiées au Journal officiel du 8 août 1855, p. 4247. []
  4. Archives nationales, 20144795/35 : convention entre l’État et la ville de Paris pour la cession de deux terrains destinés au musée Guimet : procès-verbal de la réunion du conseil municipal de Paris du 15 décembre 1885, convention du 17 janvier 1887, projet de loi du 24 mai 1888. []
  5. Archives nationales, 20144795/35. []
  6. Le Temps, 21 novembre 1889. []
  7. Archives nationales, F/21/4470, dossier « Transfert aux Beaux-Arts » ; loi du 21 décembre 1913, publiée au Journal officiel des 26-27 décembre 1913. []
  8. Décret du 8 octobre 1927, publié au Journal officiel du 14 octobre 1927, p. 10636-10640. []
  9. Archives nationales, F/21/4470 ; la nomination prenait rétroactivement effet à la date du 1er janvier 1885 ; je n’ai pas trouvé de texte législatif fixant la composition du personnel du musée avant 1899. []
  10. Archives nationales, F/21/4471 : il s’agit de Deshayes, secrétaire archiviste auxiliaire depuis le 1er janvier 1887, nommé conservateur adjoint le 1er juillet 1888, également agent comptable depuis le 1er avril 1896. Un état rétrospectif du personnel du musée depuis sa fondation, dressé en 1915, mentionne un conservateur adjoint entre 1885 et 1899, mais je n’en ai pas trouvé de trace formelle avant le décret de 1899 ; il est possible qu’il s’agisse d’une confusion a posteriori ou encore d’une lacune de la documentation ou de mes sondages. []
  11. Archives nationales, F/21/4471 et 20144795/35. []
  12. Dans une lettre écrite en 1913 à un conseiller d’État non nommé, il indiqua avoir favorisé ce système pour que ses agents pussent bénéficier d’une retraite (Archives nationales, F/21/4471). []
  13. Il s’agissait donc que le nouveau conservateur, Moret, restât agent comptable, et que la charge de la bibliothèque revînt à son successeur, le nouveau conservateur adjoint Hackin. []
  14. Archives nationales, F/21/4471. []
  15. Archives nationales, F/21/4471 : lettre du conservateur Moret au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 5 août 1915. []
  16. Archives nationales, F/21/4471. []
  17. Le Soleil, 15 mai 1895 ; Le Temps, 17 mai 1895. []
  18. Le jubilé du musée Guimet, Paris, Leroux, 1904, p. 124. []
  19. Le jubilé du musée Guimet, Paris, Leroux, 1904, p. 125 ; il semble y avoir eu des confusions dans les listes rétrospectives. []
  20. La Cocarde, 13 janvier 1896. []
  21. Le siècle, 14 janvier 1896. []
  22. Le XIXe siècle, 12 février 1899 []
  23. Le XIXe siècle, 10 décembre 1899. []
  24. Archives nationales, F/21/4473. []
  25. CRAIBL 43-1, p. 117-118. []
  26. Publications de la société linnéenne de Lyon 28, p. 8-10. []
  27. Bibliothèque d’art 5. []
  28. Revue de l’histoire des religions 68, p. 1-17. []
  29. Archives nationales, F/21/4470 ; la déclaration d’option est aussi conservée aux Archives nationales dans l’article BB/31/333 ; il y est qualifié de « négociant » et son nom semble ne pas comporter de particule. []
  30. Ajout du 22 août 2019 : j’avais dans la première version de ce billet erronément indiqué comme date de décès “1930”, en copiant trop rapidement ce qui devait vraisemblablement être une indication pour “[avant] 1930” ; en revenant sur cette question, je n’ai pas davantage pu préciser sa date de décès. Merci à Mme Cristina Cramerotti, responsable de la bibliothèque du musée national des arts asiatiques Guimet, pour avoir attiré mon attention sur ce point. []
  31. Le jubilé du musée Guimet, Paris, Leroux, 1904, p. 124. []
  32. Le radical, 29 juillet 1899, « Libre pensée ». []
  33. Chaboseau, A., « La première Université populaire », Le mouvement socialiste (4e année) 93, 24 mai 1902, p. 978-, p. 980-982. []
  34. Annuaire de l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques, 1899 [année scol. 1897-1898], p. 127 ; 1900 [année scol. 1898-1899] p. 121 – de l’utilité de dépouiller en ce moment les publications de l’École pratique ! []
  35. Archives nationales, F/21/4473 : lettre de Miloué à Guimet, 7 novembre 1895. []
  36. Le petit journal, 8 décembre 1894 ; La presse, 7 décembre 1894 ; La Petite République, 24 décembre 1894, Le Radical, 23 décembre 1894, La lanterne, 22 décembre 1894 ; Le parti ouvrier, 20 décembre 1894 ; Le jubilé du musée Guimet, p. 124.) []
  37. Le jubilé du musée Guimet, Paris, Leroux, 1904, p. 124. []
  38. Le jubilé du musée Guimet, Paris, Leroux, 1904, p. 125. []
  39. Le jubilé du musée Guimet, Paris, Leroux, 1904, p. 126. []
  40. Le jubilé du musée Guimet, Paris, Leroux, 1904, p. 126. []
  41. Archives nationales, F/21/4473. []
  42. Bibliothèque d’études 14. []
  43. Bibliothèque d’études 15. []
  44. Archives nationales, F/21/4473. []
  45. La libre parole, 5 janvier 1904. []
  46. Le siècle, 22 décembre 1905. []
  47. Le siècle, 12 janvier 1907. []
  48. Archives nationales, F/21/4473. []
  49. Le Petit journal, 24 janvier 1908. []
  50. La lanterne, 24 janvier 1909. []
  51. Journal des débats politiques et littéraires, 14 février 1909 []
  52. Archives nationales, F/21/4473 ; La Lanterne, 22 janvier 1911. []
  53. Archives nationales, F/21/4473 ; La Lanterne, 18 février 1910. []
  54. Archives nationales, F/21/4473 ; Le Temps, 8 janvier 1912. []
  55. Archives nationales, F/21/4473 ; La lanterne, 12 janvier 1913. []
  56. Le rappel, 11 janvier 1914. []
  57. Archives nationales, F/21/4471. []
  58. Lattribution en fait, puisquil existait un conservateur adjoint depuis au moins 1888. []
  59. Hackin fut naturalisé par décret du 20 octobre 1912 ; sous le dossier n° 7911 X 1912, son dossier de demande est conservé aux Archives nationales au sein de l’article BB/11/5505. []
  60. Archives nationales, F/21/4470. []
  61. Ajout du 22 août 2019 : merci à Mme Cristina Cramerotti, responsable de la bibliothèque du musée national des arts asiatiques Guimet, pour m’avoir précisé cette date. []
  62. Archives nationales, F/21/4473. []
  63. Archives conservées au musée Guimet, « fouilles d’Antinoé ». []
  64. L’exploration des ruines d’Antonoë et la découverte d’un temple de Ramsès II (Annales du musée Guimet 26, 3e partie. []
  65. L’Aurore, 7 juin 1898 ; 26 juin 1898 ; Le Siècle, 26 juin 1898 ; L’Écho de Paris, 27 juin 1898 ; Le Gaulois, 28 juin 1898 ; La France, 28 juin 1898 ; La Presse, 22 août 1898 ; Le matin, 21 mai 1898. []
  66. Journal des débats politiques et littéraires, 10 décembre 1900. []
  67. Le Figaro, 15 juin 1901 ; La petite Gironde, 17 juin 1901 . []
  68. Le Journal, 6 juin 1902 ; La Lanterne, 7 juin 1902 ; Le Temps, 8 juin 1902 ; La France, 14 juillet 1902. []
  69. Le Petit Parisien, 2 juin 1903, 11 juin 1903, 3 juillet 1903 ; Le Petit Journal, 11 juin 1903 ; L’Écho de Paris, 3 juillet 1903. []
  70. Gil Blas, 25 mai 1907. []
  71. Le Journal, 25 mai 1908 ; Le Petit Parisien, 28 mai 1908 ; Le Journal, 29 mai 1908. []
  72. Le Siècle, 15 novembre 1897 ; L’Aurore, 15 novembre 1897. []
  73. Le Figaro, 7 novembre 1899. []
  74. Le Figaro, 17 novembre 1901. []
  75. Le Petit Parisien, 2 juin 1903, 11 juin 1903, 3 juillet 1903 ; Le Petit Journal, 11 juin 1903 ; L’Écho de Paris, 3 juillet 1903. []
  76. La République française, 10 décembre 1906 . []
  77. Le Gaulois, 4 décembre 1907. []
  78. Annales du musée Guimet 14. []
  79. Bibliothèque de vulgarisation 1. []
  80. Annales du musée Guimet 17. []
  81. Annales du musée Guimet 25. []
  82. Bibliothèque de vulgarisation 7. []
  83. Annales du musée Guimet 28 et 29. []
  84. La lanterne, 26 mai 1895 ; Le jubilé du musée Guimet, Paris, Leroux, 1904, p. 124. []
  85. La Croix, 27 février 1907. []
  86. Une liste dressée en 1896 des publications égyptologiques du musée se trouve dans Textor de Ravisi, Anatole Arthur, Vestiges égyptiens en France, Paris, Charles Schlaeber, 1896, p. [31]. []
  87. Les programmes annuels sont conservés aux Archives nationales dans l’article F/21/4473 mais comportent des lacunes ; lorsque aucune source n’est indiquée en note dans les listes qui suivent, c’est que les conférences étaient mentionnées dans ces programmes. []
  88. Je n’ai pas relevé les conférenciers qui intervenaient sur des domaines proches de l’Égypte ancienne, mais de la perspective d’une autre discipline, comme les sources diplomatiques levantines, les communautés juives en Égypte ou les objets égyptisants – et notamment isiaques – révélés par l’archéologie européenne. []
  89. Annales du musée Guimet 1, p. 35-48. []
  90. Annales du musée Guimet 4, p. 21-35. []
  91. Annales du musée Guimet 1, p. 61-76. []
  92. Annales du musée Guimet 4, p. 3-17. []
  93. Annales du musée Guimet 9. []
  94. Annales du musée Guimet 10, p. 553-558. []
  95. Annales du musée Guimet 16. []
  96. Annales du musée Guimet 1, p. 51-60. []
  97. Annales du musée Guimet 30, 1re partie (en collaboration avec Georges Legrain). []
  98. Annales du musée Guimet 10, p. 547-550. []
  99. Annales du musée Guimet 10, p. 561-573. []
  100. L’Écho de Paris, 16 février 1902. []
  101. Le Figaro, 4 février 1906. []
  102. Annales du musée Guimet 10, p. 519-543. []
  103. Le Matin, 9 avril 1905 []
  104. Le XIXe siècle, 30 janvier 1909 []
  105. Archives nationales, F/21/4473 ; Le matin, 13 février 1910. []
  106. Le Petit caporal, 22 janvier 1910 []
  107. Jarrige, Jean François, CRAIBL 154-1, 2010, « L’art khmer au Musée Guimet : histoire d’une collection », p. 487-498, p. 491. []
  108. Archives nationales, F/21/4471. []
  109. Je n’ai par exemple pas encore trouvé de dossiers de personnel pour le personnel de l’institution avant les années 1920 ; il faut ensuite les chercher dans le versement 20150497 des Archives nationales. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.