Les lettres de Mariette : une édition numérique (1)

Ce billet est le premier de ce qui deviendra, je l’espère, une longue série. Il rend public un projet auquel je réfléchis depuis quelques temps et qui m’occupe sérieusement depuis cet hiver. Ses premiers résultats sont désormais accessibles en ligne

Étudier la correspondance ancienne

Les lettres sont une source de premier plan pour approcher le travail des égyptologues du XIXe siècle.1 Échangées avec des pairs ou des proches, elles peuvent révéler les réflexions qui occupaient alors leur rédacteur et n’ont pas nécessairement laissé d’autre trace, qu’elles aient été abandonnées ou transformées ; ces documents fourmillent aussi de détails d’intérêt inégal mais inestimables pour contextualiser finement les travaux des intéressés.

Continuer la lecture de « Les lettres de Mariette : une édition numérique (1) »
  1. Je ne résiste pas à citer une nouvelle fois Maspero, au sujet de l’acquisition par l’Institut de la correspondance de Chabas : « M. Chabas a vécu en effet à une époque où l’égyptologie élaborait sa doctrine par lettres privées plus encore peut-être que par ouvrage imprimés. La raison en était surtout la difficulté de se procurer des caractères hiéroglyphiques en province ou même à l’étranger […]. Toutes les questions égyptologiques du moment sont donc agitées dans ces lettres » Maspero, Gaston, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres (59e année) 3, 1915, p. 224-225. Voir « Le réseau épistolaire de François Chabas », 24 juin 2020. []

Le réseau épistolaire de François Chabas

Ce billet développe la communication que j’ai réalisée dans le cadre de The Digital Orientalist Twitter Conference 20201, inspirée par l’opportune proposition d’utiliser les nouvelles technologies pour poursuivre la recherche malgré la fermeture des bibliothèques, en exploitant « à distance » les outils disponibles.
J’ai pensé qu’il serait de circonstance de s’intéresser à la correspondance de François Chabas, qui mena l’essentiel de sa carrière à l’écart du terrain, des bibliothèques, des musées et des cercles académiques. Il s’agit d’une expérience pratique : exploiter la description de la collection de lettres donnée par le catalogue de la bibliothèque de l’Institut de France (sur Calames) pour analyser le réseau de correspondance de Chabas.

Le reclus de Chalon

Continuer la lecture de « Le réseau épistolaire de François Chabas »
  1. « Analyzing the epistolary network of a self-isolated egyptologist: François Chabas », 20 juin 2020. []

La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1)

Pour reprendre le clavier après un interlude trop long, j’ai choisi d’aborder un nouveau thème : les pratiques éditoriales, par le prisme d’un projet précis, la collection de la Bibliothèque égyptologique qu’a dirigée Maspero de 1893 à son décès en 1916.

Cette première approche survole la collection : sa chronologie et les volumes qui la compose, les objectifs qui lui étaient fixés et son équipe, fort étroitement concentrée autour de la personne de Maspero.

Les publications

Tous les volumes publiés de cette collection ont été numérisés (bien que selon des standards inégaux), et peuvent être consultés en ligne1.

Continuer la lecture de « La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1) »
  1. La liste complète a été compilée sur le Forum électronique des égyptologues. []

L’habit de Devéria

Un petit billet à propos d’une enquête à vrai dire assez éloignée de l’égyptologie scientifique, mais qui a répondu à une question qui m’intriguait depuis longtemps : à quoi correspond la tenue de Théodule Devéria dans son fameux portrait ?

Portrait de Théodule Devéria
Portrait de Théodule Devéria
Eugène Devéria 1861-1868 (voir plus bas), Louvre RF 2648 (image : Wikimedia Commons)

Le portrait a été peint par Eugène Devéria, oncle de Théodule Devéria ; il y est représenté dans le musée (on distingue un cercueil égyptien à l’arrière plan, ainsi qu’une perspective monumentale assez peu distincte qui évoque peut-être l’enfilade du musée Charles-X et ses denticules dorés).

Continuer la lecture de « L’habit de Devéria »

« Vous n’aurez pas ma tête ! » Un échange entre le Louvre et le musée Guimet

Au détour d’un courrier au ton singulier retrouvé dans les archives, revenons sur les mésaventures d’une statue représentant la déesse Isis allaitant son fils Horus et inscrite au nom de la divine adoratrice Chépénoupet II. Cette statue est désormais conservée au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre sous les numéros d’inventaire E 7826 (corps) et E 20371 (buste).1

Statue d'Isis allaitant Horus
Isis allaitant Horus
XXVe dynastie, Médinet Habou (fouilles de John B. Greene, 1855) ; granit ; h. 1,46 m ; Louvre E 7826 & E 20371 (image : Wikimedia Commons)

Une proposition innocente ?

Continuer la lecture de « « Vous n’aurez pas ma tête ! » Un échange entre le Louvre et le musée Guimet »
  1. Étienne, Marc, notice n° 24, dans Galliano, Geneviève (dir.), Un jour j’achetai une momie. Émile Guimet et l’Égypte antique, Lyon, Hazan, 2012, p. 172. []

Momies et manies

Momies d’Antinoé : Leukyôné et la « dame byzantine », à l’étage de la rotonde du musée Guimet, 1909 (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN : base Mémoire, cote 284_62, photo n° 68L04036)

Le XIXe siècle ne nous décevra jamais en matière d’originalité. Voici quelques anecdotes dénichées récemment qui tournent autour des bizarreries que pouvaient provoquer l’exposition habilement mise en scène des momies égyptiennes d’Antinoé au musée Guimet :

Le culte des momies

Le premier de ces épisode se trouve dans la presse, et mentionne la ferveur qu’éveillent les collections du musée :

« Par ces temps déjà caniculaires, je vous signale le musée Guimet comme l’un des endroits les plus frais de Paris.1 Il n’y vient jamais personne. Un humoriste ajouterait que tous ces bibelots funèbres qui forment la macabre et charmante exposition vous font un peu froid dans le dos.

Continuer la lecture de « Momies et manies »
  1. Cette précision n’a pas perdu de sa pertinence. []

Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris

Parce que le fonctionnement d’un établissement dépend de son organigramme et de son personnel, et que les carrières, même scientifiques, sont largement déterminées par le fonctionnement des institutions, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur la structure des établissements et leurs agents. Je me propose ici de commencer avec le musée Guimet parisien, de sa création jusqu’au terme de la Première Guerre mondiale.

Le musée Guimet aujourd’hui (image : Wikimedia Commons)

Le cadre administratif

Le statut de l’institution

Le musée Guimet est un cas original (en France tout au moins) d’institution culturelle et scientifique fondée sur une initiative privée et cédée dans un second temps à l’État. Il est issu de la création en 1879 par l’industriel et orientaliste Émile Guimet d’un véritable centre d’étude de l’histoire des religions à Lyon, autour d’un musée auquel il donna son nom. Cependant, le programme ambitieux de l’institution (musée, bibliothèque, école de langue et centre de publication) ne rencontra pas un public suffisant, et le fondateur décida de déménager sa fondation à Paris1.

Continuer la lecture de « Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris »
  1. Grimm, Thomas, « Le musée Guimet », Le Petit journal, 29 mars 1884 : « La science n’effraye plus personne aujourd’hui ; elle est la génératrice du progrès et de l’industrie. C’est précisément parce que son musée n’est pas suffisamment dans le grand mouvement de la civilisation que M. Guimet veut le transporter à Paris, la ville-étude, le terrain neutre, le centre universel. » []

Les chiens de garde du Louvre

On sait que pour protéger ses sous-sols des rongeurs, le musée de l’Ermitage entretient des chats qui étaient autrefois présents jusque dans les salles d’exposition. Je n’ai malheureusement pas trouvé trace d’une telle pratique au Louvre, mais des chiens de garde l’ont autrefois protégé des intrusions. C’est un détail qui n’intéresse pas directement l’histoire des collections égyptiennes, mais a pu avoir quelques répercussions sur les salles du département.

Statue de chien sur le palier du Midi, Louvre
Le « Chien d’Assiout » (Louvre E 11657) monte la garde au palier de l’escalier du Midi en 1934
(Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP ; fonds Beaux-Arts, MNL E 1177)

L’affaire qui nous intéresse est détaillée dans un dossier des Archives nationales1 et un certain nombre d’article de presse y font écho.

Continuer la lecture de « Les chiens de garde du Louvre »
  1. Archives nationales, F/21/4474, dossier 17 h « Emploi de chiens de garde ». []

Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (2)

Après avoir décrit les mesures d’urgences prises en août 19141, suite et fin de mes repérages sur la vie des galeries égyptiennes du Louvre pendant la grande Guerre : le quotidien du musée pendant le conflit.

Deux sources principales nous permettent d’entrevoir le déroulement des événements : le carnet tenu par Charles Boreux2, et les rapports réguliers transmis par le conservateur Georges Bénédite à son supérieur direct, le directeur des musées nationaux3. On trouve aussi des informations précieuses dans les dossiers qui concernent les évacuations des collections (et les projets inaboutis)4.

Le département s’installe dans la guerre

La guerre avait désormais commencé. C’était le début d’une vie au ralenti5, à l’arrière, dans des conditions de fonctionnement critiques (sur les 180 gardiens habituels, seuls 78 n’avaient pas été mobilisés6).

Continuer la lecture de « Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (2) »
  1. Voir « Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1)« , 9 juin 2019. []
  2. Archives nationales, 20144775/5 []
  3. Archives nationales, 20150044/36-37 ; ces rapports sont censés être bihebdomadaires depuis le vol de la Joconde, mais leur régularité se fait très variable. En 1917 par exemple, on n’en compte que trois de conservés pour le département des antiquités égyptiennes. []
  4. Archives nationales, 20150044/31. []
  5. Je n’ai pas été en mesure de trouver la date exacte à partir de laquelle le musée a été fermé au public, mais elle peut vraisemblablement être fixée au 2 août, avec la mobilisation d’une partie importante du personnel. []
  6. Pottier, Edmond, Le musée du Louvre pendant la guerre 1914-1918, 1919, p. 9 []

Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1)

Comme annoncé lors d’un précédent billet1, les annotations minutieuses des carnets de Charles Boreux offrent une trop belle occasion de documenter la traversée par le département des antiquités égyptiennes de la tourmente de la Première Guerre mondiale pour que je n’essaie pas de les croiser avec d’autres documents pour en évaluer les apports2.

Cet épisode de l’histoire du Louvre a finalement assez peu retenu l’attention de la recherche, probablement éclipsé par l’évacuation massive des collections pendant la Seconde Guerre Mondiale, sans doute mieux documentée3.

La galerie d’Apollon (où sont présentées les collections modernes d’orfèvrerie) vidée et aux fenêtres obstruées, 1918 (Agence de presse Meurisse, Gallica).

En outre, et ce dès les événements, l’attention des récits de la vie du musée en ces temps troublés s’est focalisée sur le sort des collections de Beaux-Arts (et notamment des peintures), sans guère revenir sur les hasards encourus par les antiquités. Le carnet tenu par Charles Boreux pendant une partie de la guerre4 nous permet d’en apprendre plus sur la vie du département pendant cette crise.

Continuer la lecture de « Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1) »
  1. « Le quotidien du Louvre dans les années 1900 », 3 mars 2019. []
  2. La trouvaille impromptue des rapports bimensuels du département adressés au directeur (Archives nationales, 20150044/35-37) a ajouté une nouvelle masse de documents à dépouiller et me conduit à réserver la description du quotidien du département pendant la durée de la guerre à un autre billet qui complétera celui-ci. []
  3. Et pour cause, les hésitations de l’administration pendant la Grande Guerre ayant en partie motivé la planification ultérieure des procédures d’évacuation d’urgence qui furent mises en œuvre en 1939. []
  4. Archives nationales, 20144775/5, 4e carnet, que j’ai sommairement décrit dans le billet évoqué plus haut. []

Le musée de Boulaq dans les Bibliothèques d’Orient

Le portail Bibliothèques d’Orient, mis en valeur par un séminaire international organisé vendredi 22 mars 2019, rassemble une sélection de numérisations d’ouvrages et d’images issues des collections de la Bibliothèque nationale de France et de plusieurs grands établissements scientifiques du Moyen-Orient, rassemblées par thèmes et introduites par de brèves notices. Il m’offre un prétexte commode pour me livrer à ma monomanie chronique : compléter ma collection d’images du musée de Boulaq.

J’ai rapidement évoqué, il y a peu, l’intérêt que pouvait représenter le recensement de toutes l’iconographie subsistante des musées1. Deux nouvelles images sont apportées au dossier de cet établissement par un album photo numérisé, publié sur Gallica et intégré au portail Bibliothèques d’Orient.2

Il s’agit d’un album appartenant à la Société de géographie et déposé à la Bibliothèque nationale ; il rassemble des clichés non datés du célèbre atelier de photographie Abdullah frères. Outre quelques vues des objets exposés dans les salles de Boulaq, deux images sont plus utiles pour évoquer la disposition des lieux. Toutes deux sont datables entre 1886, année à partir de laquelle le studio Abdullah frères est actif au Caire3, et 1889, date à laquelle le musée de Boulaq fut fermé et transféré au palais de Giza.4 Nous allons voir que les détails que l’on peut relever sur les images concordent tout à fait avec ces bornes chronologiques.

Plan du musée de Boulaq à l’époque des prises de vue.
Continuer la lecture de « Le musée de Boulaq dans les Bibliothèques d’Orient »
  1. Dessine-moi un musée : Boulaq (14 mars 2019). []
  2. Il me semble qu’il ne s’y trouvait pas il y a encore quelques mois ; je ne l’avais en tout cas pas encore repéré. []
  3. Özendes, Engin, Osmanlı İmparatorluğu’unda Fotoğrafcılık (1839-1919). Photography in the Ottoman Empire (1839-1919), 2e éd., Istanbul, 1995, p. 135-148. []
  4. Grébaut, Eugène, « Le transfert du Musée de Boulaq à Guizeh », Bulletin de l’Institut égyptien (3e série) 1, 1890 (1891), p. 44-51. []

L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1)

Une figure domine l’égyptologie française de la fin des années 1870 à 1916 : Gaston Maspero. Il s’illustra à peu près dans tous les domaines, à la fois par ses publications (y compris de vulgarisation) et son enseignement, mais aussi par son activité muséale, archéologique et administrative en tant que directeur de la mission française au Caire puis du service des antiquités de l’Égypte. Pour mettre en perspective une telle activité, j’ai décidé de m’intéresser dans un premier temps à son activité d’enseignement, et plus précisément à ses cours à l’École pratique des hautes études, notamment grâce à l’exploitation méthodique de son Rapport annuel1.

La Sorbonne (photo de Jean-Marie Hulot, Flickr).

Ce sujet semble une belle opportunité pour tenter d’approcher les développements et la diffusion de la science égyptologique2, aussi bien que la constitution d’un réseau savant. Avant de plonger dans les archives, il y a déjà bien du grain à moudre à partir des simples rapports d’activité annuels publiés par l’École sur cette période, qui détaillent le fonctionnement de chaque chaire, les publications de l’institution et les distinctions de ses élèves. J’entreprendrai donc d’exploiter ces documents le plus finement possible, en relevant toutes les pistes intéressantes.

Continuer la lecture de « L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1) »
  1. Numérisé sur Persée à partir de 1872. []
  2. L’enseignement égyptologique en France au XIXe siècle a fait l’objet d’un mémoire d’étude présenté à l’École du Louvre par Kimberley Harthoorn en 2014, dont j’ai connaissance depuis longtemps mais que je garderai à l’écart, tout au moins dans la première partie de cet exercice. []

Dessine-moi un musée : Boulaq

Cette semaine, quelques plans réalisés il y a quelques années déjà1, pour illustrer l’évolution de l’organisation du premier musée public d’égyptologie en Égypte : le musée de Boulaq !

Musée de Boulaq, la salle du Centre vers 1871 (du fond de la salle vers l’entrée du musée)

Source : Mariette, Auguste, Album du musée de Boulaq, Le Caire, Mourès et Cie, 1872, pl. 2 (sur Gallica).
Continuer la lecture de « Dessine-moi un musée : Boulaq »
  1. Dans le cadre de mon mémoire d’étude de muséologie à l’École du Louvre : Le musée des antiquités égyptiennes de Būlāq (1858-1889). Faire connaître et aimer l’Égypte ancienne au XIXe siècle, 2013. []

Le quotidien du Louvre dans les années 1900

Cette semaine encore, une jolie trouvaille dans le versement 20144775 qui rassemble les archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, à savoir l’article 20144775/5, décrit dans l’inventaire comme « rapports du département ». Il ne s’agit de rien de moins que de carnets tenus journellement par les responsables du département et qui contiennent une foule de détails sur les affaires courantes et l’activité du service. Je ne me suis encore intéressé qu’aux quatre premiers, qui s’échelonnent entre janvier 1868 et janvier 1920.

3e carnet (Boreux, 1913-1920), 3 janvier 1914 : la Joconde revient après son vol

Les carnets

Ces quatre premiers carnets correspondent à trois mains différentes, qu’il n’est pas difficile de rattacher à leurs auteurs en comparant les dates couvertes1 et les membres du département mentionnés à la troisième personne dans chacun des carnets. Le premier (janvier 1868 à juin 1908) est vraisemblablement tenu par Paul Pierret (conservateur adjoint sous Rougé, puis conservateur du département de 1873 à 1908), d’une écriture très élégante. On y trouve peu d’entrées, essentiellement à propos des acquisitions du musée.

Continuer la lecture de « Le quotidien du Louvre dans les années 1900 »
  1. Pour la liste des responsables du département et leurs dates d’exercice, cf. Guichard, Sylvie, « Département des antiquités égyptiennes » dans Lintz, Yannick (dir.), Histoire du Louvre, t. 3 Dictionnaire thématique et culturel, Paris, 2016, p. 80-84, p. 84. []

Où l’on trouve par hasard son auteur préféré

J’avais décidé de borner (pour le moment, en tout cas) à 1914 mon dépouillement des archives du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre conservées aux Archives nationales. L’article 20144775/2 « Administration » contient de nombreux dossiers qui jalonnent l’histoire du département sur des sujets très divers.1 L’un des dossiers de 1913 concerne un épisode banal de vitrine endommagée, semble-t-il par un visiteur, et au remboursement de ladite vitrine (pour 25 F). On y trouve un devis réalisé par le vitrier le 27 octobre 1913 et quelques courriers, jusqu’à la copie du reçu adressé au visiteur maladroit le 17 novembre. La vitrine concernée est celle d’un sarcophage (désigné par le numéro I 712). Rien de particulièrement étonnant. Sauf que… le visiteur en question est un certain « M. de Crayencour », qui indique une adresse à Bruxelles (24, rue d’Écosse).

Continuer la lecture de « Où l’on trouve par hasard son auteur préféré »
  1. Ils sont recensés en détail dans l’instrument de recherche consacré à ce versement. []