L’habit de Devéria

Un petit billet à propos d’une enquête à vrai dire assez éloignée de l’égyptologie scientifique, mais qui a répondu à une question qui m’intriguait depuis longtemps : à quoi correspond la tenue de Théodule Devéria dans son fameux portrait ?

Portrait de Théodule Devéria
Portrait de Théodule Devéria
Eugène Devéria 1861-1868 (voir plus bas), Louvre RF 2648 (image : Wikimedia Commons)

Le portrait a été peint par Eugène Devéria, oncle de Théodule Devéria ; il y est représenté dans le musée (on distingue un cercueil égyptien à l’arrière plan, ainsi qu’une perspective monumentale assez peu distincte qui évoque peut-être l’enfilade du musée Charles-X et ses denticules dorés).

Continuer la lecture de « L’habit de Devéria »

« Vous n’aurez pas ma tête ! » Un échange entre le Louvre et le musée Guimet

Au détour d’un courrier au ton singulier retrouvé dans les archives, revenons sur les mésaventures d’une statue représentant la déesse Isis allaitant son fils Horus et inscrite au nom de la divine adoratrice Chépénoupet II. Cette statue est désormais conservée au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre sous les numéros d’inventaire E 7826 (corps) et E 20371 (buste).1

Statue d'Isis allaitant Horus
Isis allaitant Horus
XXVe dynastie, Médinet Habou (fouilles de John B. Greene, 1855) ; granit ; h. 1,46 m ; Louvre E 7826 & E 20371 (image : Wikimedia Commons)

Une proposition innocente ?

Continuer la lecture de « « Vous n’aurez pas ma tête ! » Un échange entre le Louvre et le musée Guimet »
  1. Étienne, Marc, notice n° 24, dans Galliano, Geneviève (dir.), Un jour j’achetai une momie. Émile Guimet et l’Égypte antique, Lyon, Hazan, 2012, p. 172. []

Les risques du terrain

Divers projets m’empêchent de prendre le temps de publier quoi que ce soit de plus construit en ce moment, mais j’ai trouvé samedi un épisode tellement saisissant que je ne résiste pas à le présenter tel quel.

Portrait d'Auguste Mariette
Portrait d’Auguste Mariette, 1862 (image : Gallica)
Crédit : Société de géographie/Bibliothèque nationale de France

Il s’agit d’une lettre contenue dans le dossier de personnel d’Auguste Mariette dans le fonds des musées nationaux1. Elle fut écrite pendant la fameuse mission en Égypte au cours de laquelle il mit au jour les souterrains du Sérapéum (1850-1853), et s’adresse à un destinataire non dénommé. Celui-ci appartient sans doute à l’administration des Beaux-Arts, puisque Mariette évoque avec lui la question de ses fonds et de la mission qu’il lui a confiée. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse du comte de Nieuwerkerke, directeur général des musées impériaux et intendant des Beaux-Arts de la maison de l’empereur, auquel Mariette a adressé des lettres conservées avec celle qui nous intéresse, mais il pourrait peut-être plus simplement s’agir d’Emmanuel de Rougé, conservateur du département égyptien depuis 1849, ou même Adrien de Longpérier, conservateur des antiques au Louvre qui avait auparavant supervisé l’installation par Mariette des grandes sculptures égyptiennes dans la galerie Henri-IV.

Continuer la lecture de « Les risques du terrain »
  1. Archives nationales, 20150497/118, dossier 145. []

Momies et manies

Momies d’Antinoé : Leukyôné et la « dame byzantine », à l’étage de la rotonde du musée Guimet, 1909 (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN : base Mémoire, cote 284_62, photo n° 68L04036)

Le XIXe siècle ne nous décevra jamais en matière d’originalité. Voici quelques anecdotes dénichées récemment qui tournent autour des bizarreries que pouvaient provoquer l’exposition habilement mise en scène des momies égyptiennes d’Antinoé au musée Guimet :

Le culte des momies

Le premier de ces épisode se trouve dans la presse, et mentionne la ferveur qu’éveillent les collections du musée :

« Par ces temps déjà caniculaires, je vous signale le musée Guimet comme l’un des endroits les plus frais de Paris.1 Il n’y vient jamais personne. Un humoriste ajouterait que tous ces bibelots funèbres qui forment la macabre et charmante exposition vous font un peu froid dans le dos.

Continuer la lecture de « Momies et manies »
  1. Cette précision n’a pas perdu de sa pertinence. []

Les chiens de garde du Louvre

On sait que pour protéger ses sous-sols des rongeurs, le musée de l’Ermitage entretient des chats qui étaient autrefois présents jusque dans les salles d’exposition. Je n’ai malheureusement pas trouvé trace d’une telle pratique au Louvre, mais des chiens de garde l’ont autrefois protégé des intrusions. C’est un détail qui n’intéresse pas directement l’histoire des collections égyptiennes, mais a pu avoir quelques répercussions sur les salles du département.

Statue de chien sur le palier du Midi, Louvre
Le « Chien d’Assiout » (Louvre E 11657) monte la garde au palier de l’escalier du Midi en 1934
(Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP ; fonds Beaux-Arts, MNL E 1177)

L’affaire qui nous intéresse est détaillée dans un dossier des Archives nationales1 et un certain nombre d’article de presse y font écho.

Continuer la lecture de « Les chiens de garde du Louvre »
  1. Archives nationales, F/21/4474, dossier 17 h « Emploi de chiens de garde ». []

Le quotidien du Louvre dans les années 1900

Cette semaine encore, une jolie trouvaille dans le versement 20144775 qui rassemble les archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, à savoir l’article 20144775/5, décrit dans l’inventaire comme « rapports du département ». Il ne s’agit de rien de moins que de carnets tenus journellement par les responsables du département et qui contiennent une foule de détails sur les affaires courantes et l’activité du service. Je ne me suis encore intéressé qu’aux quatre premiers, qui s’échelonnent entre janvier 1868 et janvier 1920.

3e carnet (Boreux, 1913-1920), 3 janvier 1914 : la Joconde revient après son vol

Les carnets

Ces quatre premiers carnets correspondent à trois mains différentes, qu’il n’est pas difficile de rattacher à leurs auteurs en comparant les dates couvertes1 et les membres du département mentionnés à la troisième personne dans chacun des carnets. Le premier (janvier 1868 à juin 1908) est vraisemblablement tenu par Paul Pierret (conservateur adjoint sous Rougé, puis conservateur du département de 1873 à 1908), d’une écriture très élégante. On y trouve peu d’entrées, essentiellement à propos des acquisitions du musée.

Continuer la lecture de « Le quotidien du Louvre dans les années 1900 »
  1. Pour la liste des responsables du département et leurs dates d’exercice, cf. Guichard, Sylvie, « Département des antiquités égyptiennes » dans Lintz, Yannick (dir.), Histoire du Louvre, t. 3 Dictionnaire thématique et culturel, Paris, 2016, p. 80-84, p. 84. []

Où l’on trouve par hasard son auteur préféré

J’avais décidé de borner (pour le moment, en tout cas) à 1914 mon dépouillement des archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre conservées aux Archives nationales. L’article 20144775/2 « Administration » contient de nombreux dossiers qui jalonnent l’histoire du département sur des sujets très divers.1 L’un des dossiers de 1913 concerne un épisode banal de vitrine endommagée, semble-t-il par un visiteur, et au remboursement de ladite vitrine (pour 25 F). On y trouve un devis réalisé par le vitrier le 27 octobre 1913 et quelques courriers, jusqu’à la copie du reçu adressé au visiteur maladroit le 17 novembre. La vitrine concernée est celle d’un sarcophage (désigné par le numéro I 712). Rien de particulièrement étonnant. Sauf que… le visiteur en question est un certain « M. de Crayencour », qui indique une adresse à Bruxelles (24, rue d’Écosse).

Continuer la lecture de « Où l’on trouve par hasard son auteur préféré »
  1. Ils sont recensés en détail dans l’instrument de recherche consacré à ce versement. []

Remontrance à Champollion : « Marchons toujours administrativement, je vous prie »

Pour inaugurer cette série de découvertes curieuses dans les fonds d’archives, « à tout seigneur, tout honneur » selon la formule consacrée, une lettre adressée à Champollion le Jeune1 par son supérieur.

Portrait du comte de Forbin
Le comte de Forbin
Lithographie de Cogniet
Continuer la lecture de « Remontrance à Champollion : « Marchons toujours administrativement, je vous prie » »
  1. Le qualificatif « le Jeune », longtemps resté en usage, permettait de le distinguer de son frère aîné, désigné pour sa part comme Champollion-Figeac (1778-1867), du nom de leur ville de naissance. Voir notamment Aufrère, Sydney, « Champollion, Jean François« , Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2008 et Barbier, Muriel, « Champollion-Figeac, Jacques-Joseph« , Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2009. []