La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1)

Pour reprendre le clavier après un interlude trop long, j’ai choisi d’aborder un nouveau thème : les pratiques éditoriales, par le prisme d’un projet précis, la collection de la Bibliothèque égyptologique qu’a dirigée Maspero de 1893 à son décès en 1916.

Cette première approche survole la collection : sa chronologie et les volumes qui la compose, les objectifs qui lui étaient fixés et son équipe, fort étroitement concentrée autour de la personne de Maspero.

Les publications

Tous les volumes publiés de cette collection ont été numérisés (bien que selon des standards inégaux), et peuvent être consultés en ligne1.

Continuer la lecture de « La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1) »
  1. La liste complète a été compilée sur le Forum électronique des égyptologues. []

Transcrire l’égyptien ancien

L’« yod égyptologique » a été cette année intégré au standard Unicode1 ; il s’agissait du dernier symbole de translittération égyptologique qui y manquait et il pourra désormais être identifié par un code partagé par les polices de caractères informatiques. Cela me fournit le prétexte à revenir sur l’histoire de cet étrange alphabet servant à noter les sons de l’égyptien ancien.

L’alphabet de translittération qui fait aujourd’hui consensus : Gardiner, Alan Henderson, Egyptian Grammar: Being an Introduction to the Study of Hieroglyphs, 3e éd., Griffith Institute, Oxford, 1957, p. 27.

La translittération égyptologique utilisée dans les publications présente de nos jours un système étonnant, qui déroute autant par son ordre alphabétique que par le choix des caractères cabalistiques qui le composent.2

En effet, dès l’origine, la publication des inscriptions hiéroglyphique posait des difficultés. Pour éviter les coûts d’impression, ou tout simplement pouvoir commodément citer et commenter les termes égyptien au fil du texte, les égyptologues ont tout de suite adopté des systèmes de substitution. Il a néanmoins fallu attendre plusieurs décennies pour qu’un consensus se dégage.


N.B. Pour alléger la présentation, les citations hiéroglyphiques seront remplacées par la translittération (selon le système moderne) des signes, en italiques et entre crochets.

Les difficultés de la transcription hiéroglyphique

Absence d’autorités et pratiques individuelles

Continuer la lecture de « Transcrire l’égyptien ancien »
  1. Standard Unicode 12.0, 5 mars 2019 ; il a pour code A7BC (majuscule) et A7BD (minuscule) sous la dénomination « i glottal latin », dans le bloc « latin étendu D ». []
  2. Pour l’ordre alphabétique, cf. Schenkel, Wolfgang, « Erkundungen zur Reihenfolge der Zeichen im ägyptologischen Transkriptionsalphabet », CdÉ 63, 1988, p. 5-35 ; pour la phonologie élémentaire de l’égyptien ancien, cf. Peust, Carsten, Egyptian Phonology. An Introduction to the Phonology of a Dead Language (Monographien zur ägyptischen Sprache 2), Göttingen, Peust und Gutschmidt, 1999. []

Remontrance à Champollion : « Marchons toujours administrativement, je vous prie »

Pour inaugurer cette série de découvertes curieuses dans les fonds d’archives, « à tout seigneur, tout honneur » selon la formule consacrée, une lettre adressée à Champollion le Jeune1 par son supérieur.

Portrait du comte de Forbin
Le comte de Forbin
Lithographie de Cogniet
Continuer la lecture de « Remontrance à Champollion : « Marchons toujours administrativement, je vous prie » »
  1. Le qualificatif « le Jeune », longtemps resté en usage, permettait de le distinguer de son frère aîné, désigné pour sa part comme Champollion-Figeac (1778-1867), du nom de leur ville de naissance. Voir notamment Aufrère, Sydney, « Champollion, Jean François« , Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2008 et Barbier, Muriel, « Champollion-Figeac, Jacques-Joseph« , Dictionnaire critique des historiens de l’art, 2009. []