« Vous n’aurez pas ma tête ! » Un échange entre le Louvre et le musée Guimet

Au détour d’un courrier au ton singulier retrouvé dans les archives, revenons sur les mésaventures d’une statue représentant la déesse Isis allaitant son fils Horus et inscrite au nom de la divine adoratrice Chépénoupet II. Cette statue est désormais conservée au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre sous les numéros d’inventaire E 7826 (corps) et E 20371 (buste).1

Statue d'Isis allaitant Horus
Isis allaitant Horus
XXVe dynastie, Médinet Habou (fouilles de John B. Greene, 1855) ; granit ; h. 1,46 m ; Louvre E 7826 & E 20371 (image : Wikimedia Commons)

Une proposition innocente ?

Cette histoire commença le 13 septembre 1897, avec le mot écrit par un certain Arrondelle au conservateur des antiquités égyptiennes du Louvre : il signale une tête du musée Guimet, complémentaire d’un buste du Louvre2. Sa lettre comporte même un croquis de l’ensemble, avec l’identification de la pièce à la « reine Shap-en-ap »3. La présence du nom de la princesse sur la partie inférieure de la statue l’avait en effet fait attribuer à Chépénoupet4.

Cette lettre encouragea évidemment le conservateur, Georges Bénédite, à pousser son investigation ; il envoya donc le 27 juin suivant une lettre au musée Guimet :

« Cher Monsieur,

M’étant rendu hier au Musée Guimet pour visiter l’exposition des objets provenant des fouilles d’Antinoé, j’ai eu l’occasion d’apprendre de M. de Milloué5 que le buste en granit de la reine Shapenap qui fait partie de vos collections égyptiennes avait été acquis par vous d’un marchand de curiosités de la rue de Seine. Comme ce buste provient d’un envoi fait au musée du Louvre en 18826 par M. Lequeux, consul de France au Caire, et complète un torse déposé dans un de nos magasins, nous vous serions infiniment reconnaissant de vouloir bien nous faire connaître par une petite note, le nom du marchand en question. Nous pourrions ainsi être renseignés sur quelques uns des éléments indispensables à l’enquête que nous avons le devoir de faire au sujet de ce monument. J’aurais eu grand intérêt à m’entretenir […?]ment avec vous de cette question et de quelques autres ; mais, ayant appris que vous quittiez Paris aujourd’hui même, j’ai dû me décider à vous écrire.

Veuillez agréer, cher Monsieur, l’assurance de mes sentiments bien dévoués. »7

La réponse d’Émile Guimet donne tout son piquant à l’affaire ; c’est elle qui a attiré mon attention sur cet échange :

« Cher Monsieur,

Vous n’aurez pas ma tête ! … Je refuse absolument d’entrer dans la voie des « révélations ». Et puis, sérieusement, je crois que vous vous trompez. Le buste de la reine Shap-en-ap était bien avant 1882 dans ma collection particulière, et n’a pu être envoyé au Louvre en même temps que le torse. Croyez, cher Monsieur, à mes sentiments les plus dévoués. »8

Comment en est-on arrivé là ?

Dans les années qui suivirent, Bénédite n’oublia pas la belle décapitée ; il y fit référence en conclusion d’un article qu’il fit paraître en 1900 :

« Au cours de cet article, j’ai eu à citer la statue de Shapenouapit II découverte par Greene à Medinet Habou. Cette statue, transportée plus tard à Louqsor dans la Maison de France, petite construction démolie avec les autres bâtisses parasites qui encombraient le temple, est entrée au Louvre en 1884, en même temps qu’un lot de grands monuments envoyés, sur le conseil de M. Maspero, à notre musée, par M. Lequeux, alors consul de France au Caire. La plupart de ces monuments ont pu trouver place dans nos galeries au moment du remaniement des collections du rez-de-chaussée9. Le triste était où se trouvait la statue de Shapenouapit, privée de son buste, m’empêcha d’en tirer parti. Sans autre indication sur l’état où elle avait pu parvenir au Louvre que la pl. VIII de la publication de Greene10 je la croyais irrévocablement ruinée, lorsque le chef des ateliers de moulage appela mon attention sur le moulage d’une tête de reine dont l’original était exposé au Musée Guimet et qui lui avait paru de la même dimension que le torse du Louvre ; nous superposâmes le buste de plâtre au corps de granit et nous pûmes alors constater que les deux fragments se complémentaient de la façon la plus évidente, les cassures se répondant exactement et l’inscription commencée sur le derrière de la tête se prolongeant normalement dans le dos de la statue. Je fis part de cette constatation à M. de Milloué, conservateur du Musée Guimet qui m’apprit que le buste en question avait été acquis à Paris. J’ai longtemps cru qu’il avait été dérobé au Louvre dans un de nos magasins où trop de gens avaient accès ; mais, d’après de nouveaux renseignements qu’a bien voulu me donner M. Guimet, il aurait été acquis avant 1876 et aurait donc été transporté à Paris près de dix ans avant le reste du corps. La mutilation de ce monument qui a eu son temps de célébrité dans la science est un grand dommage. Il est vraiment fâcheux que la seule grande statue de reine égyptienne possédée par les collections de Paris ait sa tête au Musée Guimet et ses pieds au Louvre. Je n’ai pu que protester contre cette anomalie ; j’ai maintenant lieu d’espérer que ce n’aura pas été vain. »11

Détail de la pl. VIII de Greene : la partie inférieure de notre statue
Détail de la pl. VIII de Greene : la partie inférieure de notre statue

Ce récit modifie quelque peu l’incident tel qu’il nous apparaissait à partir de l’échange épistolaire de 1898 : il nous permet de reconnaître en l’expéditeur de la lettre initiale Eugène Arrondelle, chef des mouleurs du Louvre entre 1886 et 190712.

Il se trouve par ailleurs que le musée Guimet avait justement fait mouler en septembre 1896, un an avant la note d’Arrondelle, un « buste de reine égyptienne »13 dans lequel il semble raisonnable de reconnaître notre Isis, dont un tirage fut aussi envoyé avant février 1901 à Jean Capart, alors conservateur adjoint au musée royal de Bruxelles.14 Un autre semble donc être passé entre les mains d’Arrondelle, qui aurait procédé avec Bénédite à un essai avec le corps de pierre pour s’assurer de la complémentarité des deux avant de s’adresser à Guimet.

De nouvelles pièces du dossier seraient donc peut-être à trouver dans le fonds de l’atelier de moulage et dans la correspondance du musée Guimet entre 1896 et le dénouement de l’affaire, en 1906. Notons que Bénédite garde un silence fort diplomatique sur le rejet qu’il a essuyé de Guimet, avec qui il semble alors en négociation.

Portrait d'Émile Guimet
Portrait de Guimet
Ferdinand Jean Luigini, 1898, musée des Confluences (Lyon) 2007.0.653 (image : Wikimedia Commons)

Je n’ai pas déterminé ce qui avait poussé Guimet à faire mouler cette tête en septembre 1896. Les responsables du musée s’intéressaient vraisemblablement à la statue à ce moment, puisque sa notice dans le guide des salles s’étoffa alors quelque peu.

Exposée dans la quatrième salle de la galerie Boissière, au deuxième étage, elle est en effet simplement décrite comme le « buste, en granite brun, d’une princesse saïte, coiffée de l’uræus »15 jusqu’en 1897, année à partir de laquelle elle retrouve son nom : « buste, en granit brun, de la reine Shap-en-ap, femme de Psammétik Ier »16. En 1904, une dernière addition à la notice apporta une nouvelle précision : « buste, en granit brun marbré de blanc, de la reine Shap-en-hap, fille de Piankhi et femme de Psammétik Ier, à qui elle apporta le droit de fonder légalement la XXVIe dynastie. »17, sans que l’on puisse déterminer si ces données sont issues du guide du Louvre de Pierret (comme on peut le supposer pour la note d’Arrondelle), de l’article de Bénédite ou d’une autre publication précise.

Huit ans après…

En 1906, le ton de Guimet a changé et il est disposé à donner le buste au Louvre contre des objets pour son musée : alors que ses collections égyptiennes s’étaient considérablement enrichies grâce au soutien qu’il avait apporté aux fouilles de Gayet à Antinoé ou Amélineau et Weill à Abydos, il n’accordait peut-être plus autant de prix à sa chère tête, d’autant plus qu’il semblait aussi intéressé par d’autres collections. Il écrivait alors à Antoine Héron de Villefosse, conservateur des antiquités gréco-romaines au Louvre :

« Cher Monsieur,

Vous avez bien voulu me faire espérer que vous choisirez quelques objets à céder au musée Guimet en échange du buste de la reine Shap-en-hap que je désire donner au Louvre.

J’aurai le plaisir de vous aller voir la semaine prochaine et je vous serai reconnaissant de [mettre de] côté les documents que vous pourriez me proposer. »18

Trois jours plus tard, le conservateur adjoint des antiquités égyptiennes Pierret envoyait cette lettre à son conservateur Bénédite pour lui rendre compte du déroulement de l’affaire et lui demander ses directives, précisant que le directeur exigeait une « rapide solution de cette affaire qui nous concerne ».19

De son côté, le directeur écrivait à Gaston Migeon, conservateur des objets d’art, pour lui demander le numéro d’inventaire d’une statue japonaise que le Louvre consentait à « céder » à Guimet20 « pour faciliter le retour au Musée de la tête de Dame égyptienne qu’il possède et qui complète un torse de notre collection. »21

Les négociations allaient ensuite bon train ; Guimet faisait son marché :

« Cher Monsieur,

Je vous remercie de votre lettre.

C’est entendu pour la tête de lionne.

J’irai vous voir dans les premiers jours de juin et nous terminerons.

Croyez, cher Monsieur, à mes sentiments bien dévoués. »22

Et quelques semaines plus tard, à nouveau avec un sens de la formule inimitable :

« Cher Monsieur,

Je suis allé au Louvre et vous n’y étiez pas. Je vous propose de remplacer la tête de chatte par un Nefer Hotep, à cheveux frisés et pschent.

Mais j’ai d’autres appétits.

M. Gayet m’a dit que la S des fouilles avait attribué au Musée du Louvre les toiles stuquées et peintes que j’avais demandées à cause de la grande quantité de symboles isiaques qui les couvrent.

Vous m’avez dit que vous ne les avez pas.

Mais c’est peut-être comme pour Apollon Eupsuki ; vous  ignorez vos richesses.

Si vous les trouvez, c’est bien ça qu’il me faudrait

Et je vous prierai de m’envoyer la liste des objets échangés pour que je puisse écrire au Ministre.

Croyez, cher Monsieur, à mes sentiments bien dévoués. »23

L’échange fut finalement conclu en juillet 1906. Le 16, Guimet adressait une liste définitive de vingt-huit objets au directeur des musées nationaux, qui la transmettait aux conservateurs des départements concernés (antiquités égyptiennes, gréco-romaines et objets d’art) en notant en marge « M. Guimet me paraît mettre un haut prix à la tête de Shap-en-Hap. »24 … Les objets égyptiens concernés étaient :

  • la statuette naophore E 4299 ;

  • l’Isis lactans N 3966 ;

  • une tête de chat en bronze sans numéro ;

  • l’Hathor de bronze E 4427 ;

  • l’Isis-Hathor de bronze E 4419 ;

  • le Montou en bronze N 3732 (que Guimet désignait comme Hor-Amon), issu de la collection Clot-Bey ;

  • le Néferhotep de bronze N 3979 ;

  • une momie ;

  • une toile stuquées d’Apollon « Eupsuki », d’Antinoé.25

La suite de l’histoire est surtout une succession d’échanges au sein de la bureaucratie des Beaux-Arts : à la fin du mois de juillet, la liste fut proposée par le directeur des musées nationaux à sa hiérarchie26. Un mois plus tard, le directeur de l’Enseignement supérieur (dont dépendait le musée Guimet jusqu’en 1914) donna son accord au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts (dont dépendaient les musées nationaux), à la réserve de l’assentiment de Guimet27. Après un moment de flottement et une relance du sous-secrétaire d’État28, un décret fut finalement rédigé pendant l’automne ; en date du 30 novembre, il fut envoyé aux deux parties le 3 décembre et comprenait la liste des objets échangés, dont des pièces du département des antiquités orientales et une statuette laquée issue des collections d’objets d’art du Louvre29. Il n’était cependant plus question de cession ou de don, mais de dépôts réciproques, sans doute destinés à la perpétuité.

Les objets furent donc finalement envoyés et réceptionnés au musée Guimet le 22 décembre ; après quelques réclamations et ajustements, les derniers d’entre eux furent finalement déposés le 27 février 190730.

Épilogue

Reprenons les différents épisodes de cette affaire : le corps de la statue fut découvert à Médinet Habou en 1855 et publié par Greene ; sa tête semble être arrivée en France avant 1874 et finit dans la collection de Guimet. Le buste fut expédié au Louvre en 1884. Entre 1894 et 1897, les responsables du musée Guimet identifièrent leur tête à Chépénoupet, en lien sans doute avec son moulage en 1896 (préalable ou consécutif à l’identification). La diffusion des tirages paraît avoir conduit le chef des mouleurs du Louvre à repérer la complémentarité des deux pièces en septembre 1897. Après avoir vérifié l’assemblage du corps et du moulage de la tête, Bénédite s’enquit des détails de l’acquisition de la tête auprès de Guimet, qui refusa assez brusquement de donner suite. Bénédite poursuivit vraisemblablement ses tentatives. En 1906, Guimet consentit à un dépôt mutuel contre plusieurs pièces issues des départements égyptiens, des objets d’art et des antiquités gréco-romaines. Le processus administratif de formalisation de l’échange dura, jusqu’à ce qu’en décembre 1906, les deux fragments de la statue soient rassemblés au Louvre.

Considérée comme un dépôt du musée Guimet au Louvre, la fameuse tête n’en rejoignit officiellement les collections qu’en 1948, lors du transfert croisé des objets asiatiques du Louvre vers le musée Guimet, en échange des antiquités, notamment égyptiennes.

Cette mésaventure illustre en tout cas la férocité du philanthrope Guimet lorsqu’il s’agissait de défendre les intérêts de son institution31. Elle m’a également fourni un cas exemplaire de complémentarité des fonds d’archives, puisque les développements de cette affaire sont à suivre, au moins, dans les archives…

  • … du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, aux Archives nationales, dans le versement 20144775 ;

  • … du musée Guimet, dont la bibliothèque conserve toujours la correspondance ;

  • … de l’administration des Beaux-Arts, aux Archives nationales dans la série F/21 ;

  • … de l’administration de l’Instruction publique, dont le fonds aux Archives nationales (série F/17) comporte la comptabilité du musée Guimet pour les années 1890.

  1. Étienne, Marc, notice n° 24, dans Galliano, Geneviève (dir.), Un jour j’achetai une momie. Émile Guimet et l’Égypte antique, Lyon, Hazan, 2012, p. 172. []
  2. La lettre comporte la mention que je comprends mal « Moi qui ne suis pas un savant, je l’avais nommer [sic] Isis, et vendue pour tel [sic] », qui semble indiquer qu’il s’agit d’un marchand ; c’est en fait le chef des mouleurs du Louvre (voir plus bas) ; a-t-il servi d’intermédiaire dans l’achat par le Louvre d’un moulage de la tête qu’il présentait comme une Isis ? []
  3. Archives nationales, 20144775/6 ; l’orthographe est hasardeuse, mais à un redoublement près, les noms qui apparaissent sont conformes aux graphies utilisées par exemple par Paul Pierret dans le Catalogue de la salle historique de la galerie égyptienne, Paris, Charles de Mourgues frères, 1873, p. 201 : « Schap-en-ap. Fille de Piankhi (Ra-men-kheper) et d’Améniritis ; elle épousa Psamétik Ier, roi étranger, dont elle légitima le pouvoir au moyen des droits qu’elle tenait de sa mère et que consacrait en elle le sacerdoce d’Amon. ». []
  4. Rougé (de), Emmanuel, « Notice de quelques textes hiéroglyphiques récemment publiés par M. Greene », 2e partie, L’Athénæum français 50, 1855, p. 1083-1088. []
  5. Le conservateur du musée Guimet, voir le précédent billet sur le personnel de cette institution : « Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris », 18 août 2019. []
  6. Bénédite commet ici une erreur : la statue est entrée au Louvre en 1884, comme il l’écrire lui-même par la suite : Bénédite, Georges, « Sur un étui de tablette trouvé à Thèbes », Monuments et mémoire de la fondation Eugène Piot 7, 1900, p. 105-119, p. 118119. []
  7. Lettre de Bénédite à Guimet, 27 juin 1898, bibliothèque du musée Guimet, correspondance de 1898 (boîte 21). []
  8. Lettre de Guimet à Bénédite, 1er juillet 1898, Archives nationales, 20144775/6 ; une copie de la lettre est conservée à la bibliothèque du musée Guimet parmi la correspondance de 1898 (boîte 21) ; elle avait été signalée par Gady, Éric, « Une place unique au sein de l’égyptologie française », dans Galliano, Geneviève (dir.), Un jour j’achetai une momie. Émile Guimet et l’Égypte antique, Lyon, Hazan, 2012, p. 92-103, p. 96. []
  9. De 1895 à 1898, la galerie d’Alger, la galerie Henri-IV et la salle du Sérapéum (c’est-à-dire le rez-de-chaussée de la moitié sud de l’aile orientale de la cour carrée) sont réaménagées ; voir : Archives nationales, F/21/4475/B et 20144775/2 ; Guichard, Sylvie, « Le département des antiquités égyptiennes » dans Brec-Bautier, Geneviève et Lintz, Yannick (dir.), Histoire du Louvre, t. 3, Louvre éditions, 2016, p. 80-84, p. 81. []
  10. Greene, John Beasley, Fouilles exécutées à Thèbes dans l’année 1855, Paris, Firmion Didot frères, 1855, pl. VIII. []
  11. Bénédite, Georges, « Sur un étui de tablette trouvé à Thèbes », Monuments et mémoire de la fondation Eugène Piot 7, 1900, p. 105-119, p. 118119. []
  12. Rionnet, Florence, « Un instrument de propagande artistique : l’atelier de moulage du Louvre », Revue de l’art 104, 1994 p. 49-50, p. 50, n. 5. []
  13. Archives nationales, F/17/3848/3 : facture de la maison Sadaune, dressée le 18 septembre 1896. []
  14. Van Rinsveld, Bernard, « Les moulages, reproductions et maquettes de la collection égyptienne des Musées royaux d’art et d’histoire : vrai, faux-semblant et hyperréalité », Bulletin des musées royaux d’art et d’histoire 82, 2011, p. 17-54, p. 24, n. 36. []
  15. Milloué (de), Léon, Petit guide illustré au musée Guimet, 2e éd., Paris, Ernest Leroux, 1894, p. 210. []
  16. Milloué (de), Léon, Petit guide illustré au musée Guimet, 3e éd., Paris, Ernest Leroux, 1897, p. 292 ; 4e éd., 1900, p. 327 []
  17. Idem, 5e éd., 1904, p. 332 ; on y retrouve les informations données Pierret, Paul, Catalogue de la salle historique de la galerie égyptienne, Paris, Charles de Mourgues frères, 1873, p. 201. []
  18. Lettre de Guimet à Héron de Villefosse, 25 avril 1906, Archives nationales, 20144775/6. []
  19. Lettre de Pierret à Bénédite, 28 avril 1906, Archives nationales, 20144775/6. []
  20. À strictement parler, la statue était destinée à son musée, institution publique depuis 1885, dont il était directeur à vie et sans appointements. []
  21. Lettre du directeur des musées nationaux à Gaston Migeon, 17 mai 1906, Archives nationales, 20144775/15 ; la statue japonaise s’avérait porter le n° 462 à l’inventaire d’Extrême-Orient du Louvre. []
  22. Lettre de Guimet à Bénédite, 21 mai 1906, Archives nationales, 20144775/6. []
  23. Lettre de Guimet à Bénédite, 13 juin 1906, Archives nationales, 20144775/6. []
  24. Archives nationales, 20144775/15. []
  25. Archives nationales, 20144775/6. []
  26. Lettre du directeur des musées nationaux adressée au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 25 juillet 1906, Archives nationales, F/21/4472 et 20144775/15. []
  27. Lettre du directeur de l’Enseignement supérieur au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 24 août 1906, Archives nationales, F/21/4472. []
  28. Le 10 septembre, Archives nationales, 20144775/15. []
  29. Archives nationales, F/21/4472 et 20144775/15. []
  30. Archives nationales, 20144775/15. []
  31. Les archives attestent qu’il faisait preuve d’une égale combativité pour les intérêts de son personnel ; voir notamment les échanges conservés dans l’article F/21/4471 des Archives nationales. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.