Les lettres de Mariette (2) : les dossiers de mission

Les Lettres d’Auguste Mariette1 viennent d’être augmentées de vingt-deux nouvelles lettres ; elles étaient conservées au sein des dossiers de demandes successives de mission soumise par Mariette au ministère de l’Instruction publique, versés aux Archives nationales2.

La première demande envoyée par Mariette au ministère de l’Instruction publique

Les demandes de missions

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ces dossiers ne documentent guère le déroulement des missions, mais plutôt leur préparation. Passons sommairement en revue les démarches successives dont on trouve la trace dans le dossier.

ce problème n’est pas insoluble, s’il est vrai […] qu’il ait existé autrefois sur les rives du Nil une civilisation dont l’importance seule suffit pour soutenir le courage de ceux qui cherchent à l’exhumer des débris où elle est ensevelie depuis tant de siècles.

Mariette au recteur de l’académie de Douai, de Boulogne-sur-Mer, le 24 mai 1846 (copie) ; Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette ».

Les premières lettres remontent à avril et mai 1846, alors que Mariette travaillait au collège de Boulogne-sur-Mer. Désireux de partir en Égypte, il sollicita le ministère de l’Instruction publique et lui soumit des projets tout en s’offrant d’accomplir les travaux qui pourront lui être confiés sur place. Ces candidatures précoces semblent a posteriori bien audacieuses dans les perspectives grandioses qu’elles dessinent. Il s’agit toutefois de projets présentés à un pourvoyeur de fonds potentiel, et Mariette n’était peut-être pas aussi candides qu’il peut le sembler à la lecture de ces lettres. Passer en quelques lignes de l’Orient à la Chine et au Pérou, sans laisser ignorer sa méconnaissance du pays et sans recommandation scientifique, n’était cependant peut-être pas le meilleur moyen de gagner la confiance de l’administration et son soutien. On y entrevoit cependant toute l’étendue des domaines qu’il se proposait d’embrasser3 : faire progresser l’étude de la langue égyptienne, mener des fouilles archéologiques et collecter des textes égyptiens ou grecs. Le texte exact de cette lettre, qui est celle qui parvint au ministère de l’Instruction publique, n’était à ma connaissance pas connu4.

désirant poursuivre sur les lieux même le cours des études archéologiques auxquelles je me suis consacré, j’ai résolu de faire à mes frais un voyage scientifique en Egypte. – Je désire embrasser la carrière de voyageur archéologue, et je me préparerais ainsi dans ce premier voyage, à en entreprendre d’autre plus sérieux, le jour où la confiance du gouvernement m’y appellerait officiellement.

Mariette au ministre de l’Instruction publique, de Boulogne-sur-Mer, le 29 septembre 1846 ; Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette ».

On sait que le ministère ne donna pas suite à cette demande, ayant déjà attribuer des crédits à une autre mission semblable5. Mariette la renouvela en septembre, dans une lettre bien plus brève, demandant simplement 2000 F et la gratuité du voyage, mais il essuya un nouvel échec.

Sa troisième tentative, en mai 1850, devait être la bonne : désormais employé au musée égyptien du Louvre et bien introduit dans les milieux égyptologiques parisiens, il proposa un nouveau projet au ministère. Décrivant les richesses bibliographiques des monastères égyptiens, il souligna le péril imminent qui existait pour la France de se voir déclasser devant les succès rencontrés par les voyageurs étrangers dans leurs collectes. Des recherches archéologiques à Abydos sont envisagées pour compléter cette entreprise. Mariette propose ainsi de partir rassembler des collections pour la Bibliothèque nationale et le musée du Louvre, en concurrence féroce avec leurs homologues de Grande-Bretagne et de Prusse. Cette fois-ci, l’accueil présenté à sa demande fut bien meilleur, grâce notamment à un avis très favorable de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui encouragea à augmenter la part des fouilles dans cette mission, à tel point que Mariette s’en effraya. Il n’est pas sans saveur de le voir écrire qu’il renoncerait volontiers aux fouilles qu’on le chargeait de faire en Égypte au profit de la collecte de manuscrits coptes, puisque c’est exactement l’inverse qui se produisit, au plus grand profit de la science, du Louvre et de Mariette lui-même.

Quant aux monuments hiéroglyphiques et aux fouilles à entreprendre dans le but d’enrichir le Musée du Louvre de quelques-uns de ces monuments, j’avoue que je ne serais pas fâché d’en être débarrassé. Ces fouilles doivent être très-coûteuses et absorber en conséquence une bonne partie de mes fonds. De ces deux missions, l’une nuirait ainsi nécessairement à l’autre, et dans la crainte de les voir échouer toutes deux, j’aime mieux vous demander, en toute franchise, de borner les instructions que vous voudrez bien me donner, à la recherche des seuls faits qui intéressent l’Egypte chrétienne.

Mariette au ministre de l’Instruction publique, de Paris, le 6 juillet 1850 ; Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette ».

Incidemment, une autre lettre nous apprend qu’il était en relation avec Jomard (érudits aux divers talents, membre de la Commission d’Égypte, conservateur à la Bibliothèque nationale et membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; il avait également été la tête de Turc de Champollion et son adversaire acharné pour le poste de conservateur du musée égyptien du Louvre) et demanda un exemplaire de la Description de l’Égypte ; mais l’issue de cette demande ne m’est pas connue.

Les seules autres lettres conservées dans ce dossier concernant la mission de 1850-1854 sont deux (autres)6 copies de celles qui furent envoyées au consul général Le Moyne et aux ministres de l’Intérieur et de l’Instruction publique. Il été tentant d’espérer d’autres épisodes des fouilles mouvementées du Sérapéum dans ce dossier, mais il n’est finalement pas étonnant de trouver aussi peu de détail sur le déroulé de la mission : Mariette recevait alors des consignes de sa hiérarchie directe, du musée du Louvre, ou bien du ministère des Affaires étrangères, par le truchement du réseau consulaire7. Même les demandes de crédits supplémentaires passaient par d’autres canaux en raison de la sensibilité diplomatique et politique de cette affaire, et c’est finalement le dossier de carrière de Mariette aux Musées nationaux qui renfermait une partie des lettres qu’il avait écrites « du désert d’Abousyr »8.

Les lettres qui datent de la période suivante (1855-1857, retour de Mariette en France avant son départ durable pour l’Égypte), ne sont pas sans intérêt, car elles documentent une période assez peu étudiée du parcours de l’égyptologue, entre ces deux accomplissements les plus mémorables, les fouilles héroïques du Sérapéum et la fondation du service des antiquités de l’Égypte. Pendant cet intervalle, sans connaître le destin qui s’offrirait à lui au service du patrimoine égyptien, Mariette travaillait à parachever sa découverte du Sérapéum, dont il entama la publication,travail ambition qu’il ne put jamais achever et qui l’accabla toute sa vie durant). Il sollicita à cette occasion des fonds du ministère de l’Instruction publique pour découvrir les musées égyptiens d’Europe et soutenir l’impression de l’ouvrage. La publication connut d’innombrables avatars que nous retrouverons dans ses échanges avec d’autres correspondants. Ses missions d’études européennes, néanmoins, lui permirent d’amasser des matériaux pour la somme qu’il projetait, mais surtout de découvrir les grandes collections égyptologiques contemporaines, au British Museum (1855), au musée de Berlin (1855) et au musée de Turin (1857), tout en faisant connaissance avec ses pairs européens. Si, à la suite du récit de Maspero paru dans la Bibliothèque égyptologique, ses missions à Berlin et à Turin ont été reprises dans plusieurs biographies de Mariette, son passage officiel à Londres semble méconnu9.

Pour finir, une lettre isolée évoque le dernier projet pour lequel Mariette a sollicité le concours du ministère de l’Instruction publique, en 1879, afin de publier un ouvrage sur les mastabas d’Égypte10 ; cet appel à des fonds français, alors que Mariette était au service du gouvernement égyptien, est à mettre en perspective avec les difficultés terribles traversées par les finances égyptiennes dans ces années.

Avec les mastabas, la science touche à ce qu’on peut appeler justement la nuit des siècle, et pénètre aussi loin qu’il est possible d’aller aujourd’hui dans l’histoire de l’homme civilisé

Mariette au président de la commission des missions, de Paris, le 6 novembre 1879 ; Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette ».

À travers ses lettres successives qui s’étendent des balbutiements de la vocation égyptologique de Mariette à la fin de sa vie, c’est donc aux demandes répétées de subsides qui ont ponctué les travaux de Mariette que nous accédons. Ces dossiers dépendaient de la bienveillance du ministère, de la conjoncture et de l’état des crédits disponibles. L’obtention de ces derniers était par ailleurs, théoriquement, subordonnée pour moitié à la remise d’un rapport… Mariette ne semble pas avoir été un très bon élève de ce point de vue, accaparé par ses travaux, et paraît ne s’être exécuté qu’une fois, en 1857, pour pouvoir continuer de bénéficier des financements publics. Le résultat en est une lettre de quarante pages qui a été intégrée au recueil.

Un rapport inédit

La lettre adressée au ministère le 1er avril 1857 constitue en effet du document le plus conséquent de ce dossier (et du recueil pour l’instant – sans doute pour quelques temps), suite à ses missions de 1855 à Londres et Berlin et de 1857 au musée de Turin.

Trois feuillets du rapport (écrit sur la colonne de droite de chaque page) côte à côte.

S’agit-il d’un véritable rapport de mission scientifique ou simplement d’un devoir rendu en retard pour conserver les bonnes grâces de l’administration ? L’obtention de missions financées par l’État était en effet théoriquement conditionnée par la remise d’un rapport. Mariette lui-même en avait d’ailleurs promis à de multiples reprises11, tandis que cette omission commençait à être soulignée par l’administration dans les nouvelles demandes de mission12. En outre, ce rapport tardif, bien que fourni, rend moins compte des voyages d’études entrepris par Mariette que de ses projets futurs.

L’essentiel de ce rapport consiste en effet en une dissertation sur Apis et Sérapis à partir des sources classiques et des monuments exhumés en Égypte. Plus que le fruit des visites des musées européens, il s’agit d’une synthèse qui pourrait former un chapitre de l’ouvrage qu’il préparait sur le Sérapéum et le culte d’Apis. Le nombre d’auteurs anciens, parfois fort obscurs, qu’il cite abondamment, atteste de l’étendue des recherche qu’il menait sur le sujet depuis son retour d’Égypte. Dans son style hardi, il dresse un tableau du culte de ces divinités des origines de l’histoire égyptienne à la fin du paganisme. Cette synthèse n’est d’ailleurs pas dépourvue d’esprit critique envers les sources très diverses qu’elle met à contribution pour dessiner une image très convaincante de ces phénomènes dans l’état des sources de l’époque.

Il n’est pas sans intérêt de relever les arguments qui semblent avoir condamné ce rapport à l’oubli, indiqués sur la chemise par un fonctionnaire de l’Instruction publique : « la trop grande quantité de caractères à fondre » et « les comparaisons ??? » [sic]. La première observation se réfère manifestement au nombre de citations hiéroglyphiques qui émaillent le texte ; elle laisse cependant perplexe, dans la mesure où l’Imprimerie impériale, qui composait et tirait les exemplaires des Archives des missions scientifiques, disposait depuis 1842 d’un riche ensemble de caractères hiéroglyphiques, complété jusqu’en 185113 bien suffisant pour les citations de Mariette. Cette remarque est peut-être due à l’ignorance.

La page la plus cosmopolite du corpus, avec pas moins de cinq systèmes d’écritures et autant de langues : le français écrit en alphabet latin, avec des citations en hiéroglyphes égyptien, en grec, et l’équivalence d’un nom de lieu en copte et en hébreu14.

Le second reproche formulé à l’encontre du rapport, en revanche, porte sur les comparaisons dressées par Mariette autour du culte d’Apis. Il s’agit vraisemblablement d’un rapprochement imprudent du paganisme égyptien avec le christianisme. Mariette semble avoir été conscient d’avancer en terrain risqué, puisqu’il limita les parallèles entre les motifs mythologiques égyptiens et le dogme catholique à comparer l’adoption par les dieux de formes animales emblématique avec l’utilisation symbolique du poisson, de l’agneau et de la colombe par les premiers chrétiens, prenant même la précaution de souligner qu’une telle analogie était peut-être inappropriée15. L’année précédente, en effet, ses biographes rapportent, sans précision, que sa manière d’expliquer le culte d’Apis dans l’une de ses publication16 présentait trop de similarités avec le dogme de la conception virginale du Christ, et avait créé quelque émotion qui l’avait amené à éviter le sujet de l’histoire religieuse17.

Ces crispations expliquent peut-être aussi que le troisième quart de ce rapport (dix pages) soit consacré à une sorte d’apologie de la grandeur morale des anciens Égyptiens et de leurs notions religieuses. Cette longue digression ne se justifie guère, sinon peut-être pour répondre aux attaques que Mariette avait pu essuyer et justifier le soutien qu’il sollicitait pour poursuivre ses travaux.

Le reste du dossier

Ce dossier riche comporte d’autres documents qui ne relèvent pas de la correspondance de Mariette mais méritent d’être signalés : on y trouve notamment les messages successifs de soutiens de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et les échanges entre les ministères de l’Instruction publique et des Cultes, de l’Intérieur et des Affaires étrangères pour trouver des fonds à envoyer.

On trouve enfin une chemise postérieure au décès de Mariette (1881) qui évoque l’expertise et l’acquisition de ses papiers et de sa bibliothèque ; les papiers furent classés par Maspero et versés à la Bibliothèque nationale, tandis que les ouvrage rejoignaient l’Institut français d’archéologie orientale18. Cette affaire donnera peut-être lieu à un prochain billet.

Dans les coulisses du recueil

Outre diverses corrections et ajouts19, cette première augmentation du corpus a été l’occasion de diverses améliorations. C’est l’occasion pour moi de revenir sur les méthodes que j’ai suivies pour résoudre les problèmes qui se présentaient à moi. Ces remarques n’intéressent pas vraiment Mariette et son parcours, mais peuvent expliquer la forme adoptée par le recueil dans certains domaines. Cette entreprise reste une expérience, susceptible d’évolutions afin de l’améliorer – et toute suggestion dans ce sens sera bien évidemment la bienvenue.

Encodage des signes

Arabe, copte, grec et hébreu

Les citations en hiéroglyphes, hébreu, copte et grec m’ont conduit à davantage creuser la question de l’encodage de ces systèmes d’écriture dans Latex et de l’améliorer dans mon fichier source20. Sans rentrer dans des considérations techniques qui me dépasseraient moi-même, le texte n’est plus codé indirectement ; cela allège la saisie, mais permet surtout de réaliser des recherches en plein texte dans le fichier PDF comme dans le fichier source, même avec des diacritiques, ce qui était impossible avec la première version.

La page polyglotte transcrite.

Il m’a aussi fallu choisir des polices de caractère qui ne satisfassent pas seulement mes goûts personnels21, mais surtout offrent tous les caractères nécessaires. J’utilise donc :

  • pour l’arabe : la police Amiri, réalisée à partir des caractères arabes de l’Imprimerie de Boulaq au tout début du XXe siècle, qui offre en outre d’élégantes ligatures ;
  • pour le copte : ArialCoptic, avec l’aimable autorisation de son créateur Moheb S. Mikhaiel ; cette police a l’avantage de correspondre aux caractères d’imprimerie coptes que l’on trouve au XIXe siècle, plutôt qu’aux formes pseudo-cursives que l’on trouve sur beaucoup de polices actuelles ;
  • pour le grec : les caractères grecs sont couverts par la police EB Garamond ;
  • pour l’hébreu : FreeSerif.

Hiéroglyphes égyptiens

La présence d’une vingtaine de citations hiéroglyphiques a été l’occasion de réfléchir à la meilleure manière de les intégrer au recueil, dans le double cadre technique et méthodique que forment le langage XML-TEI et un fichier PDF généré par Latex.

Quelques lignes avec des hiéroglyphes égyptiens (ḥm Ḥp « servant/prêtre d’Apis).

Une solution aurait été de prendre des photos de bonne qualité et d’intégrer tels quels les signes dessinés par Mariette, comme pour le plan du Sérapéum tracé dans sa lettre du 16 janvier 1852. Cependant, cette possibilité ne me semblait pas conforme au reste de l’entreprise, qui consistait à lire ce que Mariette avait écrit et à la transcrire en caractères standardisés pour que ces textes soient accessibles.

Le point le plus important était de déterminer les informations portées par ces extraits qui devaient être reproduites dans l’édition numérique, en délimitant bien quelle pouvait être ma part d’interprétation pour éviter d’altérer les sources. J’ai donc choisi de noter les signes utilisés, au moyen du Manuel de codage (dans une balise <code/>)22, à laquelle j’ai joint un fac-similé réalisé grâce à Jsesh, et en note ma proposition de translittération (selon la méthode de Gardiner dans son Egyptian Grammar)23 et de traduction.

Encodage du même passage en XML.
Le même extrait transcrit avec Latex.

Pour intégrer ces inscriptions dans le fichier généré par Latex, je me suis révélé incapable de faire fonctionner Hierotex malgré l’obligeance de Serge Rosmorduc. J’ai donc recours à une image exportée grâce à Jsesh, ce qui correspond finalement à mes besoins malgré la lourdeur de ce procédé. La traduction est indiquée en notes de bas de page quand nécessaire, assortie d’une translittération au moyen de la police HGN Transliteration24 (à laquelle j’ai ajouté un point médian pour respecter la pratique de Gardiner).

Le résultat généré avec Latex.

Toujours plus d’index ?

Si l’Albatros est toujours bien seul dans l’index des navires, plusieurs listes ont été ajoutées pour compléter les index. Cette augmentation correspond sans doute à mon obsession personnelle pour des annexes aussi étoffées que possible ; mais le travail de compilation auquel elles m’astreignent me semble salutaire. J’espère en tout cas qu’elles offriront des portes d’accès utiles à cette documentation.

La plupart des index ont été fortement enrichis ; c’est notamment le cas des objets mentionnés, et de la bibliographie, grâce aux sources évoquées dans le long rapport du 1er avril 1857.

Avec les premières citations hiéroglyphiques, j’ai pu commencer un glossaire égyptien qui pourra devenir intéressant si d’autres inscriptions apparaissent dans la correspondance. Je l’ai adossé au Thesaurus linguæÆgyptiæ (Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften), ainsi qu’au portail Altägyptische Wörterbücher im Verbund (Universität Leipzig), qui permet de comparer les premiers dictionnaires égyptiens à partir de l’identifiant attribué au mot par le TLA.

L’index des abréviations, quant à lui, est sans doute en sursis. Je souhaitais à l’origine que l’on puisse, depuis une abréviation, atteindre la notice qui donne sa forme développée et revenir au texte (comme avec les autres index liés). Cependant, cela crée des situations absurdes (la liste de toutes les occurrences de Mr est d’un intérêt limité) et des lourdeurs d’encodage (la même abréviation, avec ou sans point, correspond à deux entrées d’index encodées) qui ne se justifient finalement guère. Le prochain accroissements du recueil verra sans doute l’encodage des abréviations repris en profondeur.

J’ai enfin ajouté deux listes de contemporains qui complètent leur index : l’une reprend ceux qui se sont succédé à une fonction particulière ; l’autre rassemble les différents correspondants et les lettres que Mariette leur a envoyées.


Le troisième enrichissement du corpus correspondra à un lot beaucoup plus important de lettres, permettant au recueil de dépasser la centaine de références. Il sera aussi issu d’une autre institution – mais j’en garde la surprise jusqu’à sa publication !25

  1. Voir le premier billet qui leur a été consacré : « Les lettres de Mariette (1) : une édition numérique », 14 juillet 2020. []
  2. Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette ». La mission de 1850-1854 au cours de laquelle il découvrit le Sérapéum était conjointement financée par le ministère de l’Intérieur, dont relevait l’administration des Beaux-Arts et le musée du Louvre ; cependant, seule la couverture du dossier correspondant a été conservée (Archives nationales, F/21/2287, dossier 5). []
  3. Il précise aussi qu’il apprenait l’arabe dès 1846. []
  4. Un texte très similaire à la première page a été cité par Élisabeth David dans Mariette Pacha. 1821-1881, Paris, 1994, p. 28-29 ; je suppose qu’il s’agit de la lettre envoyée au recteur de l’académie de Douai, que Mariette a recopiée avec des variantes mineures pour l’envoyer au ministère. []
  5. Il s’agissait d’une mission accordée en 1844-1845 à Jean-Jacques Ampère, professeur au Collège de France (Archives nationales, F/17/2933/2) ; celui-ci devait par la suite appuyer Mariette par sa participation aux comités d’expertise de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, avec Jomard, Lenormant et Quatremère. []
  6. Je n’ai pas encore trouvé les exemplaires écrits par Mariette et envoyés à l’administration ; une autre copie de ces lettres se trouvait déjà dans le dossier de carrière de Mariette (Archives nationales, 20150497/118, dossier 145 « Mariette, Auguste ») ; leurs brouillons sont conservés à la Bibliothèque nationale (NAF 20179, fos 66-69 et 75) ; enfin, une troisième copie a été réalisée plus tard et se trouve à la bibliothèque de l’Institut de France (ms. 4061 (2), fos 14-18). []
  7. L’Égypte étant alors une province ottomane et non un État souverain, la France n’y entretenait pas un ambassadeur, mais le « consul général et agent de France en Égypte » remplissait cet office auprès du vice-roi. []
  8. Ce dossier constitue le premier ensemble de lettres à avoir été transcrites ; voir « Les lettres de Mariette (1) : une édition numérique » (14 juillet 2020), et leur description dans le recueil. []
  9. Il est seulement cité par Ernest Deseille, Auguste Mariette, Boulogne-sur-Mer, Simonnaire et Compagnie, 1882, p. 62-63. []
  10. L’ouvrage ne fut finalement publié qu’à titre posthume : Mariette, Auguste (Maspero, Gaston [éd.]), Les mastabas de l’Ancien Empire. Fragment du dernier ouvrage de A. Mariette, Paris, F. Vieweg, 1889. La copie est datée de 1885 (cf. p. 592). []
  11. Dans ses lettres des 26 janvier, 12 juillet et 12 décembre 1855 (cette fois-ci après une réclamation formelle) et 11 décembre 1856 []
  12. En marge de la lettre du 11 décembre 1856 []
  13. La réalisation de ces caractères et des autres fontes hiéroglyphiques est détaillées par Smitskamp, Rijk, « Typographia hieroglyphica », Quaerendo 9-4, 1979, p. 309-336, p. 319-321 – faute de sources primaires, l’auteur méconnaît cependant l’implication de Rougé dans le développement de la série de l’Imprimerie nationale ; comme toutes les publications, il attribue également à Eugène Devéria le dessin des signes réalisés après Dubois, mais c’est en fait son neveu Théodule qui travailla en fait avec le vicomte de Rougé (Archives nationales, F/17/2995/2, dossier « Devéria, Théodule » ; une collaboration entre les deux parents n’est pas non plus à exclure). Voir aussi les archives de l’atelier de typographie orientale de l’Imprimerie nationale (Archives nationales, AJ/17/7) et la documentation de la série de types hiéroglyphiques encore conservée par l’Imprimerie nationale. []
  14. Archives nationales, F/17/2988/1, dossier « Mariette ». []
  15. « S’il m’était permis de faire une comparaison que n’autorise peut-être pas la nature opposée des choses ». []
  16. « Mémoire sur [une] représentation gravée en tête de quelques proscynèmes du Sérapéum », Paris, Gide et J. Baudry, 1856 [dans sa notice introductive de la Bibliothèque égyptologique (p. XVIII), Maspero donne cependant la date de juin 1855, ce qui doit être une coquille]. []
  17. Ernest Deseille, Auguste Mariette, Boulogne-sur-Mer, Simonnaire et Compagnie, 1882, p. 63 : « une doctrine si audacieuse que Mariette fut prié, en haut lieu, de ne pas s’y appesantir » ; Maspero, Gaston, « Mariette (1821-1881). Notice biographique », dans Mariette, Auguste (Maspero, Gaston [éd.]), Œuvres diverses 1 (Bibliothèque égyptologique 18), Paris, Ernest Leroux, 1904, p. I-CCXXIV, p. LXIXLXX : « Cette théorie, établie sur des raisonnements a priori plutôt que sur des faits, mais présentée avec beaucoup de force et d’habileté, […] Tous les catholiques ne considérèrent pas les choses avec le calme scientifique de M. de Rougé ; ils ne voulurent voir dans le mémoire sur la mère d’Apis qu’une attaque contre le christianisme à propos de recherches égyptiennes. Mariette reçut en haut lieu le conseil de traiter à l’avenir des sujets moins délicats, et il entendit à demi-mot. » []
  18. Certains d’entre eux, numérisés dans le cadre du projet Bibliothèques d’Orient, sont consultables du Gallica avec les annotations de Mariette ; c’est notamment le cas de son exemplaire du Todtenbuch der Ägypterde Lepsius. []
  19. Par exemple, sans ordre ni méthode : l’amélioration de la police de caractère pour présenter des guillemets à la française qui ressemblent à quelque chose ; l’identification de quelques statues mentionnées à celles de Sékhemka, au Louvre ; l’ajout de métadonnées au PDF de base ; la possibilité de recherches en plein texte dans ce PDF ; l’ajout des identifiants Trismegistos pour les collections ; des liens entre les notices individuelles et les publications ; la reprise des intitulés des lettres pour indiquer la fonction des destinataires lorsque c’est elle qui justifiait la lettre ; … ; etc. []
  20. L’arabe notamment ne dépend plus du paquet arabtex et peut être saisi directement, sans passer par un codage en caractères latins. []
  21. En l’occurrence, des caractères qui ne diffèrent pas trop de ce qui aurait pu être imprimer au XIXe siècle. []
  22. Il existe par ailleurs une méthode d’encodage des inscriptions hiéroglyphiques en cours de développement, mais dont les principes différaient de mes objectifs en ce qu’elle se concentre sur la translittération des inscriptions ; voir p. ex. Vincent Razanajao, Emmanuelle Morlock & Laurent Coulon, « The Karnak Cachette Texts On-Line: theEncoding of Transliterated Hieroglyphic Inscriptions », TEI Conference and Members’ Meeting 2013, octobre 2013, Rome. []
  23. J’ai fait ce choix par commodité ; la pratique de Gardiner est connue de tous, assez simple, et suffisamment similaires aux usages des dictionnaires de références pour que les comparaisons lexicographiques ne soient pas trop déroutantes. Les autres méthodes employées, notamment en milieux francophones, sont parfois plus précises, en séparant par exemple les terminaisons du féminin ou du pluriel, en rendant les voyelles non écrites de certaines formes ou en rétablissant d’autres graphies simplifiées, mais présentent aussi des divergences qui pourraient créer des confusions. []
  24. Cette police, disponible sur l’Egyptologists’ Electronic Forum, a été créée par Boris Jegorovic, que je n’ai pas réussi à joindre pour lui demander son autorisation. Elle est la seule des polices libres que j’ai trouvées qui soit à la fois conforme au standard Unicode dans son intégration des caractères propres à la translittération égyptienne, s’intègre harmonieusement au garamond et présente un italique véritable, et non un romain incliné avec des empattements dont l’italique traditionnelle est dépourvue. []
  25. Les lettres envoyées par Mariette à son ami Desjardins, conservées à la Bibliothèque nationale de France, sont finalement publiées en plusieurs étapes, afin de pouvoir en rendre cinquante accessibles dès le jour du bicentenaire de Mariette, le 11 février 2021. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17 août 2021

    […] de billets rédigés par Thomas Lebée: Les lettres de Mariette (1) : une édition numérique, (2) : les dossiers de mission, (3) : correspondance avec Ernest Desjardins, 1860-1873, (4) : correspondance avec Ernest […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search