Remontrance à Champollion : “Marchons toujours administrativement, je vous prie”

Pour inaugurer cette série de découvertes curieuses dans les fonds d’archives, « à tout seigneur, tout honneur » selon la formule consacrée, une lettre adressée à Champollion le Jeune1 par son supérieur.

Portrait du comte de Forbin
Le comte de Forbin
Lithographie de Cogniet

La source

Il s’agit d’une lettre du 1er avril 1828 adressée à Champollion par le comte de Forbin, directeur général des musées royaux. Elle est conservé aux Archives nationales, dans un article enregistré sous la cote 20144775/2.2

Lettre du comte de Forbin à Champollion, 1er avril 1828, r° 1

Mr,

J’ai été surpris de trouver hier dans le grand musée Egyptien qui s’établit au rez de chaussée du Louvre, un sr que j’ai [cru ?] allemand jugé à l’accent devoir être un allemand. Cette personne Cet étranger estampait & calquait d’après des un monument égyptien ; il m’a dit y avoir été autorisé par vs et je l’ai invité à suspendre …

Lettre du comte de Forbin à Champollion, 1er avril 1828, v° 1

… ses travaux, dt je n’avais nulle connaissce et au sujet desquels je n’avais donné aucun ordre.

Vs devez savoir que rien dans les musées royaux ne peut être livré à l’étude et à aucune sorte de publication sans un ordre précis & formulé de ma part. J’ai déjà refusé à plusieurs artistes fais l’autorisation de dessiner …

Lettre du comte de Forbin à Champollion, 1er avril 1828, r° 2

… les mêmes monuments, dt s’occupait si activement un étranger. Le Gouvernement peut avoir une arrière pensée relativemt à la publication de tous les monumens dt vs êtes conservateur ; ce plan vs serait certainement transmis & soumis à vs lumières quand il en serait temps. Je ne puis permettre jusques là qu’il soit fait l’ombre d’un croquis et je vs prie de mettre fin à l’entreprise d’une personne dt vs ne m’avez même pas fait savoir le nom & les prétentions. …

Lettre du comte de Forbin à Champollion, 1er avril 1828, v° 2

… Marchons toujours administrativt, je vs prie, & conservons l’ordre dt on ne s’est jamais écarté ds l’admtion confiée à ms soins.

Si par hasard vs preniez une part personnelle à cte entreprise, je vs préviens qu’elle ne saurait avoir de suite, qu’avec l’auton de M. le chargé du Dépt des Beaux-Arts ou M. l’Intendant Gal de la maison du Roi, auxquels je serais appelé à donner avis à ct égard.

J’attends ve répse & vs prie d’agréer la nouvelle assurance de mes sentiments très distingués.

Le texte, écrit au crayon, n’est pas évident à déchiffrer (et passe mal à la photographie…). L’emploi fréquent d’abréviations surprend et contraste avec l’extrême formalisme de ton et la sécheresse du propos ; mais il s’agit d’un brouillon, sur du papier à lettre de petit format, destiné à être recopié proprement par un secrétaire. La mention “expée” en première page signifie évidemment “expédiée” et a été portée après l’envoi de la lettre. On trouve d’ailleurs d’autres minutes de ce genre dans le dossier de carrière du comte de Forbin.3

Le musée égyptien du Louvre en 1828

Que représentent à l’époque les collections égyptiennes du Louvre ? Il s’agit d’un département distinct (une “conservation”) au sein des musées royaux, créé pour Champollion le Jeune lui-même. J’aurai l’occasion prochainement de revenir sur l’implantation des salles au sein du palais du Louvre ; “le grand musée égyptien qui s’établit au rez-de-chaussée” évoqué par le mot désigne l’actuelle “salle du temple”, la galerie Henri-IV, qui s’étend au rez-de-chaussée de l’aile orientale de la Cour carrée, sous la colonnade du Louvre [Correction du 21 février 2019 : c’est une erreur de ma part ; cette galerie ne sera investie qu’en 1849 ; il est plutôt ici question des salles qui se trouvent au rez-de-chaussée de l’aile sud ; cf. Jean-François Champollion [éd. Sylvie Guichard], Notice descriptive des monuments du musée Charles X, Paris, 2013, p. 50-51.].4

Cette lettre éclaire également le fonctionnement administratif du musée : Champollion est conservateur du musée égyptien, un organe des musées royaux, placés sous l’autorité d’un directeur général. Ce dernier se trouve alors être le comte de Forbin, successeur depuis 1816 de Dominique Vivant-Denon. Lui-même dépend du département des Beaux-Arts et de la maison du roi.

Portrait de Champollion le Jeune
Jean François Champollion le Jeune
Léon Coignet, Musée du Louvre

Champollion a été nommé à la tête du musée égyptien du Louvre en mai 18265, alors que Forbin était déjà directeur général des musées royaux depuis dix ans.

Deux hommes aux rapports compliqués

Les relations du directeur et du conservateur étaient manifestement tendues6, ainsi que l’illustrent quelques extraits d’une lettre de Champollion adressée à Forbin quelques mois plus tôt7 :

Monsieur le Comte,
J’aurais été très affligé de la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire, si je n’avais eu à vous donner des explications qui en adouciront le caractère trop sévère. (…) dès que j’ai été informé que cette affaire était toute dans vos attributions, je me suis aussitôt empressé de vous écrire. Me voilà donc, je crois, à l’abri de tout reproche, n’ayant d’ailleurs aucune sorte de notion sur les matières administratives. (…) Vous voyez donc, Monsieur le Comte, que ce ne sera jamais contre moi que vous aurez à défendre votre autorité. Vous pouvez assez connaître mes habitudes et mon caractère pour croire que je suis du nombre des personnes sensées qui ont toujours assez de leurs affaires sans chercher à empiéter sur celles des autres. Je tâche de remplir mes devoirs et personne ne peut être plus flatté que je le suis de vous avoir pour juge de mes efforts. J’ai reçu assez de témoignages de votre justice et de votre bienveillance pour ne pouvoir désormais penser autrement.
Veuillez, Monsieur le Comte, agréer ces assurances et le nouvel hommage de mon dévouement.
J.F. Champollion le j.

Cette autre affaire est mieux documentée ; pour la résumer brièvement, Champollion le Jeune et son frère Champollion-Figeac avaient recommandé un candidat cherchant à devenir gardien au Louvre auprès du chargé du département des Beaux-Arts8, supérieur hiérarchique du comte de Forbin. Celui-ci semble donc avoir vertement reproché à Champollion ce qu’il a dû percevoir comme une manœuvre de contournement et une menace à son autorité administrative. Cette première remontrance ne semble pas avoir été conservée, mais la réponse de Champollion laisse deviner la sévérité du blâme. Il n’est d’ailleurs pas interdit de douter de la totale innocence de l’égyptologue et de la sincérité de sa justification, son caractère n’ayant rien de facile non plus.

Remarquons que, lors de notre incident de 1828, le même chargé du département des Beaux-Arts est évoqué par Forbin comme un recours éventuel si Champollion persiste dans son indiscipline, comme une menace à peine voilée. C’est bien la preuve que le directeur général a des difficultés à établir son autorité, puisque sa position hiérarchique ne semble pas suffire pour lui permettre d’imposer ses directives.

Un témoignage incident de la fréquentation des salles

Outre le style administratif glacé de ce courrier pour le moins savoureux, il présente des informations fort intéressantes sur le fonctionnement du musée égyptien du Louvre, et pas seulement dans ses rouages bureaucratiques.

Il documente en effet les usages des visiteurs admis dans le musée : l’envie ne manquait pas d’estamper ou de calquer, mais la surveillance semble avoir été draconienne. Notons également que, de ce public avide, Forbin ne mentionne explicitement que “plusieurs artistes”. Leur présence n’a rien d’étonnant, étant donnée la place donnée à la copie au musée, et particulièrement au Louvre, ancien “muséum central des arts”. On peut cependant s’étonner de l’absence de mention d’autres savants, même s’il est vrai que les curieux d’égyptologie commençaient tout juste à bénéficier des travaux de Champollion, qui n’avait pas encore commencé à enseigner.

Un mystère demeure cependant, l’identité de ce visiteur “supposé allemand”…

  1. Le qualificatif “le Jeune”, longtemps resté en usage, permettait de le distinguer de son frère aîné, désigné pour sa part comme Champollion-Figeac (1778-1867), du nom de leur ville de naissance. Voir notamment Aufrère, Sydney, “Champollion, Jean François“, Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2008 et Barbier, Muriel, “Champollion-Figeac, Jacques-Joseph“, Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2009. []
  2. Il s’agit donc du 2e article du 4775e versement de l’année 2014. Ce versement passionnant, où l’on trouve la documentation du département des antiquités égyptiennes depuis sa création, fera probablement l’objet d’un billet plus détaillé. []
  3. Archives nationales, 20150497/113, dossier 20 (dossier de carrière du comte de Forbin). []
  4. L’enfilade du “musée Charles-X”, à l’étage de l’aile sud, avait été inaugurée quelques mois plus tôt, en décembre 1827. []
  5. Archives nationales, 20150497/114, dossier 39 (dossier de carrière de Champollion le Jeune), lettre du 25 juillet 1826 du vicomte de La Rochefoucauld au comte de Forbin. []
  6. En outre, en avril 1828, l’activité de Champollion est probablement monopolisée par la préparation de son expédition en Égypte qui allait durer de juillet 1828 à décembre 1829, une expédition à laquelle la maison du roi alloue 24 000 F, somme représentant le double du budget annuel des musées royaux ! (Archives nationales, 20150497/114, dossier 39, lettre du 21 juin 1828 du vicomte de La Rochefoucault au comte de Forbin.) Même si ce budget couvrait un long voyage et des acquisitions projetées au bénéfice du Louvre, il n’est pas impossible que le directeur général en ait ressenti quelque aigreur envers son subalterne administratif. []
  7. Archives nationales, 20150497/114, dossier 39 (dossier de carrière de Champollion le Jeune), lettre de novembre 1827 de Champollion le Jeune au comte de Forbin. []
  8. Sosthène, vicomte de La Rochefoucauld (1785-1864), dont le père Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld (1765-1841) fut jusqu’en 1827 ministre-secrétaire d’État de la maison du roi. Cette lignée s’illustra visiblement par la créativité de ses prénoms. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés à l'École du Louvre ; responsable de fonds aux Archives nationales

More Posts - Website - LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.