Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris

Parce que le fonctionnement d’un établissement dépend de son organigramme et de son personnel, et que les carrières, même scientifiques, sont largement déterminées par le fonctionnement des institutions, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur la structure des établissements et leurs agents. Je me propose ici de commencer avec le musée Guimet parisien, de sa création jusqu’au terme de la Première Guerre mondiale.

Le musée Guimet aujourd’hui (image : Wikimedia Commons)

Le cadre administratif

Le statut de l’institution

Le musée Guimet est un cas original (en France tout au moins) d’institution culturelle et scientifique fondée sur une initiative privée et cédée dans un second temps à l’État. Il est issu de la création en 1879 par l’industriel et orientaliste Émile Guimet d’un véritable centre d’étude de l’histoire des religions à Lyon, autour d’un musée auquel il donna son nom. Cependant, le programme ambitieux de l’institution (musée, bibliothèque, école de langue et centre de publication) ne rencontra pas un public suffisant, et le fondateur décida de déménager sa fondation à Paris1.

Continuer la lecture de « Des institutions, des travaux et des hommes : le musée Guimet de Paris »
  1. Grimm, Thomas, « Le musée Guimet », Le Petit journal, 29 mars 1884 : « La science n’effraye plus personne aujourd’hui ; elle est la génératrice du progrès et de l’industrie. C’est précisément parce que son musée n’est pas suffisamment dans le grand mouvement de la civilisation que M. Guimet veut le transporter à Paris, la ville-étude, le terrain neutre, le centre universel. » []

Transcrire l’égyptien ancien

L’« yod égyptologique » a été cette année intégré au standard Unicode1 ; il s’agissait du dernier symbole de translittération égyptologique qui y manquait et il pourra désormais être identifié par un code partagé par les polices de caractères informatiques. Cela me fournit le prétexte à revenir sur l’histoire de cet étrange alphabet servant à noter les sons de l’égyptien ancien.

L’alphabet de translittération qui fait aujourd’hui consensus : Gardiner, Alan Henderson, Egyptian Grammar: Being an Introduction to the Study of Hieroglyphs, 3e éd., Griffith Institute, Oxford, 1957, p. 27.

La translittération égyptologique utilisée dans les publications présente de nos jours un système étonnant, qui déroute autant par son ordre alphabétique que par le choix des caractères cabalistiques qui le composent.2

En effet, dès l’origine, la publication des inscriptions hiéroglyphique posait des difficultés. Pour éviter les coûts d’impression, ou tout simplement pouvoir commodément citer et commenter les termes égyptien au fil du texte, les égyptologues ont tout de suite adopté des systèmes de substitution. Il a néanmoins fallu attendre plusieurs décennies pour qu’un consensus se dégage.


N.B. Pour alléger la présentation, les citations hiéroglyphiques seront remplacées par la translittération (selon le système moderne) des signes, en italiques et entre crochets.

Les difficultés de la transcription hiéroglyphique

Absence d’autorités et pratiques individuelles

Continuer la lecture de « Transcrire l’égyptien ancien »
  1. Standard Unicode 12.0, 5 mars 2019 ; il a pour code A7BC (majuscule) et A7BD (minuscule) sous la dénomination « i glottal latin », dans le bloc « latin étendu D ». []
  2. Pour l’ordre alphabétique, cf. Schenkel, Wolfgang, « Erkundungen zur Reihenfolge der Zeichen im ägyptologischen Transkriptionsalphabet », CdÉ 63, 1988, p. 5-35 ; pour la phonologie élémentaire de l’égyptien ancien, cf. Peust, Carsten, Egyptian Phonology. An Introduction to the Phonology of a Dead Language (Monographien zur ägyptischen Sprache 2), Göttingen, Peust und Gutschmidt, 1999. []