Les lettres de Mariette : une édition numérique (1)

Ce billet est le premier de ce qui deviendra, je l’espère, une longue série. Il rend public un projet auquel je réfléchis depuis quelques temps et qui m’occupe sérieusement depuis cet hiver. Ses premiers résultats sont désormais accessibles en ligne

Étudier la correspondance ancienne

Les lettres sont une source de premier plan pour approcher le travail des égyptologues du XIXe siècle.1 Échangées avec des pairs ou des proches, elles peuvent révéler les réflexions qui occupaient alors leur rédacteur et n’ont pas nécessairement laissé d’autre trace, qu’elles aient été abandonnées ou transformées ; ces documents fourmillent aussi de détails d’intérêt inégal mais inestimables pour contextualiser finement les travaux des intéressés.

Continuer la lecture de « Les lettres de Mariette : une édition numérique (1) »
  1. Je ne résiste pas à citer une nouvelle fois Maspero, au sujet de l’acquisition par l’Institut de la correspondance de Chabas : « M. Chabas a vécu en effet à une époque où l’égyptologie élaborait sa doctrine par lettres privées plus encore peut-être que par ouvrage imprimés. La raison en était surtout la difficulté de se procurer des caractères hiéroglyphiques en province ou même à l’étranger […]. Toutes les questions égyptologiques du moment sont donc agitées dans ces lettres » Maspero, Gaston, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres (59e année) 3, 1915, p. 224-225. Voir « Le réseau épistolaire de François Chabas », 24 juin 2020. []

Le réseau épistolaire de François Chabas

Ce billet développe la communication que j’ai réalisée dans le cadre de The Digital Orientalist Twitter Conference 20201, inspirée par l’opportune proposition d’utiliser les nouvelles technologies pour poursuivre la recherche malgré la fermeture des bibliothèques, en exploitant « à distance » les outils disponibles.
J’ai pensé qu’il serait de circonstance de s’intéresser à la correspondance de François Chabas, qui mena l’essentiel de sa carrière à l’écart du terrain, des bibliothèques, des musées et des cercles académiques. Il s’agit d’une expérience pratique : exploiter la description de la collection de lettres donnée par le catalogue de la bibliothèque de l’Institut de France (sur Calames) pour analyser le réseau de correspondance de Chabas.

Le reclus de Chalon

Continuer la lecture de « Le réseau épistolaire de François Chabas »
  1. « Analyzing the epistolary network of a self-isolated egyptologist: François Chabas », 20 juin 2020. []