Suivre Champollion le Jeune en Égypte

L’expédition franco-toscane

Champollion le Jeune partit en Égypte entre 1828 et 1830 dans le cadre d’une mission officielle placée sous les auspices de la France et de la Toscane. Ce voyage, le seul qu’il effectua en Égypte, fut pour lui l’occasion de vérifier sur le terrain ses travaux de déchiffrement de la langue égyptienne et d’assembler une riche documentation en faisant relever lui-même les monuments et dessiner les antiquités qu’il jugeait intéressantes ; la mission permit aussi d’enrichir les collections du musée du Louvre et du musée de Florence.

Les membres de l’expédition, détail d’un tableau de Giuseppe Angelelli, musée archéologique national de Florence (image : Wikimédia)

C’est donc un épisode capital de sa vie et de son parcours scientifique ; il est heureusement documenté par de multiples sources dont une grande quantité est en outre accessibles en ligne.

Les sources

Archives et manuscrits

Aux Archives nationales se trouvent des documents relatifs à l’expédition dans les fonds des Beaux-Arts (F/21/543) ; de la maison du roi (O/3/14251426) et du musée égyptien du Louvre (20144775/6).

Une belle collection de manuscrits de Champollion est aussi conservée à la Bibliothèque nationale de France, notamment sous les cotes NAF 20303 à 20390 :

Le journal de voyage de Champollion, 16 septembre 1828 (NAF 20362, fo 162) (Voir en plein écran sur Gallica)

Des papiers Champollion, et notamment sa correspondance avec son frère aîné Champollion-Figeac, sont en outre conservés aux archives départementales de l’Isère sous la cote 185 J.

Le livre des comptes tenus par Ippolito Rosellini a par ailleurs été numérisé dans le cadre d’un projet de l’université de Pise.

Documents publiés

Certains des matériaux recueillis pendant l’expédition furent publiés après la mort de Champollion qui survint en 1832, trois ans après son retour. Cette édition en plusieurs volumes de texte et de planches fut d’ailleurs achevée par l’omniprésent Gaston Maspero, cinquante ans plus tard, à partir des manuscrits :

  • Monuments de l’Égypte et de la Nubie d’après les dessins exécutés sur les lieux sous la direction de Champollion le Jeune, Paris, Firmin Didot frères, 1835, t. 1 ; 1845, t. 2t. 3 et t. 4 ;
  • Monuments de l’Égypte et de la Nubie. Notices descriptives, Paris, Firmin Didot frères, 1844, t.1 ; Firmin Didot et compagnie, 1889, t. 2 (Gaston Maspero, éd.).

Un certain nombre de lettres et d’extraits du journal tenu par Champollion pendant le voyage ont par ailleurs été publiés, du vivant même de Champollion, puis par sa famille et sa biographe Hermine Hartleben au sein de la Bibliothèque égyptologique :

Le même passage du journal de voyage, édition d’Hermine Hartleben (Voir en plein écran sur Gallica)

Quelques expériences d’exploration

Ces documents rassemblent une masse d’informations qui peuvent être indexées, datées et cartographiées. En se concentrant sur les cent premières pages des documents publiés par Hermine Hartleben dans la Bibliothèque égyptologique et les lieux évoqués, voici quelques essais pour explorer la richesse de ces sources.

Itinéraire de voyage

L’application la plus simple de ce relevé est évidemment de retracer les différentes étapes du voyage en recherchant sur une carte les localités traversées par Champollion.

Les premières étapes du voyages, du 7 juillet au 3 octobre 1828 (carte réalisée avec Palladio)

Ces cartes comportent cependant déjà une marge d’inexactitude, dans la mesure où les étapes repérables ne correspondent pas toujours au déplacement réel : Champollion indique par exemple croiser au large de la Sardaigne ; plus tard, il évoque les villages qu’il aperçoit en remontant le Nil. Ces observations distanciées ne peuvent pas être localisées ponctuellement sur une carte, et l’itinéraire ainsi obtenu donne l’impression que l’expédition traversait le fleuve trois ou quatre fois par jour.

Le début du voyage en Égypte même, du 18 août au 18 septembre 1828 (carte réalisée avec Palladio)

Une carte mentale ?

Afficher toutes les connections donne un réseau joli mais peu lisible (carte réalisée avec Palladio)

Il est aussi bien tentant de rattacher, jour après jour, le lieu où se trouve l’expédition aux lieux qui sont mentionnés dans les textes à cette date. On obtient ainsi une sorte de projection de l’espace géographique évoqué intellectuellement par Champollion et des références que suscitent en lui son voyage et ses réflexions.

Visualiser le réseau des références géographiques jour après jour (Palladio)

Il ne faut pas pour autant surinterpréter ces cartes et négliger combien cet aperçu est réducteur, tant il est lié au hasard de la correspondance ou des prises de notes, d’autant plus que la rédaction des lettres pousse Champollion à reprendre ses notes des jours précédents et fausse le relevé.

Langues, alphabets, prononciations

Une des difficultés (mais aussi l’un des attraits) qui résident dans ce dépouillement est la multitude des langues utilisées. En effet, dans ses lettres et son journal, Champollion indique régulièrement les noms des lieux qu’ils mentionnent, en caractères latins (c’est-à-dire en arabe francisé), mais aussi en arabe, parfois en copte, en grec et en hiéroglyphes égyptiens. Ces formes ne sont pas sans intérêt ; il faudrait peut-être par exemple regarder de près les occasions où Champollion cite du copte, pour repérer s’il a parfois accès à des locuteurs coptes, ou bien s’il s’appuie sur sa propre connaissance de la langue.

Les formes arabes, mentionnant parfois des localités très modestes qui peuvent être absentes des cartes de l’époque et avoir disparu depuis, sont aussi précieuses ; cependant, alors même que Champollion se complaît à relever toutes les inexactitudes des cartes de la Commission d’Égypte, ses propres notes amputent régulièrement les lettres de leurs diacritiques (notamment les finales en tāʾ marbūṭa ة ou yāʾ ي qui se trouvent déguisées en hāʾ ه et en alif maqṣūra ى) ou présentent parfois une orthographe fluctuante.

On trouve par exemple pour Tourah concurremment طورّه Ṭūrrah3 et طرّاه  Ṭurrāh4.

Le nom peut aussi avoir été déformé entre le manuscrit et l’impression mécanique du texte – mais je n’ai encore trouvé qu’un seul exemple de ce type d’erreur, où Champollion s’était en outre repris sur son texte sans raturer la première version.

Un index cartographique

Une dernière application, peut-être la plus satisfaisante pour l’instant, et sans doute la plus utile à consulter et partager, est de créer une interface qui associe une carte des lieux mentionnés à leurs occurrences dans le texte :

Voir en plein écran

Des liens hypertextes pointant vers chaque occurrence de l’édition d’Hermine Hartleben ont été ajoutés aux notices, ainsi que leurs identifiants de références Geonames et Trismegistos, et le cas échéant des remarques quand l’identification du lieu est incertaine.

Ces enquêtes restent assez embryonnaires, mais je les compléterai peut-être à l’avenir avec le reste du voyage et d’autres outils.


Les tableaux de données obtenus en dépouillant ces premiers textes sont disponibles sur GitHub. Il contient également le relevé des individus, des objets, des groupes de personnes et les expressions particulières qui n’ont pas été exploités ici.

  1. Le premier recueil, NAF 20358, est consultable en ligne sur Gallica. []
  2. La réédition de cet ouvrage (Genève, Slatkine Reprints, 1973) est consultable en ligne sur Gallica. []
  3. Journal de voyage, 1er octobre 1828 : Bibliothèque nationale de France, NAF 20362, fo 172, vo. []
  4. Journal de voyage, 2 octobre 1828 : Bibliothèque nationale de France, NAF 20362, fo 174, vo. []

Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés (École du Louvre) ; documentaliste scientifique au département des antiquités grecques, étrusques et romaines (musée du Louvre)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search