Les lettres de Mariette : une édition numérique (1)

Ce billet est le premier de ce qui deviendra, je l’espère, une longue série. Il rend public un projet auquel je réfléchis depuis quelques temps et qui m’occupe sérieusement depuis cet hiver. Ses premiers résultats sont désormais accessibles en ligne

Étudier la correspondance ancienne

Les lettres sont une source de premier plan pour approcher le travail des égyptologues du XIXe siècle.1 Échangées avec des pairs ou des proches, elles peuvent révéler les réflexions qui occupaient alors leur rédacteur et n’ont pas nécessairement laissé d’autre trace, qu’elles aient été abandonnées ou transformées ; ces documents fourmillent aussi de détails d’intérêt inégal mais inestimables pour contextualiser finement les travaux des intéressés.

Continuer la lecture de « Les lettres de Mariette : une édition numérique (1) »
  1. Je ne résiste pas à citer une nouvelle fois Maspero, au sujet de l’acquisition par l’Institut de la correspondance de Chabas : « M. Chabas a vécu en effet à une époque où l’égyptologie élaborait sa doctrine par lettres privées plus encore peut-être que par ouvrage imprimés. La raison en était surtout la difficulté de se procurer des caractères hiéroglyphiques en province ou même à l’étranger […]. Toutes les questions égyptologiques du moment sont donc agitées dans ces lettres » Maspero, Gaston, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres (59e année) 3, 1915, p. 224-225. Voir « Le réseau épistolaire de François Chabas », 24 juin 2020. []

Liminaire

Invocation à Dieu (bismillāh) dans un cadre égyptisant, frontispice de la grammaire égyptienne d’Ahmad Kamal, 18851.

Ce message inaugural fait suite à l’acceptation du « projet éditorial » que constitue le texte de présentation de ce carnet de recherche, et pour laquelle je remercie le comité d’hypotheses.org.

Continuer la lecture de « Liminaire »
  1. Ahmad Kamal, Grammaire de la langue égyptienne, Le Caire, 1885, p. 1 ; ce livre en arabe mal référencé, et semble-t-il inconnu des catalogues de bibliothèques, se trouve sous la cote USUEL GRAM KAM à la bibliothèque d’égyptologie du Collège de France. []

Histoire de l’égyptologie en formation

Ce carnet est un outil d’accompagnement de recherches menées sur l’histoire de l’égyptologie. Il se concentrera principalement sur les égyptologues français de la seconde moitié du XIXe siècle, mais je ne compte certainement pas me priver de la possibilité de traiter leurs collègues étrangers, ni d’autres périodes.

Il permettra de rendre disponible des données collectées lors de mes dépouillements d’archives et d’ouvrages, et de dresser des synthèses préalables à des travaux plus larges destinés à publication. Je compte notamment l’alimenter par des billets prosopographiques recensant les activités documentées de divers acteurs de l’égyptologie (savants, enseignants, fonctionnaires, amateurs, …).
Ce carnet sera aussi une plate-forme d’expérimentation de mise en forme de ces données : cartographie, édition de texte, etc.
Il sera enfin l’occasion de noter quelques curiosités rencontrées au détour des archives.