Les lettres de Mariette (4) : correspondance avec Ernest Desjardins, suite et fin – campagnes d’opinion et déboires éditoriales

La deuxième moitié1 des lettres de Mariette à son ami Desjardins viennent de rejoindre le recueil numérique de ses lettres. Ce nouvel ensemble permet d’entrevoir les préoccupations de l’égyptologue de manière homogène sur les deux dernières décennies de sa vie, de 1860 à 1880.

« Qu’est-ce que vous pensez du roi [Qui tire le diable par la queue], qui n’est pas dans Hérodote ? Je lui souhaite les richesses de Rhampsiniste. »2

Outre les joies et tristesses familiales, les problèmes de santé et des commentaires sur le climat de la cour du vice-roi d’Égypte, alors même que le pays connaît une prospérité et un développement sans précédent avant de plonger dans une crise budgétaire et diplomatique majeure, Mariette y entretient aussi son correspondant de ses travaux. On y trouve ainsi, années après années (et en dépit des périodes de vache maigre ou de la faveur changeante du vice-roi), des indications relativement régulières3 de ses entreprises.

Continuer la lecture de « Les lettres de Mariette (4) : correspondance avec Ernest Desjardins, suite et fin – campagnes d’opinion et déboires éditoriales »
  1. Voir, « Les lettres de Mariette (3) : correspondance avec Ernest Desjardins, 1860-1873 », 21 février 2021. []
  2. Lettre de Mariette, le 30 mars 1874, de Boulaq, à Desjardins (Bibliothèque nationale de France, NAF 11669, fos 115-118, fo 118). []
  3. Malgré la quantité appréciable de lettres qu’il contient, le recueil composé par Desjardins lui-même des lettres qu’il avait reçues de Mariette et donné par ses descendants à la Bibliothèque nationale (où il est conservé sous la cote NAF 11669) n’est sans doute pas complet : il existe des périodes assez longues au cours desquelles Mariette était en Égypte et où il est difficile d’imaginer que les deux hommes n’ont pas correspondu ; certains articles publiés par Desjardins reprennent également des informations qu’il ne peut avoir obtenu que de Mariette et qui sont absentes de nos lettres. []

Les lettres de Mariette (3) : correspondance avec Ernest Desjardins, 1860-1873

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Mariette, cinquante nouvelles lettres viennent d’être publiées ; il s’agit de la première partie d’un recueil rassemblant sa correspondance avec son ami le géographe Ernest Desjardins, conservé à la Bibliothèque nationale de France1. Avec cet ajout, les Lettres d’Auguste Mariette regroupent à présent 94 lettres, de 1846 à 1879.

Je réserve une analyse plus complète de cet ensemble à un prochain billet, une fois que l’ensemble des lettres de Desjardins aura été intégralement traité ; ces documents sont cependant déjà décrits dans l’introduction du fichier. Ces lettres ont le grand avantage de constituer une série continue, adressée à un proche de Mariette qui partage ses préoccupations scientifiques. Elles couvrent en outre une période jusqu’ici pratiquement absente des lettres du corpus : les travaux de Mariette comme directeur du service de conservation des antiquités de l’Égypte, en tant que fonctionnaire égyptien.

Continuer la lecture de « Les lettres de Mariette (3) : correspondance avec Ernest Desjardins, 1860-1873 »
  1. Ms. NAF 11669 ; ces lettres sont publiées avec l’autorisation de la Bibliothèque nationale de France, pour laquelle je remercie M. Guillaume Fau. Les deux précédentes publications concernaient des fonds des Archives nationales : le dossier de carrière de Mariette dans l’administration des musées nationaux (20150497/118) et ses dossiers de mission (F/17/2988/1). []

Le réseau épistolaire de François Chabas

Ce billet développe la communication que j’ai réalisée dans le cadre de The Digital Orientalist Twitter Conference 20201, inspirée par l’opportune proposition d’utiliser les nouvelles technologies pour poursuivre la recherche malgré la fermeture des bibliothèques, en exploitant « à distance » les outils disponibles.
J’ai pensé qu’il serait de circonstance de s’intéresser à la correspondance de François Chabas, qui mena l’essentiel de sa carrière à l’écart du terrain, des bibliothèques, des musées et des cercles académiques. Il s’agit d’une expérience pratique : exploiter la description de la collection de lettres donnée par le catalogue de la bibliothèque de l’Institut de France (sur Calames) pour analyser le réseau de correspondance de Chabas.

Le reclus de Chalon

Continuer la lecture de « Le réseau épistolaire de François Chabas »
  1. « Analyzing the epistolary network of a self-isolated egyptologist: François Chabas », 20 juin 2020. []

La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1)

Pour reprendre le clavier après un interlude trop long, j’ai choisi d’aborder un nouveau thème : les pratiques éditoriales, par le prisme d’un projet précis, la collection de la Bibliothèque égyptologique qu’a dirigée Maspero de 1893 à son décès en 1916.

Cette première approche survole la collection : sa chronologie et les volumes qui la compose, les objectifs qui lui étaient fixés et son équipe, fort étroitement concentrée autour de la personne de Maspero.

Les publications

Tous les volumes publiés de cette collection ont été numérisés (bien que selon des standards inégaux), et peuvent être consultés en ligne1.

Continuer la lecture de « La Bibliothèque égyptologique, anthologie de l’égyptologie française (1) »
  1. La liste complète a été compilée sur le Forum électronique des égyptologues. []

Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (2)

Après avoir décrit les mesures d’urgences prises en août 19141, suite et fin de mes repérages sur la vie des galeries égyptiennes du Louvre pendant la grande Guerre : le quotidien du musée pendant le conflit.

Deux sources principales nous permettent d’entrevoir le déroulement des événements : le carnet tenu par Charles Boreux2, et les rapports réguliers transmis par le conservateur Georges Bénédite à son supérieur direct, le directeur des musées nationaux3. On trouve aussi des informations précieuses dans les dossiers qui concernent les évacuations des collections (et les projets inaboutis)4.

Le département s’installe dans la guerre

La guerre avait désormais commencé. C’était le début d’une vie au ralenti5, à l’arrière, dans des conditions de fonctionnement critiques (sur les 180 gardiens habituels, seuls 78 n’avaient pas été mobilisés6).

Continuer la lecture de « Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (2) »
  1. Voir « Le département égyptien du Louvre pendant la Première Guerre mondiale (1)« , 9 juin 2019. []
  2. Archives nationales, 20144775/5 []
  3. Archives nationales, 20150044/36-37 ; ces rapports sont censés être bihebdomadaires depuis le vol de la Joconde, mais leur régularité se fait très variable. En 1917 par exemple, on n’en compte que trois de conservés pour le département des antiquités égyptiennes. []
  4. Archives nationales, 20150044/31. []
  5. Je n’ai pas été en mesure de trouver la date exacte à partir de laquelle le musée a été fermé au public, mais elle peut vraisemblablement être fixée au 2 août, avec la mobilisation d’une partie importante du personnel. []
  6. Pottier, Edmond, Le musée du Louvre pendant la guerre 1914-1918, 1919, p. 9 []

Le musée de Boulaq dans les Bibliothèques d’Orient

Le portail Bibliothèques d’Orient, mis en valeur par un séminaire international organisé vendredi 22 mars 2019, rassemble une sélection de numérisations d’ouvrages et d’images issues des collections de la Bibliothèque nationale de France et de plusieurs grands établissements scientifiques du Moyen-Orient, rassemblées par thèmes et introduites par de brèves notices. Il m’offre un prétexte commode pour me livrer à ma monomanie chronique : compléter ma collection d’images du musée de Boulaq.

J’ai rapidement évoqué, il y a peu, l’intérêt que pouvait représenter le recensement de toutes l’iconographie subsistante des musées1. Deux nouvelles images sont apportées au dossier de cet établissement par un album photo numérisé, publié sur Gallica et intégré au portail Bibliothèques d’Orient.2

Il s’agit d’un album appartenant à la Société de géographie et déposé à la Bibliothèque nationale ; il rassemble des clichés non datés du célèbre atelier de photographie Abdullah frères. Outre quelques vues des objets exposés dans les salles de Boulaq, deux images sont plus utiles pour évoquer la disposition des lieux. Toutes deux sont datables entre 1886, année à partir de laquelle le studio Abdullah frères est actif au Caire3, et 1889, date à laquelle le musée de Boulaq fut fermé et transféré au palais de Giza.4 Nous allons voir que les détails que l’on peut relever sur les images concordent tout à fait avec ces bornes chronologiques.

Plan du musée de Boulaq à l’époque des prises de vue.
Continuer la lecture de « Le musée de Boulaq dans les Bibliothèques d’Orient »
  1. Dessine-moi un musée : Boulaq (14 mars 2019). []
  2. Il me semble qu’il ne s’y trouvait pas il y a encore quelques mois ; je ne l’avais en tout cas pas encore repéré. []
  3. Özendes, Engin, Osmanlı İmparatorluğu’unda Fotoğrafcılık (1839-1919). Photography in the Ottoman Empire (1839-1919), 2e éd., Istanbul, 1995, p. 135-148. []
  4. Grébaut, Eugène, « Le transfert du Musée de Boulaq à Guizeh », Bulletin de l’Institut égyptien (3e série) 1, 1890 (1891), p. 44-51. []

L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1)

Une figure domine l’égyptologie française de la fin des années 1870 à 1916 : Gaston Maspero. Il s’illustra à peu près dans tous les domaines, à la fois par ses publications (y compris de vulgarisation) et son enseignement, mais aussi par son activité muséale, archéologique et administrative en tant que directeur de la mission française au Caire puis du service des antiquités de l’Égypte. Pour mettre en perspective une telle activité, j’ai décidé de m’intéresser dans un premier temps à son activité d’enseignement, et plus précisément à ses cours à l’École pratique des hautes études, notamment grâce à l’exploitation méthodique de son Rapport annuel1.

La Sorbonne (photo de Jean-Marie Hulot, Flickr).

Ce sujet semble une belle opportunité pour tenter d’approcher les développements et la diffusion de la science égyptologique2, aussi bien que la constitution d’un réseau savant. Avant de plonger dans les archives, il y a déjà bien du grain à moudre à partir des simples rapports d’activité annuels publiés par l’École sur cette période, qui détaillent le fonctionnement de chaque chaire, les publications de l’institution et les distinctions de ses élèves. J’entreprendrai donc d’exploiter ces documents le plus finement possible, en relevant toutes les pistes intéressantes.

Continuer la lecture de « L’enseignement de Gaston Maspero à l’EPHE (1) »
  1. Numérisé sur Persée à partir de 1872. []
  2. L’enseignement égyptologique en France au XIXe siècle a fait l’objet d’un mémoire d’étude présenté à l’École du Louvre par Kimberley Harthoorn en 2014, dont j’ai connaissance depuis longtemps mais que je garderai à l’écart, tout au moins dans la première partie de cet exercice. []

Dessine-moi un musée : Boulaq

Cette semaine, quelques plans réalisés il y a quelques années déjà1, pour illustrer l’évolution de l’organisation du premier musée public d’égyptologie en Égypte : le musée de Boulaq !

Musée de Boulaq, la salle du Centre vers 1871 (du fond de la salle vers l’entrée du musée)

Source : Mariette, Auguste, Album du musée de Boulaq, Le Caire, Mourès et Cie, 1872, pl. 2 (sur Gallica).
Continuer la lecture de « Dessine-moi un musée : Boulaq »
  1. Dans le cadre de mon mémoire d’étude de muséologie à l’École du Louvre : Le musée des antiquités égyptiennes de Būlāq (1858-1889). Faire connaître et aimer l’Égypte ancienne au XIXe siècle, 2013. []