Le réseau épistolaire de François Chabas

Ce billet développe la communication que j’ai réalisée dans le cadre de The Digital Orientalist Twitter Conference 20201, inspirée par l’opportune proposition d’utiliser les nouvelles technologies pour poursuivre la recherche malgré la fermeture des bibliothèques, en exploitant « à distance » les outils disponibles.
J’ai pensé qu’il serait de circonstance de s’intéresser à la correspondance de François Chabas, qui mena l’essentiel de sa carrière à l’écart du terrain, des bibliothèques, des musées et des cercles académiques. Il s’agit d’une expérience pratique : exploiter la description de la collection de lettres donnée par le catalogue de la bibliothèque de l’Institut de France (sur Calames) pour analyser le réseau de correspondance de Chabas.

Le reclus de Chalon

Figure peu connue aujourd’hui, François Chabas est exceptionnel à plus d’un titre. Ayant quitté le système scolaire après le primaire2, il s’est cultivé en autodidacte, parallèlement à une carrière commerciale qui l’a tenu physiquement et socialement éloigné de Paris et des milieux savants. « Bel exemple de provincialité triomphante et glorieuse »3, il est pourtant parvenu à devenir une des têtes de file de l’égyptologie française dans le troisième quart du XIXe siècle ; il travailla surtout sur la langue égyptienne et fut un des premiers à publier de longues traductions accompagnées du texte et de développements poussés sur le lexique encore parfois hasardeux. L’essentiel de sa carrière s’est déroulé à travers les livres qu’il étudiait et les publications qu’il a pu faire paraître, mais aussi par le biais de la correspondance nourrie qu’il a entretenue avec ses pairs dans toute l’Europe. C’est par correspondance qu’il a pu diriger ses études, sur les indications d’Emmanuel de Rougé ; c’est par correspondance également qu’il orienta les débuts de la génération suivante d’égyptologues, dont certains se considéraient comme ses disciples. L’intérêt de cette documentation est évident, et fut énoncé par Maspero lui-même quand ce riche fonds fut donné l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres :

« La correspondance de M. Chabas avec ses confrères en égyptologie constitue un recueil des plus importants pour l’histoire de cette science. M. Chabas a vécu en effet à une époque où l’égyptologie élaborait sa doctrine par lettres privées plus encore peut-être que par ouvrage imprimés. La raison en était surtout la difficulté de se procurer des caractères hiéroglyphiques en province ou même à l’étranger, difficulté tellement considérable que M. Chabas dut graver lui-même sur bois des groupes d’hiéroglyphes pour les insérer dans ses mémoires, avant qu’il réussît à se procurer une petite fonte chez Theinhardt en Allemagne. Toutes les questions égyptologiques du moment sont donc agitées dans ces lettres, et avec les égyptologues de tous les pays savants, avec Birch, Hincks, Goodwin et Lepage-Renouf en Angleterre, avec Lepsius, Brugsch, Lauth, Ebers, Dümichen en Allemagne, avec Lieblein en Nor[v]ège, avec Valdermar Schmi[d]t en Danemark, avec Golenischeff en Russie, avec Naville en Suisse, avec Leemans et Pleyte en Hollande, avec E. de Rougé, Mariette, Devéria, J. de Horrack, Baillet, Lefébure, Virey en France. »4

Notre corpus

Le catalogue de la bibliothèque de l’Institut

Cette correspondance représente environ 3 000 lettres, classées chronologiquement par Chabas lui-même en dix-sept volumes, conservés à Chalon après sa mort (1882) par sa fille5 puis donnés, selon son souhait, à l’Institut de France en 1915. Ils sont décrits sous les cotes ms. 2572-2588 du catalogue de la bibliothèque de l’Institut, versé sur la base Calames. Le catalogue indique, pour chaque lettre, le volume dans lequel elle est conservée (ce qui correspond à une datation plus ou moins précise), sa foliotation et le nom du correspondant qui lui est associé, avec parfois des précisions sommaires (fonctions ou ville de résidence).

Il ne s’agit pas de toute la correspondance du savant, mais d’une sélection qu’il a réalisée lui-même, complétée par d’autres éliminations décidées par sa fille6. Pour un même correspondant scientifique, il n’est pas impossible que toutes les lettres n’aient pas été gardées (seule la mention d’échanges perdus dans les lettres conservées pourrait préciser ce point). Il reste donc délicat de tirer des conclusions précises sur l’intensité et la régularité des communications épistolaires de Chabas et de ses correspondants. Ces registres contiennent aussi des copies des lettres envoyées par Chabas à ses interlocuteurs, mais leur nombre relativement faible (environ 500 lettres, contre environ 2 500 reçues par lui) laisse deviner une conservation très partielle.

Documenter les correspondants

Un premier tableau réalisé à partir des données du catalogue, en associant chaque lettre à une ligne, peut être mis en relation avec un second, qui répertorie les différents correspondants de Chabas et leur joint plusieurs caractéristiques permettant de mieux les cerner.

J’ai choisi pour cette expérience les critères suivants : dates de naissance et de mort, sexe, domaines d’activité et cercle géographiques. L’outil de traitement final pouvant supporter plusieurs valeurs à un même champ, ces caractéristiques ne sont pas exclusives7. Nous verrons plus bas lesquels ont pu donner des résultats exploitables.

Afin de compléter ce second tableau, j’ai eu recours aux ressources prosopographiques disponibles en ligne sur les bases suivantes :

Ces données ont été complétées par le Who Was Who in Egyptology9.

Au cours de cette étape, j’ai préféré ne pas lier les notices dont l’identification n’était pas certaine10. Le danger le plus redoutable est l’homonymie de plusieurs personnages qui conduirait à une identification erronée11.

Le mirage d’une documentation inégale

Nous courrons alors toujours le risque de placer sur le même plan des échanges sans doute très divers, aux enjeux fort différents. Le catalogue ne permet pas de discriminer les correspondants « sérieux », sinon par le nombre de lettres échangées (ce qui n’équivaut pas pour autant à la pertinence de leur contenu). Je n’ai pas exploité la foliotation (qui aurait par exemple permis d’estimer la longueur des lettres), à cause d’erreurs signalées ponctuellement dans le catalogue et de bis.

252 correspondants, sur 470, se trouvent finalement caractérisés (à des degrés de précision divers) par ces sources. Ce tableau a ensuite été repris en détail pour pouvoir utiliser les fonctions de tri sur des valeurs qui soient suffisamment larges tout en étant pertinentes, en rassemblant au besoin des appellations trop spécifiques12.

Mon tableau rassemble toutefois des données qui restent inévitablement hétérogènes, puisqu’elles sont issues de diverses sources (notamment celles qui résultent d’un travail collaboratif comme Wikidata ou l’Annuaire prosopographique de la France savante) : tous les « historiens locaux » n’ont pas été caractérisés comme tels, de même que les archéologues, … Parmi les aberrations que j’ai pu repérer, Théodule Devéria ou Emmanuel de Rougé n’étaient pas encore référencés comme égyptologues sur Wikidata. De même, la nationalité italienne de Maspero à sa naissance et son activité (anecdotique) de folkloriste, ne sont pas fondamentales et acquièrent cependant le même poids que des informations bien plus significatives. Au moment de réaliser des décomptes ou de comparer le poids des différentes catégories, chaque valeur sera donc à prendre a minima et avec une certaine prudence.

Une partie des lettres décrites par le catalogue ne nous concernent par ailleurs pas directement : ce sont des lettres échangées par des tiers, qui ont pu être jointes à certaines qui étaient adressées à Chabas, ou transmis par lui à d’autres.

Certains destinataires des lettres de Chabas, pour être analysés avec les autres, présentent enfin des difficultés de deux ordres : certains ne sont pas des individus, mais des associations ou des institutions qui ne peuvent être comparés avec des personnes physiques sur les mêmes critères ; d’autres correspondent plutôt à des fonctions officielles qu’à des individus (ainsi certaines lettres sont-elles adressées à des chefs d’État ou à divers dignitaires et hauts fonctionnaires, avec qui il serait – hélas – fort improbable que Chabas eût échangé sur le fond de ses travaux) ; mais des situations particulières peuvent encore obscurcir cette configuration, lorsque la lettre est adressée à un ministre ou un préfet qui se trouve aussi avoir eu une activité scientifique.

Visualiser les données

Ce travail préparatoire nous donne la matière première de l’expérience. L’outil de visualisation de données Palladio, développé par l’université de Stanford, permet de mettre en relations nos deux tableaux et d’observer leurs relations au moyen de graphes de données, qui relient les « nœuds » formés par nos tableaux en associant plusieurs entrées à des caractéristiques similaires. L’avantage de cet outil est qu’il permet de générer ces graphes de relations en leur associant des filtres multiples (chronologiques, « facettes » de tri, …). On peut ainsi restreindre à volonté l’échantillon, et essayer plusieurs hypothèses en faisant varier les données comparées.

Il existe également une fonction de l’outil qui utilise la géolocalisation et les cartes, mais dans la mesure où nous n’avons pas d’information sur les lieux d’expédition et de destination des lettres (les correspondants, et Chabas lui-même, se déplaçaient régulièrement), je ne crois pas que cette fonction soit très pertinente avec notre corpus.

Il suffit de charger les tableaux dans la plateforme et de caractériser les données13 pour qu’elles puissent être traitées.

Nous disposons dès lors d’une base assez complète qui peut se prêter à bien des enquêtes. Voici les pistes qui ont été envisagées et les résultats que l’on peut en tirer à partir de cette documentation. Toutes les expériences n’ont pas été concluantes, mais certaines ont fait émerger de nouvelles idées auxquelles je n’aurais pas pensé spontanément.

Le réseau et sa dynamique

Chabas et sa galaxie de correspondants

Représenter un lien entre Chabas et tous ses correspondants est l’application la plus intuitive de l’outil de visualisation ; elle évoque le phénomène logique et matériel dont résulte nos documents : une communication entre Chabas et des tiers. Mais ce vortex spectaculaire est illisible et n’apporte finalement pas grand-chose, même en rendant les nœuds des correspondants proportionnels au nombre de lettres qu’ils ont pu écrire.

Évolution du nombre de lettres et de correspondants

Sans appliquer de filtre pour l’instant, il est déjà possible de visualiser l’évolution du nombre de correspondants et de lettres dans le temps. Peut-on y voir un reflet de l’activité scientifique de Chabas ? Ses biographies nous indiquent qu’il a commencé à étudier l’égyptologie en 1852, sous la direction épistolaire de Rougé. Il commence par des communications à la Société de Chalon-sur-Saône14 et des articles dans ses Mémoires à partir de 185415, puis obtient une visibilité plus large dès 1856 en publiant dans le Bulletin de l’Athénæum français16 ; par la suite, ses publications majeures sont Le papyrus magique Harris17 et le Voyage d’un Égyptien en Syrie, en Phénicie, en Palestine, etc. au XIVe siècle avant notre ère18. Il s’affaiblit physiquement dès 187519.

À vrai dire, les données analysées ici présentent surtout une croissance à peu près régulière pendant toute sa période d’activité, avec peut-être une accélération autour de 1859-1860. Si vers 1875 le nombre de ses correspondants diminue, le nombre de lettres qu’il a reçues ou écrites reste croissant.

Il est plus délicat d’évaluer la dynamique de la correspondance sans connaître précisément les éliminations qui ont pu se produire. On peut relever, au cas par cas, si Chabas a eu des communications ponctuelles, au hasard de ses recherches, ou bien régulières, ou l’évolution de la fréquence de ses lettres (le trait clair indique les lettres envoyées par Chabas et le trait noir celles qu’il a reçues) :

Correspondance de Chabas et Samuel Birch
Correspondance de Chabas et Théodule Devéria
Correspondance de Chabas et Jacques-Philippe de Horrack
Correspondance de Chabas et Karl Richard Lepsius
Correspondance de Chabas et Auguste Mariette
Correspondance de Chabas et Gaston Maspero
Correspondance de Chabas et Emmanuel de Rougé

Les évolutions des échanges individuels se révèlent assez irrégulières. On peut par exemple repérer une rupture assez sensible avec Rougé après 186220, et une raréfaction des échanges avec Devéria pendant les années 186021, peut-être indirectement causée par le ressentiment envers Rougé qui se serait étendu au Louvre ou aux cercles égyptologiques parisiens ? Avec Maspero en revanche, les communications sont nourries à partir de 187222 et perdurent23.

Une question m’intriguait, compte tenu de l’étendue internationale du réseau épistolaire de Chabas : en règle générale, qui est à l’origine de la communication ? Est-ce toujours Chabas qui fit le premier pas, comme au début de sa carrière, ou bien la tendance s’est-elle inversée avec le temps ? Malheureusement, je ne pense pas qu’il puisse être possible de répondre à cette question sans se plonger dans le détail de chaque échange. En effet, la biographie de Chabas qui ouvre l’édition de ses Œuvres diverses dans la Bibliothèque égyptologique mentionne plusieurs cas où des tiers ont servi d’intermédiaire, ou encore des lettres égarées24 qui obscurciraient l’exploitation des données considérées ici pour cette question.

Les correspondants

Puisque la majorité des données collectées pour compléter la documentation servait à caractériser les correspondants de Chabas, c’est bien sûr l’analyse du groupe qu’ils forment qui concentre l’essentiel des expériences.

Âge

Dates de naissance des correspondants de Chabas
Dates de naissance des correspondants de Chabas égyptologues

Dans la mesure où Chabas a été déterminant dans plusieurs vocation, je me demandais aussi si l’on pouvait tirer quelque chose de la génération de ses correspondants  (à partir de leur année de naissance). Finalement, les dates de naissance de notre corpus se distribuent assez régulièrement ; elles sont plus importantes autour des années 1820, c’est-à-dire la génération de Chabas ; si l’on restreint le groupe aux égyptologues, le résultat est assez similaire, avec peut-être des valeurs plus importantes plutôt dans les années 183025.

Domaines d’activité et cercles géographiques

Par l’expression vague de « cercle géographique », j’ai voulu éviter de me limiter à la nationalité des protagonistes ou à leur simple lieu d’activité (qui changent d’ailleurs au cours d’une vie), tout en travaillant à plusieurs échelles. Il était en effet tentant de scruter le réseau international de Chabas divisé selon les pays d’appartenance de ses correspondants. Mais il n’était pas inintéressant non plus de chercher comment ils se répartissaient à l’échelle nationale, et éventuellement de dessiner plusieurs cercles autour de Chalon.

Pays et domaines d’activité des correspondants de Chabas

Les différents pays représentés indiquent une division assez claire entre des profils qui ne sont représentés que parmi les correspondants français de Chabas (libraire, archiviste, photographe, fonctionnaire, artiste, …), d’autres qui sont plutôt à chercher parmi ses interlocuteurs étrangers (mais pas exclusivement : préhistorien, diplomate, géologue) et enfin, au centre du graphe, les domaines représentés parmi ses correspondants français aussi bien qu’étrangers : égyptologues bien sûr, conservateurs de musée, archéologues, anthropologues, professeurs, bibliothécaires, linguistes, etc. Les profils les plus spécialisés dans le monde orientaliste se trouvent plutôt dans cette catégorie, tandis que les correspondants aux compétences plus marginales et dispersées sont surtout français. En somme, parmi ses correspondants étrangers, Chabas était surtout en relation avec des savants reconnus dans ses domaines d’intérêts, tandis que les compatriotes qui lui écrivaient présentaient une plus grande variété et des profils plus inattendus (comme le sien propre).

À l’inverse, si l’on essaie d’analyser les positions relatives des nœuds géographiques, il est assez intéressant de trouver l’Allemagne, la Suisse, la Norvège, la Suède (et dans une moindre mesure le Danemark et l’Autriche) groupés ensemble et reliés aux préhistoriens, archéologues, égyptologues, anthropologues et diplomates, tandis que l’Italie, les Pays-Bas et la Belgique forment un autre cercle plus lié aux historiens, hommes politiques et naturalistes, et que le Royaume-Uni se trouve assez isolé, avec des spécialités qui ne sont liées par ailleurs qu’avec la France (voyageur, assyriologue, magistrat, numismate) ou l’Égypte (collectionneur). Le nombre d’occurrences reste cependant assez faible pour ces différents pays et cet équilibre pourrait être fortement altérés par une enquête plus fine.

En se concentrant sur la France, il est possible de grouper de la même manière les spécialités et professions par régions. J’ai déplacé les nœuds correspondant à la France (sans précision), Paris, la Saône-et-Loire et les mentions « inconnu » pour aboutir à une figure relativement lisible.

Rattachements géographique des correspondants de Chabas en France

Là aussi, il n’est pas sans intérêt de voir les groupes qui se partagent entre toutes ces zones (bibliothécaire, magistrat, naturaliste, archiviste, conservateur de musée, géologue, voyageur, historien, écrivain, prêtre, avocat, médecin, archéologue) ou au contraire ceux qui se trouvent surtout concentrés à Paris (antiquaire, rabbin, folkloriste, assyriologue, hébraïsant, égyptologue, orientaliste, photographe, anthropologue, éditeur) ou bien en Saône-et-Loire, dans le voisinage de Chabas (militaire, architecte, homme d’affaire, historien local, ingénieur, mathématicien). Je dois avouer que je me serais attendu à des résultats plus tranchés entre Paris et la province, mais Chabas s’intéressait aussi beaucoup aux « antiquités nationales » et on trouve dans ses correspondants un certain nombre d’érudits locaux, souvent notables, qui gravitent autour de l’archéologie, de l’histoire ou des sciences naturelles (d’où l’intérêt d’exploiter les ressources de l’Annuaire prosopographique de la France savante).

Je ne sais pas comment interpréter la distribution des différentes régions26, mais là aussi, le nombre d’occurrence reste trop faible pour en tirer grand-chose.

En se limitant à une spécialité, on peut trouver trace des préoccupations de Chabas. Ainsi, les grands débats autour de l’existence ou non d’une préhistoire égyptienne à partir de 1868 l’a amené à consulter des spécialistes.27

Lettres échangées par Chabas avec des préhistoriens, géologues et paléontologues étrangers

Cette orientation est sensible si l’on restreint le graphe aux préhistoriens, géologues et paléontologues étrangers. En revanche, le résultat n’apparaît pas clairement si l’on conserve aussi les Français, en raison de la fréquence de ces centres d’intérêt parmi les érudits de province que Chabas fréquentait dans plusieurs sociétés savantes – il avait par ailleurs lui-même un goût prononcé pour l’étude des antiquités nationales avant même de se consacrer à l’égyptologie.

Lettres échangées par Chabas avec des préhistoriens, géologues et paléontologues (français et étrangers)

Autour de la mission italienne

Les correspondants de Chabas liés à l’Italie

En réfléchissant aux applications pratiques rendues possibles par cet outil, j’ai pensé à cibler les correspondants italiens, pour voir s’il y avait une relation entre les échanges qu’ils ont nourris avec Chabas et sa mission dans les musées d’Italie en 186928, le seul voyage d’étude qui lui soit connu dans sa vie d’égyptologue29.

Lettres échangées par Chabas aves les correspondants liés à l’Italie

La relation est patente, mais à l’inverse de ce que j’imaginais : ce n’est qu’après son voyage que Chabas a écrit à la plupart de ses interlocuteurs italiens, tandis que je me serais attendu à ce qu’il ne partît en mission qu’après avoir noué contact avec des pairs sur place.

Des absents ?

Il est toujours instructif de réfléchir aux lacunes éventuelles, et d’analyser les absences autant que les occurrences. Y a-t-il de notables égyptologues absents ou sous-représentés ici ?

C’est peut-être le cas du peintre Jules Chevrier, compatriote et ami de Chabas, qui aurait été le premier à lui parler d’hiéroglyphes30 et s’avère pratiquement absent du corpus ; mais il est possible que leurs échanges se soient déroulés de vive voix, ou aient été noyés dans des considérations plus personnelles que Chabas ou sa fille n’ont pas jugés dignes d’être conservées dans nos recueils.

Échanges de Chabas et de Chevier

De manière plus anecdotique, le chanoine Cook, de la cathédrale d’Exeter et l’abbé Debaize, vicaire à Flers et futur explorateur, mentionnés dans la notice biographique de la Bibliothèque égyptologique31, semblent absents de la correspondance conservée.

On s’étonnera également de l’absence de Philippe Virey, dont Chabas a pourtant guidé les début d’après la notice biographique que Virey lui-même lui consacra32.

Parmi les égyptologues français de cette génération, on peut aussi penser à Rochemonteix, Révillout et Pierret ; mais leurs centres d’intérêt divergeaient assez de ceux de Chabas.

J’ai enfin été surpris par le nombre de correspondantes, dont j’aurais imaginé la proportion plus faible encore33. Parmi elles, la première est Lizzie de Horrack34, épouse de Philippe-Jacques de Horrack (lui-même disciple de Chabas), et qui échangea avec celui-ci plus de 150 lettres, dont de « petites dissertations sur l’égyptologie »35.


Réfléchir à distance à la manière de travailler sur ces matériaux, afin de mieux cerner les échanges qui animèrent la carrières, à distance également, de Chaba, fut une expérience assez intéressante. Comme souvent avec les outils de visualisation, il ne s’agit pas vraiment de découvertes qui bouleversent l’appréhension d’un ensemble documentaire, et la plupart des observations que j’ai faites ici auraient sans doute pu être obtenues en lisant attentivement le catalogue de la bibliothèque. Il faut également être prudent en considérant les résultats, qui ne valent que pour les individus suffisamment documentés et ne sont pas représentatifs de tout le corpus. Mais c’est le processus préliminaire de sélection des données, de leur enrichissement et de leur mise en relation qui s’avère le plus stimulant. Les résultats des différentes enquêtes sont inégaux, mais peuvent révéler de nouvelles questions.

Les correspondants de Chabas et leurs diverses activités

Comme dernière illustration, voici un graphe réalisé fortuitement qui met en relation les individus et leurs activités, et constitue finalement une carte assez fascinante de l’interpénétration des spécialités. L’ensemble global est tout à fait illisible, mais il n’est pas inutile d’y noter que seuls deux groupes sont totalement disjoints du reste du réseau, un premier composé par les éditeurs et libraires, le second par deux rabbins pour lesquels aucune autre spécialité n’est connue, tandis que tous les autres domaines d’activités sont liés par un ou plusieurs membres communs à d’autres cercles. On atteint peut-être ici les limites de l’outil Palladio (ou de l’exploitation que je suis capable d’en tirer), mais dans cette dense constellation, l’égyptologie n’occupe pas une place centrale36, contrairement aux historiens, enseignants, archivistes et bibliothécaires.

Pour quiconque voudra s’amuser à son tour, les jeux de données et le projet configuré sur Palladio ont été déposés à cette adresse sur Github.

  1. « Analyzing the epistolary network of a self-isolated egyptologist: François Chabas », 20 juin 2020. []
  2. Chabas, Frédéric et Virey, Philippe, « Notice biographique », dans Chabas, François [Maspéro, Gaston (éd.)], Œuvres diverses, t. 1 (Bibliothèque égyptologique 9), Paris, Ernest Leroux, 1899, p. II. []
  3. Mère, Emmanuel, François Chabas, profession égyptologue, Nanton, Hérode, 2003, p. 50 ; l’expression est attribuée à Maspero, sans détail (merci à Hélène Virenque de m’avoir procuré cette source.). []
  4. Maspero, Gaston, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres (59e année) 3, 1915, p. 224-225. Comme nous le verrons plus bas, Virey est en fait curieusement absent de cet ensemble. []
  5. En 1899, sa notice biographique – dont la matière principale est constituée, comme l’introduction d’autres volumes de la collection , par ces lettres qu’elle cite abondamment – mentionne « sa correspondance scientifique que garde pieusement sa fille » :  Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. I. []
  6. Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres (59e année) 3, 1915, p. 224-225. []
  7. Les « cercles géographiques » associés à Auguste Mariette sont ainsi à la fois « France » et « Égypte ». []
  8. Pour compléter le tableau, j’ai eu recours au «  fetching  » : via l’outil libre OpenRefine, en indiquant manuellement dans une colonne l’identifiant Wikidata de certaines entrées, il est possible d’importer directement d’autres propriétés, dans ce cas le type (P31 : humain ou collectivité), les identifiants VIAF (P214), ISNI (P213) et BNF (P268), le sexe (P21), le pays d’appartenance (P27), la date de naissance (P569), la date de décès (P570), l’activité (P106). Cela a cependant nécessité ensuite de reprendre toutes les lignes comportant des valeurs multiples, importées comme autant de lignes distinctes plutôt qu’ajoutées dans la même cellule après un point-virgule. []
  9. M. L. Bierbrier (dir.), 4e éd., Londres, The Egypt Exploration Society, 2012. []
  10. Ces cas sont signalés dans la colonne « note » du tableau. []
  11. Le catalogue indique ainsi un « B. B. Woodwards », dont tout porte à croire qu’il s’agit du naturaliste et géologue britannique Bernard Barham Woodwards, qui correspond tout à fait aux centres d’intérêt de Chabas… mais c’est en fait son oncle, Bernard Bolingbroke Woodwards, bibliothécaire de la reine à Windsor (Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. LVI). []
  12. Il m’a ainsi semblé que rassembler « botanist », « zoologist » et « biologist » sous le terme « naturalist », ou « surgeon » et « physician » sous « doctor », ne porterait pas une atteinte excessive à l’intérêt de l’analyse. []
  13. C’est-à-dire indiquer s’il s’agit de texte, de valeurs numériques, de dates, … C’est aussi à cette étape qu’il est possible de repérer des valeurs anormales, d’indiquer un séparateur pour des valeurs multiples, et joindre plusieurs tableaux entre eux. []
  14. À partir de 1853 au moins : Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. 17. []
  15. « Études égyptiennes. Note sur l’explication de deux groupes hiéroglyphiques », Mémoires de la Société de Chalon-sur-Saône 3 (2e partie), 1854, p. 169-179 ; repris dans ses Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. 921. []
  16. « De quelques textes hiéroglyphiques relatifs aux esprits possesseurs », Bulletin de l’Athénæum français, 1856, p. 43-46 ; repris dans ses Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. 8193. []
  17. Chalon-sur-Saône, J. Dejussieu, 1860. []
  18. Chalon-sur-Saône, J. Dejussieu, 1866 []
  19. Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. VIII. []
  20. Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9) mentionne quelques tensions dès 1861 (p. XXXIV), aggravées et étendues au milieu parisien en 1865 après la polémique sur la publication par Dümichen d’une stèle découverte par Mariette (p. LXVIIILXIX). []
  21. Devéria mourrut en 1870. []
  22. Chabas l’encourageait alors dans ses premiers travaux (David, Élisabeth, Gaston Maspero. 1846-1916. Le gentleman égyptologue, Paris, Pygmalion, 1998, p. 56-57). []
  23. Le pic de 1873 est peut-être dû aux explications suscitées par les retournements de l’élection à la chaire d’égyptologie au Collège de France, à laquelle ils furent les deux candidats, Chabas finissant par se désister en faveur de Maspero (Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. CXXVIIICXXXI ; David, Élisabeth, Gaston Maspero. 1846-1916. Le gentleman égyptologue, Paris, Pygmalion, 1998, p. 60-62). []
  24. Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. XL : en juin 1862, Leemans écrit à Chabas que Lepsius veut entrer en communication avec lui, lui ayant envoyé dès 1856 une lettre qui s’était perdue ; Chabas écrivit alors directement à Lepsius. []
  25. Mais il faut bien reconnaître qu’il n’y avait guère d’égyptologues français nés avant 1830 et actifs en même temps que Chabas, sinon Rougé, Mariette et Horrack. []
  26. Pour ne pas trop déformer les résultats, les habitants de Saône-et-Loire n’ont pas été ajoutés au reste de la Bourgogne. []
  27. Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. XCIIIXCVII. []
  28. Le maigre dossier consacré à cette mission est conservé aux Archives nationales sous la cote F/17/2946/1, dossier 7 ; par une lettre du 29 août 1869, Chabas y annonce au ministère de l’Instruction publique son intention de visiter les musées d’Italie, et notamment celui de Turin. Il sollicite donc une mission pour être accrédité auprès des autorités locales et accéder aux collections publiques et privées – sans préciser qu’il demande une mission gratuite mais sans réclamer de fonds ; en conséquence, une mission gratuite lui fut attribuée par arrêté du 2 septembre 1869. []
  29. Cette mission ne semble pas pour autant avoir directement inspiré ses travaux, puisqu’il ne consacra de publications aux collections italiennes que bien des années plus tard : le t. 4 de ses Œuvres diverses (BiÉg 12, 1905) contient ainsi : « Sur un papyrus de formules magiques du Musée de Turin » (p. 45-57, initialement publié en 1875) ; « Notice sur une stèle égyptienne du Musée de Turin », (p. 235-249, initialement publié en 1877) et « Lettre au comte Gozzadini, sur un scarabée étrusque trouvé près de Bologne » (p. 251-253, resté inédit). []
  30. Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. VIIIIX. []
  31. Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), respectivement p. XCI et CXXVIII. []
  32. Chabas, Œuvres diverses, t. 1 (BiÉg 9), p. IV et CLII (ce second passage laisse entendre que Chabas et Virey ont pu échanger de vive voix) ; M. L. Bierbrier (dir.), Who Was Who in Egyptology, 4e éd., Londres, The Egypt Exploration Society, 2012, p. 557. []
  33. 22 femmes, 342 hommes et 79 correspondants dont le sexe n’est pas déterminable à partir du catalogue. []
  34. Elle fut auparavant veuve d’un M. Lockwood, et c’est sous ce nom que certaines lettres furent enregistrées. []
  35. Virey, Philippe, « Notice biographique de Philippe-Jacques de Horrack » dans Horrack (de), Jacques-Philippe [Maspéro, Gaston & Virey, Philippe (éd.)], Œuvres diverses (Bibliothèque égyptologique 17), Paris, Ernest Leroux, 1907, p. I-LXVIII, p. L, n. 1. []
  36. Le nœud correspondant représente cependant la plus grande quantité de lettres. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.