Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris

Parce que le fonctionnement d’un établissement dépend de son organigramme et de son personnel, et que les carrières, même scientifiques, sont largement déterminées par le fonctionnement des institutions, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur la structure des établissements et leurs agents. Je me propose ici de commencer avec le musée Guimet parisien, de sa création jusqu’au terme de la Première Guerre mondiale.

Le musée Guimet aujourd’hui (image : Wikimedia Commons)

Le cadre administratif

Le statut de l’institution

Le musée Guimet est un cas original (en France tout au moins) d’institution culturelle et scientifique fondée sur une initiative privée et cédée dans un second temps à l’État. Il est issu de la création en 1879 par l’industriel et orientaliste Émile Guimet d’un véritable centre d’étude de l’histoire des religions à Lyon, autour d’un musée auquel il donna son nom. Cependant, le programme ambitieux de l’institution (musée, bibliothèque, école de langue et centre de publication) ne rencontra pas un public suffisant, et le fondateur décida de déménager sa fondation à Paris1.

Continuer la lecture de « Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris »
  1. Grimm, Thomas, « Le musée Guimet », Le Petit journal, 29 mars 1884 : « La science n’effraye plus personne aujourd’hui ; elle est la génératrice du progrès et de l’industrie. C’est précisément parce que son musée n’est pas suffisamment dans le grand mouvement de la civilisation que M. Guimet veut le transporter à Paris, la ville-étude, le terrain neutre, le centre universel. » []

L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1)

Une figure domine l’égyptologie française de la fin des années 1870 à 1916 : Gaston Maspero. Il s’illustra à peu près dans tous les domaines, à la fois par ses publications (y compris de vulgarisation) et son enseignement, mais aussi par son activité muséale, archéologique et administrative en tant que directeur de la mission française au Caire puis du service des antiquités de l’Égypte. Pour mettre en perspective une telle activité, j’ai décidé de m’intéresser dans un premier temps à son activité d’enseignement, et plus précisément à ses cours à l’École pratique des hautes études, notamment grâce à l’exploitation méthodique de son Rapport annuel1.

La Sorbonne (photo de Jean-Marie Hulot, Flickr).

Ce sujet semble une belle opportunité pour tenter d’approcher les développements et la diffusion de la science égyptologique2, aussi bien que la constitution d’un réseau savant. Avant de plonger dans les archives, il y a déjà bien du grain à moudre à partir des simples rapports d’activité annuels publiés par l’École sur cette période, qui détaillent le fonctionnement de chaque chaire, les publications de l’institution et les distinctions de ses élèves. J’entreprendrai donc d’exploiter ces documents le plus finement possible, en relevant toutes les pistes intéressantes.

Continuer la lecture de « L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1) »
  1. Numérisé sur Persée à partir de 1872. []
  2. L’enseignement égyptologique en France au XIXe siècle a fait l’objet d’un mémoire d’étude présenté à l’École du Louvre par Kimberley Harthoorn en 2014, dont j’ai connaissance depuis longtemps mais que je garderai à l’écart, tout au moins dans la première partie de cet exercice. []

Dessine-moi un musée : Boulaq

Cette semaine, quelques plans réalisés il y a quelques années déjà1, pour illustrer l’évolution de l’organisation du premier musée public d’égyptologie en Égypte : le musée de Boulaq !

Musée de Boulaq, la salle du Centre vers 1871 (du fond de la salle vers l’entrée du musée)

Source : Mariette, Auguste, Album du musée de Boulaq, Le Caire, Mourès et Cie, 1872, pl. 2 (sur Gallica).
Continuer la lecture de « Dessine-moi un musée : Boulaq »
  1. Dans le cadre de mon mémoire d’étude de muséologie à l’École du Louvre : Le musée des antiquités égyptiennes de Būlāq (1858-1889). Faire connaître et aimer l’Égypte ancienne au XIXe siècle, 2013. []