L’habit de Devéria

Un petit billet à propos d’une enquête à vrai dire assez éloignée de l’égyptologie scientifique, mais qui a répondu à une question qui m’intriguait depuis longtemps : à quoi correspond la tenue de Théodule Devéria dans son fameux portrait ?

Portrait de Théodule Devéria
Portrait de Théodule Devéria
Eugène Devéria 1861-1868 (voir plus bas), Louvre RF 2648 (image : Wikimedia Commons)

Le portrait a été peint par Eugène Devéria, oncle de Théodule Devéria ; il y est représenté dans le musée (on distingue un cercueil égyptien à l’arrière plan, ainsi qu’une perspective monumentale assez peu distincte qui évoque peut-être l’enfilade du musée Charles-X et ses denticules dorés).

Je ne détaillerai pas l’activité de Devéria ici1. Sa carrière peut être précisément retracée à partir du registre des états du personnel scientifique et administratif des musées nationaux (1820-1904)2, son dossier de carrière dans l’administration des musées nationaux3 et l’autre dossier de carrière dressé par le ministère d’État et de la maison de l’empereur4.

Né à Paris le 1er juillet 18315, il entra en fonction au musée le 1er avril 1855 (par arrêté du 31 mars) comme attaché à la conservation des antiquités égyptiennes6. Il est promu conservateur adjoint des antiquités égyptiennes par décret du 26 janvier 1861 pour effet le 1er février 18617

Malgré l’appui du vicomte de Rougé, conservateur honoraire des antiquités égyptienne, le surintendant des Beaux-Arts Nieuwerkerke ne lui accorde pas le titre de conservateur8, mais lui fait obtenir la Légion d’honneur par décret du 14 août 18689.

De santé extrêmement fragile, il mourut prématurément à Paris le 2510

Première piste : le fonds des musées nationaux

Au sein du versement des Archives nationales dévolu au personnel des musées nationaux, un article11 est justement consacré au costume des agents des musées nationaux. Dans le détail, il concerne surtout les gardiens, portiers et « frotteurs ».

On y trouve cependant un petit dossier constitué autour de 1852, rassemblant des réglements pour les costumes des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur et de la maison de l’empereur, assortis d’une lettre transmise en 1852 précisant que « MM. Les conservateurs seront assimilés aux Chefs de Division de l’administration centrale et les conservateurs adjoints, aux Chefs de bureaux. »12. Deux documents y sont joints.

Il s’agit tout d’abord d’un règlement concernant le costume officiel des employés du ministère de l’Intérieur ; sans date, il mentionne des boutons à l’aigle impérial : « habit bleu, broderie en or, feuilles d’olivier et de pensée » avec gilet blanc, chapeau français à plumes noires et ganse brodée en or, épée à poignée de nacre et garde dorée, boutons dorés à l’aigle ; il précise les broderies propres aux chefs de divisions « au collet, parements, taille et baguette » et aux chefs de bureau « au collet et aux parements ». Mais l’habit bleu suffit pour disqualifier cette possibilité au regard du portrait de Devéria.

On trouve également un extrait de l’arrêté concernant les costumes des fonctionnaires de la maison de l’empereur (sans date non plus). L’article 2 le décrit :

« Habit drap, vert impérial, coupé droit sur le devant en forme de frac, garni de 9 boutons dorés à l’aigle couronné. Broderies en or (composées de feuilles et fleur qui varient suivant les différents services. La broderie des Musées n’a pas été spécifiée).

Pantalon drap vert à bande d’or, pour la petite tenue.

Culotte de casimir blanc ou pantalon blanc à bande d’or, pour la grande tenue.

Gilet blanc, garni de 5 boutons dorés à l’aigle couronnée.

Epée aux armes de la maison de l’Empereur, à poignée de nacre, ornements dorés.

Chapeau français, plumes noires, gants en velours noir brodé en or. »

Les marques distinctives de grades (article 4) sont, pour les chefs de bureau, des broderies au collet, au parement et un écusson (les chefs de division ayant en outre une « double baguette » brodée sur la poitrine.

L’administration des musées était en effet passée des attributions du ministère de l’Intérieur à celles du ministère d’État et de la maison de l’empereur au début du Second Empire.13 Ce deuxième costume semble plus convaincant.

Deuxième piste : le fonds de la maison de l’empereur

Des documents complémentaires se trouvent dans le fonds de la maison de l’empereur14. On y trouve d’ailleurs des dessins en couleur indiquant les costumes de plusieurs fonctionnaires, dont ceux de la maison de l’empereur : nous y retrouvons bien le costume de Devéria.

Dessin : costume des fonctionnaires de la maison de l'empereur
Costume des fonctionnaire de la maison de l’empereur, Archives nationales, O/5/97

Ce dossier contient un certain nombre de brouillon annotés de décret fixant l’habit des fonctionnaires de la maison de l’empereur. L’un d’eux, sans date précise, mentionne le personnel des musées, caractérisé par le motif des broderies (feuilles d’olivier, de pensée et fleur d’impériale) ; les conservateurs en arborent au collet, aux parements, avec un écusson et une simple baguette autour de l’habit ; les conservateurs adjoints portent les mêmes broderies moins la baguette ; quant aux attachés aux musées, seul leur collet est brodé, avec une simple baguette aux parements et un chapeau sans plume.

Conclusion

Théodule Devéria apparaît donc sur son portrait en tant que conservateur adjoint des musées impériaux, et à ce titre fonctionnaire de la maison de l’empereur. Son habit est en fait vert impérial, difficilement discernables sur les photos disponibles du tableau ; il s’agit de la petite tenue, la grande tenue étant complétée par un pantalon blanc15. Notons enfin que la couleur des gants ne semble pas réglementaire et que l’on attendrait des gants noirs (les gants blancs se retrouvent cependant aussi sur le dessin).

Ce portrait date donc d’entre la nomination de Devéria au poste de conservateur adjoint (1861) et 1868, date à laquelle il reçut la croix de chevalier de la Légion d’honneur, qui n’aurait pas manqué de figurer sur un portrait aussi formel.

Voilà un petit mystère de moins. La science n’en sort pas grandie, mais c’est tout de même gratifiant d’avoir résolu cette interrogation.

  1. Je compte consacrer un prochain billet, au moins, aux carrières des agents du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre. []
  2. Archives nationales, 20150497/511 : les entrées commencent en 1820, mais passent très vite aux années 1830 et 1840 ; il n’y a pas de trace de Champollion, Dubois ou Duteil, ni des emplois temporaires de Mariette par exemple. []
  3. Archives nationales, 20150497/120, dossier 166. []
  4. Archives nationales, O/5/129. []
  5. Archives nationales, O/5/129 ; 20150497/120, dossier 166 ; 20150497/511, double-page 14. []
  6. Archives nationales, O/5/129 ; 20150497/120, dossier 166 ; 20150497/511, double-page 14. []
  7. Archives nationales, 20150497/511, double-page 14. []
  8. Archives nationales, 20150497/120, dossier 166, lettres de Devéria à Nieuwerkerke (30 novembre 1867), de Rougé à Nieuwerkerke (3 décembre [1867]) et de Nieuwerkerke à Devéria (7 décembre 1867). []
  9. Archives nationales, LH/765/65 (voir base Leonore) ; O/5/129 ; 20150497/120, dossier 166. []
  10. Archives de Paris, registre des décès du 9e arrondissement, 1871, V4E 3480, acte n° 584 ; on trouve aussi comme date de décès erronées dans la documentation d’époque le 24 janvier (Archives nationales, LH/765/65, voir base Leonore) ou le 31 janvier (Archives nationales, 20150497/511, double-page 14.). []
  11. Archives nationales, 20150497/80 (anciennement O 26 à la Bibliothèque centrale des musées nationaux). []
  12. Archives nationales, 20150497/80, duplicata d’une lettre du ministre de l’Intérieur au directeur général des musées, s.d. []
  13. On trouve dans le dossier personnel d’Emmanuel de Rougé dans le fonds de la maison de l’empereur une lettre du ministre de l’Intérieur au directeur général des musées du 8 janvier 1852 l’informant que son administration est passée dans les attributions du ministère d’État et de la maison de l’empereur suite au sénatus-consulte du 14 décembre 1851 (Archives nationales, O/5/130). []
  14. Archives nationales, O/5/97. []
  15. Il y a d’ailleurs dans son dossier personnel du fonds des musées nationaux une lettre d’invitation pour la présentations à l’empereur et l’impératrice des fonctionnaires et employés de leur maisons civile et militaire précisant que « les Fonctionnaires civils devront être en grand uniforme, mais avec pantalon vert » (Archives nationales, 20150497/120, dossier 166). []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.